Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Avant-Premier League 2022/23 : la grande présentation

Preview Premier League - Après des vacances de rêve à Rotherham et Milton Keynes, Kevin Quigagne présente une saison anglaise potentiellement riche en surprises. 

Auteur : Kevin Quigagne le 23 Août 2022

 

PREVIEW PREMIER LEAGUE

Avant-Premier League 2022/23 : la grande présentation

United, le plus grand cirque du monde

Premier League 2022/23 : nouvelles têtes

* * *

La Premier League is back. Cette 124e édition de D1 s'annonce indécise, avec une Coupe du monde qui tombe comme un cheveu sur la chorba et pourrait chambouler les certitudes et le championnat. Alors accrochez-vous à vos doudous, c'est reparti !

(N.B. : les montants indiqués dans l'article sont en livres sterling. PL = Premier League).

 

 

Récap de la saison dernière

Manchester City a été couronné champion (93 points, 99 buts), au terme d'un mano a mano d'anthologie avec Liverpool (92/94). Chelsea (3e) et Tottenham (4e), une vingtaine de points en retrait, ont gratté les deux autres places de Ligue des champions. 

Les grands ados de Mikel Arteta à Arsenal ont animé la lutte au Top 4 jusqu'au bout (5e). Manchester United a chanceusement accroché la sixième place, mais loin derrière, avec notamment un zéro pointé à la différence de buts et une défense à peu près aussi utile que les joyeuses du pape. 

West Ham (7e) a continué à monter en puissance mais leur bulle a fait "pop" sur la fin. Un manque de profondeur de banc (9 joueurs à plus de 40 matches) a handicapé les Hammers, ce à quoi a tenté de remédier David Moyes à l'intersaison. 

Dans le ventre mou, le Crystal Palace de Pat Vieira, le promu danois de Brentford, les Portugais de Wolves et le cosmopolite Brighton ont produit du beau jeu, mais ce dernier duo a péché dans la finition (seulement 80 buts à eux deux). 

En bas de tableau, gros coup de chaud pour Everton (16e), parmi l'élite sans discontinuer depuis 1954 (record anglais), et pour Leeds (17e), qui a perdu El Loco en cours de route. Les petits et éternels yo-yoistes n'ont pas démérité, mais soit n'ont pu éviter la descente (Burnley,Norwich, Watford), soit ont eu recours au milieu du gué à du surboostage digne de l'haltérophilie russe (Newcastle, dopé au PIF). 

Les prétendants au Top Four 

On reprend les mêmes pour le titre ? Hormis quelques accrocs, le duopole Man City et Liverpool domine outrageusement depuis 2017. Surtout les Citizens, en passe de transformer la PL en peu compétitive "Farmers' League". Bon démarrage des Sky Blues, mais résultat petit bras dans le sinistre Lapidico contre Newcastle (3-3). 

Au contraire de Liverpool, invaincu en PL en 2022, mais qui s'est troué sur les deux premières journées [nda : l'article ayant été bouclé dimanche soir, le six-pointer entre les relégables Man United et Liverpool n'a pu être pris en compte]. 

Certes, les Reds ont dû composer avec des indisponibilités de taille (Firmino, Thiago, Konaté, Jota, Matip), mais certains joueurs ont semblé leggy (fatigués). La cuvée actuelle est-elle un poil trop mûre ? Pour la première fois depuis février 1994, plus de la moitié du XI de départ aligné contre Fulham était trentenaire. 

 

 

Les poursuivants sont mieux armés cette saison et la Coupe du monde est l'inconnue qui aura forcément un impact - avant (joueurs cherchant à se préserver), pendant et après (blessures, révélations et transferts au mercato d'hiver, etc.). Certains clubs, tels les deux Manchester, comptent une quinzaine de joueurs sélectionnables. 

Tottenham pourrait surprendre. OK, on répète ça en boucle depuis l'âge de pierre, mais Daniel Levy, le président-propriétaire, en a eu marre du running-gag et il a fait péter le chéquier. 

Antonio Conte, qui menaçait de se natchaver sinon, a assemblé un groupe capable de taper plus haut, surtout si le duo Harry Kane-Son Heung-min continue sur sa turbo-lancée de 2021-22 : 250e but de Kane pour les Spurs ce week-end vs Wolves (en 389 matches), dont 185 en PL. Le Sud-Coréen est toutefois en dedans actuellement, un peu à l'instar de Tottenham qui n'a pas encore trouvé la carburation optimale. 

