Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Bruno Genesio est-il un bon entraîneur ?

Critiqué par une partie des supporters, défendu par l'autre et jamais lâché par son président, l'entraîneur de l'OL continue à résister aux tempêtes mais la qualité de son travail reste difficile à juger.

Auteur : Christophe Kuchly le 8 Jan 2019

 

 

L'histoire débute par un clin d'œil: un coach nommé le jour du réveillon de Noël, affublé d'un surnom similaire à celui qui a tout gagné avec Messi. Pour beaucoup, Genesio n'est pas Bruno mais Pep. Un sobriquet à l'ironie certaine, triste honneur qui n'a pas de réel équivalent ailleurs en Europe. Leverkusen fut Neverkusen, et Everton Santos, dans les couloirs du PSG, était Jean-Claude Robigneau. Mais même Ravanelli, qui tenta de copier la méthode sans se faire comprendre de ses joueurs et ne gagnait jamais, n'a jamais été Fabrizio Lippi.

 

 

Le coaching et le contexte

Un fait, déjà: avec plus de trois ans d'ancienneté sur le banc lyonnais, Bruno Genesio dépasse la moyenne à son poste. Bien sûr, cela tient d'abord à la confiance de son président, qui aurait pu appuyer sur le détonateur à plusieurs reprises au cours de cette période – et l'aurait peut-être fait avec un coach n'étant pas du cru. Mais ne pas être lâché par son vestiaire est déjà une forme de réussite, relative mais notable, surtout en comparaison de la situation dans laquelle se trouve actuellement l'autre Olympique.

 

 

Contrairement aux joueurs, dont on estime le potentiel et la progression par rapport à leur âge, les entraîneurs sont vus comme des entités statiques binaires: bon/pas bon. Leur métier, basé sur l'intellect et la transmission, se juge à l'aune de ce qu'il se passe sur le terrain mais n'est pas réellement quantifiable (bonnes consignes et mauvaise transmission, l'inverse, ni l'un ni l'autre?). Souvent quinquagénaires, anciens joueurs et/ou multiplement diplômés, on suppose qu'ils ont assez de connaissance et de vécu pour proposer un produit fini. S'il est de qualité, alors ils sont considérés comme bons.

 

La réalité est pourtant bien plus nuancée. Rudi Garcia, dans l'impasse à Marseille, a gravi les échelons et gagné des titres en alliant une communication intelligente à un jeu abouti. Marcelo Bielsa, qui n'a pas réussi à Lille, n'a pas changé sa méthode et ses idées en allant à Leeds, avec qui il est en tête du Championship. À de rares exceptions près, aucun technicien n'est toujours la bonne personne au bon endroit, un talent supérieur transcendant les contextes. Et même Alex Ferguson, modèle de réussite durable, n'a gagné que deux coupes nationales entre 2003 et 2007.

 

 

Des résultats mais pas de titres

Le problème de l'OL, et donc de Bruno Genesio, est d'être régulier dans l'irrégularité. Il n'y a pas de bonnes et de mauvaises saisons, de sommets très hauts suivis de chutes encore plus grandes. Lyon est souvent bon dans les grands matches? Oui, mais il y a aussi la demi-finale aller de Ligue Europa face à l'Ajax et le huitième de finale retour contre le CSKA Moscou. Lyon souffre contre les petits? Il y a certes des sorties de route, mais pas assez d'accrocs pour parler de crise.

 

Manière et résultat: voilà le cœur du problème. La façon de faire est subjective (les fans du Barça et de l'Atlético n'ont par exemple pas les mêmes attentes) mais les points engrangés ne sont pas discutables. Quand, pour certains, leur total suffit à légitimer le travail d'un coach, les autres attendent plus. Et les Rhodaniens ont suffisamment gagné depuis le début du siècle pour que la question esthétique, secondaire chez les "losers", devienne importante.

 

 

Les chiffres, les voilà: deuxième, quatrième puis troisième lors des trois premières saisons sous les ordres de Genesio, Lyon est pour l'instant troisième. Le total de points, en augmentation constante (65, 67, 78), sera probablement en baisse, le compteur étant bloqué à 32 après dix-huit journées. Voilà pour le championnat. Demi-finalistes de C3, les Gones n'ont par ailleurs pas dépassé les quarts des coupes nationales et n'ont donc rien gagné depuis la Coupe de France 2012. Une disette à mettre en rapport avec la domination du PSG, mais rarement proche d'être stoppée.

