Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Revue de stress, numéro 1

La Revue de stress, ce serait la chronique des médias sportifs vus depuis notre cabane au fond du jardin: Courbis, Lalanne, le football français dans France Football, PSG-OM font les frais de ce coup d'essai, agrémenté de quelques bonifications…
le 20 Jan 2003

 

Les "familles" ont la parole Plutôt que de balancer des opinions préconçues et définitives sur l'état du football français en 2003, France football a judicieursement choisi de lui consacrer une enquête-feuilleton en allant à la rencontre des acteurs du milieu, au cours de longs entretiens par métiers et par groupes de trois. La série avait été introduite par Aimé Jacquet dont l'enthousiasme, mais aussi les arguments, font toujours plaisir à entendre dans le marasme ambiant. La discussion entre Elie Baup, Vahid Halilhodzic et Jean-François Domergue, s'est ainsi révélée particulièrement instructive sur leur vision désabusée des footballeurs professionnels et de leur propre métier. Les joueurs ont été représentés par Olivier Quint, Nestor Fabbri et José Cobos — un plateau un peu trop exemplaire mais pas moins intéressant — les arbitres par Bruno Derrien, Patrick Lhermitte et un arbitre de la Ligue de Picardie. Jusqu'à présent, ces différentes "familles" ont globalement démenti le verdict d'un déclin du foot national, mais ce mardi, les présidents de club sont conviés à s'exprimer et parmi eux figurera Christophe Bouchet, nouvel "ultra-libéral" du football, sous l'œil de ses homologues d'Amiens et Sedan. À suivre, donc…

La rédaction des Cahiers dément formellement.
Les Franck et les Francis La "premier feuilleton-vérité avec des stars françaises", c'est "60 jours / 60 nuits" sur Canal+, qui aura eu le mérite de nous apprendre que quand Francis Lalanne va commenter un match au Vélodrome pour France Bleu Provence, il séjourne chez les Lebœuf. Nous rappelons notre position de principe favorable à l'interdiction des Francis dans le football, c'est-à-dire des pseudo vedettes en mal de médiatisation qui profitent du football pour entretenir leur notoriété. Francis Huster ayant réduit sa présence, le principal danger réside donc dans le chanteur à cuissardes, dont ni l'œuvre ni les ventes de disques ne pourraient justifier une pareille exposition. Collé aux basques de l'équipe de France, Lalanne (dont on peut penser qu'il continue à surjouer son rôle de poète extatique même quand il n'y a pas de caméras), est exemplaire de ces personnalités dont l'existence médiatique ne tient plus qu'à leur opportunisme.

La fabuleuse vie de Franck Lebœuf, pleine d'amis sympas.
Le plan média de Rolland Courbis L'événement médiatique du début d'année aura été sans conteste le retour de Rolland Courbis sur le banc d'Ajaccio, soigneusement préparé avant même la levée officielle de son interdiction d'exercer son métier. Quel métier, demandera-t-on? Car tel un Djorkaeff qui n'est ni attaquant, ni milieu, ni joueur de foot, Courbis a toujours papillonné entre les fonctions d'entraîneur, de manager et d'agent. Toujours est-il que dès le 7 janvier, France Football lui offrait l'occasion de donner libre cours à ses arguments de plus ou moins bonne foi, dans un de ces articles à décharge qui surgissent parfois dans le bi-hebdomadaire (voir La soupe est servie). On bascule nettement dans la comédie lorsque l'ex-Toulonnais, probablement à court de superlatifs pour dénoncer l'injuste vindicte dont il fut la victime, s'exclame dans L'Equipe (11/01) "On a voulu m'exterminer!". Il évoque peut-être le journal dans lequel il s'exprime, et qui, à l'occasion des perquisitions réalisées au siège du RC Lens, évoquait le 19 décembre "l'ombre de l'affaire Courbis". Par contre, il a refusé de s'exprimer dans les colonnes du Monde, montrant qu'il savait choisir son terrain. Mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. Pour l'ensemble des médias de la planète football, nous compris, Courbis est un excellent client, jamais avare en rodomontades et en provocations, une indispensable figure du milieu si l'on risque l'expression. Comme Guy roux, il aspire à atteindre la postérité en devenant une sorte d'icône médiatique, mais à la différence du Bourguignon, il compte moins sur ses résultats sportifs que sur sa faculté à alimenter la chronique. En tout cas, les deux matches nuls consécutifs de l'ACA ont dû ravir un entraîneur qui déteste tellement la victoire à trois points qu'il évite souvent de gagner. La brève à Rolland "Je suis l'un des Français qui ont payé le plus d'impôts ces dernières années" (L'Equipe). Oui, mais il a fallu insister un peu.

