Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Y a-t-il encore des trésors cachés ?

Il y a peu encore, il était difficile de voir autre chose que son championnat national. Désormais, une simple connexion Internet donne accès à des heures d’images. Pour quels effets?

Auteur : Christophe Kuchly le 8 Fev 2013

 


Suivre un improbable Saint-Marin-Moldavie tranquillement installé dans son canapé, c’est possible. [1] Un peu de débrouillardise pour trouver le bon lien, de chance pour que celui-ci ne lâche pas en cours de route, et c’est parti pour près de deux heures d’un dépaysant plaisir. Depuis quelques années, et l’avènement des sites de streaming, presque tous les événements sportifs susceptibles d’intéresser une niche de population sont accessibles depuis chez soi en quelques clics. Ce phénomène récent accompagne une tendance plus lourde: en France, tous les championnats majeurs sont actuellement visibles, sur Internet donc, mais aussi à la télévision.
 


Vis ma vie de scout

Que ce soit les diffuseurs historiques ou les petits nouveaux, toutes les chaînes misent sur les retransmissions en direct pour fidéliser leurs téléspectateurs. Outre la Liga, la Serie A, la Bundesliga ou la Premier League, le fan de football peut voir chaque week-end des matches de Championship (beINsport), mais aussi des championnats portugais, hollandais, russes, ukrainiens et argentins (Ma Chaîne Sport) et des rediffusions de la Serie A brésilienne et Major League Soccer (Sport+). Les oubliés? L’Écosse, présente sur MCS l’an dernier mais moins attractive sans les Rangers, et la Turquie, qui pourrait bénéficier de l’arrivée conjointe de Sneijder et Drogba pour justifier l’acquisition des droits par une chaîne française l’an prochain.

 

 


 

Cette multiplication des images, combinée à la puissance du jeu vidéo Football Manager, crée un phénomène particulier: le suiveur ultra connaisseur. Il y a trente-cinq ans, une équipe nationale pouvait en affronter une autre sans vraiment connaître tous ses joueurs et leurs particularités. C’est ainsi qu’en finale de l’Euro 1976, Antonin Panenka surprit Sepp Maier d’un penalty qu’il avait déjà tenté, et réussi, en championnat [2]. Dur à imaginer aujourd’hui, à l’heure où le moindre geste technique hors de l’ordinaire est instantanément célèbre, même sans images pour en témoigner, grâce à la puissance des réseaux sociaux [3].
 

Finalement, le seul avantage qu’ont les clubs sur les passionnés lambda reste la présence de scouts sur le terrain, ces recruteurs qui écument les tournois de jeunes et voient les joueurs méconnus à l’entraînement. Une différence nuancée par la démocratisation des jeux vidéos de management, qui possèdent eux aussi une armée de personnes chargées d’évaluer les footballeurs du monde entier. Avec ce que cela implique de subjectivité évidemment, mais aussi de vérité [4]. Cette possibilité de tout savoir sur tout le monde pose une vraie question: un grand talent peut-il ne jamais être détecté, passer à côté d’une carrière?
 


La mort du soldat inconnu

Forcément, au plus le joueur est jeune, au plus il a de chances de se perdre en route. Les recalés des centres de formations devenus quand même professionnels sont, à défauts d’être très nombreux, souvent médiatisés pour leur parcours peu commun. Mais le problème, complexe, est autre. Il concerne la formation, et tout ce qui est mis en œuvre pour faire progresser (détection, encadrement, etc.). Les footballeurs formés, qu’on peut subjectivement estimer comme ayant la vingtaine, passent souvent entre les mailles du filet pour une simple raison: ils ne jouent pas. Difficile de remarquer le talent de quelqu’un qui vit le football en tribune, sauf à être présent lors des entraînements. La responsabilité n’est pas tant à mettre sur les épaules d’éventuels recruteurs ou suiveurs, que sur celles d’un entraîneur qui ne lui donne pas sa chance. La révélation se fait alors en cas de blessure d’un titulaire, de transfert opportun, généralement un pari de la part de la nouvelle équipe… ou ne se fait jamais.
 

Ceux qui ont la chance de fouler la pelouse, et de montrer ce qu’ils savent faire, restent rarement dans l’ombre. Il y a désormais tellement d’observateurs autour de chaque club qu’il faudrait une unanimité des avis pour qu’un bon joueur soit vu comme moyen et n’évolue pas. Bien entendu, cela peut arriver. Mais l’arrivée du spectateur en tant qu’acteur du marché footballistique, symbolisée par la récente venue de Dario Cvitanich à Nice sur les conseils d’un stagiaire, fait entrer le football dans une autre dimension: celle d’un domaine où la connaissance partagée par une multiplicité d’acteurs fait perdre à celui dont c’est le métier sa plus grande légitimité supposée.
 

Ce qui oblige forcément les scouts à penser autrement, en recrutant de plus en plus jeune et dans des pays exotiques, comme actuellement la tendance. Fini les joueurs de l’Europe de l’Est ou d’Amérique du Sud qui semblent sortir de nulle part et illuminent une compétition internationale de leur talent. Seuls restent les joueurs fantasmés par les jeux vidéos et quelques belles prestations dans les rares grands matches dont ils sont les acteurs, mais dont le niveau est finalement loin d’être si extraordinaire, à la manière du Russe Akinfeev. Et tant pis pour la surprise.
 