 

 

Un potentiel inexploité

Bruno Genesio, dont les échecs à Villefranche-sur-Saône et Besançon n'ont pas aidé à bâtir une image de gagnant, n'a donc pas de palmarès. Pas beaucoup de charisme non plus, ce qui ne permet pas de détourner l'attention du terrain. Rolland Courbis, vainqueur d'un championnat de D2 et de deux coupes en Algérie en trente ans de coaching, soit moins que Victor Zvunka par exemple, pourra confirmer l'intérêt d'enrober des déclarations à la pertinence discutable d'une gouaille sympathique.

 

Toujours amené à jouer les premiers rôles en Ligue 1, le coach lyonnais a pour plus grand échec l'absence de podium en 2017, avec un retard sur Nice supérieur à l'avance sur Bordeaux, anonyme sixième. Et pour plus grande réussite le redressement opéré à son arrivée, même si la qualification pour les huitièmes de Ligue des champions, marquée par une victoire face au City de Guardiola, peut être le début d'une belle histoire.

 

Cette rencontre face à l'ogre anglais, double affrontement même puisque le nul du retour fut également abouti, ouvre paradoxalement la porte aux critiques. Jusque-là trop souvent proche de sa (faible) valeur plancher, avec une tendance à tourner en rond avec le ballon et mal couvrir ses zones sans, l'OL a alors rappelé que son plafond était très haut. Les détracteurs, qui devinaient l'énorme potentiel de cette équipe à la lecture de l'effectif, y ont eu la preuve de ses capacités. Et se demandent bien pourquoi elle évolue si loin de son maximum, semaine après semaine.

 

 

Logique difficile à suivre

On entre alors dans le cœur du problème: la gestion tactique d'un entraîneur qui n'a pas d'idées suffisamment fortes pour qu'on décèle une ligne directrice. Depuis sa prise de fonction, les exemples de ce qui ressemble à de l'improvisation sont nombreux: gestion du onze (Yanga-Mbiwa, Nkoulou, Mammana et Diakhaby alternant titularisation et tribune), des postes (Tolisso et Fekir baladés un peu partout) ou des systèmes (un différent à chaque match de C1 cette saison selon whoscored)…

 

 

Pour symboliser le manque de continuité des choix faits depuis trois ans, impossibles à résumer en un seul article, il faut imaginer un curieux avec beaucoup de temps libre et d'ouverture d'esprit, qui cliquerait sur tous les hyperliens de la page wikipédia "tactique (football)" jusqu'à avoir cinquante onglets ouverts. Un scientifique mélangeant des produits pour tester chaque réaction, érigeant la sérendipité au rang de projet footballistique. 

 

Parfois suffisamment audacieux pour faire des découvertes (Marçal en défense centrale) ou suffisamment attentif pour copier la formule des autres (Memphis en pointe comme en sélection, défense à trois calquée sur celle d'Hoffenheim). Mais jamais totalement à la pointe, le lancement d'Houssem Aouar dans l'entrejeu et le placement de Maxwel Cornet en pointe suivant de plusieurs mois l'injonction de nombreux suiveurs.

 

Comprendre le "pourquoi" n'étant pas facile, il faut imaginer des hypothèses. Deviner des sanctions contre certains quand ils sont subitement sortis de l'équipe, supposer qu'il y a un parti pris anti-routine dans le renouvellement permanent des fondations de jeu. Et c'est dans cette incompréhension que naît le débat sur le coach, dont on questionne d'autant plus vite les capacités quand on ne voit pas où il veut en venir – même s'il connaît a priori bien mieux le foot que tous ceux qui jugent son boulot. 

 

 

La théorie du livret A

Alors, pour revenir à la question du titre, Bruno Genesio est-il un bon entraîneur? Il n'est déjà pas le plus mauvais, ce qui peut paraître bête à dire mais peut vite s'oublier quand Lyon rate complètement un match. Là où, au hasard, un José Mourinho peut se couper de son groupe et nettement sous-performer, lui arrive pour l'instant toujours à garder le cap.  

 

Mais c'est aussi très loin d'être le meilleur, les performances ponctuelles ne masquant qu'en partie l'absence de projet de jeu reproductible qui ferait passer un cap à l'OL en championnat, lui qui dispose d'un effectif dont on mesurera la qualité dans quelques années – quand Ndombélé et consorts seront des références à leur poste. Au fond, dans un club dont la présence en bourse oblige à une gestion prudente, il est une sorte de livret A: rassurant car sans risque mais sans apport substantiel.   

