Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Comment contourner une interdiction de déplacement?

Démode d'emploi – Les interdictions de déplacement se multiplient, mais les supporters développent des méthodes pour y échapper. 

Auteur : Hind le 29 Nov 2019

 

 

Les interdictions de déplacement visant les supporters de football, supposées exceptionnelles, sont devenues monnaie courante, voire systématiques lors de certaines rencontres considérées à risques. Mais la prohibition a toujours stimulé la créativité.

 

Afin de se déplacer tout de même sans se faire pincer, les supporters ont développé plusieurs techniques. Certaines évidentes, d’autres plus sophistiquées, toutes ne donnant pas entière satisfaction pour qui souhaite justement soutenir et encourager son équipe. Mais il faut bien faire des compromis.

 

 


photo envertetcontretous.fr

 

 

Le chat et la souris

Lorenzo, supporter du PSG, est rodé à l’exercice et explique comment il esquive la surveillance:

 

"Il faut se déplacer hors des déplacements officiels de supporters, bien sûr, en voiture individuelle, et se regrouper seulement sur place. Prendre des places au préalable hors parcages, soit grâce à des contacts locaux à la billetterie, soit par Internet – mais dans ce cas, il faut faire attention à l’adresse IP, car ils peuvent nous traquer par ce biais. Durant le conflit Larrue en 2004 [Jean-Pierre Larrue, ancien directeur de la sécurité du Paris-SG, ndlr], on avait organisé pas mal de contre-parcages, mais aussi des sit-in dans les parkings quand on ne pouvait pas rentrer. Savoir esquiver la police en passant par les départementales était une condition sine qua non. Il faut aussi éviter les péages: les policiers s’en servent comme points de filtrage. Le but est d’arriver au pied du stade et, là, c’est déjà une demi-victoire. C’est un jeu du chat et la souris…"

 

Jean, lui aussi supporter parisien, raconte cependant les arrestations et les coups reçus par des stadiers, lors d’un déplacement à Guingamp en Coupe de France, après que certains supporters venus incognitos ont déroulé une banderole pour protester contre Jean-Pierre Larrue.

 

Face à la répression, les supporters se montrent souvent solidaires: ceux du club adverse s’organisent pour réserver aux visiteurs des places avec eux en tribunes. Fabien, supporter de Saint-Étienne, confirme:

 

"En groupe, je ne suis pas sûr qu’il y en ait des masses qui réussissent, mais les Bordelais, avec l’aide des supporters strasbourgeois, avaient obtenu des places à la Meinau [en février 2018]. On avait essayé d’en prendre pour les mecs de Bâle, quand ils sont venus à Sainté, mais ça avait capoté sous la pression des flics."

 

 

Complicités internes

Matteo, supporter toulousain, raconte un déplacement interdit à Bastia il y a quelques année, à l'occasion duquel le club lui-même avait facilité le voyage de ses soutiens:

 

"On se retrouve interdits de dep après avoir engagé tous les frais – avion, location, etc. Le club nous a refilé les places auxquelles il avait droit pour qu’on puisse faire le déplacement et assister au match. Repérés par les 1905 [ultras de Bastia], qui vendaient des billets de tombola, on a eu droit à: 'C’est bien, vous avez niqué les flics'."

 

Julie, supportrice de Saint-Étienne, prend des billets régulièrement pour ses amis:

 

"J'ai déjà amené des supporters lyonnais en kop à Sainté pour les derbies, ils avaient juste à se taire et se réjouir intérieurement."

 

Tous les supporters s’accordent pour dire que, d’un match à l’autre, les risques ne sont pas les mêmes. Certains déplacements interdits, à but essentiellement dissuasif, sont finalement peu contrôlés.

 

La récente circulaire du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, adressée aux préfets, évoque la volonté de limiter les interdictions de déplacement. Il y apparaît clairement que leur motivation principale est plus d’économiser les effectifs policiers que d’éviter des débordements.

