Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La vérité au fond de la bouteille

La fin chaotique de Nice-Marseille doit ramener tous les acteurs – supporters, joueurs, staffs, dirigeants, autorités – à toutes leurs responsabilités. 

Auteur : Jérôme Latta le 23 Août 2021

 

 

La rencontre s'est achevée sur un ballon abandonné au poteau de corner, peu avant les douze coups de minuit, près de l'endroit où d'autres coups avaient été échangés plus d'une heure auparavant. Passions et indignations n'avaient pas attendu ce coup de sifflet très final pour se déchaîner.

 

Passons déjà sur les déplorations un peu trop appuyées quant à l'effet des événements sur "l'image de la Ligue 1", même si les dommages sont évidents. Ils tombent fort mal, mais peu de championnats sont exempts de ce type d'incidents, et ceux qui le sont subissent d'autres turpitudes.

 

À regretter l'absence de public ces derniers mois, on a peut-être trop idéalisé le monde des tribunes et surtout oublié les tensions qui le traversent. La réouverture des stades a eu l'effet d'une brutale décompression, qui favorise vraisemblablement – sans les excuser – les débordements.

 

Les supporters ont retrouvé leurs problèmes, comme le retour des interdictions de déplacement, et ceux de la Populaire Sud de Nice ont recommencé à en créer, portant un grave préjudice à l'ensemble des ultras et nuisant aux efforts collectifs pour améliorer la situation.

 

 

 

 

Morale de la provocation

Le football applique une morale remarquablement constante concernant les provocations: les provoqués qui réagissent ont tort et sont sanctionnés. On déplore depuis toujours l'impunité des provocateurs, mais la sanction elle-même n'est pas contestée. En France, on a en mémoire les exemples d'Amoros 1984, Blanc 1998 et Zidane 2006, tous tombés – bêtement, forcément – dans le "piège de la provocation".

 

Dimitri Payet a réagi à une agression extérieure, et non à la provocation d'un adversaire. Mais, suivant le règlement, il aurait dû être expulsé si le jeu avait repris (de même, probablement, que certains coéquipiers et membres du staff marseillais). Sa responsabilité est engagée dans le mouvement de foule et l'envahissement de terrain, même si elle n'est évidemment pas la seule.

 

Sa réaction n'en est pas moins humaine, survenant après d'autres jets de bouteille et le précédent de Montpellier, où c'est Valentin Rongier qui avait été atteint. Ces sérieuses circonstances atténuantes pourraient d'ailleurs limiter la longueur de sa suspension.

 

Quoi qu'il en soit, condamner le geste de Payet ou en faire l'éloge sont deux postures aussi faciles et aussi vaines l'une que l'autre. Dépasser les passions et les subjectivités est une nécessité.

 

Sanctuarisation de la pelouse

L'incident interroge une notion qui reste implicite: la sanctuarisation du terrain. Elle est relativement récente. Dans les années 1970, on pouvait encore voir des photographes et des individus non identifiés entrer sur la pelouse après les buts. Depuis, les organisateurs ont réglementé à l'extrême les accès au terrain, et de moins en moins toléré toute forme d'intrusion.

 

Or, après les catastrophes des années 1980, on a abandonné les grillages et les fossés, trop dangereux. En enlevant les barrières matérielles entre les gradins et le terrain, on a renforcé les barrières symboliques, et il a fallu gérer autrement les risques: stewards, vidéosurveillance, unités policières d'intervention, sanctions individuelles ou collectives, etc. [1]

 

Si les jets de projectiles et les envahissements de terrain choquent autant aujourd'hui, c'est aussi parce qu'on les tolère beaucoup moins. De célèbres jets de scooter, d'éléments de buvette ou de tête de cochon ne sont pas si vieux. En réalité, au cours des quarante dernières années, la situation n'a probablement jamais été meilleure que maintenant [2].

 

Les débordements n'ont cependant pas disparu, transgressant régulièrement ce principe consensuel selon lequel rien d'extérieur ne doit matériellement interférer avec le jeu, et encore moins menacer l'intégrité physique des joueurs. La lisière entre les gradins et le champ de jeu reste inévitablement une zone de tensions et de risques – voire d'une mansuétude troublante, notamment au poteau de corner.

