Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Et au milieu coule un Javier

Difficile d’évaluer le niveau des joueurs de foot. Et certains plus que d’autres, à l’image d’un Javier Pastore dont le cas laisse perplexe.

Auteur : Gilles Juan le 5 Juin 2013

 

 

Beaucoup de choses se mêlent lorsqu’il s’agit d’évaluer un joueur de foot. Tellement de critères potentiellement opposés, que tout compte fait, peu de joueurs font l’unanimité (pour le talent ou la nullité). Le juge est toujours un peu supporter (un peu de mauvaise foi)… Il est joueur lui-même (en amateur ou en rêve), et s’identifie donc à certaines compétences, certains tempéraments, certaines contributions plutôt qu’à d’autres... Par ailleurs, les talents éventuels d’un joueur de foot sont tellement diversifiés, qu’on ne saurait les retrouver tous chez un seul mec, et qu’à partir de là, chez n’importe qui, il y aura toujours de quoi apprécier et de quoi regretter. Reste aussi l’éventualité que nous soyons en désaccord parce qu’on n’y voit plus ou moins clair.
 

 


 

 

Pour emporter l’adhésion quand on évalue un joueur, il y a néanmoins deux grandes catégories de stratégies. Il y a tout d’abord des critères que l’on peut considérer comme "objectifs". Certains, assez évidents, concernent les qualités intrinsèques et mesurables du joueur (il va vite, il frappe fort, il est précis, il joue des deux pieds, le gardien a de bons réflexes, etc.). Pastore est ainsi un joueur très technique. Plus subtilement, on peut parler des arguments qui consistent à remarquer que le joueur remplit, d’une manière ou d’une autre, les missions exigées par le poste qu’il occupe. Inzaghi était disgracieux, sa technique inexistante, son physique limité? Le fait était néanmoins qu’il savait consacrer toute son énergie à la réalisation du geste efficace pour marquer. Valbuena se roule par terre dès que possible et ses buts exceptionnels paraissent chanceux? Les statistiques sont là pour confirmer qu’il fait son job: passeur décisif, buteur régulier. On est tenté, par esprit de contradiction, de nuancer les performances de Thiago Silva? Nombreux sont ceux qui pourront ajouter, au nombre de ses interventions décisives, des arguments en faveur de son sens du placement et de la relance. Pastore, lui, est objectivement quelqu’un qui, une fois de temps en temps, décide de remplir son rôle.
 


Chacun ses goûts ?

Ces types de considérations sont d’ailleurs objectives au point d’être quantifiables dans les jeux de foot [1] sans générer trop de polémiques. Elles ne closent cependant pas les discussions – loin de là. Car les mesures des joueurs ne pèsent pas toujours bien lourd face à l’autre catégorie de critères, qu’on appellera "subjective", à savoir celle qui s’apparente au jugement esthétique, au jugement de goût, et qui aboutit, assez mystérieusement, à l’idée qu’un joueur "plait", ou non. L’aisance technique, la beauté d’une conduite de balle, le caractère musclé des tacles, l'art des extérieurs du pied, la combativité…, parfois des choses plus imperceptibles encore, ou plus anecdotiques en apparence (l’allure, l'attitude en dehors des terrains, la sincérité de la bonne humeur quand le joueur célèbre un but? La fidélité au club?) comptent plus qu’on ne veut bien l’avouer dans notre évaluation globale. Et Pastore a sans doute quelque chose de sympathique, puisqu'il a des admirateurs.
 

