Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Bouchet s'en va-t-en guerre

George W. Bouchet brandit l'audimat et lance les hostilités avec un embargo sur les caméras de Canal+. Il emmène l'OM à la conquête de ce qui tient lieu de pétrole dans le football, les droits de télévision…

Auteur : Jamel Attal le 29 Jan 2003

 

Le président de l'OM est-il parti pour égaler le capital antipathie de son homologue de l'OL? Christophe Bouchet a pourtant tout pour lui. Un profil qui détonne dans le monde des petits patrons du foot, une mission noble, une politique sportive cohérente, une gestion saine, des résultats rapides… Bien sûr, son tandem si harmonieux avec Alain Perrin suscite des interprétations plus ou moins bienveillantes. On se souvient par exemple avoir lu dans L'Equipe qu'il était en fait une créature de Tapie (voir Tapie et l'OM: départ ou clandestinité?), lequel déclarait récemment que Bouchet n'était que "l'attaché de presse du club", Perrin étant le "taulier" (France-Soir 25/01).

 

Christophe Bouchet n'a pourtant pas le profil idéal d'un dircom, avec son air de ne rire que quand il se brûle et ses formules cassantes. En réalité, il est avant tout un lobbyiste, chargé de servir les intérêts d'un actionnaire qui ne rigole plus du tout. La guerre qu'il a déclarée à une bonne partie du football français ne laisse plus aucun doute sur son rôle. Sa fronde était explicite depuis le début de saison, avec pour pomme de discorde la clé de répartition des droits de télévision, excluant le critère de l'audience qu'il réclamait (voir La solidarité préservée). Il en était pour le moment resté aux menaces, notamment de saisir les juridictions civiles pour remettre en cause non plus seulement la répartition, mais la commercialisation collective des droits par la Ligue — ce qui revient à en donner l'entière propriété aux clubs. La nécessaire solidarité durant la période de l'appel d'offres sur les droits de la L1 l'avait obligé à un minimum de réserve, mais l'affaiblissement de Frédéric Thiriez consécutif à la décision du Conseil de la concurrence de suspendre l'attribution des droits à Canal+ lui ouvre un boulevard.

 

 

Une prise d'otage peut en cacher une autre

En bloquant pendant quelques heures l'accès du Stade Vélodrome aux équipes de Canal+ chargées de retransmettre le match contre Nice, le président de l'OM a mené une pure opération de communication. Cette gesticulation a d'abord une vocation démagogique, consistant à susciter l'adhésion des supporters, victimes (effectives) des décalages à répétition. "Vous faites preuve d’un mépris particulier pour notre club et pour nos dizaines de milliers de supporters, dont plusieurs milliers ne résident pas en région PACA" peut-on lire dans le courrier adressé à la Ligue que s'est "procuré" La Provence (29/01). Après une nouvelle défaite à Paris, le timing était assez idéal. Rappelons quand même qu'en réalité, ce ne sont pas du tout les décalages qui gênent les dirigeants marseillais, ni le fait que l'OM soit plus médiatisé que les autres. Si le club était propriétaire de ses droits, où s'il les touchait en proportion de l'audience, les supporters seraient contraints de suivre le mouvement sans rechigner, et les frais d'organisation supplémentaires apparaîtraient encore plus comme un prétexte ridicule. Même la baisse de fréquentation sera secondaire en comparaison de la manne recueillie.

 

La Provence, très fière d'avoir annoncé à l'avance le blocus, se hisse sur la monture du président marseillais, mettant justement l'accent sur la désaffection du Vélodrome avec 48.234 spectateurs en moyenne contre 49.871 la saison dernière. Outre que cette statistique ne tient pas compte d'un final qu'on espère plus excitant pour l'OM que le précédent, elle occulte aussi le fait que cette baisse est inférieure à celle constatée sur l'ensemble des stades français… Et elle indique qu'on est encore loin de la "désertification du stade Vélodrome" évoquée par des dirigeants marseillais. Quant aux "44.754 spectateurs dont 876 payants" d'OM-Rennes, pour une recette de 27.409€, la ficelle est si grossière qu'elle mérite à peine qu'on s'y attarde. Avoir plus de 40.000 abonnés, c'est aussi un choix et il faut peut-être en tenir compte dans ce type de calcul. On a vraiment le stéréotype du nanti qui se lamente de ses richesses pour obtenir plus de privilèges.

