Posts tagged ‘League Two’

Teenage Kicks démarre sa quatrième saison avec une preview des championnats de Football League (D2 à D4) et Premier League. A tout saigneur, tout honneur, on entame donc avec la D4. Et ouais, ce minot avec ses clubs tout pouilleux et leurs buvettes qui puent la Marmite. Mais ne pouffez pas trop vite car vous verrez que même la D4 anglaise, ça déchire.

La Football League, doyenne mondiale des championnats de clubs, fête ses 125 ans cette saison et a produit ce clip commémoratif, à voir absolument (particulièrement conseillé aux supporters d’Arsenal : à 3’20 on y voit les Gunners remporter le titre 1989…). Et si vous savez contourner la géolocalisation, ne manquez pas l’émission hebdomadaire The Football League Show.

Voir le classement après quatre journées (sur 46).

[Cliquer sur les photos peut rapporter gros]

Les prétendants à la montée

Une douzaine, pour 4 places… (3 automatiques + 1 aux play-offs).

Portsmouth, listé d’office ici vu son standing mais Pompey doit encore gérer le club avec des scoubidous après quatre années cauchemardesques (51 % du club appartient depuis avril dernier à 2 000 supporters via le Portsmouth Supporters Trust et le reste à une douzaine de supporters fortunés ayant injecté plus de 50 000 £ chacun dans le nourrin – 3M £ furent collectés au total). Un Pompey qui était encore en Premier League en 2010 et faisait trembler l’AC Milan il y a cinq ans… Le manager et local legend Guy Whittingham a recruté malin, avec des joueurs talentueux (tel l’ailier Andy Barcham) et des vieux briscards comme Patrick Agyemang et David Connolly (voir plus bas). A mal démarré toutefois, 5 points.

Le fameux John Portsmouth Football Club Westwood (c'est son blaze officiel, si si)

Le fameux John Portsmouth Football Club Westwood (c'est son nom officiel, si si)

Chesterfield jouera la montée automatique. Les Spireites ont tout pour atteindre leur objectif : groupe expérimenté, gros recrutement, bonnes affluences et propriétaire aisé, le controversé Dave Allen, bien connu des supporters de Sheffield Wednesday… (voir  ici).

Oxford United devrait être aux avant-postes en fin de saison ainsi que Cheltenham, barragiste pour la montée en D3 ces trois dernières saisons ! (et qui a tenu la dragée haute à West Ham hier soir en Coupe de la Ligue, défaite 2-1).

L’ambitieux Fleetwood Town a bien démarré, sous la houlette de l’ex international écossais Graham Alexander, 41 ans, le défenseur aux 1 000 matchs en championnat pro, de la D4 à la PL (et sublime tireur de pénalty, 77 réussis sur 83 – 92,7 % – et souvent de l’extérieur ! Seul Matt Le Tissier fit mieux : 48 sur 49. Frank Lampard est dans les temps de passage – 48 sur 55 -, ainsi que Rickie Lambert, 32 sur 32 à Southampton).

Bristol Rovers et Exeter City voudront aussi vite retrouver la D3 récemment quittée, et on espère que Plymouth Argyle surmontera ses terribles problèmes financiers récents pour s’extraire de l’ornière. Le potentiel est là : Argyle était encore une valeur sûre de D2 il y a quelques saisons (particulièrement sous Ian Holloway) et Plymouth est la plus grande ville d’Angleterre (300 000 habitants) à ne jamais avoir goûté à l’élite. Les Pilgrims ont parmi les plus fidèles supporters de la division, une « Green Army » qui arrive à mobiliser jusqu’à un millier d’inconditionnels prêts à se taper 1 000 kilomètres A/R un mardi soir de décembre. L’ex Lavallois Maxime Blanchard (voir chouette interview dans le blog Kick-off de l’Équipe) n’a pas encore lancé sa saison (remplaçant).

Northampton Town, sous la houlette de l’expérimenté Aidy Boothroyd, a mal démarré mais le coup de pompe des Cobblers (cordonniers) n’est pas trop inquiétant (interlude Jean-Paul Ollivier : adorable musée de la chaussure si vous passez dans le coin), même sans Adebayo Akinfenwa – ci-contre – parti faire peser ses 100 kilos de muscles sur les défenses de D3 (16 buts l’an passé).

Démarrage également poussif du relégué Scunthorpe United qui a recruté du lourd, pas moins de trois ex joueurs de Premier League : Deon Burton, Andy Dawson et Chris Iwelumo.

Comme l’an passé, Burton Albion pourrait bien de nouveau surprendre (4è et play-offs), les Brewers ont certes perdu leurs deux meilleurs attaquants (le Congolais Jacques Maghoma et le Zaïrois Calvin Zola) mais semblent avoir bien recruté. Eliminé de justesse par Fulham hier soir en League Cup, 2-2 et 5-4 aux tirs au but.