Attention, la subjectivité des critères n’en fait pas des critères moins légitimes! Il s’agit au contraire des arguments généralement décisifs, ceux qui, combinés, aboutissent à ce que l’on peut appeler le charme ou la grâce [2] d’un joueur. Il faut simplement prendre acte que l’évaluation combine des ingrédients objectifs, esthétiques et même moraux (le vice d’un Suárez pourra alors fonder, de manière assez difficile à entendre, mais pourquoi pas, l’admiration pour ce joueur, comme la discrétion de Messi peut servir d’argument à d’improbables détracteurs). Il est définitivement vain d’attendre l’unanimité entre les juges. Mais cette recherche n’est pas vaine: à nous, observateurs du foot, journalistes, photographes, artistes, commentateurs divers, d’emporter l’adhésion en trouvant les mots, les images, les schémas, pour objectiver nos impressions, et faire pencher la balance.
 


Quel est le contenu du Flaco ?

Il restera néanmoins des joueurs avec qui c’est peine perdue. Des joueurs qui cristallisent toutes les difficultés. Javier Pastore est un de ces joueurs. Comme le Canard-Lapin des philosophes, il confirme que dans toute perception triomphe l’intention de voir ce qu’on veut voir. Comme Lucho il y a quelques temps, Pastore fait l’objet d’évaluations pour le moins contrastées. Le "talent" du joueur est dans le même temps, à propos des mêmes gestes, indéniable pour les uns et invisible pour les d’autres. À chacun de ses buts ou de ses belles passes, ceux qui le défendent trouvent des "preuves" manifestes de son génie, quand d’autres voient des "preuves" de ses insuffisances (un peu comme le gros plan ralenti d’un contact entre le gardien qui sort et l’attaquant qui s’est empalé sur lui "prouve" aux uns que l’arbitre a bien fait de siffler, et "démontre" aux autres que l’attaquant en a rajouté).

 


 

 

Les attitudes de Pastore sont ambiguës au point qu’on peut "vouloir voir" les qualités techniques décisives et la réactivité nécessaire pour la passe décisive, comme on peut "vouloir voir" la chatte incroyable (l’auteur est un peu supporter niçois) dont il a bénéficié malgré l’approximation de son premier contrôle. Mis à part quelques très rares évidences (une passe difficile et intelligente par-ci par-là, ou à l’inverse une succession de passes complètement ratées), la plupart des "performances" de Pastore sont difficiles à cerner, ambiguës par définition.
 

Le but au Camp Nou? Pastore enchaîne avec agilité et pertinence un contrôle de l’intérieur puis une passe de l’extérieur du même pied, avant de partir en profondeur avec promptitude et efficacité – mais n’a-t-il pas été un peu lent? Le double contact intérieur pied droit intérieur pied gauche qu’aurait exécuté Iniesta n’aurait-il pas été, lui, effectivement génial? Et d’ailleurs, si la passe d’Ibrahimovic n’avait pas été parfaite, et que Pastore avait dû conduire la balle une ou deux fois de plus avant d’entrer dans la surface, le défenseur ne l’aurait-il pas rattrapé? Enfin, un autre que Valdès n’aurait-il pas fait plus qu’effleurer le ballon? Tout cela relève du fantasme: les faits tranchent cette fois en faveur des fans de l'Argentin. Mais les faits laissent la marge de manoeuvre pour persévérer à discréditer Pastore. D’autres fois, les faits trancheront en faveur des détracteurs, par exemple parce que son subtil extérieur du pied n’aura pas été assez appuyé, et que le gardien l’aura capté sans problème, mais ils laisseront aux fans la marge de manoeuvre pour apprécier la technique de frappe. Pastore fait toujours ça: séduire et décevoir à la fois, parce que pointe un potentiel et se manifeste une insuffisance. Le jugement objectif est démuni. Comme la subjectivité est moins regardante sur la performance; elle tranche.
 


L’éventuel talent

Il semblerait que les preuves de son génie soient suffisamment apparentes pour entretenir la foi en son talent, mais insuffisamment marquées, ou trop irrégulières, pour forcer l’admiration. Pastore est peut-être, alors, un génie en puissance – mais tout le monde ne l’est-il pas?
 

