Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La culture de la débâcle

Comment vont nos deux grands dépressifs? Le PSG fait toujours parler de lui pour son étonnante capacité à dégringoler. L'OM lui répond avec un écho un peu étouffé, abonné à ses propres déboires, tandis que l'OL sert de contre-exemple…
Auteur : Pierre Martini le 9 Mars 2001

 

Une polémique a fait suite à la Gazette 33, mais la Gazette n'y était pas pour grand chose. C'est plutôt Luis Fernandez qui s'est mis tout seul au banc des accusés à la suite de la déroute du Riazor, et il a presque autant de procureurs qu'il y avair de défenseurs dans son équipe à la fin du match de mercredi. L'entraîneur conserve néanmoins ses aficionados, il suffit pour s'en convaincre de constater que malgré un bilan épouvantable, le Parc n'est toujours pas à feu et à sang et que beaucoup de supporters ne s'en prennent qu'aux joueurs (sur l'air de "avec des chèvres pareilles, il ne peut rien faire, le pauvre). Peut-être ont-ils du mal à reconnaître que leur condamnation de Bergeroo était un peu hâtive, à admettre ce qui ressemble trop clairement à de monumentales erreurs de coaching et à une gestion humaine catastrophique.
Dans les faits, Bergeroo partage pourtant avec son successeur quelques erreurs fatales, comme celle d'une transition mal gérée entre le groupe qui avait relevé la tête lors de la saison précédente et le nouvel effectif, dans lequel le montant des transferts justifiait des places de titulaires. Le Basque (avec Lamarche) s'est puni d'avoir recruté sans discernement, notamment dans les lignes arrière, et pour n'avoir pas reconduit ses formules gagnantes (Okocha en récupérateur, Benarbia en meneur, Christian et Leroy en pointe, par exemple). Fernandez a fait pire à la trêve, par orgueil, en voulant refonder ce groupe en le bouleversant à nouveau, en recrutant à nouveau, brisant ce qui restait de l'unité de son groupe. Transférer des joueurs pas meilleurs que les actuels mais en démoralisant ceux-ci, voilà du management. Si l'on fait la liste des tous les joueurs dont le PSG a disposé depuis un an, il y avait pourtant de quoi composer deux équipes capables de joueur le titre, pour peu qu'elles soient dirigées de manière cohérente.
Le club de la capitale est d'une constance invraisemblable quand il s'agit de ruiner son potentiel et surtout celui de ses joueurs. Le procès fait à ces derniers semble assez absurde, tout comme les jugements sur leur niveau: dans un tel contexte, quel joueur pourrait bien exprimer son talent (tiens, Ronaldinho y arrivera-t-il?). Leur mental est trop friable (même reproche fréquemment adressé aux joueurs marseillais), parce qu'ils ne résistent pas héroïquement à la déroute générale? Les "grands clubs", s'ils assument leur statut et remportent des titres, savent se faire respecter et donner un cadre favorable à la pleine expression de leur effectif. Là où Dhorasoo se sort d'une situation conflictuelle, Fernandez veut reconstruire, et comme d'autres avant lui, il a commencé par détruire. Il confirme avec éclat cette incapacité totale à maintenir ce minimum de continuité sans lequel aucune formation en peut parvenir à un haut niveau. On peut bien accuser la volatilité du footballeur moderne, celle des dirigeants bat des records et les encourage dans cette voie. Nos stratèges changent de stratégie pour cinq ans tous les six mois et le marasme s'éternise, de saison de transition en saison d'écroulement, en faisant quelques générations de victimes.
Pour en revenir à un registre plus proche de la comédie, mentionnons la rebuffade de Robert, avec lequel Fernandez n'a pas dû être très diplomate, et qui s'est répandu en phrases assassines pendant trois jours, avant de s'excuser à la suite d'un entretien avec ses dirigeants. Avec les départs déjà annoncés et une campagne de recrutement qui a déjà commencé, le PSG est parti pour connaître un nouveau turnover.