Vu sur le site du PSG : une tentative de couper court aux accusations des joueurs qui ne mouillent pas le maillot?
Le challenge Le tirage au sort de la Coupe de France nous a donc malencontreusement fait hériter de la redoutable affiche PSG-OM, comme l'année passée et quelques autres avant elle… Le pari pour les médias est donc de taille, puisqu'à peine quelques mois après le battage ayant précédé la rencontre du championnat (voir Psychose toujours), il va leur falloir remettre le couvert et chevaucher de nouveau le cheval sécuritaire. Ça recommence en tout cas de la même façon, puisque c'est encore l'horaire qui fait polémique, cette fois fixé à 20H45. Le maire de Boulogne, Jean-Pierre Fourcade, a ouvert les hostilités en ressortant la menace de la délocalisation… Bilan de l'actualité L'épreuve de saison Supporter Charles Biétry commentant la Coupe de la Ligue. Le débat qu'on aurait préféré plus vif Pourquoi les clubs pros n'ont-ils pas de bâche chauffante à 50.000€ ? La déclaration pour l'histoire Claude Simonet (Le Monde) : "J'ai été saoulé de coups. J'ai courbé l'échine". Le médiamètre des CdF 1. Rolland Courbis. 2. Fabrice Fiorèse. 3. Pierluigi Collina. 4. Christophe Dugarry. 5. Claude Simonet.

Réactions

  • elnin le 20/01/2003 à 07h36
    En tout cas ca me fait bien plaisir que courbis revienne, il va nous egayer tout ce petit championat.


  • Agora le 20/01/2003 à 08h34
    Pour ma part, j'adore la nappe à carreaux verts et blancs ;)

  • CC le 20/01/2003 à 10h22
    entierement d'accord avec vous concernant l'article de FF sur Courbis...
    On aurait dit une interview de Patrick Balkany dans 'Levallois Mag"

  • peterelephanto le 20/01/2003 à 10h40
    Mon labrador et moi divergeons sur un point et, après en avoir délibéré, nous en expliquons derechef. Il s'agit du Francis Lalanne. Il se trouve que nous soupçonnons sa passion pour l'EdF d'être tout à fait sincère et aussi désintéressée que celle d'un artiste peut l'être. A preuve, on ne peut pas dire que les soldats de plomb soient véritablement au centre des préoccupations d'un vaste public. Or justement Francis Lalanne s'esbaudit et effervesce aussi chaque fois qu'il se trouve devant l'une de ces figurines. Tout ça pour dire qu'il semble tout à fait capable de se passionner intensément pour quelque chose dont une grande majorité de ses contemporains se tamponnent énergiquement.
    Au surplus , francis lalanne s'égaye dans les tribunes populaires au milieu des supporters lambda. Et il nous semble bien qu'il s'investit de manière concrète dans le fonctionnement associatif des supporters des Bleus, pour lesquels il interlocute avec Henri Emile. Enfin son intérêt pour l'EdF remonte tout de même à 96 et à l'Euro anglais, et s'est donc inscrit dans la durée.
    Pour toutes ces raisons, ne peut -on pas considérer que bon nombre de grosses légumes mériteraient bien avant Francis la morsure douloureuse d'une cinglante ironie? A commencer par exemple par Ph. Seguin, qui , n'ayant pas vu un short de sport depuis sa prime enfance, s'empressa néanmoins cet été, entre deux respirations sifflantes, d'enfoncer avec suffisance notre glorieuse équipe nationale, dans le sillage photographique de laquelle, à peine encore deux ans plus tôt, il s'évertuait à placer son gros corps mou. Ou bien le Patrick Bruel, qui au même moment, crut bon de nous infliger , sur un ton sentencieux, des avis qui n'étaient jamais autorisés que par Flavie Flament et Jean Pierre Pernot.