Arrivées notamment de Perisic, Richarlison, Bissouma, Lenglet (prêt) et de l'Espoir anglais Spence. Et si les Spurs finissaient dans le Top 3 ? Ou vice-champions pour changer ? Ou champions ?! Et si j'avais trop forcé sur les substances euphorisantes cet été ? En tout cas, Conte est surmotivé...

Arsenal. Les Gunners, au mental conquérant fou-fou l'an passé, mais déficitaire (en qualité, expérience, grognards, banc pour assurer la rotation), ont recruté en conséquence. 

Arteta a eu raison de croire en Jesus, qui marche sur l'eau en ce moment, ainsi qu'en son disciple Zinchenko (latéral gauche), tous deux débarqués de Man City pour le montant miraculeux de 75 millions, la putain de bargain estivale. Le retour du défenseur axial Saliba, prêté en Ligue 1 depuis 2019, est un cadeau du ciel (matez cette inspiration divine), et l'acquisition de F. Vieira (Porto) bonifiera le milieu. 

L'effectif a gagné en densité et devrait progresser dans la gestion de match. Avec une attitude moins chrétienne et un mental de tueurs contre les ventres-mouistes, une défense moins poreuse, plus de régularité, de réalisme et de solidité dans l'entrejeu, le Top 4 est envisageable. 

Quel contraste avec août 2021 et son zéro pointé à ce stade ! Un bémol sur ces temps de passage (9 points, + 7 de goal difference) : la clémence du calendrier.

Chelsea, ou le Big Reboot. Revigoré par leur rachat, les Blues voudront bousculer l'ordre établi. Trop de deadwood dans l'effectif rend un finish Top 4 improbable. 

Pour pallier les départs de Rüdiger et Christensen (gratos !), Tuchel a habilement reconstruit l'arrière-garde : arrivée du latéral-gauche piston Cucurella (Brighton) et du défenseur axial Koulibaly (Naples), homme du match contre Tottenham - avec le phénoménal Reece James - et auteur de cette superbe reprise de volée, mais dépassé vs Leeds (expulsé). 

L'ailier-faux 9 Sterling (Man City) conduira l'attaque, dépourvue de buteur efficace l'an passé. C'est léger devant (Havertz), et Chelsea cherche à se renforcer, Aubameyang tient la corde (ah, s'ils avaient gardé Abraham, désormais prophète à la Roma...). Le surdoué lavallois a les moyens d'être ce deus ex machina qui sort les Blues de l'ornière, mais il lui faudra s'améliorer dans l'application et l'autodiscipline. 

Le nouveau boss, à la tête d'un consortium, est Todd Boehly. Et en s'autoproclamant président urbi et orbi, l'Étasunien montre qu'il n'est pas venu en Terre sainte du football pour beurrer les osties (proverbe vaticanais). 

Les ventres-mouistes ++

Newcastle, West Ham, Brighton, Leicester et Aston Villa essaieront de chatouiller le Big Six. 

Paraît qu'il faut ajouter les Magpies à la liste des possibles renverseurs de table, ces derniers ayant cartonné en 2022. Si la saison avait débuté le 1er janvier, leur bilan (12 victoires, 2 nuls, 5 défaites) les aurait classés 4e. Mais avec des si... (on scierait, disait Boris Vian). 

La hype Newcastle fait plus de ravages que le crack dans les cerveaux et d'aucuns les voit même dans le Top 5 le 28 mai prochain. Lolz. Inutile de préciser que si cela arrivait, je boufferais mon béret, imbibé de sauce à la menthe anglaise coupée à la Marmite. 

Recrutement "sobre et sage", ont commenté les médias et, en creux, la direction, qui soigne sa communication. Décryptage : on s'est encore tués à essayer de faire venir du lourd, mais aucun fuoriclasse n'est assez barré pour venir s'enterrer chez nous. Pendant ce temps-là, dans l'indifférence générale, une Saoudienne vient de se prendre trente-quatre ans de prison pour avoir utilisé Twitter. 

