Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Comment vivre le football sans le football

Démode d'emploi – Avec l'arrêt des compétitions, le sevrage est brutal, mais les vrais accros sauront trouver des substituts. 

Auteur : Hind le 2 Avr 2020

 

 

Depuis le confinement et ce scénario de fin du monde qui nous guette, il nous a fallu renoncer à certains luxes, comme les sorties entre amis ou encore la possibilité de se torcher sans être pris de panique face au risque de pénurie.

 

Il a fallu aussi renouer avec les membres de son foyer, ce qui s’est avéré horrifiant pour plusieurs raisons. Enfin, nous avons dû renoncer au football. Beaucoup trouvent des solutions de contournement pour avoir leur dose tout de même.

 

 

 

 

Le site Footballia, qui archive des centaines de matches, n’a jamais connu autant de trafic depuis sa création. Les chaînes de sport rediffusent. Les désœuvrés – catégorie de la population plus large que jamais – s’adonnent aux challenges de jongles et notre niveau collectif en quiz culture football a significativement augmenté.

 

La sagesse populaire voudrait qu’on trouve le positif dans chaque situation: plus d’interventions mystifiantes de Pierre Ménès, moins de vitupérations de Daniel Riolo. Mais aucune quantité de quiz ou de matches historiques ne comble le cruel manque de football.

 

Ce qui s’explique très simplement: on ne regarde pas le football, on le vit. Comment, alors, vivre le football sans football? Heureusement, tel le nombre d’or dans la nature, le football est partout: il suffit d’en recréer les conditions.

 


Restaurer la tension d’avant-match

Vous vous êtes vu avant un match de votre équipe? Cette tension qui monte progressivement dans la journée pour éclater le soir venu. Cette boule au ventre est facilement reproductible.

 

Observez un régime de deux heures de BFMTV, suivies d’une errance intermittente sur les réseaux sociaux, des devoirs des petits et de la bourde quotidienne de Sibeth Ndiaye et vous aurez atteint le seuil de pression, ce doux point de tension où les nerfs cherchent le soulagement que seule la confrontation peut fournir.

 


Se trouver un adversaire

Par les temps qui courent, le choix est large: le gouvernement, le pangolin, le compte Twitter de l’ambassade de Chine en France, le gouvernement, les joggeurs, les Parisiens, les joggeurs parisiens, le gouvernement.

 

Vous pouvez également intégrer des ligues déjà formées, comme la ligue du Pr. Raoult, alias le Youri Gagarine de la médecine, à jamais le premier et tutti quanti. Les supporters marseillais ont reporté tout leur manque de l’OM sur le professeur hirsute.

 

Des banderoles accrochées en ville, des débats enflammés sur les réseaux sociaux, de la chicanerie, les pro et les anti: qui regrette encore le "Classico" contre le PSG?

 


Constituer un public

Que nous soyons FC Fenêtre ou Olympique Balcon, le confinement n’aura pas eu raison de nos moyens de communication et de communion. Il est toujours possible de rassembler un public même modeste depuis le confort (relatif) de son chez-soi.

 

Sortez vos drapeaux, vos banderoles et vos registres de chants "Et quand les balcons se mettent à chanter, c’est tout l’immeuble qui va s’enflammer". Faites attention, tout de même, parce que d’une initiative charmante on peut rapidement passer pour un pyromane, surtout avec le retour de ce délicieux vent printanier de délation.

 


Faire l’After

Il n’a jamais été autant socialement acceptable de se piffrer (et de plus en plus tôt). Pastis et gin tonic par balcons interposés, il y a moyen de recréer les conditions propices aux analyses de comptoir.

 

"Henri, oh Henri t’as vu la masterclass de Raoult?
- Attendons qu’il concrétise quand même sur une saison! Si ça se trouve il va nous faire une Ben Arfa.
- Qu’est ce que t’as dit sur Ben Arfa? viens, viens me le dire en face!
- …"

  

 

Réactions

  • Richard N le 03/04/2020 à 00h41
    Quand je vois le nombre de rediffusions que nous offrent les télévisions, je crois que leur grande hantise est qu'on se désintoxique du foot, que l'on se rende compte que l'on peut vivre sans.

  • balashov22 le 03/04/2020 à 07h49
    Merci pour ces quelques minutes de sourire par article interposé, ça fait du bien, encore plus en ce moment.

  • MarcoVanPasteque le 03/04/2020 à 10h07
    Joli article, clap clap clap.
    Je signale que les ultras peuvent toujours s'adonner à la confection de banderoles polémiques, à déployer avec leurs voisins de balcon. Par exemple :
    "Triple peine : on subit la LFP, on subit le FPF, mais on n'a pas de FFP"
    "Nos dirigeants sont des confinés"

  • dugamaniac le 03/04/2020 à 14h22
    Merci, agréable un peu de légèreté et dans le moment, et dans le foot.

  • Ba Zenga le 03/04/2020 à 16h17
    Merci pour l'article. Je vis pas si mal cette pause de foot au final, ça nous permet de le consommer différemment, un peu plus à l'ancienne. Et comme le disaient BIG dans son article récemment, et Didier Roustan dans un de ses derniers podcasts, on a probablement trop de foot en temps normal.

  • impoli gone le 04/04/2020 à 10h40
    Un peu de légèreté et de sourire, c'est bien.

    Et comme Ba Zenga, je la vis plutôt bien, cette absence. Une vraie désintox. Même pas une rediff et seulement deux ou trois articles sur le foot en 3 semaines et mes mains ne tremblent pas.
    Et je serai content de retourner au stade alors que ces derniers temps, entre le niveau affligeant des matches de mon équipe et leur enchainement tous les 3j pendant 5 mois, le ras le bol était tout près.

    Oui, Richard N, je pense comme toi, la grande peur du sport pro (foot mais pas que), c'est qu'on se rende compte que la rareté est précieuse ici comme dans d'autres domaines. Ou qu'on peut mettre son argent dans autre chose.

La revue des Cahiers du football