 

Dilemme réglementaire et juridique

La gestion de la situation sur le moment n'était pas simple, entre l'application du règlement, forcément un peu ubuesque jusqu'à cette non-reprise du jeu en l'absence de l'adversaire, et les risques de sécurité publique dans un stade encore plein, avec un parcage visiteur occupé.

 

Pour autant, précisément au nom du principe de sanctuarisation, les représentants de la LFP et de la préfecture auraient pu à bon droit opter pour l'interruption définitive du match au lieu de donner le sentiment que seule la poursuite du spectacle importait: le message passé est d'une coupable ambiguïté puisqu'il revient à tolérer ce qu'on qualifie d'intolérable. Le refus de l'OM de revenir sur la pelouse n'en apparaît que plus légitime.

 

La gestion "juridique" ne sera pas moins épineuse. La commission de discipline de la Ligue se retrouve devant une situation particulièrement délicate, quant au résultat du match et aux autres sanctions. Elle ne pourra que partiellement se replier derrière la stricte application des règlements: ses décisions seront immanquablement politiques, et susceptibles de contestations devant diverses juridictions.

 

Les instances ne peuvent en effet se contenter de sanctionner l'OM en gratifiant l'OGCN d'une victoire qui, même au prix de matches à huis clos, donnerait raison à ceux qui s'en sont pris aux joueurs et ont causé l'interruption. L'idée que rejouer la rencontre constituerait la moins mauvaise solution est défendable.

 

Faire de la (bonne) politique

Il faudra aussi s'interroger sur la nature des relations entre dirigeants et ultras. Si le dialogue est indispensable, et souvent insuffisant, il ne doit pas s'apparenter à une complicité démagogique. Le rituel des présidents en bas des kops a pris un tour pathétique dimanche soir, quand Jean-Pierre Rivère a totalement oublié de condamner les auteurs des agressions, éludant aussi la responsabilité du club organisateur.

 

Par ailleurs, si les joueurs ont quelques excuses quand la situation dégénère, l'attitude des membres du staff voire des entraîneurs qui se mêlent aux pugilats au lieu de ramener leurs ouailles au calme est particulièrement déplorable [3]. Elle renvoie, notamment à l'égard des décisions arbitrales, à un infantilisme aussi général que banalisé.

 

Un défilé de démagogues est aussi à craindre, tels ceux qui appellent à dissoudre des groupes déjà dissous – c'est le cas à Nice, et c'est la garantie de rendre la situation la plus ingérable possible. Dans le football comme ailleurs, les amateurs d'amalgames, de répression et de punitions collectives ne prônent en réalité que diverses formes de guerre civile.

 

Cette soirée chaotique devrait donner l'occasion de faire de la bonne politique plutôt que de prendre des poses et de se complaire dans les stigmatisations. Ses suites doivent permettre de rappeler fermement les lignes rouges sans compromettre la poursuite des démarches visant à intégrer pleinement le monde ultra dans celui du football.


[1] Ce programme de "pacification des stades" est allé de pair avec des méthodes répressives, des privations de libertés et l'éviction des franges populaires du public.
[2] Ainsi, les jets de fumigènes sur la pelouse sont devenus rares – notamment parce que les ultras ont compris que ce ne serait pas la meilleure façon de défendre un usage raisonné et sûr de la pyrotechnie.
[3] Comportements étrangement légitimés par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui a trouvé "normal" de réagir ainsi ("Encore heureux", a-t-elle dit).

 

 


 

Réactions

  • Roger Cénisse le 24/08/2021 à 14h37
    Ce qui n'a d'ailleurs pas empêché Alvaro de chauffer ladite tribune tout le match.

  • magnus le 24/08/2021 à 14h48
    Dans ce cas il faudrait définir quelle expression du joueur est acceptable et à quel moment ça devient une provocation.
    Quand un joueur marque un but à l'extérieur et fait un signe du doigt pour dire au public de la fermer, ça passe et c'est courant. Comme Lukaku encore ce week-end à Arsenal.
    Ou alors ça dépend du public.

  • coach_mimi le 24/08/2021 à 16h16
    Roger, on a bien compris, c'est la faute des joueurs marseillais qui ont provoqué la tribune pendant tout le match puis qui sont rentrés dans le tas quand les pauvres supporters niçois ont du trouver refuge sur la pelouse après avoir été bombardé par les dits joueurs marseillais (les mecs sont fourbes, il faut le reconnaitre).