 

 

Supporters clandestins

Cependant, quelle que soient les circonstances, il faut toujours prendre ses précautions pour braver l'interdiction. Fabien avoue qu’il se déplace régulièrement sans trop de problème, mais il reste prudent:

 

"Pour le match contre Lyon, j’ai acheté le billet sur le site de l’OL, avec l’adresse d’un parent puisqu’ils refusaient tout ce qui venait du 42. Ensuite, pas de voiture immatriculée 42, alors j’ai emprunté celle de mon père. Même là, tu fais dans la discrétion. D’une part, tu te dis, merde, y a les flics. D'autre part, tu as les Lyonnais, et ce n’est pas le grand amour, forcément. Pour le dep à Montpellier, ils avaient imposé une restriction: nous devions tous arriver en bus. J’ai pris un covoiturage et emporté ma trottinette pour rejoindre le reste des supporters au point de RDV, J’ai donc fait un bout de chemin sur la bande d’arrêt d’urgence d’une autoroute avec ma trottinette."

 

Les règles sont connues: se déplacer seul ou en petit groupe, se rejoindre une fois sur place, éviter les trains et les transports en commun, faire acheter son billet par quelqu’un d’autre, s’habiller "en civil" et ne pas réagir une fois dans le stade. Cette dernière recommandation reste la plus difficile à appliquer, admet Fabien:

 

"Le plus dur est de masquer ses réactions sur un fait de jeu. Je me souviens qu'en 99, j’avais assisté à un match de coupe d’Europe avec une écharpe de l’ASSE... dans le kop des Bad Gones! Ça ne s’était pas très bien terminé, je ne recommande pas."

 

Si ces techniques fonctionnent généralement bien pour les supporters lambda, beaucoup d’ultras renoncent à effectuer le voyage en dehors d’une action collective. Ils savent que leurs chances de rallier le stade sont réduites, même s’ils se déplacent discrètement et sans signes distinctifs. Ceux qui tentent leur chance connaissent les risques.

  

Réactions

  • Redalert le 29/11/2019 à 05h54
    C'était donc pour ça cet appel sur Twitter...

    Sinon, pour moi, l'article aurait été meilleur si tu avais raconté une journée type d'un supp' interdit en déplacement mais pour ça il aurait fallu faire un dep'.

    Merci quand-même de mettre en lumière les difficultés à supporter son club normalement dans la société française d'aujourd'hui.

  • balashov22 le 29/11/2019 à 10h29
    Merci également de souligner que la volonté d' "apaisement" énoncée par le Ministre de l'Intérieur masque en fait en partie un souhait de relâcher la pression sur ses effectifs (pour mieux les envoyer casser du manifestant ?).

  • Christ en Gourcuff le 29/11/2019 à 12h00
    Quelle époque! Vraiment compliqué ces techniques pour passer le Mur de Ber...pardon, pour assister à un match de football.

  • Bernard Diogène le 01/12/2019 à 11h07
    C'est pas tout-à-fait nouveau.
    Au début des années 2000, j'habitais à Lille et j'allais à Grimonprez-Jooris voir des Lille-Auxerre en tribunes visiteurs. Je prenais mon billet dans la semaine au guichet, mais alors le soir de match, ça se compliquait...
    Ça m'est arrivé d'aller chercher un responsable de la sécurité pour rentrer alors que tout était en règle.
    Ceci dit, le stade avait la réputation d'être une prison. Faut croire que c'était pas volé.
    La contrepartie : un stade en ville, d'une taille raisonnable et une ambiance bouillante. Imaginez, une intervention pleine d'autorité de Pascal Cygan, ça envoyait. Même des buts de Dagui Bakari et Laurent Peyrelade, c'était le feu. Sacré époque... Mais je m'égare, désolé.

  • Hind le 05/12/2019 à 13h28
    @Redalert Oui, ce que tu proposes peux être intéressant mais cela serait plus pertinent de le faire en reportage et malheureusement je ne me suis pas encore déplacée dans ces conditions. Je garde l'idée cependant.

  • Hind le 05/12/2019 à 13h29
    @Balashov22 ça tombe un peu sous le sens de la réflexion dans le texte.

La revue des Cahiers du football