 

 

Les Hammers, 7e l'an passé, se sont dispendieusement renforcés. Ils enregistrent les arrivées devant de Scamacca, puissant attaquant longiligne en provenienza de Sassuolo et de Cornet (Burnley) ; derrière, du gardien Areola (PSG) et de l'arrière central Aguerd (Rennes), mais indisponibilité de ce dernier jusqu'en novembre (cheville). 

Départ épouvantable (zéro point, zéro but - pour 39 tentatives), due à une grosse méforme des cadres (Bowen, Antonio, Rice, Soucek, Cresswell, Fornals), hormis l'Algérien Benrahma. Alors les supporters supplient le frileux Moyes de titulariser Scamacca et l'ex-Gone. 

La prochaine rencontre, contre le concurrent direct Villa, avant deux derbies à haut risque contre Tottenham et Chelsea, sera cruciale. Nul besoin d'être Nostradamus pour subodorer que, début septembre, Moyes pourrait être le premier coach à gicler (lui ou Frank Lampard).

Les Seagulls, surtout vendeurs à l'intersaison (Cucurella, Bissouma), ont bien démarré et, pour l'instant, ils ne sont pas retombés dans leur grand travers, à savoir la vendange XXL. Quoique la superbe victoire sur Man United en ouverture a été suivie d'un rageant 0-0 face à un Newcastle archidominé. 

Mais leçon de réalisme contre West Ham avant-hier : 2 tentatives cadrées, 2 buts. Avec le sorcier Potter à la baguette, faiseur de miracles sur la côte sud depuis 2019, du renfort et une attaque plus incisive, Brighton peut viser l'Europe. Gross, Trossard, Welbeck, Lallana, l'excellent ailier japonais Mitoma et Undav forment l'essentiel de l'attaque. 

Les Foxes, malgré leur misérable point (et 8 buts encaissés), devraient également avoir leur mot à dire (?), surtout sans distraction européenne et, espérons pour eux, une infirmerie moins bondée que l'an passé. Effectif quasi inchangé, aucune arrivée notable à ce jour (bye bye Kasper Schmeichel, sur le déclin mais son leadership leur manquera). 

Gros nuages à l'horizon cependant, trois joueurs clés étant convoités : Fofana, Tielemans et Maddison, respectivement par Chelsea, Arsenal et Newcastle. Les deux premiers cités devraient partir (pour environ 130 millions la paire) et "Madders" rester. Il s'agira alors de réinvestir la maille astucieusement, et vite. 

Les Villans, managés par Steven Gerrard et financés par leurs deux richissimes proprios, jouent la carte de la continuation. Mercato discret, principalement conversion du prêt en contrat de Philippe Coutinho, et arrivées du Marseillais Boubacar Kamara et de Diego Carlos, défenseur central acheté 26 millions à Séville - mais rupture du tendon d'Achille pour l'ex Nantais vs Everton et il sera out pour six mois. Départ raté malgré un calendrier jouable. 

 

 

Leeds. Belle entame pour cette équipe opiniâtre et superbement organisée. Un Leeds sans Raphinha ni Kalvin Phillips, parti à Man City et que T. Adams, du RB Leipzig, aura la lourde tâche de remplacer (aidé de M. Roca). 

Espérons pour les Whites que Bamford, leur buteur vedette, squatte moins l'infirmerie que lors de l'exercice précédent (la plus fournie, avec celle d'Everton). Et que, tout en conservant la grinta qui caractérise l'ADN du groupe, la discipline s'améliore : 101 cartons jaunes l'an passé, record PL explosé. Ah, on me glisse dans l'oreillette que Bamford est déjà sur la table de soins (adducteurs)... Rodrigo, très affûté, a pris le relais (déjà 4 buts). 

Les hipsters de Brentford chercheront à fracturer le Top 10, ainsi que Crystal Palace, transformé sous Pat Vieira et avec un Zaha (enfin) en feu depuis un an. 

Danger Zone 

Les promus - Nottingham Forest, Fulham et Bournemouth - sont favoris chez les bookmakers pour replonger mais la lutte en bas devrait être particulièrement âpre, deux des trois newbies s'étant fortement renforcés. 

Les Tricky Trees ont bien démarré (4 points qui auraient dû faire 6 avec plus de bouteille, vs Everton). Liesse générale à Nottingham pour la remontée en PL après vingt-trois ansd'absence et les lointains exploits de Darcheville et Pierre "Doublez mon salaire, je suis ni un esclave ni un SDF" van Hooijdonk. 