Au final, on ne va pas trancher le débat, mais on peut formuler trois hypothèses en guise de conclusion. Premièrement, on emploie souvent le mot "preuve" à la légère. Plus la "preuve" laisse de marge de manœuvre dans l’interprétation, moins elle convainc, et moins elle mérite son nom de preuve. Moins la preuve soufre d'ambiguïté, plus elle en est une [3]. Pastore n’a ainsi encore jamais donné de véritables preuves de son génie. Quelques signes, de temps en temps, mais rien qui ne contraigne à reconnaître la surpuissance du jeunot, qui n’a pour l’instant rien fait de plus, ou de mieux, qu’un autre technicien prometteur.
 

Deuxièmement, on postule que les critères subjectifs ont toujours le dernier mot. Et c’est justice: des statistiques ne feront jamais vibrer. Dans le cas de Pastore, quels fondements? Affection pour les attitudes faciles sans forcer? Fascination pour la technique? Goût du risque, puisque s’engager sur le génie de ce jeune joueur est un pari? Sympathie pour cette chouette tronche et ce corps dégingandé? Tout cela ne modèle pas un joueur si singulier.
 

On affirme, enfin, que pour toute question où il s’agit de défendre l’existence de quelque chose, la charge de la preuve revient aux croyants: dans le cas du génie de Pastore, souvent ensablé au milieu de terrain, on attend encore que les défenseurs de la cause soient convaincants. Et s’ils ne le sont pas, on postule que c’est parce que Pastore n’a pas encore fourni assez d’arguments.
 


[1] Meilleur exemple que la quantification par le salaire ou le prix du transfert, reposant sur cent choses ajoutées aux qualités du joueur - on n'évitera bien, d'ailleurs, de mentionner montant des transfert et salaire de Pastore.
[2] Les deux mots ont la même étymologie, kharis, un mot à la croisée du religieux et de l’esthétique, qui désigne le rayonnement de l’esprit vivant qui transfigure la chair, l’âme aperçue à travers les traits et les vibrations perceptibles sur le corps et les mouvements. L’aisance à la fois indolente et assurée d’un Riquelme est par exemple une forme de grâce]
[3] Par exemple, la reprise d’un photomontage des Cahiers du foot dans le Times est la preuve que la source de l’auteur anglais n'est pas celle qu'il croyait. Très rare, ce genre de preuves incontestables dans le foot. Les stats et les gestes de Messi et Ronaldo ne prouvent pas à tous la supériorité de ces joueurs - certains mentionnent l'Iniesta dépendance, le taux de réussite décevant, etc.).


 

 

Réactions

  • Ward le 05/06/2013 à 08h29
    Très bel article. Pastore fait tout dans un clair-obscur un peu bizarre, dans un dégradé de gris, qui rendent impossible une certitude à son égard. Même sur ses meilleurs matchs, il est évanescent. On ne peut décréter, sur lui, que des nuances, pas des affirmations. Pour une mécanique aussi subtile, peut-être que l'argument "il n'est pas entouré par les joueurs qui lui permettraient d'exploser", ou "il ne joue pas dans la position idéale / le système idéal" est particulièrement pertinent, je ne sais pas. Avec une équipe spécialement et très précisément bâtie autour de lui, j'imagine - je fantasme - des performances sublimes de Pastore.

    J'ajoute aussi que s'il y a des footballeurs "de gauche" dans leur style de jeu (vieux débat sur les CdF), Pastore serait un véritable aristocrate du foot, un salaud de royaliste, magnifique, altier, insouciant et horripilant.

  • Edji le 05/06/2013 à 08h55
    Un joueur génial d'inventivité, qui aurait mérité de jouer avec la Seleção 82/86 : je fais partie sans aucune réserve du camp des adorateurs, prêt à tout lui pardonner car il sortira toujours la talonnade ou l'ouverture soyeuse qui justifient un déplacement au stade.
    L'article ne souligne pas, au demeurant, la remarquable efficacité du Flaco dans les 16 mètres : puisqu'il y est évoqué, 9 joueurs offensifs sur 10 sont de mon point de vue incapables de planter son but au Camp Nou.
    Mais j'attends quand même l'avis de syle avant de valider définitivement mon propos.

