Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Mercatographie : Europe

Les tops 20 des transferts et des clubs acheteurs, la balance commerciale des cinq grands championnats: panorama d'un été de dépenses sur le continent.

Auteur : Jérôme Latta le 5 Sept 2011

 

 

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir]

mercato_europe_small.jpg
NB : les chiffres concernant les montants des transferts sont toujours d'une fiabilité relative, mais on a pris le parti ici de collecter les données sources à partir du tableau des transferts de lequipe.fr afin d'assurer leur homogénéité.

Sur le marché européen des transferts, la crise fait ressentir des effets paradoxaux: atone pour les joueurs moyens, il dégage encore des sommes record pour les plus convoités, selon une logique parfois surprenante. Les jeunes joueurs anglais, en voie de raréfaction en Premier League, ont ainsi fait l'objet d'une certaine surenchère, à l'image de Stewart Downing et Jordan Henderson acquis pour 40 millions d'euros au total par Liverpool, qu'Andy Carroll avait rejoint en janvier dernier contre 40 millions à lui tout seul – un record pour un footballeur local – tandis que Manchester United s'est offert le défenseur Phil Jones contre une vingtaine de millions et le milieu très offensif Ashley Young pour à peine moins. Le très jeune (dix-huit ans) attaquant Connor Wickham a choisi Sunderland qui a dû débourser 9 millions d'euros pour s'attacher ses services...

Certaines places fortes continuent d'investir massivement. En Premier League, dont le montant des acquisitions a augmenté d'un tiers par rapport à l'an dernier, Chelsea s'était déjà adjugé un record mondial, lors du mercato d'hiver, avec les 57 millions dépensés pour l'acquisition de Fernando Torres. Le club de Roman Abramovitch a aussi déposé 27 millions sur la table pour Juan Mata (ex-Valence), 22 pour Romelu Lukaku, 13,5 pour Raul Meireiles... et 17 pour André Villas-Boas, l'entraîneur nouvelle star du PC Porto. Liverpool, racheté il y a moins d'un an par les propriétaires américains des Red Sox de Boston, a ainsi dépensé près de 120 millions d'euros ces derniers mois (ajoutons l'Uruguayen Luis Suarez, 28 millions, aux joueurs déjà cités). Man U a pour sa part misé 20 millions sur le gardien David de Gea. Barcelone a obtenu d'Arsenal le transfert de Cesc Fabregas (30 millions) et de l'Udinese celui d'Alexis Sanchez (26 millions). Le Real Madrid, presque raisonnable, s'est pour sa part offert Fabio Coentrao (30 millions).

ll faut remarquer aussi qu'Arsenal, tout dépouillé qu'il a été, s'est refait un effectif en injectant tout de même près de 70 millions sur le marché... Cas particulier, l'Atlético Madrid a réinvesti l'argent touché pour De Gea et Agüero dans le Colombien Falcao (40 millions) et six autres joueurs, dont Turan Arda (Galatasaray, 12 millions). En Italie, le Juventus veut peut-être se racheter un statut: elle a acquis une douzaine de joueurs, dont Alessandro Matri (18 millions, Cagliari) et Mirko Vucinic (15) en provenance de la Roma. Cette dernière n'est pas en reste: le club de la capitale est en sixième position européenne avec 70 millions d'achats et un quintette de joueurs compris entre 10 et 15 millions: Pjanic, Lamela, Krkic, Boriello et Osvaldo. L'AC Milan a mis presque tous ses œufs dans le même panier: celui de Zlatan Ibrahimovic pour son transfert définitif de Barcelone (30 miilions).

La Bundesliga, traditionnellement modérée, n'a vu que le Bayern Munich franchir le seuil de 20 millions, pour Manuel Neuer, le désormais ex-gardien de Schalke. En Italie, en dehors du transfert définitif d'Ibrahimovic, aucune acquisition n'a dépassé cette même limité, même si l'AS Roma et la Juventus ont vu le montant de leurs emplettes atteindre respectivement 62,5 et 90 millions. On est surtout frappé, pour le Calcio par la longueur invraisemblable des listes de départs et d'arrivées pour chaque club, qu'il faut cependant pondérer par le nombre de retours de prêt (281!) et de fins de contrat et, donc, par la relative faiblesse des montants individuels. Les mouvements de ce turnover frénétique sont d'ailleurs pour la plupart internes à l'Italie, comme si la Serie A tenait à entretenir son marché intérieur (et son cheptel d'agents).