Ça dansait le sirtaki (proprio grec) après la victoire sur West Ham et, comme chaque début de saison depuis quelque temps, des centaines de supps se sont rendus au City Ground... en bateau (clip de 2017). 

Leur manager, le coté Steve Cooper que l'on compare localement à Brian Clough (surtout après quelques pintes au mythique pub Ye Olde Trip to Jerusalem) pour sa capacité à tirer le meilleur de l'effectif, a tout ravalé : 17 arrivées pour 20 départs, dont la moitié de retours de prêt. Et le caddie n'est sans doute pas plein. 

 

 

On attaque le catalogue anti-gaspi "promos produits fin de saison" et le Brightonnais Maupay ainsi que ce bon Serge (Aurier) pourraient rappliquer. Montant provisoire du ticket de caisse (en net) : 144 millions. 

Parmi les nouveaux : le prometteur milieu Gibbs-White (Wolves, 40 millions) ; le latéral droit Neco Williams, international gallois recruté à Liverpool et comparé à Trent Alexander-Arnold ; le déf central français Niakhaté, valeur sûre de Bundesliga (mais out pour plusieurs mois, ischio-jambiers) ; l'international anglais Lingard et le Nigérian Awoniyi. 

Recrutement solide également pour les Cottagers, qui compteront devant sur leur buteur en série Mitrovic, redoutable joueur de tête. Le "Mitro Show" a déjà débuté, avec deux superbes coups de casque qui ont terrassé Liverpool et Brentford (à la 90e). 

Les Londoniens semblent bien armés pour se maintenir... s'il n'arrive rien à Mitro, qui sera à Doha. C'est d'ailleurs lui qui avait qualifié la Serbie fin 2021, face au Portugal. D'une tête bien sûr, à la dernière minute. Belle victoire 3-2 samedi vs Brentford, leur premier win dans un derby londonien de D1 en 25 tentatives ! 

Les Cherries, peu actifs au mercato, miseront sur Solanke, 29 buts l'an passé en D2. Mais en 63 apparitions PL, le monocapé anglais n'a marqué que 4 pions. Il sera notamment assisté du géant gallois Kieffer Moore. 

Southampton, en régression depuis 2019, devra inverser la tendance. La fin de saison a été calamiteuse et les Saints ont terminé (15e) avec une goal difference de -24. Sans le milieu Ward-Prowse (ses buts, centres et passes dé), ça descendait. 

Leur Academy, autrefois réputée (Bale, Ward-Prowse, Chambers, Ings, Walcott, Oxlade-Chamberlain, Lallana, Luke Shaw, Kevin Phillips...), n'évolue plus qu'en milieu de tableau du deuxième niveau (PL 2, Division 2). 

Le Che (Adams) et le Malien Djenepo devront confirmer sur la longueur leur bonne forme actuelle, et le jeune sang neuf sera peut-être la clé : Bazunu, Aribo, Bella-Kotchap, Lavia, Mara, tous déjà bien intégrés. 

 

 

Alerte aussi pour Everton, un seul point d'engrangé. Farhad Moshiri, le proprio des Toffees, a injecté 600 millions depuis 2016 en affichant de grandes ambitions (dont un nouveau stade) mais il semble désormais vouloir vendre EFC, en mauvaise santé sportive et financière - 550 millions dépensés (gaspillés) en recrues ces cinq dernières saisons. 

Le départ de Richarlison et les blessés (notamment Calvert-Lewin) sont un casse-tête pour Frank Lampard, qui a cependant réussi à faire venir le milieu lillois Onana et quelques bons joueurs de PL, dont le défenseur international anglais Coady (prêté par Wolves), à la santé de fer : sur les cinq dernières saisons à Wolves (198 matches), il a été aligné 196 fois. 

Mais le déchet dans la finition est ahurrissant (19 tentatives vs Forest) et recruter un vrai buteur est la priorité, parce qu'avec seulement Rondon devant... 

Wolves, 10e l'an dernier, est en ballotage défavorable. Sans vouloir porter la scoumounao aux Loups des Midlands, l'exécrable fin de saison et leur mauvais démarrage les placent de facto ici. Leur problème principal est l'attaque et les nouvelles sont mitigées. 