 

 

Une certaine conception du football…

Le danger et les perversions de la politique apparaissent dans le discours de Bouchet, tissé de contradictions, d'amalgames et de raisonnements truqueurs, et surtout porteur d'une conception du football étonnante. Invité à s'exprimer dans le cadre du dossier de France Football sur le foot français en 2003 (21/01), notre président affirme ainsi que "les gens s'identifient plus à l'OM, à Saint-Étienne ou à Sedan qu'à l'équipe de France"… Ce n'est pas la seule perle, et les poncifs libéraux pourraient rendre jaloux Jean-Michel Aulas lui-même. On y retrouve cette façon de considérer les petites équipes comme de simples faire-valoir, les comparaisons ridicules avec Manchester ou le Real, et cette métaphore consternante. "Le parallèle qui me semble le plus juste, c'est celui d'une pièce de théâtre avec plusieurs acteurs. Il y a ceux qui donnent simplement trois répliques et celui qui porte la pièce, qui a le rôle titre. On ne leur donne pas le même cachet, même s'ils jouent dans la même pièce". Peut-être que la différence entre le sport et le théâtre, c'est que la pièce n'est pas écrite au départ, et que les rôles ne sont pas distribués d'avance. On imagine sa souffrance de voir une erreur de casting comme Nice…

 

Relevons également cet argument, employé pour expliquer que la "prime à l'exposition médiatique" est indispensable: "Sinon, la France aura demain un championnat globalement intéressant, indéniablement d'un bon niveau, mais qui n'intéressera plus personne en dehors de nos frontières". Vu que le championnat français n'a jamais intéressé personne en dehors de nos frontières, il faudra lui expliquer qu'un championnat intéressant et de qualité, ça nous va parfaitement, et qu'en plus c'est la garantie de la valorisation des sacro-saints droits télé. On vous épargne ses souhaits de play-offs dans le championnat…

 

Qu'on le trouve légitime ou non dans son principe — surtout pour un club comme l'OM, effectivement essentiel au football national — il faut bien comprendre ce que signifierait un mode de répartition (même partiellement) indexé sur les audiences. En accentuant artificiellement les inégalités économiques entre "l'élite" et les autres, progressivement relégués dans une seconde division qui ne dira pas son nom, le but est bien de créer un championnat à deux vitesses. Cette scission permettra d'abonner les heureux élus aux compétitions européennes et de limiter les aléas sportifs, et rendra à terme naturel leur départ vers une ligue européenne plus ou moins privatisée. Il faut sérieusement se demander ce qu'il y a à gagner et à perdre dans une telle option.

 

 

Une victoire facile ?

Sur le plan politique, l'opération s'avérera peut-être plus efficace que prévu, si l'on en juge par la réaction de la LFP et de son directeur général, Jacques Thébault. "La requête de l'OM sur la question du partage des revenus des droits télévisés mérite d'être étudiée. L'OM souhaiterait que l'on prenne en compte l'exposition médiatique, utilisée notamment en Angleterre. Ce n'est pas scandaleux " (AFP).

 

Il paraît que Frédéric Thiriez, qui venait de rappeler l'OM à ses obligations de respect du cahier des charges et de concéder un simple examen des revendications marseillaises en Conseil d'administration, était retenu au Sénat ce mardi après-midi. A-t-il vraiment avalisé la déclaration de son DG, qui a "un peu" déploré le chantage de Bouchet? Est-il si fragilisé qu'autour de lui on s'attache déjà à redéfinir la politique de la Ligue? Qui était Christophe Bouchet avant d'être président de l'OM. Ressentait-il le même dégoût qu'aujourd'hui en prononçant l'adjectif "égalitaire"? Quelle était son opinion sur le foot-bizness? Quelle était sa conception de la logique ou des valeurs du sport? Il défend certes les intérêts de son club (ou plutôt de son propriétaire, ce qui n'est pas nécessairement la même chose), mais à quel prix pour les autres?

 

En conclusion, on n'oubliera surtout pas de lui reconnaître tout de même le mérite de la franchise. Car le silence des Aulas, Perpère, Martel et consorts à l'occasion de cette offensive est assez remarquable. Dans le panier de crabe du football français, chacun ne défend finalement que ses intérêts.

Réactions

  • Agora le 29/01/2003 à 08h32
    Pour régler le problème, il faudrait qu'il y ait dans le contrat de Canal+ ou de tout autre diffuseur, une clause obligeant une certaine égalité dans les diffusions. Il est bien évident qu'à force de voir l'OM ou le PSG à la télé, les gens supportent plutot l'OM ou le PSG. Donc on leur met plus d'OM et de PSG... etc...

    Si on leur montrait un peu plus des équipes qui jouent au foot, peut être changeraient ils d'avis. Mais ils risqueraient aussi d'être exigeants et donc de ne plus consommer autant...

    Si quelqu'un a les chiffres de diffusion sur C+ l'an dernier, cela m'intéresse...

