Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Fiorèse quitte Al-Rayyan !

Transferts - Dernière minute: à quelques instants de la fin du mercato, Fabrice Fiorèse a quitté Al-Rayyan pour le club rival d'El-Arabi.

Auteur : Agence Transe Presse le 1 Sept 2005

 

Doha, 31 août 2005, 23h58 (ATP).
Coup de tonnerre dans le mercato estival qatari, pourtant habitué aux transferts réalisés en douceur. Le club d'Al-Arabi, rival historique d'Al-Rayyan — suite à un contentieux datant des années 70 concernant un terrain construit sur un gisement de pétrole appartenant à l'émir voisin —, a en effet annoncé à minuit, date de clôture des transferts, la signature d'une des stars du championnat local, Fabrice Fiorèse. Celui-ci avait pourtant rejoint Al-Rayyan quelques semaines plus tôt, prêté par l'Olympique de Marseille (auquel il doit encore trois années de contrat).

fioreseqatar

Des sources proches du dossier font état d'une relation privilégiée entre l'ancien Guingampais et Nourredine Naybet, défenseur d'Al-Arabi. Le Marocain l'aurait incité à le rejoindre, arguant de la meilleure ambiance régnant parmi les quadragénaires émargeant dans son club, et de la qualité des logements de fonction, comportant pas moins d'un jacuzzi par pièce.
Depuis son arrivée à Al-Rayyan, le joueur s'était plaint à plusieurs reprises de l'atmosphère de "prison" régnant au camp d'entraînement, refusant d'écouter les dirigeants — selon lesquels les grillages et les barbelés visaient en fait à isoler le luxueux complexe sportif des logements voisins, destinés à des travailleurs philippins pauvres. Il avait également réclamé en vain que les menus soient agrémentés de jambon savoyard.

L'émir Wahid Al-Hiloud'jik, propriétaire du club d'Al-Rayyan, a déclaré depuis son palais que "le comportement de ce joueur [n'était] pas digne", confiant également au correspondant de l'ATP qu'il avait "vomi [son] dîner et congédié [ses] cinquante femmes pour la soirée".
On sait déjà que lors du prochain derby, le groupe de trente Ultras habitués du virage nord au stade Omar-Charif d'Al-Arabi ne manquera pas de faire payer à Fiorèse sa trahison. En effet, le Français avait été particulièrement bien accueilli à Al-Rayyan où, replacé défenseur central par son entraîneur Luis Fernandez, il avait favorablement impressionné les observateurs. L'émir Al-Hiloud'jik s'était même permis de descendre sur le terrain pour le défendre, après que l'ex-international allemand Stephan Effenberg lui eut infligé une gifle le laissant les bras en croix au milieu de sa surface de réparation.

Le Ballon de Plomb 2004, qui venait de déclarer à France Football "[En France] j'étais devenu le nouveau Dugarry", imitera-t-il ce modèle en quittant lui aussi le Qatar au bout de quelques mois? "Dans mon esprit, rien n'est fini avec l'OM", avait-il également affirmé à l'hebdomadaire sportif...

Réactions

  • Nasty Nas le 01/09/2005 à 00h57
    NICKEL rien a rajouter (+ une petite larme au coin de l'oeil pour l'humour)

  • Jon-Dahl Tomasson le 01/09/2005 à 01h11
    CLAP CLAP CLAP !

    Très drôle, avec une mention spéciale pour l'émir Wahid Al-Hilioudjik ;-)))

  • keziah le 01/09/2005 à 01h37
    bof, pas aimé, loin des anciens articles "humoristques" pour moi.

  • thibs le 01/09/2005 à 01h44
    Ca y est !! Les cahiers c'était mieux avant !

  • Athanase Percevalve le 01/09/2005 à 01h49
    On recherche tous notre jeunesse perdue thibs, que veux-tu.

    La vie, c'était mieux avant.

  • keziah le 01/09/2005 à 01h56
    Si thibs réagit sur mes propos, je ne doute pas que le prochain article me fera me plier en 2, y'a juste des fois où ça ne me fait pas du tout rire, comme là.
    Et s'il ne réagissait pas sur mes propos, et ba j'ai rien dit :x

  • Carlos Alberto le 01/09/2005 à 04h13
    [...]Le club d'Al-Arabi, rival historique d'Al-Rayyan — suite à un contentieux datant des années 70 concernant un terrain construit sur un gisement de pétrole appartenant à l'émir voisin[...]

    [...]la qualité des logements de fonction, comportant pas moins d'un jacuzzi par pièce[...]

    [...]les grillages et les barbelés visaient en fait à isoler le luxueux complexe sportif des logements voisins, destinés à des travailleurs philippins pauvres. Il avait également réclamé en vain que les menus soient agrémentés de jambon lien

    [...]L'émir Wahid Al-Hiloud'jik, propriétaire du club d'Al-Rayyan, a déclaré depuis son palais[...]

    [...]qu'il avait "vomi [son] dîner et congédié [ses] cinquante femmes pour la soirée"[...]

    [...]au stade Omar-Charif[...]

    ------------

    Humour plus que douteux... En plus d'être de l'humour de bas étage.

    C'est du niveau de la carricature du français moustachu en marcel et en berret basque, la baguette sous le bras qui ne se lave qu'une fois par mois qui roule en Deudeuch etc....

  • Tom York le 01/09/2005 à 07h55
    Parce qu'il n'y a pas d'émirs débordant de richesses à côté de travailleurs pauvres philippins à la limite de l'esclavage dans cette merveilleuse démocratie qu'est l'Arabie Saoudite... Ouf !
    C'est bien beau de vouloir crier après la caricature, sauf que des fois la réalité est malheureusement pire que le stéréotype.

  • mifune le 01/09/2005 à 08h13
    Mouais, bof.
    Ca me fait penser aux vieilles blagues réchauffées sur les fonctionnaires. Qui parlait de béret et de baguette?

  • Alexis le 01/09/2005 à 08h55
    Je me joins aux réactions "tièdes"... Ce n'est ni complètement drôle, ni franchement pertinent. J'ai peur malheureusement que le sujet soit archi-traité, et qu'il ne laisse que très peu de place pour l'inovation.

    Ce qui rendait l'exercice difficile. Je pense.