Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Équipe de France des écrivains : la liste des 23

Pour constituer une équipe de France des écrivains, il faut, comme tout sélectionneur, faire des choix à la fois techniques, tactiques et psychologiques. 

Auteur : Franco Bas résilles le 12 Jan 2022

 

Si la Coupe du monde de football-littérature existait, quelles seraient les chances de la France ? Son effectif vieillissant est-il armé pour répondre aux exigences du jeu moderne ? Notre sélectionneur a fait de son mieux pour composer un groupe équilibré, avec des forces dans toutes les lignes.

 

Gardiens de but

 

André Breton

Il s'est très vite imposé comme titulaire à ce poste par sa faculté de ne rien laisser passer. Souvent en conflit avec le sélectionneur, chasseur de taupes, mauvais coucheur, contestant la notion même d'entraînement. De bons automatismes, leader de vestiaire par son idée du collectif : il deviendra sans doute un directeur sportif intransigeant.

Jean-Jacques Rousseau

Son caractère solitaire l'a vite relégué à ce poste, qu'il a assumé en arpentant inlassablement sa ligne. Intraitable quand il peut lire le jeu, mais doté de réflexes médiocres dans l'urgence ; peu à l'aise quand il y a du monde dans sa surface, des conflits récurrents avec sa défense. Un peu parano (il prétend qu'il dérange...), il ne cesse de se plaindre des médias, et lit des discours rédigés d'avance en conférence de presse, pour proclamer en gros que le foot d'antan, c'était mieux.

 

 

François Rabelais

Excellent techniquement à tous les postes, il s'est retrouvé gardien parce qu'il préférait manger que courir et parce qu'au moins, là, il ne contestait pas le coach. Connu pour avoir du beurre sur les gants, et pour la gêne occasionnée par ses stocks de nourriture et de boisson, qui occupent la totalité des cages ; soupçonné d'avoir vraiment bouffé la feuille de match (enroulée autour d'une andouille ou d'un cervelas). Cependant, il excelle à déstabiliser l'adversaire par son jeu au pied, du moins quand ses relances ne vont pas au-delà des gradins. Grand ambianceur de vestiaire, il se signale sur les réseaux par ses bouffonneries excédant largement les 280 caractères.

 

Défenseurs

 

Émile Zola (défenseur central gauche-gauche)

Gros travailleur, tant à l'entraînement qu'en analyse vidéo pour préparer les matches ; du volume de jeu, de l'engagement jusqu'au sacrifice de soi. Il sait défendre en avançant et en restant debout, et assurer de bonnes relances. Son peu de complicité avec son collègue Céline, qui joue à sa droite et dont le placement lui pose problème, laisse toutefois des espaces au centre.

Louis-Ferdinand Céline (défenseur central droit-droit)

Grand technicien, gros volume, brillant pour détruire le jeu de l'adversaire, moins dans la construction. Trop personnel, il ne sait pas se sacrifier au collectif, ne fait pas toujours les bons choix, et gâche sa délicieuse créativité en mettant les barbelés ou en voulant jouer la ligne Siegfried. Ses tacles odieux ont fini par lui valoir une suspension définitive.

Montesquieu (défenseur central-central)

Rigoureux, précieux de la tête, son port altier en impose à ses adversaires. Pas toujours lisible dans son jeu, ses feintes peuvent dérouter même ses partenaires, et son humour raffiné passe mal dans un milieu qui préfère "Rires et chansons". Ses prises de position publiques en faveur d'un organigramme séparant nettement les fonctions dans son club ont malheureusement été oubliées, depuis, par les Girondins.

Michel de Montaigne (défenseur central ambidextre)

Réfléchi, calme, a pensé s'orienter vers le rugby avant d'être formé à Bordeaux, dont il a durablement marqué la philosophie par sa capacité d'analyse et sa connaissance du jeu appuyée sur une grande culture footballistique. Peu rapide dans ses déplacements, mais difficile à bouger (on prétend qu'on pouvait lui mettre un pull sur les épaules sans qu'il le fasse tomber de tout le match). On lui a injustement reproché de ne pas être assez collectif. Il a entretenu une amitié rare dans ce milieu avec La Boétie, inspirateur du Corinthians Paulista.

Voltaire, aka Arouet (latéral gauche)

Piston infatigable, omniprésent, parcourt beaucoup de terrain. Intéressant par ses appels incessants et son agressivité sur l'adversaire, il a tiré profit de ses passages dans des championnats étrangers, malgré une gestion de carrière compliquée. Souvent étudié, son jeu n'arrive plus guère à surprendre - pour autant, s'il fait toujours la même feinte, c'est avec le même talent.