 

En refusant d'être dogmatique, Genesio laisse un cadre assez libre et donne les clés à ses joueurs. Cela leur permet de progresser dans la prise d'initiatives et d'intéresser beaucoup de grands clubs, mais expose le groupe à la variation des états de forme. Sans structure supérieure à celle de l'adversaire, il faut que les individualités soient en mesure de faire des différences... ce qui est plus facile avec de l'espace que contre des blocs bas, et explique aussi les difficultés en championnat.

 

À sa façon, Bruno Genesio est encore un entraîneur en formation qui, comme ses ouailles, réussit des matches et en rate d'autres. Un nouveau venu au plus haut niveau qu'une communication défensive dessert autant que des soutiens médiatiques à l'argumentation discutable. Et qui, même s'il commence à prendre le parti du jeu depuis quelques semaines, n'a jamais proposé suffisamment de spectacle pour qu'on en fasse un romantique incompris.

 

 

Réactions

  • Jus de Nino le 08/01/2019 à 07h40
    Au sujet de la dernière phrase, juste rappeler le record de buts en une saison (87) pour l’OL établi sous Pep. Certes dans un contexte d’augmentation généralisée des buts marqués.

  • OLpeth le 08/01/2019 à 08h46
    Bruno, le coach Livret A ! Belle trouvaille qui ravira les comptables du GALD que nous sommes. En attendant qu'il se transforme en coach PEA (pas en Junk bond pitié).

  • J'ai remis tout l'allant le 08/01/2019 à 11h33
    Le journaliste : Mais au fond quelle différence y a-t-il entre le bon et le mauvais entraîneur ?
    Tous : (Rires)
    Entraîneur 1 : Ah j'l'attendais celle-là ! J'l'attendais... Non mais, le mauvais entraîneur ? Bon, bah, c'est le gars qui a une équipe, y voit un truc qui bouge, il crie "Tire !"
    Le journaliste : Et le bon entraîneur?
    Entraîneur 1 : Le bon entraîneur ? C'est un gars, il a une équipe, y voit un truc qui bouge, il crie "Tire !"... mais...
    Entraîneur 2 : ... C'est pas la même chose ! Y'a le bon entraîneur, et y'a le mauvais entraîneur...

  • Il Capitano le 08/01/2019 à 12h14
    "Comprendre le "pourquoi" n'étant pas facile, il faut imaginer des hypothèses. Deviner des sanctions contre certains quand ils sont subitement sortis de l'équipe, supposer qu'il y a un parti pris anti-routine dans le renouvellement permanent des fondations de jeu. Et c'est dans cette incompréhension que naît le débat sur le coach, dont on questionne d'autant plus vite les capacités quand on ne voit pas où il veut en venir – même s'il connaît a priori bien mieux le foot que tous ceux qui jugent son boulot."
    C'est tellement vrai et explique beaucoup des débats sans fin à son sujet.

    "lui qui dispose d'un effectif dont on mesurera la qualité dans quelques années – quand Ndombélé et consorts seront des références à leur poste."
    Le Zizou de Bordeaux n'avait pas le niveau de celui de Madrid. Juger Genesio là dessus est une erreur. Si on veut l'évaluer hors résultats, on peut le faire sur sa capacité à trouver des solutions aux problèmes récurrents, comme les blocs bas. Ne pas trouver de solutions aux problèmes identifiés est une réelle faiblesse mais sur le reste, c'est un mauvais procès, trop souvent à charge.

  • Radek Bejbl le 08/01/2019 à 12h27
    Pas besoin de prendre un gap temporel aussi grand (surtout avec l'étape Juventus des 90s qui vous change un homme). Je pense que, déjà, plusieurs personnes voient plus négativement qu'à l'époque la saison de la 4e place maintenant que Tolisso et Lacazette, avec certes des problèmes de régularité/blessure, ont montré leur talent à l'étranger (Darder et Mammanana sont à part parce qu'ils n'ont pas passé de gros cap mais il y a aussi des choses à dire). Ca ne peut être un argument central mais ça doit forcément être pris en compte, d'autant qu'il est assez facile de voir si un joueur progresse ou pas.