    ...

    Des "supporters" ont passé le match à balancer des trucs sur des joueurs adverses puis ont envahi le terrain avec la volonté de leur péter la gueule.

    Ca me fait vraiment du mal de lire des trucs du genre "ha bah oui, mais si Payet il renvoie pas la bouteille, il se passe rien". Je suis le seul que ça choque de lire ça ? Et le seul à voir que le premier problème à régler, c'est comment / pourquoi Payet a reçu un truc sur la gueule ? Parce que c'est ça l'élément déclencheur de tout le reste. Tu l'enlèves, il ne se passe rien.

    On s'occupera de Payet après hein, son geste doit être condamné, comme toute réaction qui a mis de l'huile sur le feu, mais mince, le coeur du problème n'est pas là, et je trouve dingue qu'on en soit à le discuter.

  • Roger Cénisse le 24/08/2021 à 17h52
    coach, pas de soucis. On en reparle la prochaine fois que quelqu'un tire un corner au vélodrome avec des boucliers au dessus de lui.

    Encore une (énième) fois, le but n'est pas de dédouaner les idiots qui jettent des bouteilles sur les joueurs, ni les abrutis qui sont rentrés sur le terrain.

  • Roger Cénisse le 24/08/2021 à 17h56
    Ni la sécurité absolument défaillante du Club et du stade, d'ailleurs.

  • Sens de la dérision le 24/08/2021 à 18h34
    coach_mimi
    aujourd'hui à 16h16
    ----
    Comme je l'ai dit par ailleurs, le problème c'est juste que les Niçois savent mieux viser que les Montpelliérains ou les Marseillais.

  • coach_mimi le 24/08/2021 à 18h37
    Mais je dirais la même chose si l'idiot était à Marseille (ou ailleurs) hein.

    Mon point, c'est pas de dire "Bouh Nice, ils sont méchants", c'est plutôt que ça m'attriste / m'inquiète de voir que les personnes concernées (en se limitant au foot hein, je préfère pas parler de la récupération politique) n'osent pas prendre le problème à bras le corps et se cachent derrière un "Ouais, mais quand même, Payet il l'a bien cherché" que je trouve lamentable.

  • Lyon n'aime Messi le 24/08/2021 à 19h36
    Avant que Payet ne lance la bouteille, il y avait déjà un stadier qui en avait reçu une et une partie des supporters de la tribune Sud avait déjà commencé à s'installer sur la pelouse (mais pas sur le terrain bien évidemment). C'est à ce moment-là que le club aurait dû intervenir.

  • Pierro le 24/08/2021 à 20h08
    A mon avis la non maîtrise n'est pas limitée à cette 75 ème minutes et à cette tribune.
    Les images du but niçois m'avaient déjà scié. On est passée d'une bulle sanitaire à une dizaine de supporters sur la pelouse autour du buteur. Ils étaient déjà sur la pelouse avant le but ? C'était déjà assez surprenant comme image.
    Comme l'impression que la sécurité était inexpérimentée ou en sous-effectif .
    J'arrive pas non plus à oublier un autre Nice OM ou un stadier avait perdu la main sur un pétard.

  • nima le 25/08/2021 à 10h00
    coach_mimi
    24/08/2021 à 16h16

    ...

    Des "supporters" ont passé le match à balancer des trucs sur des joueurs adverses puis ont envahi le terrain avec la volonté de leur péter la gueule.

    Ça me fait vraiment du mal de lire des trucs du genre "ha bah oui, mais si Payet il renvoie pas la bouteille, il se passe rien". Je suis le seul que ça choque de lire ça ? Et le seul à voir que le premier problème à régler, c'est comment / pourquoi Payet a reçu un truc sur la gueule ? Parce que c'est ça l'élément déclencheur de tout le reste. Tu l'enlèves, il ne se passe rien.
    -----------------------------

    Non tu n'es pas le seul. La réalité dans laquelle Payet ne renvoie pas la bouteille et l'envahissement n'a pas lieu n'a jamais existé.

    Comme le dit Pierro, lors de la célébration du but il y a déjà des supporters sur la pelouse.
    Tous les ingrédients pour un envahissement ou un autre débordement sont déjà bien présents avant que Payet ne renvoie la lien

La revue des Cahiers du football