  • Sue Oddo le 05/06/2013 à 09h57
    Zut, je pensais que ça parlait de Zanetti en voyant le titre, je suis déception.

  • Nadine Zamorano le 05/06/2013 à 12h13
    Magnifique titre. Au vu du contenu de l'article (très chouette soit dit en passant), on aurait également pu écrire quelque chose comme "Esthète déni".

  • la menace Chantôme le 05/06/2013 à 14h04
    Bel article.

    Et pourtant je fais partie des détracteurs de Javier (et non pas Xavier, ou alors c'était une allusion à Xavi/Xabi Alonso qui n'est pas très justifiée) Pastore, et alors que je me retrouve à la fois dans les pro et les anti décrits.

    Ce qui me gêne, ce sont ses ratés inratables, ses passes à 2 mètres foirées souvent* bien trop fortes ou pas bien dans la course, ses longues ouvertures alors que le destinataire a cessé depuis belle lurette son appel, ou bien senties mais données avec bien trop de puissance ou directement dans les pieds d'une ligne défensive qui n'attend que ça.

    * Et pourtant, quand on regarde les stats, son pourcentage de passes réussies est bien plus qu'honorable vu son poste : il tournerait autour des 75 %, si mes souvenirs sont bons, ce qui est amha très bon pour un joueur à son rôle et de la prise de risque intrinsèque.

    En définitive, le caractère subjectif de tout jugement est clair : il me suffit de 25 % de craquages de slips totaux répartis autant sur des gestes simples que difficiles pour ne pas arriver à vraiment apprécier un joueur qui fait très bien son taff par ailleurs. Et pour préférer des joueurs qui ont 75 % de réussite sur des passes faciles, et 25 % d'échec sur les trucs difficiles. En gros, j'aime pas Pastore parce que je suis un perfectionniste.

    Docn oui, "Pastore est nul", c'est aussi subjectif que "Pastore est un génie" (quoique, ce qu'il a dans la tête, personne ne nie, je pense, que c'est de l'or, pas même moi).

  • syle le 06/06/2013 à 11h03
    Edji
    05/06/2013 à 08h55
    L'article ne souligne pas, au demeurant, la remarquable efficacité du Flaco dans les 16 mètres : puisqu'il y est évoqué, 9 joueurs offensifs sur 10 sont de mon point de vue incapables de planter son but au Camp Nou.
    Mais j'attends quand même l'avis de syle avant de valider définitivement mon propos.

    ---------

    Taquin !
    Mon avis est opposé au tien, sans surprise.
    Je ne commettrai plus l'outrage de le partager sur PEM, mais ici, en terrain neutre, je dois pouvoir me risquer à répondre ?
    Bon, pour moi, dire que 9 joueurs offensifs sur 10 n'auraient jamais planté son - superbe - but du Camp Nou est aussi fondé que d'affirmer que Coupet, lui, l'aurait arrêté.
    On pourrait aussi bien dire, et de façon cette fois indiscutable, qu'aucun autre joueur que Khlifa ne s'est montré capable de planter un but de 65 mètres en L1, cette année. De là à en tirer des conclusions hâtive et définitives...

    Après, je n'ai jamais dit que Pastore était une chèvre. Je ne nie pas ce qu'il a réussi. Simplement, ça ne suffit pas à forcer mon admiration. Il me laisse indifférent. Il ne me fait pas rêver. Pire, il ne me fait pas non plus trember, ni ne m'agace quand il affronte l'équipe que j'aime... et je trouve accessoirement plusieurs autres joueurs meilleurs que lui à son poste en L1. Je peux invoquer d'une part le critère objectif de ses stats, et d'autre part les critères subjectifs sur lesquels nous ne tomberons jamais d'accord (et en la matière, loin de moi l'idée de vouloir de convertir qui que ce soit : je n'ai rien à y gagner et je laisse brûler la passion là où elle se trouve).