  • mollows le 29/01/2003 à 08h37
    reprise de breve pas trop a coté de la plaque - mini détournement :

    Christophe Bouchet (FF) : "Quand il dit qu'inéluctablement on file vers une ligue privée, Arsène Wenger n'est pas un dangereux libéral". C'est quoi alors, un déçu du communisme?

    la reponse est oui ;-) extrait d'un entretien :

    Netcomete : Dans un article, un journaliste vous a traité d'homme de droite, "thuriféraire du football-entreprise". Vous n'auriez donc pas choisi le camp de gauche en politique ?
    Arsène W. : Vous savez, j'ai été étudiant et j'ai été confronté au communisme. Franchement, je n'ai pas d'a priori, mais tous mes copains les plus rapiats et les plus obsédés par l'argent étaient communistes !
    Netcomete : Oui, mais c'est souvent le cas, ce qui ont le moins d'argent en parle le plus.
    Arsène W. : Ils en avaient autant que moi à l'époque ! Je n'en parlais pas plus ! Tiens, un jour j'étais avec une copine, à 22 ans; elle m'a dit qu'elle était allée voir une voyante qui d'après mon signe astrologique a déclaré: "Ce n'est pas un bon plan et il ne gagnera jamais d'argent !". Elle voulait peut-être dire que je n'étais pas intéressé par l'argent . Dans ma vie, si je gagne de l'argent, c'est vraiment un accident ! Je me suis passionné pour une activité qui, par hasard, a été lucrative.
    Netcomete : Vous auriez très bien pu faire artiste-peintre passionné et fauché ?
    Arsène W. : Exactement ! C'est ce que je dis parfois aux agents du monde footbalistique : "La différence entre vous et moi, c'est que demain s'il n'y a plus d'argent dans le football, moi j'y serai encore, mais vous non !". Eux sont là à cause du fric, moi j'étais dans le foot bien avant qu'il y ait de l'argent !
    lien

    le hasard fait bien les choses, c'est ca qu'est chouette dans la vie !

  • Alsaco du sud le 29/01/2003 à 09h17
    Réaction à l'édito :
    Merci pour l'info sur l'album de Massive Attack, j'étais même pas au courant !

  • Guilmour le 29/01/2003 à 10h56
    OK sur le fond, juste une remarque quand même, je ne vois pas pourquoi une répartition partielle mais alors trés partielle qui consisterait à rembourser ce que coûte les diffusions à l'OM nous donnerait un championnat à 2 vitesses.
    On ne peut pas dire d'un côté dans tous vos articles que l'argent ne fait pas le bonheur des clubs, puis ensuite dire que le fait de donner 500 000 balles par match aux équipes diffusées serait à l'origine d'une fracture sociale (ouah les références!) dans le championnat. Bien sûr , comme d'habitude, tout est dans la mesure.

  • Alsaco du sud le 29/01/2003 à 11h39
    Ni Bouchet ni l'article ne se préoccupe du remboursement des retransmissions. L'enjeu est la répartition des droits télés qui devrait pour Bouchet se faire selon les audiences réalisés et le nombre de retransmission, donc beacoup pour Paris, OM, etc.. et très peu pour les autres.
    Je rajouterai d'ailleurs que le choix des retransmissions et du seul fait du diffuseur et qu'il ne devrait donc en rien modifier quoi que ce soit à cette répartition, moi je préfererais voir de temps en temps Strasbourg ou Sochaux que de suivre la saison compl
    ète de l'OM.

  • harvest le 29/01/2003 à 11h43
    Vous dites l'OM "effectivement essentiel au football national" mais vous diriez la même chose du Milan AC ou de M.U. si ils étaient français . Or ces deux derniers ne jouent pas en L1 et le football français existe quand même! Un peu de mesure , please ; l'OM est un club important certes, mais si il disparaissait ( comme ont disparu - ou presque - Reims et St Etienne ) le football français ne s'arrêterait pas pour autant. D'ailleurs pendant les récents séjours de l'OM en D2 , le championnat de D1 était -il franchement différent ? Les clubs français étaient -ils plus nul en coupes d'europe qu'aujourd'hui ?
    Désolés , amis tessachiens , mais votre club n'est pas le (seul) nombril de la France :-)

  • baygonsec le 29/01/2003 à 11h44
    surtout quand ledit diffuseur est actionnaire archi-majoritaire d'un des clubs concernés (qui au passage possède un compte courant de l'actionnaire à faire pâlir n'importe quel club français)