Il ne se passe presque rien à Marseille en ce moment et le club connaît une période de discrétion assez inédite, à quelques incidents près. Ce serait plutôt bon signe pour un club en difficulté (voir ci-dessus), si une impression de déprime ne dominait pas. Pour ne rien arranger, le passif marseillais n'en finit décidément pas d'être apuré. Robert Pires a ainsi obtenu devant la Commission juridique le paiement d'une indemnité de 12,4 millions de francs, somme qui lui avait été promise par le club au moment de sa signature. Entre les indemnités de licenciement de Courbis et celles de Casoni, l'OM continue à payer pour ses erreurs du passé.

Parlant de nos deux grands dépressifs, on n'a finalement envie que d'une chose. Qu'ils accèdent à la sérénité et à l'humilité, qu'ils travaillent discrètement, qu'ils reconstruisent de belles équipes, avec des jeunes et une ou deux stars s'ils veulent, mais en prenant leur temps et tenant leurs promesses. Enfer et damnation, cela ressemble à l'OL de Jean-Michel Aulas!
Louis-Dreyfus annonçait un "Bayern du Sud" et Fernandez un "deuxième Manchester". Commencez donc par faire l'Olympique de Marseille et le Paris-Saint-Germain, c'est assez difficile comme cela.

PS : un lecteur nous a reproché de ne pas "reconnaître notre erreur", parce Lyon a gagné avec un seul milieu offensif. Notre regret cette saison (cf. Diaporamas) était de voir l'OL SANS milieu offensif, ou n'associant pas Dhorasoo et Malbranque. Nos préférences sont-elles des erreurs si d'autres systèmes sont efficaces? Et nous n'avons rien contre Santini, sauf quand il parle vraiment trop lentement, c'est chiant.
Pour lier avec ce qui précède, on a vu toute la différence entre le 3-0 de Lyon et celui de Paris, à la 55e minute, la même qu'entre un club qui marche sur la tête et un autre qui ne fait pas n'importe quoi. Si l'OL conserve cette assurance et enfonce encore quelques portes en LdC, il pourrait nous aider à contredire son propre président, qui dénonce constamment l'incapacité des clubs français à rivaliser avec leurs homologues européens. Les CdF sont derrière l'OL (juste derrière Aulas).

Réactions

  • mpo le 09/03/2001 à 00h00
    1) vous oubliez constament de dire que cette saison, La corogne est habitué à ce genre de remontée fantastique

    2) Si effectivement, Lyon est beaucoup plus solide que Paris, vous oubliez encore de dire que la Corogne en ce moment est 1000 fois plus fort que le lien
    3) Vous oubliez aussi de dire, pour ne pas détruire votre démonstration que La Corogne avait déjà quasiment renversé la vapeur quand Jay Jay et Bénarbia sont sortis. Ce n'est donc certainement pas leur remplacement qui a causé la perte de Paris

    4) Paris a pris quatre buts en 30 minutes contre le deuxième du championnat d'Espagne. Que dire de bordeaux qui en a pris 3 en quart d'heure contre un club de milieu de tableau. Qui à ce moment là a réclamé la demission de Baup? Ayez un peu de cohé lien
    Qui parmi vous parlez d'Okocha avant le match contre Toulouse, et maintenant qui parle du début de saison où Bergeroo lui faisait confiance et où il a, il faut bien le dire, trés mal joué.

    Je vous laisse avec vos certitudes, au revoir

  • MMM le 09/03/2001 à 00h00
    Je préfère avoir un entraîneur qui parle lentement et qui est efficace avec des résultats qui suivent, qu'un entraîneur qui s'agite sans cesse sur le banc qui parle vite et mal et qui ridiculise son club.

  • MMM le 09/03/2001 à 00h00
    Pourquoi taillez-vous systématiquement Aulas? C'est bien gentil de louer les joueurs de l'OL quand il font une perf, tout en lâchant une petite pique sur Aulas. Dissocier Aulas de l'OL est faire une grossière erreur, ou une acte de démagogie: Bravo aux joueurs de l'OL (pour satisfaire ceux qui ont aimé le match de mardi) qui contredisent leur président (pour ceux qui n'aiment pas Aulas). Vous dîtes parfois n'importe quoi. L'OL n'est pas encore en quart de finale, loin de là, et perso, ça ne me réjouit pas de voir que seulement l'OL est encore en course au niveau européen au prix d'un exploit. Vu comme cela, Aulas n'est pas vraiment "contredit".

