Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Emmanuel Macron, le disparu du Stade de France

Le président de la République avait œuvré pour que la finale ait lieu à Saint-Denis. Depuis samedi, il est seulement passé du silence à l'inaction. 

Auteur : Kevin Quigagne le 2 Juin 2022

 

Le 25 février dernier, à la suite de l'invasion de l'Ukraine, l'UEFA annonce que la finale de C1 sera délocalisée de Saint-Pétersbourg à Paris. Emmanuel Macron, cherchant à se poser en médiateur de paix dans le conflit, a fortement œuvré dans ce sens.

"L'UEFA tient à exprimer ses remerciements et sa gratitude au président de la République française, Emmanuel Macron, pour son soutien personnel et son engagement à faire jouer en France le match le plus prestigieux du football interclubs européen à un moment de crise sans précédent", indique le communiqué de l'instance européenne.

Par ce geste fort et hautement symbolique, Macron affiche clairement sa position : il fait de cette finale une affaire personnelle. On est donc en droit de penser qu'il surveillera de très près le dossier, un marquage à la culotte en quelque sorte.

Or le sentiment dominant depuis dimanche est celui d'une vacance du pouvoir. Plus que les déclarations outrageuses du ministre de l'intérieur, et les manœuvres de diversion ou d'invisibilité à la Gérard Majax tentées par les autres responsables (tout en envoyant au front des lampistes), le silence assourdissant de l'habituellement volubile président est révélateur d'un profond malaise.

Si jouer la montre s'avère souvent payant en football, il n'en est pas toujours de même en matière de crise politique.

 

Emmanuel Macron au Stade de France, mai 2017 (photo elysee.fr)

 

Vitesse ou précipitation

La violence du tweet de Gérald Darmanin, samedi soir dernier, suivi par son allocution lundi matin, évoquent l'un de ces contres désespérés lancés par les adeptes du kick and rush. Une tentative pavlovienne de "route one football" tout-droitiste vouée à l'échec.

Certes, on ne s'attendait pas à du Barça de sa part, mais l'heure est mal choisie pour faire du Stoke City rentre-dedans. Le numéro quatre de l'État déclare bille en tête que "30.000 à 40.000 supporters anglais se sont retrouvés au Stade de France sans billet ou avec des billets falsifiés", chiffre confirmé, précise-t-il, "par l'UEFA, par le Stade de France, par la Fédération française de football et évidemment par la Préfecture de police."

Malgré le recul, Gérald Darmanin se rue sur cette version improbablement sourcée et ne lâchera plus le morceau. L'accumulation de faits et témoignages irréfutables va vite se charger d'établir la fausseté de ses affirmations, mais rien n'y fait, il n'en démord pas.

Or il aurait été non seulement prudent, mais également aisé de calmer le jeu d'emblée en formulant des excuses, au moins "à titre conservatoire", tout en promettant de faire toute la lumière sur les incidents survenus.

Surtout que cette diglossie est intenable, la novlangue politique venant se fracasser sur le langage de vérité (étayé par de nombreuses images) : personne ne croit à la version darmanienne, et surtout pas à ces "milliers de supporters britanniques, sans billet ou avec des faux billets qui ont forcé les entrées et parfois violenté les stadiers".

Cet aspect, ainsi que l'incurie de l'organisation, qui présente d'inquiétantes similitudes avec la tragédie de Hillsborough, ont été largement disséqués dans la presse (voir ici ou ). Le propos n'est donc pas ici de refaire le match.

En tant qu'observateur de la société et du football britanniques depuis quarante ans, je soulignerais simplement ce point essentiel : faire porter le chapeau aux supporters anglais, qui plus est liverpudliens, aussi tentant soit-il pour Darmanin, est un jeu dangereux. Et l'on sait combien les situations dangereuses peuvent facilement déboucher sur un "autogoal".

Rétropédalage et "excuses"

Depuis samedi dernier, les médias et supporters anglais ne décolèrent plus. La communication désastreuse de Darmanin a touché un point extrêmement sensible qui n'a fait que raviver les douloureuses plaies de Hillsborough, dont la conclusion judiciaire ne s'est achevée qu'en mai 2021.

Des meurtrissures humaines (97 morts, 766 blessés) mais également politico-judiciaires, tant les politiciens et institutions ont gravement failli à leurs devoirs pendant plus de trois décennies. Tom Werner, le président du LFC, demande aujourd'hui des comptes à la France et exige des excuses.

La performance minimaliste que Darmanin, dont le logiciel "football anglais" est resté bloqué aux années 1980, a livrée mercredi au Sénat (analysée ici), est symptomatique du déni gouvernemental face à la fois aux réalités liées à Hillsborough et aux incidents dionysiens.

Le tempo de l'actualité donne l'impression que les choses se tassent, mais la passivité de la France alourdit sans cesse la note. Les médias internationaux rapportent quotidiennement des faits graves et l'extrême droite s'engouffre dans ce boulevard pour contre-attaquer agressivement.