 

 

Honoré de Balzac (latéral droit)

Créatif, généreux, il couvre un terrain considérable - sa "heat map" est impressionnante. Des gestes superflus, du déchet technique, une tendance à garder le ballon, mais emporte tout sur son passage en phase offensive. Son hygiène de vie douteuse ne l'a jamais empêché de produire beaucoup de jeu.

Denis Diderot (latéral gauche)

On ne peut pas dire qu'il ne pose pas ses couilles sur le terrain, même s'il le fait avec un peu trop d'ostentation. Encyclopédie vivante du jeu, engagé, mobile, son principal défaut est de se montrer trop mélodramatique quand il cherche la faute, et de mal gérer ses émotions.

François-René Chateaubriand (latéral droit)

Technicien à l'ancienne, esthète de la conservation du ballon, on lui reproche beaucoup de se regarder jouer aux dépens du collectif et de bouder quand il n'est pas titulaire, du fait de son ego galactique. Plutôt convaincant quand les conditions climatiques se dégradent, il peut se révéler indispensable quand il s'agit de préserver un résultat. Longue carrière, même s'il en évoque la fin depuis son tout premier contrat professionnel.

 

Milieux de terrain

 

Marivaux

Adepte du tiki-taka, apprécié pour sa vivacité, fin technicien dans les petits espaces, il permute et combine systématiquement avec ses partenaires, et sait rétablir une situation compromise, grâce à son adresse. Brille également par son jeu de tête.

Gustave Flaubert

Joueur exigeant, lucide, il sait orienter le jeu vers plus de réalisme et servir d'appui quand l'équipe sombre dans la facilité ; son jugement est sûr mais sans pitié, et son mordant le rend parfois insupportable aux yeux de ses partenaires, qui l'ont surnommé "le gueulard" ; une carrière qui a connu les sommets auprès du public, moins aux yeux de la presse spécialisée et des consultants. Toujours préféré en sélection à Maupassant, trop formaté par le futsal pour maintenir l'intensité plus de quarante minutes.

Victor Hugo

Poumon et capitaine peu contesté de l'équipe, leader inspiré, sa vision du jeu dépasse les limites du stade - y compris en hauteur. Apôtre du jeu long, il tire puissamment de loin. Technicien généreux et talentueux, il sait jouer à tous les postes et la mettre au fond ; formé sur le côté droit, il a ensuite préféré passer à gauche, où il impressionne par ses débordements et ses appels. Engagement exemplaire : chouchou du public, il a éreinté violemment son sélectionneur et, jusqu'à ce que celui-ci finisse par quitter son poste, il a refusé le maillot national ! Carrière remarquable par sa durée.

Marcel Proust

Adroit, parfait dans la confiscation du ballon du fait de son jeu sinueux, très latéral et même tourné vers l'arrière. Il entre systématiquement dans le temps additionnel, quand le score est favorable, pour casser le rythme ; il continue d'ailleurs souvent de jouer tout seul après le coup de sifflet final, en marchant. Cauchemar des préparateurs physiques et des milieux récupérateurs.

 

 

Stendhal

Fin tacticien formé dans le championnat italien, excellent dans l'analyse du jeu, coupe les trajectoires, sobre et efficace avec le ballon, malgré une légère tendance à se regarder jouer, et à se résigner trop vite en cas de perte de balle. Inspiré mais beaucoup de mal dans la finition.

 

Attaquants

 

Pierre Corneille

Dévoreur d'espace plein de panache, adepte d'un football flamboyant, capable de gestes techniques d'anthologie qui font se lever le public, mais souvent hésitant dans ses choix de jeu pour la dernière passe ; toujours remplacé par Racine en milieu de seconde mi-temps.

Jean Racine

Il entre en général vers le milieu de la seconde mi-temps pour remplacer Corneille ; la sobriété incarnée, grande économie de gestes au service d'un jeu efficace et épuré. Mais il a de la peine à trouver des solutions, et finit régulièrement par s'enferrer dans la défense centrale adverse...

Arthur Rimbaud

Surdoué et précoce, créateur de génie, technicien déroutant dans ses dribbles, aime surprendre l'adversaire, multiplier les appels et contre-appels avec inventivité. Une gestion de carrière erratique à la sortie du centre de formation, mais même sur une jambe, il ne manque pas de classe.

