En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Comment rendre le mercato d’hiver divertissant ?

Démode d'emploi – La fenêtre des transferts de janvier est une plaie. En attendant de pouvoir s'en débarrasser, autant en faire un spectacle à part entière. 

Auteur : Hind le 15 Jan 2020

 

 

Le mercato d’hiver, entré dans les mœurs et dans le calendrier football depuis 1997, continue à ulcérer beaucoup de monde, supporters comme entraîneurs. Compromettant l'équité des compétitions, il dépasse sa raison d’être de marché correctif et ne se distingue plus guère du mercato d’été.

 

Puisqu’il faut le supporter, que toute logique fiche le camp, pourquoi ne pas adopter de nouvelles formules afin d'améliorer le spectacle?

 

 

 


La règle du banc

Le mercato d’hiver permet aux joueurs qui cirent le banc depuis un moment d’aller retrouver du temps de jeu ailleurs. Cela reste à peu près la seule utilité de ce mercato.

 

Poussons la logique plus loin en imposant aux clubs de ne se fournir qu’en joueurs répondant aux critères du banc: ne seront transférables que les joueurs possédant un temps de jeu inférieur à un nombre de minutes défini.

 

Point positif. Les matches des réserves vont connaître un bond de leurs audiences.
Point négatif. Certains joueurs refuseront d'entrer en jeu pour ne pas compromettre leurs chances de départ.

 


La balle au prisonnier

On organise une compétition de ballon prisonnier entre tous les clubs désireux d’acquérir de nouveaux joueurs. Il est étonnant que l’UEFA, si portée sur la création de compétitions fantasques, n’y ait pas pensé avant.

 

Le principe, si vous ne le connaissez pas: un terrain de jeu divisé en deux camps, un par équipe. Chaque camp lui-même divisé en deux parties, une zone libre de jeu et une zone appelée la prison. L’objectif est de faire prisonnier les joueurs de l’équipe adverse en les touchant avec le ballon.

 

On ne fait jouer que les joueurs que l’on désire acheter ou vendre. Le principe: toucher avec un ballon les joueurs de l’équipe adverse pour les recruter.

 

Point positif. Effet burlesque garanti avec les joueurs prêts à tout pour être (ou pas) faits prisonniers.
Point négatif. On va découvrir que certains sont bien meilleurs dans cette discipline qu'au football.

 


Le choix des experts

En se calquant sur le modèle du Ballon d’Or, on demande aux: journalistes, éditorialistes, prêcheurs des plateaux télé, twitteurs, baratineurs, analyseurs, décrypteurs, verbiageurs et laïusseurs de voter pour placer les joueurs dans des équipes.

 

Twist plaisir: les laisser également définir les indemnités de transfert. Une sorte de grande partie de Football Manager, en moins intelligent, qui les obligera enfin à assumer leurs propos.

 

Point positif. Une cérémonie télévisée conclut l'opération, avec un énorme potentiel de gêne.
Point négatif. On connaîtra les résultats une semaine avant.

 


Le calcio florentin

Un terrain de terre battue, des costumes d’époque, et tous les joueurs transférables sont jetés dans l’arène pour lutter. Les joueurs ayant marqué le plus de buts auront les premiers choix de destination.

 

Les agents de joueurs, afin de remplacer leurs commissions, se reconvertissent en bookmakers sur les bords du terrain.

 

Point positif. Les droits TV générés financeront une mutuelle pour les footballeurs au chômage ou victimes de blessures graves.
Point négatif. C'est comme le MMA ou le Dakar, il faut accepter qu'il y ait des morts.

 


La fête du troc

Pas de ventes, pas d’achats, que de purs échanges. "On vous prend votre 6 et on vous l’échange contre un 10 et un 8 très peu servi". On en ferait une grande kermesse du troc, les sites de paris sportifs en ligne en profiteraient pour multiplier les cotes sur échanges.

 

Point positif. Panini annonce une édition mercato avec des vignettes repositionnables.
Point négatif. Les joueurs ne sont plus sous garantie, et il y a pas mal de contrefaçons.

 


L'appli de rencontres

Les inventions en matière d’analyse de données dans le foot, xG, et autres bidules statistiques sont mis au service du mercato pour calculer les transferts idéaux.

 

Une interface de type Meetic ou Tinder (selon la durée espérée de la relation) permet aux clubs et aux footballeurs de s'apparier sur la base d’un algorithme savant.

 

Point positif. Les agents sont mis sur la touche.
Point négatif. On ne se sait pas à quel trafic vont servir les données personnelles.

 


La loterie

Jadis utilisé pour désigner les jeunes hommes appelés au service militaire, prôné par certains pour élire les députés, entré dans les mœurs du football pour les coupes: pourquoi ne pas utiliser le tirage au sort?