    N'auriez vous pas été inconsciemment influencés par le simple fait que notre Francis est un bon ami du grand Franck Leboeuf ?-) Faute avouée vous serait bien volontiers à moitié pardonnée . Et pour l'autre moitié, quel moyen plus à propos que de rendre , pour effacer l'injustice qu'on a pu lui faire, un vibrant hommage à l'artiste, en nous remémorant avec émotion ce morceau inspiré , dont le titre définirait d'ailleurs si bien les cahiers qui , pour leurs lecteurs, sont aussi un peu comme...


    LA MAISON DU BONHEUR (Francis Lalanne)
    Un jardin,
    Quatre murs,
    Un soleil
    Doré comme un citron mûr,
    Ta chaleur
    Blottie contre ma chaleur,
    Et ton coeur tout contre mon coeur.

    Tes yeux doux,
    Tes seins lourds,
    Mes mains nues
    Couchées contre tes velours,
    Nos prénoms
    Gravés au feutre en couleur,
    Sur ton coeur, sur mon coeur.

    Refrain:
    Ce serait la maison du bonheur,
    Même à fort loyer j'suis preneur,
    Il n'y aurait que toi contre moi
    Et l'amour contre notre amour...
    Plus d'auto,
    Plus d' ciné.
    Rien qu'un rêve
    Sur le bout de ton nez.
    Tes grains de beauté,
    Mon grain de folie
    Et ta vie tout contre ma vie.

    Refrain ( aller, tous ensemble !)
    Ce serait la maison du bonheur.
    Même à fort loyer, j' suis preneur.
    Il n'y aurait que toi contre moi
    Et l'amour contre notre amour...

    Rien qu'un toit
    Pour nous deux,
    Rien qu'une chambre
    Avec vue sur tes yeux,
    Chien qui dort
    Et qui veille au bas du lit
    Sur ta vie, sur ma vie.

    {Refrain} (tous ensemble; non pas toi jpdarky tu chantes trop fort; tu t'crois à la Meinau?)
    Ce serait la maison du bonheur.
    Même à fort loyer, j' suis preneur.
    Il n'y aurait que toi contre moi
    Et l'amour contre notre amour...

    Un jardin
    Sur la mer,
    Un chagrin
    Jeté comme un fruit amer,
    Ta chaleur
    Serrée contre ma chaleur
    Et ton cœur
    Tout contre mon cœur.

    Magnifique de beauté, non?

  • ghostface le 20/01/2003 à 12h00
    et en plus dans les francis qui pollue le foot francais, vous avez oublie le principal, LE Francis pour toute une generation de footophile...ai-je vraiment besoin de citer ce "peut etre clone raelien" ?

  • NoNo93 le 20/01/2003 à 13h34
    Arf je me suis fait doublé, j'avais oublié la pub du lien, je m'était pourtant juré de faire une bréve dessus aprés l'avoir vue...

  • harvest le 20/01/2003 à 13h55
    Les arbitres représentés par Bruno Derrien et Patrick Lhermitte : Parions qu'ils ont soigneusement éviter de parler d'un certain club du Nord. :-(
    Pour l'extermination , il a raison le Rolland : c'est bien ainsi qu'on parle de la vermine.

  • gabyheinze le 20/01/2003 à 14h38
    Precision/la phrase entiere de Courbis est : "je pense qu'on a voulu m'exteminer du monde du football" et lui il est plus honnete que Guy Roux qui ne l'est que quand il gagne....

  • coleoptere le 21/01/2003 à 11h49
    C'est vrai que représenter les arbitres par Derrien et Lhermitte, c'est au moins donner la parole à ceux qui sont "concernés" par la polémique, quand ils ne la créent pas.

  • piem le 22/01/2003 à 01h10
    Moi je vote 100 % pour la revue de stress... pour faire dans l'inflation des pourcentages relevé dans le feuilleton je voterais même 8 fois, pour du 800 %.

    Je ne sait pas si les cdf veulent transférer leur dette à l'état, mais s'ils pouvaient faire quelque chose pour transférer à Nantes Makélélé à ma place de Makukula et Carrière à la place de Laspalles, je suis preneur.