    Très bon article en tout cas, auquel je souscris sans réserve.

  • BigS le 06/06/2013 à 15h19
    Un truc que je pige mal: les stats de Pastore, argument récurrent de ses opposants, c'est 25 buts et 20 passes en 90 matches. C'est plutôt très bien pour un milieu, non ?

  • syle le 06/06/2013 à 17h01
    Qualifier Pastore de milieu ça me semble quand même limite un peu spécieux.
    Des fois, on parle d'attaquant pour moins que ça. Mais peu importe, à la rigueur.

    Ses stats sont loin d'être carrément infâmantes dans l'absolu, mais elles me semblent moyennes.

    Dans les 90 matches, tu comptes son début en fanfare, l'année dernière, où il avait planté but sur but avant de disparaître de la circulation. OK, on ne peut pas le lui enlever, mais ça commence à dater un peu.
    Si l'on s'en tient à cette période, ce Pastore-là avait non seulement des stats plus que bonnes, mais il avait la grande classe et il était impressionnant. Franchement, quand j'ai vu ses premiers matches à Paris, j'ai vraiment cru que ce mec allait tout casser.
    Le souci, c'est que ça a duré deux mois, et depuis, c'est devenu statistiquement à peine moyen.

    A ce niveau, sur cette saison de L1, Valbuena, Payet, Grenier, Ménez, Rothen ou Danic font mieux, par exemple.

    Accessoirement, on peut aussi penser que faire des passes décisives, c'est plus facile quand on a affaire aux attaquants parisiens (à commencer par l'inévitable Zlatan).

  • Jamel Attal le 06/06/2013 à 17h05
    @BigS
    Le problème c'est qu'il y a aussi ses stats de passes réussies/ratées, et d'évidence, il affiche un déchet considérable (avec le paradoxe de ces gestes faciles qu'il rate inexplicablement).
    Maintenant, quand il touche beaucoup de ballons, il compte aussi beaucoup de passes réussies en valeur absolue. Cf. la mini-étude dans une récente Gazette:
    lien

  • BigS le 07/06/2013 à 10h08
    Oui, j'avais vu ce graphique et j'étais assez en ligne avec la conclusion, "démerdez-vous avec ça", tant les conclusions possibles sont nombreuses. Mais je ne conteste pas le déchet, y compris d'ailleurs dans des zones reculées où il ne tente pas des choses particulièrement risquées, avec en tête le match de Coupe à Annecy, où son premier quart d'heure est à la limite du comique avec une série de passes enfantines à l'adversaire avant un très beau but. Bon...
    Pour répondre à syle, rien de spécieux à qualifier Pastore de milieu. Il a joué toute la deuxième partie de saison à gauche du 4-4-2, avait auparavant joué en 10 et parfois même dans la ligne de 3 du fameux "sapin de Noël". Il a, certes, fait quelques matches comme attaquant la saison dernière quand Ancelotti joue sans N.9, mais c'est minoritaire.
    Et oui, je prends aussi en compte son super début de saison l'an dernier. Sinon, je t'accorde que si on ne garde que les moments où il a été moins bon, curieusement son bilan est moins bon.
    Enfin, non, 25 buts et 20 passes en 90 matches ça n'est pas moyen, je trouve. D'ailleurs je doute que Grenier, Danic ou surtout Rothen aient fait mieux, mais encore une fois, si tu ne prends que les mauvaises périodes de Pastore, c'est possible. Quant à Payet et Valbuena, ils ont probablement fait mieux que Pastore cette saison, mais tu admettras qu'ils ont eux d'excellentes stats. Rien d'infâmant à être un peu moins bien qu'excellent, non ?