Emmanuel Macron, que l'on dit particulièrement soucieux de l'image de la France à l'étranger (Libération rapporte par exemple sa réaction aux "émeutes Nutella" de janvier 2018), et qui a en tête la difficile campagne des législatives, doit dès maintenant tirer les enseignements qui s'imposent.

Réclamer "toute la transparence", saluer la possible création d'une commission d'enquête parlementaire ou "passer des soufflantes" serait illusoire tellement ces automatismes font partie intégrante de la chorégraphie classique du jeu politique, tout en fausse verticalité et attentisme.

L'urgence est ailleurs : à l'action, intelligente et résolue. Le mal est fait et il faudra vivre avec les conséquences. Toutefois, une sortie relativement digne, passant forcément par des changements majeurs dans l'effectif et une amorce de réflexion sur le supportérisme, est encore à la portée du numéro 1 français.

* * *

NDLR : le match semble déjà perdu puisque le président, en déplacement à Marseille, a "redit sa confiance" au ministre de l'Intérieur et au préfet de police de Paris, invitant seulement à "tirer les conséquences du match".

 

Réactions

  • L'amour Durix le 02/06/2022 à 18h46
    C'est pas mauvais signe pour un entraineur quand le président lui renouvelle sa confiance ?

  • betomar le 03/06/2022 à 11h09
    de quoi avoir des sueurs froides pour l'autre grande idée du président: la cérémonie d'ouverture des JO sur la Seine. Moi, à la base, ça me plaît bien, mais il va falloir sécuriser 12 km de berges...

  • Mangeur Vasqué le 03/06/2022 à 12h10
    (Je prends un peu de temps sur mon rôle d’organisateur en chef des festivités du jubilé de platine de mon quartier pour te répondre. Deux jours fériés au Royaume-Uni, quatre jours de teufs endiablés, trois nuits folles. Dans l'euphorie, j’ai failli ressortir la mug de la reine offerte à ma femme y’a 45 ans via son école primaire anglaise - pour les 25 ans - mais l’ai rangée car trop peur de la casser. Qu’est-ce qu’ils avaient de la chance à l’époque quand même, l’éducation nationale anglaise leur offrait des mugs à l’effigie des Royals).

    Et ouais, c’est ce qu’on dit, c'est souvent le "kiss of death".

    A ma avis, on a aussi dans cette affaire un match dans le match. Gros contentieux entre Darmanin et son homologue britannique depuis 2019, Priti Patel, souvent considérée comme une sociopathe (même par certains électeurs Tory. Personnage extrêmement clivant). Ces deux-là s'accrochent depuis sa nomination il y a presque trois ans (par ex l'automne dernier lien). Elle a les tabloïds avec elle, donc ça tape fort contre la France, et aussi les quotidiens/dominicaux qu'on appelle les "broadsheets" (ceux de droite, le Daily Telegraph, Sunday Times, Sunday Telegraph...), + le Times (qui était un broadsheet mais est passé en format tabloïd en 2003). Journaux aussi appelés "quality papers", avec pour certains la qualification de "journal de référence" lien (voir le DT et le Times comme seuls quotidien de référence dans ce wiki, sur le DT, fait froid dans le dos...).

    Elle dézingue fort, en toute impunité (elle se permet tout, à tous les niveaux je veux dire, car 200 % couverte par Johnson, elle est sa troll préférée et est invirable lien. Y'a un an elle figurait parmi les ministres préférés de l'électoral Tory) et, bref, je pense qu'elle a bien contribué à une baisse de l'anglophilie chez Darmanin... Lequel est très remonté contre elle, notamment au sujet des migrants de Calais, de ses insultes ou commentaires peu amènes sur la France régulièrement balancés (niveau par exemple des sommes payées par le R-U à la France pour contrôler sa frontière, en vertu des accords du Touquet, etc.). Tout cela peut expliquer en partie la "surréaction" de Darmanin, même s'il n'a probablement besoin de personne pour se surmotiver.

    Liverpool a mis un formulaire sur son site en début de semaine pour recueillir les témoignages sur leur “Paris experience” :

    lien

    Avec ce clip du CEO : lien

    Billy Hogan's update for supporters regarding Paris experience – CEO Billy Hogan offers a further update for supporters on Thursday 2nd June.

    On en était à + de 6.500 hier, pas mal d’entre eux avec photos, “footage” (images) et autres. De plus en plus de clips et témoignages dans les médias ici en Angleterre, presse, TV, radio, internet, etc. J’espère que tout ça débouchera sur des poursuites judiciaires (de l’État français) et compensations.

  • Mangeur Vasqué le 03/06/2022 à 12h21
    Justement, ça en causait (et s'en inquiétait) sur Sky l'autre soir : comment la France va-t-elle sécuriser ces kms de berges pour la cérémonie olympique (on parle de 600 000 spectateurs je crois) et aussi niveau gestion du contrôle des billets pour y accéder.