  • Il Capitano le 08/01/2019 à 14h10
    Ah mais évidemment que le niveau des joueurs du groupe est à prendre en compte, je parle justement du gap du temps.
    Plus le joueur est jeune, plus ce gap de temps a un impact sur le niveau à un instant T, et surtout sur la régularité du joueur.
    L'OL a plein de joueurs très talentueux mais à part Fékir et éventuellement Memphis, ils sont loin de leur phase de maturité. C'est donc injuste de mon point de vue d'évaluer le niveau de l'effectif avec leur niveau futur. Le Aouar à 19/20 ans n'est pas le joueur qu'il sera à 23/25 ans, pareil pour Ndombele et Mendy, même si étant un poil moins jeunes, l'écart sera moins net.
    ça n'excuse en rien les lacunes répétées non-corrigées mais dire qu'on jugera le niveau d'un groupe aussi jeune sur leur niveau dans 3 à 5 ans est à mon avis totalement biaisé et orienté, pour ne pas dire à charge.

    Vous remarquerez que mon idée n'était pas strictement de défendre Genesio, si j'avais voulu le faire j'aurais mis vraiment en avant le fait qu'il lance et amène à progresser les jeunes talents (notamment par sa volonté de responsabiliser les joueurs de talent mais pas que).
    On pourrait avoir cette lecture mais mon feeling (très personnel certes) est que sur ce plan il n'a pas une plus value particulière, que l'impact vient surtout du contexte combinant l'accompagnement lyonnais (bien antérieur au coach) et le positionnement haut niveau sans les exigences du très haut niveau (type top 10 européen), qui est la bonne étape pour progresser sans que la marche soit trop haute.

  • Radek Bejbl le 08/01/2019 à 14h31
    Chacun voit le truc à sa façon, mais n'ajoute pas de variables à une phrase dont l'aspect discutable est le fait d'affirmer qu'ils seront des références. Le 3 à 5 ans, tu l'interprètes d'un "quelques" qui n'a pas été écrit avec cette temporalité en tête (j'aurais mis "l'an prochain" si j'avais été sûr qu'ils seraient tous vendus à l'été). Dans l'absolu, je pense qu'on n'est pas loin d'être d'accord sur pas mal de trucs.

  • Il Capitano le 08/01/2019 à 15h58
    Ah mais oui, on n'est pas si loin avec le principe du gap de temps.
    Mon double post est en réponse à l'article, et je détaille en fonction de ta réponse.
    + généralement, hors de ce cas pour évaluer un coach, déjà que les comparaisons entre joueurs sont aléatoires, si on oublie le le paramètre forme/niveau à l'instant T je trouve ça ultra hasardeux, c'était simplement là où je voulais en venir pour cette partie niveau de l'effectif.

  • Bernard Diogène le 08/01/2019 à 17h21
    "Depuis 2010, Bruno Génésio est le 1er entraîneur à prendre au moins 4 points lors de ses 2 rencontres de phase de groupes face à Pep Guardiola lors d'un même exercice de Ligue des
    En" target="_blank" title="Champions."

    En" class="link"> lien
    effet, lors de la saison 2009-10, le Barça, tenant du trophée et tombé dans la poule de l'Inter - qui lui succèdera - n'avait pris qu'un point en 2 matches face... au Rubin Kazan (défaite 1-2 au Camp Nou). Le Rubin ne gagnera aucun autre match mais terminera quand même troisiè lien de match : lien

  • Pier Feuil Scifo le 08/01/2019 à 20h58
    Il Capitano
    aujourd'hui à 15h58

    Cet argument sur le jeune âge est super fallacieux (tout est dans le super). Dortmund a un effectif avec une moyenne d'âge de 24,29, Lyon de 23,73... Et à aujourd'hui Dortmund met une trempe au Bayern and co en Bundesliga, quand nous voyons le PSG loin devant, très loin.
    Et dire que Pep a du mérite de faire jouer les jeunots... je crois qu'il n'a pas tellement le choix, étant donné que c'est le modèle que lui impose sa direction. Maxence, il aura fallut attendre janvier pour le voir. Diop, on le voit vraiment avec parcimonie. Dix minutes par-ci, par-là. Alors qu'il fait un match très intéressant à City. Pourquoi couper son élan, et cramer Tanguy pendant ce temps là ? Punition ? Frilosité ?
    La régularité, je pense, s'acquiert en jouant, pas en regardant les autres jouer. Enfin, comme le souligne l'article, au final j'en sais rien. Et puis ces derniers temps, parfois, nous avons eu le droit à plusieurs matchs (ou mi-temps) successif avec du jeu. Pas dix ou quinze minutes éparses. Y a une évolution certaine. P't'être que dans dix ans...

    Merci pour l'article sinon, mise en perspective intéressante du métier d'entraineur.