 

 

Paul Verlaine

Subtil adepte du jeu court et rapide, un peu enfermé dans son registre. Manque de virilité dans les contacts, fragile mentalement ; à l'aise dans les petits espaces, mais trop peu d'appels dans la course.

Charles Baudelaire

Esthète, raffiné (on raconte qu'il aurait récupéré la gourmette de Nadar), imaginatif et élégant sur le terrain où il joue "en costume", il excelle dans la verticalité et le jeu aérien ; malgré son apport, il a été critiqué pour son irrégularité et son mental fragile, surtout quand les conditions climatiques se dégradent.

Jean II La Bruyère

Joueur de caractère, bon observateur des failles de l'adversaire, redoutable récupérateur dans le camp adverse, il a su augmenter son volume de jeu avec le temps ; son parcours atypique (il est passé professionnel sur le tard) et sa tendance à pourrir l'univers du foot sur les plateaux télé ne lui ont pas fait que des amis.

Molière

Apprécié pour ses pitreries dans le vestiaire et sur le terrain, meneur de jeu dans la surface adverse, dribbleur et buteur redoutable, surtout quand le jeu se durcit. Connu pour abuser des simulations mais prêt à mourir sur le terrain, il est très clivant sur les réseaux sociaux pour ses prises de position sur des sujets chauds comme le foot féminin ou la radicalisation religieuse, ainsi que pour son chambrage caustique des équipes adverses...

 

Réactions

  • Franco Bas résilles le 12/01/2022 à 20h54
    Merci, Kéru, mais ton Guillaume, depuis son dernier protocole commotion, il est cramé, alors si tu ajoutes son addiction éthylique...

  • Franco Bas résilles le 12/01/2022 à 20h55
    Possible ! En fait, comme je suis un peu vieux, moi j'ai pensé à Paganelli !

  • Kéruzorro le 13/01/2022 à 00h21
    .Son addiction ? ça si c'est pas un atout majeur pour entrer en équipe de France... Mais tu cherches quoi Franco ? Que la Bretagne clame son indépendance ?

  • De Gaulle Volant le 13/01/2022 à 08h28
    Formidable travail.
    Je comprends mieux pourquoi à son grand dam, M. Houellebecq évolue avec la sélection Réunionnaise.
    Par contre il va falloir m'expliquer la disparition de G. Pérec.

  • lemeu le 13/01/2022 à 08h40
    Content de voir que l'exil de Victor Hugo au Real Jersey-Guernesey a pris fin.
    Par contre, je ne me risquerai pas à parler du procès de Flaubert sur l'affaire Zahia Bovary...

  • Franco Bas résilles le 13/01/2022 à 08h44
    Oui, j'ai un peu évité les affaires judiciaires, mais ça fait un point commun entre Verlaine et Ronaldinho, en plus de l'usage de la virgule, qui explique que le premier ait peu demandé le ballon dans la course.

  • 12 mai 76 le 13/01/2022 à 11h32
    Magnifique !
    Mais qui pourrait être le sélectionneur d’une telle équipe !

  • syle le 13/01/2022 à 14h38
    Et bien sûr, Alexandre Dumas n'y est pas.
    Le sélectionneur a cédé à une partie raciste de la France.

  • lemeu le 13/01/2022 à 16h58
    Faudrait une sacrée pointure : un écrivain doublé d'un philosophe, un artiste complet mais aussi un fin connaisseur du monde contemporain et de la géopolitique moderne...
    Je propose Bernard-Henri Lémile

  • 12 mai 76 le 14/01/2022 à 10h29
    lemeu hier à 16h58
    En réponse à 12 mai 76 hier à 11h32
    (voir le message)
    Faudrait une sacrée pointure : un écrivain doublé d'un philosophe, un artiste complet mais aussi un fin connaisseur du monde contemporain et de la géopolitique moderne...
    Je propose Bernard-Henri Lémile
    - - - -
    Un Français ça va foutre le bazar. Il sera jamais légitime aux yeux de ses joueurs.
    Il faudrait un étranger, un géant. Mais lequel ? Un anglais style Williams ça ferait une tragédie, un italien peut-être mais lequel, chez les allemands Goethe est une piste mais son romantisme ne fera jamais oublier Séville.
    Pas simple.
    Je ne vois qu’une solution. Celui qui a écrit la Bible. En nombre d’exemplaires publiés Dieu écrabouille toute la concurrence. Il peut s’imposer.