    A noter que le Liverpool FC démarrait officiellement il y a 130 ans, le 3 juin 1892. Voir l'acte de fondation (plutôt un changement de nom d’ailleurs, d’Everton à Liverpool FC) : lien

    Le club a mis cette série de photos sur son site : lien “GALLERY130 years: Liverpool FC then and now” (z’auraient pu en mettre plus mais bon)

    En 2012, j’avais fait un dossier en cinq parties sur ce sujet, une pentalogie cô on dit en Branquignolie : lien

  • suppdebastille le 03/06/2022 à 12h58
    Alain Bauer a déjà dit que c'était n'importe quoi, la préfecture de police d'ailleurs s'y était opposée dans un premier temps.

  • Mangeur Vasqué le 03/06/2022 à 14h55
    Je viens de l'écouter lien et il a raison dans les grandes lignes àma. Dans le contexte actuel (Stade de France, Wembley), 12 kms de berges, ça serait beaucoup trop lourd et risqué à sécuriser. Maintenant, il préconise une annulation du plan je crois (j'ai pas tout écouté) mais peut-être qu’une plus petite échelle (mettons, défilé sur 2 kms/100 000 personnes max.) serait envisageable, je sais pas. Ça serait dommage de tout annuler, l’idée de le faire sur la Seine est originale.

    En attendant, au tour du Real Madrid de demander des comptes à la France : lien

  • Ba Zenga le 03/06/2022 à 21h48
    Merci Mangeur, excellent comme toujours. Au moins, l'UEFA a présenté des excuses et entreprend une enquête...

    lien

  • Ba Zenga le 03/06/2022 à 22h38
    Des témoignages édifiants...

    lien

    lien

  • Mangeur Vasqué le 04/06/2022 à 08h01
    En passant devant le stade de France en bus lors de voyages scolaires, j’ai l’habitude de dire fièrement aux élèves anglais que j’accompagne “Vous voyez les enfants, c’est dans ce majestueux Stade de France que les Bleus sont devenus champions du monde de football. Vous inquiétez pas les enfants, vous connaîtrez peut-être un jour cette sensation. Vous ou vos enfants/petits-enfants”.

    Je crois que dorénavant, s'ils me demandent ce qu'est cette soucoupe, ça va être : “Ah, ce bâtiment quelconque, ah oui, oh c'est pas grand chose. Je crois que c'est le truc où Ed Sheeran vient brailler ses comptines”. Ça peut faire diversion, qui sait. Nan, je leur expliquerai tout.

    L'Uefa fait amende honorable mais un mea culpa cinq jours après, après avoir nié et menti, ça ne vaut pas grand chose dans les faits. C’est simplement “perfunctory”, pour la forme, ça n’a pas une grande signification profonde. De toute manière, des excuses UEFA ne valent jamais bien lourd dans l’absolu. C’est une institution qui existe dans un monde parallèle où elle ne dépend que d’elle-même et en répond qu’à elle-même. Leur niveau “d’accountability” est zéro. C’est un peu comme si je me présentais des excuses après avoir fait une connerie. Personne ne sautera et rien ne changera. Espérons simplement qu’ils apprennent de ce fiasco et qu'ils mettent un peu la pression à l'avenir sur les fédés pour mieux organiser ces affiches. Maintenant, ils vont faire un rapport où ils assumeront deux trois dysfonctionnements en chargeant la mule sur le dos des Français, c’est de bonne guerre. Des compensations seraient toutefois les bienvenues.

    Est-ce que ça isole davantage Darmanin et sa clique d'incompétents à la botte ? Dans les faits oui, dans la pratique pas des masses je pense vu que ça n’augmente guère la pression sur Macron pour le virer. Affaire classée en ce qui le concerne j'ai bien l'impression.

    Jeudi matin, en rédigeant en vitesse ce billet, surtout pour échapper aux festivités du jubilé de platine (j’avais bricolé des potences pour la fête du quartier mais j’ai manqué de temps pour les finir, je suis moins doué que Tobias Schmidt et sa Louisette), j’ai lu qu’au moment du match, T. Delaunay, le Chef de Division Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme, était au Qatar pour préparer le Mondial ou un truc dans ce genre. Le numéro 2 de la DNLH était lui en vacances et le #3 a disparu quand le rice pudding a touché le ventilo. “Awol” comme on dit, aux abonnés absents. C’est aussi ça qu’il faut changer, mais là c’est structurel, ça touche aux mentalités, etc. et virer le “top dog” risque de ne pas suffire pour faire changer des pratiques bien ancrées.

  • Mangeur Vasqué le 04/06/2022 à 08h15
    "que d’elle-même et NE répond qu’à elle-même."

    @ Ba Zenga.

    Édifiants en effet. Ils arrivent par wagons tous les jours ici en Angleterre. Des témoignages d'Espagnols aussi maintenant (souvent vivant au Royaume-Uni), qui étaient présents ou via leur(s) famille/potes. Je mets la radio anglaise ce matin en me levant, LBC et 5 Live (BBC), et sur LBC t'avais deux Anglais qui témoignaient (1 journaliste et 1 Liverpudlien) et sur LBC un Espagnol sur 5 Live, dès 6 heures du matin. Ce n'est pas toute la journée comme ça évidemment, ça cause beaucoup aussi des festivités du jubilé forcément, mais depuis samedi dernier c'est un flux continu.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.