Mais les sensations viennent pour une part importante des nouveaux riches dont les propriétaires sont issus du Golfe persique. Manchester City a continué d'ouvrir grand les vannes de pétrodollars (ceux du cheikh Mansour) en convainquant Sergio Agüero (45 millions) et Samir Nasri (28) de compléter son effectif. À Malaga, le cheikh Abdallah Ben Nasser Al-Thani, membre de la famille régnante du Qatar, a consenti cet été près de 60 millions d'investissement pour une petite dizaine de joueurs, dont Santiago Cazorla (21) et Jérémy Toulalan (11), auxquels il faut ajouter Ruud Van Nistelrooy, gratuit. Et bien sûr, la manne qatarie a permis au Paris Saint-Germain de s'illustrer avec ses 86 millions d'euros d'emplettes, dont plus de la moitié pour le seul Javier Pastore, ce qui le place sur le podium européen.

L'attractivité du Golfe marche aussi dans l'autre sens, puisqu'on a vu quelques joueurs de talent et/ou d'avenir compromettre ce dernier en rejoignant des clubs qu'on a probablement tort de qualifier d'exotiques, mais dont les arguments sont infiniment moins sportifs que financiers: anciens pensionnaires de L1, Youssef El-Arabi (lire "Le Golfe plutôt que le football"), Fernando Menegazzo, Geraldao Wendel et Achille Emana évolueront par exemple en en Arabie Saoudite cette saison. Les roubles exercent aussi quelque séduction: Brown Ideye est passé de Sochaux au Dynamo Kiev pour 9 millions d'euros, Felipe Caicedo de Levante au Lokomotiv Moscou pour 7,50 millions, Jose Sosa de Naples au Metalist Kharkov... Et surtout Samuel Eto'o, star mondiale, a rejoint l'Anzhi Makhachkala au Daghestan. Son transfert s'élève à 23 millions d'euros et son salaire annuel à 20 millions. Un record en temps de crise, c'est donc possible. Marginaux, ces mouvements ne dessinent toutefois pas de vraie tendance.

MERCATOGRAPHIE : FRANCE

Réactions

  • Sens de la dérision le 05/09/2011 à 07h45
    À part de confirmer la tendance du pognon au détriment du sportif ?

  • le Bleu le 05/09/2011 à 09h09
    (la monnaie ukrainienne est le hryvnia (non moi non plus je connaissais pas))

    Sur Saméto, l'article de Rue89 est très instructif et lucide:
    lien
    On peut s'attendre dans un an ou deux à une destination plus classique, style l'Angleterre, le Qatar ou les USA.

  • Bourrinos le 05/09/2011 à 09h10
    N'empeche, peut-être qu'un jour, à force d'attirer des joueurs avec quand même des qualités (Fernando, Wendel l'ont tout de même montré à plus d'une reprise), les championnats du Golfe finiront peut-être par élever leur niveau sportif, et il deviendra peut-être un jour sportivement intéressant d'y aller. Enfin, tout est relatif, mais pourquoi pas. Il devait être un temps où aller à Chelsea ou à ManCity, cela pouvait aussi être considéré comme une regression sportive par rapport à certains clubs de L1.

    Et c'est fou quand même comme Chlesea à dépensé des sommes élevées pour des joueurs qui ne sont pas non plus le top du top du top de la renomée footbalistique.

  • Jean-Luc Skywalker le 05/09/2011 à 09h17
    En tant qu'ami intime des mouches, je tenais à préciser que 42 ne fait pas encore plus de la moitié de 86, et que le lien "MERCATO FRANCE" ne dirige pas vers la bonne page. Merci.

  • le Bleu le 05/09/2011 à 12h28
    Certes Bourrinos mais il y a au moins 3 championnats à nourrir abondamment (Emirats, Arabie, Qatar) avant qu'ils produisent quelque chose d'intéressant. Soit une trentaine d'équipes de 20 joueurs chacune. C'est pas gagné. Surtout quand en quarts de finale de Ligue des Champions d'Asie on retrouve 3 clubs coréens, 2 iraniens et 1 japonais.

    Y'a pas: un championnat ne peut pas s'en sortir à long terme dans structures solides de détection locale. Même l'Angleterre a quand même une base de 50% de joueurs anglais.

    Or si l'Arabie a près de 30M d'habitants, les EAU c'est 4,5M et le Qatar 300 000.

  • Parkduprince le 05/09/2011 à 14h16
    A Titre indicatif le Anzhi Makhachkala a dépensé 63.8 Millions d'euros ...
    (Boussoufa , eto ,zhirkov ,dsusdzak et carcela gonzalez )

    ce qui les placerait devant liverpool ...

    pas mal pour le 6ème championnat d'europe

  • Pascal Amateur le 05/09/2011 à 14h39
    Alors qu'avec tout ça, on pourrait acheter des claviers d'ordi, avec des touches, des signes typo... Pfou...

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.