La bonne : leur meilleur buteur, le Mexicain Jiménez, est de nouveau disponible. La mauvaise : il n'a marqué que 6 buts l'an dernier. L'ailier gauche/deuxième attaquant Guedes (ex PSG) et le milieu Nunes sont arrivés (respectivement de Valence et du Sporting) pour injecter plus de percussion mais il leur faut urgemment un attaquant à 10-15 buts. 

Gonçalo Ramos (Benfica) est dans le viseur. L'effectif compte désormais douze Portugais, Mendes-dépendance oblige. Souvent frustrants l'an dernier par leur inefficacité (38 buts seulement) mais quand ça joue, c'est beau comme une flânerie romantique dans Évora. 

Du vieux et du neuf

On ne regrettera pas les chamboulements liés au Covid et les excuses avancées par les clubs quand ils captèrent qu'ils pouvaient aisément feinter la PL et son réglement sur le report de match, au cas par cas. Gros sketch en décembre-janvier dernier, c'était au club qui ferait reporter le plus de matches quand le calendrier ne les arrangeait pas.

On espère aussi dire adieu aux débordements et à la violence dans les stades et autour. Serrage de vis des instances qui ont adopté de nouvelles mesures pour enrayer la forte hausse des envahissements de terrain et autres incidents en tribunes, voir ici. 

Côté nouveautés, signalons (sélection) :

Potentiellement du lourd : la volonté du gouvernement de créer un "Independent Regulator for English Football" (IREF). Ce régulateur superviserait le football anglais, surtout sur les finances et la gouvernance de club, aspects actuellement entièrement et jalousement gérés par la PL, pour ce qui est de l'élite, et par la Football League pour les divisions professionnelles inférieures. 

Il s'agit d'un pré-projet de loi ("white paper", rapport / livre blanc), axé autour de ces dix recommandations clés, donc tout cela mettra du temps à se concrétiser. L'instance PL est opposée à l'irruption d'un intrus piloté par le gouvernement (elle risque de perdre son indépendance et devoir augmenter fortement le financement de la Football League), ergo clashes à prévoir. 

Parallèlement, on peut aussi s'attendre à une dilution des recommandations initiales au travers du process. La montagne pourrait accoucher d'une souris.

À la suite du rachat controversé de Newcastle par le PIF saoudien et plus globalement la menace posée par les "clubs-États", le gouvernement - ainsi que, contrainte, l'instance PL - parle d'ajouter un élément éthique (portant en particulier sur les droits humains) aux critères financiers du Owners' and Directors' Test, examen de passage auquel doit satisfaire tout propriétaire ou actionnaire potentiel. 

Encore faudra-t-il persuader au moins 14 clubs de PL de voter les changements proposés, voir cet article du Monde. La possible création de l'IREF, dont on ignore l'étendue des compétences, pourrait changer la donne. À suivre. 

Le retour des cinq remplacements autorisés par match (et jusqu'à neuf remplaçants sur la feuille de match). 

Maillots à porter / à recycler

Le domicile EELV de Forest. Écolo, étoilé, léger, vintage. Le "Garibaldi red" a fait son comeback, portez-le fièrement.

 

 

Ainsi que les maillots de Wolves, les seuls de PL sans inscription autour de leur écusson épuré.

À mettre d'urgence dans le bac recyclage textile du coin : les jerseys de Bournemouth. Le domicile rappelle les horreurs "EdF" (électricité) des années 1990 et l'exter fait Jardiland de près, et de loin limite plantation de cannabis. 

Mes pronostics (en titane)

Mises sans crainte votre appart ou Livret A sur mes pronos (adressez-vous à la direction des Cahiers en cas de faillite personnelle ou insolvabilité en fin de saison, elle a ouvert un fonds "sinistrés des pronos") :

1. Man City

2. Tottenham 

3. Liverpool

4. Arsenal

5. Chelsea 

6. Brighton

7. Newcastle 

8. Man United 

9. West Ham 

10. Crystal Palace 

11. Leicester

12. Leeds 

13. Aston Villa

14. Brentford 

15. Nottingham Forest 

16. Fulham 

17. Everton

18. Southampton

19. Wolves

20. Bournemouth

Bonus : le chant de l'été

Le trophée du terrace chant de ce début de saison va au public Bees lors du Brentford-Man United en J2. À 4-0 et à l'adresse d'Eriksen, passé de Brentford à Man United à l'intersaison : "You should have stayed at a big club" (T'aurais dû rester dans un grand club). 

