Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Cette cape jamais dépassée

Avec Bleus éphémères, Raphaël Perry écrit l'histoire des internationaux bloqués à une seule sélection, pour l'éternité. 

Auteur : Richard Coudrais le 18 Oct 2021

 

À l’heure où l’on compte bientôt une équipe complète de centenaires en équipe de France (Antoine Griezmann est le neuvième joueur à rejoindre le cercle des Bleus à cent sélections), il est bon de rappeler que certains footballeurs ont contribué à l’histoire de l’équipe de France le temps d’un match, et d’un seul.

C’est cette foule de joueurs à une seule sélection qu’a voulu raconter le journaliste Raphaël Perry dans son ouvrage Bleus éphémères. Le mot éphémère n’est peut-être pas le bon, dans le sens où il désigne ce qui s’efface après avoir été.

 

 

À la lecture de l’ouvrage et des témoignages recueillis auprès de joueurs concernés, on retient qu’une sélection en équipe de France ne s’efface jamais, n'eût-elle duré qu'un match, une mi-temps ou quelques minutes. Ni des palmarès, ni de la mémoire de l’intéressé. Une sélection en équipe de France est éternelle.

Ce fut "une parenthèse enchantée" Pour Thierry Laurey, sélectionné pour un Écosse-France de 1989. "Deux minutes ou 80 sélections, cela ne change rien au bonheur d’être sélectionné", affirma quant à lui Bernard Boissier, entré tout à la fin d’une rencontre perdue face au Portugal en 1975, jamais rappelé ensuite.

Longtemps recordman du temps de jeu le plus court, le Nîmois sera battu trente ans après par Franck Jurietti, qui a porté le maillot bleu durant… cinq secondes. Un record dont le Bordelais s’amuse: "Dans dix siècles, je le détiendrais toujours!"

Raphaël Perry, dont c’est le premier ouvrage (et à qui, en dépit du sujet, on souhaite que cela ne soit pas le dernier), a recensé 244 Bleus mono-capés, entre le printemps 1904 et l’été 2021. Le tout premier, Jacques Davy, avait la particularité de pratiquer le hockey en parallèle et de n’avoir plus été retenu pour cause d’attitude trop violente.

De page en page, on découvre autant de joueurs obscurs que de noms prestigieux, et derrière chacun d’eux, une situation particulière, une carrière hors norme, une malchance poisseuse – toujours une histoire à raconter.

Bleus à usage unique

Parmi les noms prestigieux figurent ceux qui deviendront de grands entraîneurs et des sélectionneurs à succès, tels Jean Snella et Michel Hidalgo, ou Rudi Hiden qui fut le dernier rempart du Wunderteam autrichien avant de devenir, une fois seulement, celui de l’équipe de France.

Et il y a les autres, qui ont connu en bleu une gloire toute warholienne, comme Pascal Chimbonda dont le nom fut la hype guignolisée d’un été, ou encore celui qui n’a ni commencé, ni terminé la rencontre, se blessant après être entré en cours de jeu.

Il y a ceux qui ont fait de la mono-sélection une sorte de tradition familiale. Ceux dont leur seule apparition fut un match historique ou une rencontre de Coupe du monde, dont Albert Rust, qui a bénéficié d’une prolongation, augmentant son bonheur unique au-delà des quatre-vingt-dix minutes réglementaires.

L’auteur présente ces joueurs par ordre chronologique, rappelle leur carrière et le contexte de leur unique sélection. Quand viennent les pages de son époque de prédilection, le lecteur est parfois surpris de lire qu'untel a un jour joué en bleu, ou que tel autre ne compte pas plus de sélections. L’ouvrage évite l’écueil de l'énumération en préservant un style vivant et non dénué d’humour.

Lire aussi l'interview de Raphaël Perry par Chroniques Bleues.

Ces Bleus à usage unique voyaient dans cette rencontre leur première sélection, mais probablement pas la seule. Ils ont attendu désespérément d’être rappelés par le sélectionneur, les plus chanceux n'ayant eu droit qu'au banc de touche et à un échauffement sans suite.

L’auteur a recueilli les témoignages de ces héros d’un jour chez qui pointe parfois un peu d’amertume que le temps efface peu à peu, faisant place à un merveilleux souvenir. Car, après tout, ne sont-ils pas des privilégiés, par rapport aux nombreux professionnels jamais appelés, ou à ceux qui n’ont connu de l’équipe de France que le banc de touche, un match non officiel ou l’équipe de France B? 

 

Bleus éphémères. Histoires fabuleuses et cruelles des 244 joueurs sélectionnés une seule fois en équipe de France de football, de Raphaël Perry, éd. Hugo Sport, 19,95 euros.

 

Réactions

  • Jankulowski Desailly Galasek le 18/10/2021 à 12h16
    Je le veux !

  • Sens de la dérision le 18/10/2021 à 12h36
    Moi aussi !

  • 12 mai 76 le 18/10/2021 à 12h57
    En voilà un beau quignon: trouver les 244 !

  • theviking le 18/10/2021 à 14h20
    combien de sélections ?
    une fois, le seum.

  • dugamaniac le 20/10/2021 à 14h11
    Il y a des chances que ce soit évoqué dans le livre mais Faubert c'est 1 sélection, 1 but (avec le 10 dans le dos en plus)
    Il y en a surement d'autres mais je doute qu'ils soient assez pour faire un 11.

  • Toto le Zéro le 21/10/2021 à 13h38
    Je serais curieux de connaître ceux qui ont été en équipe de France B et jamais en A. Et même A' mais jamais en A.

  • Richard N le 22/10/2021 à 15h29
    Le site Chroniques Bleues a fait une petite série sur les "quasi-Bleus" : lien

  • Toto le Zéro le 23/10/2021 à 10h21
    Merci!

  • 12 mai 76 le 25/10/2021 à 15h20
    Une sélection un but pour Laurent Roussey aussi je crois.

  • 12 mai 76 le 25/10/2021 à 16h05
    Vérification faite 2 sélections pour Roussey. Dommage !

La revue des Cahiers du football