 

Dans un bol, les boules avec les noms des clubs cherchant à pourvoir un poste, dans un autre, celles avec les noms des joueurs mis sur le marché à ce poste. Chaque fois qu'un joueur est affecté à un club, on lance une roue de la fortune pour déterminer le montant du transfert.

 

Point positif. L'aléa est de retour dans le football
Point négatif. Comme toujours avec les jeux de hasard, il y a beaucoup plus de perdants que de gagnant.

 


Le Mercatopoly

Les clubs se voient imposer des budgets en adéquation avec leurs moyens. Interdiction de dépenser plus qu’ils ne peuvent consentir, sous peine de passer par la case interdiction de recrutement.

 

Twist hard-deal: aucun montage, négociation, crédit, amortissement, bonus, entourloupe ou magouille ne sont autorisés.

 

Point positif. Le trafic des sites mercato s'effondre.
Point négatif. Ça ressemble beaucoup au fair-play financier.

 


L'abolition

De toutes ces folles propositions – et la folie a du bon sinon on s’ennuierait, comme disait Bukowski –, reste celle de supprimer cette hérésie de mercato.

 

Radical, mais songez-y: un mois de janvier sans transferts, des équipes obligées d'assumer leurs choix de l'intersaison ou de sortir des jeunes de leur centre de formation. Zéro twist.

 

Point positif. Ça n'a que des points positifs.
Point négatif. Ça n'a donc aucune chance d'arriver.
 

Réactions

  • but de ouf le 16/01/2020 à 10h22
    Merci pour ce petit délire matinal ! Par contre faut être vraiment complètement toquée pour avoir imaginé la dernière proposition !

  • Le Pobga du Coman le 16/01/2020 à 10h27
    On pourrait aussi

    1. obliger à ne recruter que des joueurs aux chomages
    2. Limiter à un seul transfert dans le sens des arrivées (d'où le côté correctif) pour transfert de club à club

    3. Introduire la clause mercato: pas de transfert définitif, mais un prêt avec o.a. 'semi-obligatoire'.
    A la fin du prêt, tout club qui s'aligne sur l'o.a. Peut négocier avec le joueur, sans objection possible du club vendeur

    4. Les joueurs de plus de 24 ans ayant moins de 7 mois de contrat peuvent partir pour le club de leur choix si celui-ci verse l'équivalent de deux mois de son salaire actuel au club vendeur.

  • mr.suaudeau le 16/01/2020 à 10h58
    Chouette article, merci!
    Une bonne surprise n'est pas à exclure, j'ai encore envie de croire à la dernière proposition. Vivement que ce système de merde explose.

  • CHR$ le 16/01/2020 à 11h00
    Et du coup entre ballon prisonnier et balle au prisonnier, vous avez choisi de ne pas choisir : un en intertitre, l'autre dans l'article et le tour est joué.

  • balashov22 le 16/01/2020 à 12h09
    Je ne sais pas ce que l'autrice (j'ai vérifié, on peut utiliser indifféremment ce terme ou "auteure") a consommé comme substances avant d'écrire cet article, mais je veux bien les coordonnées de son fournisseur. Merci en tout cas, même si effectivement la dernière proposition va trop loin, même sous l'usage de psychotropes.

  • Metzallica le 16/01/2020 à 12h40
    On peut dire autrice, si si.

  • dugamaniac le 16/01/2020 à 14h20
    Le rééquilibrage marxiste:

    A mi championnat, le dernier pioche 2 joueurs de son choix dans l'effectif du 1er qui en contrepartie en prend 2 chez le dernier. Idem entre le 2nd et le 19ème, ainsi de suite

    Point Positif:

    Neymar n'est plus qu'à 2 heures de route de Barcelone, ce qui améliore nettement son bilan carbone.

    Point Négatif:

    Tout le monde voudra être dernier à la trêve. Toulouse se qualifie pour la Ligue des Champions.


  • Sens de la dérision le 16/01/2020 à 16h07
    Et les supporters alors ? On devrait avoir le droit de changer de club de coeur au mercato d'hiver !

  • Toni Turek le 16/01/2020 à 21h26
    Beaucoup plus fun que la chronique vue sur le site du Point ("Et si la Ligue 1 arrêtait d'être pépère").
    Merci à l'autrice.


    On pourrait faire aussi des échanges en fonction des numéros sur les maillots.
    Genre un 10 = un 9 + un gardien.
    (Les clubs de l'Est, friands en numéros élevés, pourraient peut-être ainsi revenir sur le devant de la scène).

La revue des Cahiers du football