  • Ah ben le 09/03/2001 à 00h00
    J'ai mis d'accord pour etre en bleu. Y'avait trop de rouge, ca fait mal aux yeux!
    Je suis assez d'accord avec mpo concernant Bordeaux et Baup, et Okocha et son mauvais debut de saison sous Bergeroo.

  • Amazigh le 09/03/2001 à 00h00
    "Qu'ils travaillent discrètement" vous avez mis le doigt sur une des causes de l'échec de ces équipes, notamment le PSG, équipe formée de jeunes qui doivent non seulement gérér leur carrière mais aussi une pression dont ils ne sont pas coutumiers pour la plupart (Larqué avait lui-même fait la remarque puisque il avait résidé dans le m^me hôtel que les Parisiens et était impressionné par le monde qui entourait ces joueurs). Comment voulez-vous qu'un joueur se concentre sur son match quand la veille le 1er quotidient sportif de son pays lui consacre tout une page pour nous ressortir son parcours (avec des pics bien sur!!!) qu'on connait par coeur alors que Lyon qui a gagné en LDC 3-0 contre le Bayern (excusez du peu!) n'a droit qu'à 2 pages(apparemment les ventes ont du chuté ces temps-ci!!!)

    Evident aussi "le PSG a le don de ruiner le potentiel de ses joueurs" encore Jay-Jay leur résiste mais combien de temps?

  • Amazigh le 09/03/2001 à 00h00
    Je rappelle que je suis stéphanois et pas supporter de l'OL du tout mais j'admet que cette saison cette équipe nous a bluffé!!

  • jipe le 09/03/2001 à 00h00
    c est le propre des grands clubs de traverser des crises........
    il se passerait la meme chose a sedan ou a lille, on en parlerait ppas ou du moins presque pas

  • Amazigh le 09/03/2001 à 00h00
    c'est peut être pour cela que les médias s'acharnent sur eux comme ça c'est en prévision de la prochaine saison ou ils n'auront plus rien à se mettre sous la dent puisque nos grands clubs redeviendront des clubs ordinaires qui ne joueront pas l'europe!

  • Rilé le 09/03/2001 à 00h00
    La question que je me pose concerne les capacités tactiques de Fernandez, pour la mise en place d'un système défensif qui rapprocherait les lignes vers le but adverse et non le contraire: il ne semble pas maîtriser les possibilités que lui offrirait une défense de zone avancée qui ne reculerait pas plus vite que les attaquants adverses.
    Car ses résultats passés au PSG faisaient suite à A.Jorge et à une équipe restée stable plusieurs années, et qui avait déjà obtenu des ré lien me donne l'impression d'être un homme de "coups", le contraire total de ce qui se passe dans un club comme Nantes, par example. Rilé.

  • Rubin le 09/03/2001 à 00h00
    Je suis globalement d'accord avec les CDF, même si j'aimerais juste mettre en lumière ce qui est à mon avis le principal problème des "gros" clubs français (entendez OM et PSG): le recrutement, purement et lien
    D'accord, les joueurs du PSG sont peut-être trop entourés, mais c'est le lot de toutes les grandes équipes européennes. Un joueur qui signe dans un grand club avec de grands objectifs sait ça, il doit s'y attendre. Sinon tu signes à lien
    A mon avis la seule solution c'est de rationaliser le recrutement au maximum, de réfléchir TRES longtemps avant de recruter un joueur, et d'engager un TRES grand entraîneur, pas simplement un "symbole" (Fernandez à Paris, Courbis à Marseille) ni un mec qui a fait une bonne saison avec un autre lien
    J'ajouterais aussi que l'interview "interactive" de Lama sur Foot 365 était assez intéressante à cet égard, notamment quand il parle de l'état d'esprit qu'il a connu au PSG du point de vue de la vie du groupe.
    A bon entendeur...