[1] Lire "On a survécu à Saint-Marin-Moldavie".
[2] "J'ai commencé à tenter le geste à peu près deux ans avant le championnat d'Europe . Au début, lors de matches amicaux, puis je l'ai fait une fois ou deux en championnat tchécoslovaque. Ça a si bien marché que j'ai décidé d'utiliser cette technique si j'obtenais un penalty au championnat d'Europe."  (sur footballwriters.co.uk).
[3] L’un des exemples les plus marquants fut le but d’Hatem Ben Arfa contre Blackburn, discuté partout sur le mode "Il a apparemment marqué un but exceptionnel", avant qu’une vidéo de moyenne qualité soit mise en ligne quelques heures plus tard.
[4] Combien de fois a-t-on pu entendre que quelqu’un connaissait depuis des années un jeune talent qu’il n’a en réalité jamais vu jouer, simplement parce qu’il l’a recruté dans l’une de ses parties. Et ce, à partir d’une base de données commune aux gamers du monde entier.

 

Réactions

  • Christ en Gourcuff le 08/02/2013 à 09h54
    J'aurais découvert trois choses :

    1) Akinfeev est pas si bon que ça?
    2) L'histoire de Cvitanich et du stagiaire, quelqu'un peut expliciter?
    3) Il y a des gens qui streament St Marin-Moldavie?



  • Christ en Gourcuff le 08/02/2013 à 10h13
    A propos de Cvitanich, pour les ignorants comme moi : lien

  • visant le 08/02/2013 à 10h17
    Remarque matinale: il manque juste les renvois 2,3 et 4 dans le texte.
    Ou alors je décuve mal.

  • Tonton Danijel le 08/02/2013 à 11h07
    Christ en Gourcuff
    aujourd'hui à 09h54

    3) Il y a des gens qui streament St Marin-Moldavie?
    - - - - - - - - - - - - -

    Belle découverte pour moi aussi. Le match retour aura lieu le 11 octobre 2013 (et ça tombe bien, les bleus ne joueront pas ce jour-là).


  • Radek Bejbl le 08/02/2013 à 12h11
    Akinfeev est un bon gardien, mais beaucoup le pensent meilleur qu'il ne l'est. Comme il a été intéressant très jeune, autant en grande compétition qu'en jeu vidéo, il a rapidement été vu comme un prodige. Et comme personne ne regarde le championnat russe, l'idée reste. Or, son irrégularité et ses blessures le placent derrière Malafeev (pas le plus grand gardien du monde) depuis quelques années.

    Au départ je voulais même écrire sur les joueurs comme lui, qui restent dans des clubs de seconde zone malgré une belle réputation - au moins chez les suiveurs -, mais c'était difficile d'en trouver d'autres.

  • le Bleu le 08/02/2013 à 12h12
    Les matchs sont tous diffusés, mais ils ne sont pas pour autant tous regardés !

    Ils ne doivent pas être nombreux ceux qui ont eu la curiosité comme moi de regarder un match du championnat albanais ou azéri...
    Et qui connaît les joueurs les plus prometteurs de Pologne ici ?

    Du coup, le FM scouting, le "vrai" scouting et le téléspectatage de matchs du monde entier restent des activités assez détachées les unes des autres, je pense.

  • Vieux légume le 08/02/2013 à 15h36
    En même temps des joueurs vraiment prometteurs en Pologne, y en a pas des masses, puisqu'ils partent avant d'avoir 20 ans. (Cf le transfert cet hiver du buteur du Gornik Zabrze, 18 ans et 18 mois de D1 dans les jambes seulement, à Leverkusen).
    Rudnevs et Lewandowski sont partis après seulement 2 saisons complètes en Pologne.

    Je dirais qu'il reste encore des talents "cachés", mais il faut néanmoins pouvoir les recruter. Et ça veut généralement dire que le joueur a commis une erreur dans son parcours professionnel, en visant une marche trop haute, où bien en étant mal utilisé par son club. Ce sont surtout des situations où le joueur "rebondit", ou obtient "une seconde chance"...Cvitanich, Cris, Bastos par exemple.




  • Radek Bejbl le 08/02/2013 à 15h50
    Voilà, tout joueur prometteur sera très vite détecté. Peut-être même trop d'ailleurs, et le trésor caché deviendra plus caché que trésor. Et je suis également d'accord sur la deuxième partie du raisonnement : les gens qui, comme moi, suivent un peu le championnat argentin, auront tous repéré les talents de buteur de Cvitanich (visibles jeune, à son retour au pays, et même à l'Ajax).

    Le fait qu'il mette du temps à être acheté par un bon club est soit lié au fait que les recruteurs ne jurent plus que par les jeunes, des gens à la progression continue, soit une peur de faire un pari. Ou alors, c'est parfois le cas, la certitude que le poisson est trop gros pour être intéressé. Dans tous les cas c'est quand même amusant que des scouts fassent tous les matches U19 et ratent des gens talentueux qui ne demandent qu'à se relancer dans un bon contexte.

  • La baie des champs le 08/02/2013 à 16h26
    Cet article me rappelle aussi l'inverse : la surexposition des chèvres.
    Mais il m'évoque surtout les compilations trompeuses de recrues exotiques avec des buts tout pourris, des dribbles bien moisis et 3 passes de 10m presque réussies.

    Donc encore quelques trésors cachés (et encore, les voir évoluer au stade permet de mieux les évaluer) mais malheureusement des joueurs surcôtés et survendus aussi...

  • Jankulovic Hasek le 08/02/2013 à 19h42
    Tout le monde n'a pas eu la chance de pouvoir recruter dans les 4 divisions salvadoriennes, grâce à sensible world of soccer 1996. Ce jeu avait déjà un réseau de scouts, bien avant football manager