  • NoNo93 le 29/01/2003 à 12h12
    Comme Agora, bien que supporter de Paris, je serais pas plus choqué que çà qu'il soit moins diffusé et que pous faire plaisir à Bouchet la charge des retransmissions soient répartie entre les clubs (et je suis sur qu'il pleurerais qu'il passe moins pour ses sponsors, guilmour ;-))
    Guilmour que 500000 balles par matchs diffusés, si c'est une 15aine je crois çà ne fait que 7.5 millions, que dalle quoi...
    Harvest a tout à fait raison, d'autre clubs majeurs ont disparus, on s'en porte pas plus mal, la situation est saine. Parcequ'à mon avis à trop privilégier l'extra sportif dans les budgets, les clubs deviennent moins regardant sur ce côté sportif justement et se mettent en mauvaise position sur ce qui devrait faire leur force et ce qui leur rapporte quand même la plus grosse partie de leur revenus encore.
    (genre les chinois achetés pour le merchandising, économiquement çà se comprend mais sportivement çà fait un mec de baléze en moins à l'entrainement, je pourrais parler aussi du recrutement banlieue du PSG, 2 ans aprés obligé de refaire toute l'équipe, oui çà a développé l'image du PSG mais sportivement ils ont payés les pots cassés, pareil la Lazio, levée de fond en bourse, boulimie d'achat de joueurs résultats ils sont pas été loin de disparaitre économiquement, si j'étais libéral, je dirais que les clubs doivent se concentrer sur ce qu'ils savent faire et que leur activité prinicipale doit etre le sport)
    Tout à fait d'accord avec baygon, j'avais déjà sorti cet argument y'a pas longtemps : Canal diffuse les matchs et détient un club il décide de ne passer que les matchs de PSG qui voit du coup un maximum de droit télé lui revenir... Faut pas que la COB jette un coup d'oeil là dessus j'ai l'impression...

  • janot le 29/01/2003 à 12h17
    Au delà de certains arguments caricaturaux de Christophe Bouchet , comment ne pas considerer qu'un club diffusé 24 fois depuis le debut del'année ne touche pas plus de revenus de droits télé que Guimgamp ???

    Que dire de votre contre argument caricatural qui precise
    " il faut bien comprendre ce que signifierait un mode de répartition (même partiellement) indexé sur les audiences. En accentuant artificiellement les inégalités économiques entre "l'élite" et les autres..."

    vous faites fi de la situation actuelle :
    L'inégalité existe deja ....

    Et vous contredisez votre thèse que l'argent ne fait pas le bonheur ( voir Nice, guimgamp...)
    Eneffet , si le bonheur et la reussite n'est pas lié à l'argent , les Nice et guingamp existeront toujours au plus haut niveau ....

    Ce plus vous semblez découvrir comme une révélation l'affirmationde Bouchet ...
    "notre président affirme ainsi que "les gens s'identifient plus à l'OM, à Saint-Étienne ou à Sedan qu'à l'équipe de France"… "

    Faitesdonc un sondage dansles ruesde Marseille ,de Saint Etienne pour savoir si les gens s'identifient plus à l'Om qu'aux Bleus et vous reviendrez sur terre...

    OM qui gagne compte Mille fois plus que les bleus qui gagnent ...C'est comme ça ...

    Enfin et pour arreter de râler ...juste un mot surles matches décalés qui prennent les supporters pour des citrons...
    Il faut en finir avec le dogme du décalage des matches . Tous ! télévisés ou non devraient etre joués en meme temps .
    Le supporter d'un club X ou Y y trouvera son compte en allant soutenir son club au stade , le simple curieux aura le choix de voir celà devant sa télé ...

    Et puis si on veut tout vor , il existe une solution technologique miraculeuse : LE MAGNETOSCOPE etune solutiontelevisuelle imparable : LA REDIFF...

    Enfin de quoi a t on peur que le supporter de Troyes prefere rester à la maison pour regarder à la meme heure OM/PSG ?
    Ca ne tient pas debout . ..et ça aura lemerite deforcer les clubs à compter ses fideles et leures entraineurs à developper des style de jeu attrayants ...

    Voila , sinon comme je l'ai deja dit , qu'on le veuille ou non la NBA du foot ne mettra pas 10 ans à apparaitre ...



  • Esperanza le 29/01/2003 à 12h17
    Vous qui êtes EGALITARISTES, soyez le jusqu'au bout !

    Exigez de la ligue et de Canal + qu'ils diffusent égalitairement tous les clubs de L1.

    Vous qui êtes EGALITARISTES, trouvez-vous normal que l'OM soit diffusé 21 fois quand Le Havre est diffusé...0 fois ? C'est ça L'EGALITE ?

    Vous qui êtes EGALITARISTES, pourquoi ne nous parlez-vous que de l'OM et du PSG ? Pour attirer plus de lecteurs ?

    Vous qui êtes EGALITARISTES, faites autant d'article sur Troyes, Sochaux et Nantes que sur les grands clubs !