 

PREVIEW PREMIER LEAGUE

Avant-Premier League 2022/23 : la grande présentation

United, le plus grand cirque du monde

Premier League 2022/23 : nouvelles têtes

Réactions

  • José-Mickaël le 23/08/2022 à 12h51
    (Désolé mais j'ai une réaction négative... Ce n'est évidemment pas dirigé contre Kevin Quigagne et ses trois (pour le moment ?) articles complets. Mais bon, en France, c'est devenu plus difficile de suivre à la télé le championnat de France que le championnat d'Angleterre, du coup mon petit chauvinisme déplacé me fait trouver dommage qu'on n'ait pas d'articles de ce genre sur notre championnat devenu si confidentiel. Galtier qui entraîne le PSG, Lacazette de retour à Lyon, les revenants d'Auxerre... Il y en a des choses à dire !

    Qu'il y ait un Cdfiste pour rédiger de longs articles détaillés sur le championnat d'Angleterre mais pas, visiblement, sur le notre n'est-il pas que le signe que la Ligue a gagné, qu'elle a réussi son opération spéciale de promotion du football étranger ? Oui, en fait je venais surtout dire une vacherie sur la Ligue, à qui je reproche d'invisibiliser notre championnat. 80 % des matchs pour un diffuseur qui ne paie pas ses impôts !)

  • Mangeur Vasqué le 23/08/2022 à 15h10
    Tu mets le doigt sur une réalité il me semble : c'est pas si facile que ça de trouver des rédacteurs. On l'a constaté pendant des années avec Teenage Kicks et on avait les mêmes retours ici ou là à l'époque (et pourtant les potentiels rédacteurs savaient pertinemment que, comme les réguliers de la Rédaction, ils auraient filles, argent sale, gloire et substances à volonté).

  • Mangeur Vasqué le 23/08/2022 à 15h23
    Impossible de tout mettre dans cette preview, alors quelques ajouts en vrac :

    Dans la rubrique “nouveautés“ :

    - la permission accordée aux clubs de PL (et de Championship) d’introduire des “safe standing areas” (zones de placement debout lien) après un essai concluant effectué dans cinq clubs depuis janvier. Voir aussi lien

    - vu les affaires médiatisées de violences sexuelles, abus sexuels et viols ces derniers temps en Premier League, les instances PL ont annoncé en début de mois des formations obligatoires pour les joueurs, voir article Libé lien.

    - à cause de la hausse des incidents en tribunes l’an passé, certains clubs refléchissent à faire installer des “fan barriers” pour séparer les supps. Un club s'est lancé : West Ham, au London Stadium donc lien. Ils feraient mieux au passage de la mettre en défense leur barrière... Southampton a aussi introduit une grosse “zone tampon” à St Mary’s lien, donc perte de revenus billetterie (permanente je veux dire, car parfois les clubs mettent ces "buffer zones", surtout pour les derbys). Le gros des troupes attend un peu de voir je pense. Mais ce n'est pas spécialement populaire à mon avis, les retours ne semble pas terriblement positifs, les clubs qui l'ont envisagé étant accusés de trop "sanitise" (aseptiser) les stades (déjà suffisamment "sanitised" comme ça), donc pas sûr du tout que ça prenne.

    EVERTON.

    Une pensée “J’ai raté ma vie” pour Dele Alli, 26 ans, hier l'un des wonderkids frissons du foot européen (37 capes anglaises), aujourd’hui paria evertonien refourgué au Besiktas (prêt avec option d'achat). Entre-temps, des clashes avec Le Mou à Tottenham (“T’es un putain de feignant à l’entraînement […] Crois-moi, je vais t’en faire baver”. Voir le docu "All or Nothing: Tottenham Hotspur" lien), la méforme, un prêt raté à Everton et des consultants avides de buzz (Stan Collymore lui conseillant même de raccrocher les crampons...).

  • Joswiak bat le SCO le 29/08/2022 à 18h09
    J'ai aussi une critique à émettre (désolé). Triste de ne voir qu'une petite ligne pour parler de mes Eagles.
    Merci sinon, c'est vraiment toujours un plaisir de te lire, tant sur le fond que sur la forme.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.