Les clients à la descente

Le micro club d’Accrington Stanley, sempiternel relégable en puissance. Cette intersaison, refonte de l’effectif opérée par le jeune manager et ex international anglais James Beattie, 35 ans. L’ex attaquant d’Everton et Southampton a recruté malin (dont Nicky Hunt, 29 ans, ex PL) mais ça risque de coincer, l’effectif étant léger. Et compter sur Francis Jeffers devant est toujours aussi risqué…

Dagenham & Redbridge est aussi favori à la descente chez les bookies, malgré sa cohorte d’ex starlets qui devaient tout casser il y a peu (Gavin Hoyte, ex Arsenal ; Zavon Hines, ex West Ham ; et Medy Elito, ex U19 anglais).

Idem pour les Shrimps (crevettes) de Morecambe qui connaissent de sérieux problèmes financiers (loin d’être les seuls !) et ont dû réduire la voilure. Avec 1 800 spectateurs de moyenne, c’est déjà un miracle qu’ils soient là depuis si longtemps. Le puissant ailier-attaquant Kevin Ellison, 34 ans, s’il ne se blesse pas ou décampe au mercato d’hiver, pourrait leur sauver le bacon (en attendant le retour dans six mois du jeune Jack Redshaw – blessé à la hanche -, 15 buts l’an passé).

Bury, relégué de D3 avec pertes et fracas, pourrait souffrir malgré un effectif totalement renouvelé : 22 nouveaux joueurs – dont le frangin de Wayne Rooney – pour une vingtaine de départs ! Enfin, espérons que les nouveaux propriétaires payent mieux que le SMIG cette saison… A signaler l’arrivée de l’ex Manceau William Edjenguélé chez les Shakers, très bien noté (8/10) dans The Football League Paper pour son premier match le week-end dernier.

Hartlepool United, également relégué de D3, inquiète sérieusement ses supporters : 1 seul point d’engrangé et aucun but marqué ! (seul club de Football League dans ce cas). Richie Humphreys, cult hero du club aux 544 matchs pour Pools a décampé (à Chesterfield) et rien ne va plus chez les célèbres Monkey Hangers qui se transforment volontiers en Schtroumpfs à l’occasion.

Et un souhait pour finir : que l’AFC Wimbledon s’en sorte mieux que l’an passé où ils flirtèrent avec la relégation. Charlie Sheringham, fils de, les a rejoints ainsi que le virevoltant ailier guadeloupéen Kevin Sainte-Luce, recruté en janvier dernier. Les Dons ont bien démarré, 7 points.

Les joueurs à surveiller

Romuald Boco (Plymouth), 28 ans, 48 capes béninoises, milieu offensif. L’ex Chamois Niortais a convaincu l’an dernier (à Accrington, 10 buts) et « Rommy » tentera de confirmer dans une grosse écurie de D4 après des passages en Chine et en Irlande. Pourrait faire mal en soutien du puissant attaquant Marvin Morgan.

James Constable (Oxford), 28 ans et loin d’être un peintre : 95 buts en 234 matchs en cinq saisons avec les U’s.

Rene Howe, 26 ans, puissant attaquant de Burton Albion.

Jeff Hughes (Fleetwood), 28 ans, 2 capes nord-irlandaises, milieu offensif très expérimenté.

Aaron O’Connor (Fleetwood), attaquant de 30 ans, 18 buts en championnat l’an passé.

L’ailier Gary Roberts (Chesterfield), 29 ans, pilier de la Football League, l’un des meilleurs techniciens de cette division.

Chris Zebroski, 26 ans, l’avant-centre bourlingueur de Newport County (11 clubs) pourrait faire mal s’il ne s’éparpille pas, 3 buts déjà.

Parmi les jeunots à suivre :

– Jed Wallace (Portsmouth), milieu très vif de 19 ans et international U19 anglais, a fini la saison dernière en trombe.

– John-Joe O’Toole (Bristol Rovers), ex U21 irlandais et son coéquipier Ellis Harrison, 19 ans, international gallois U21.

– l’ailier/attaquant de Torquay Jordan Chappell, 21 ans, pétri de classe, déjà 3 buts en 2 matchs.

– le milieu anglo-zimbabwéen Tendayi Darikwa (Chesterfield), 21 ans, pourrait (enfin) éclater s’il arrive à faire son trou dans un effectif fourni (Everton et d’autres l’ont récemment observé, ici)

– la tripotée de cadors de Wycombe, dont le milieu Billy Knott, international U20 anglais, prêté par Sunderland ; le défenseur Charles Dunne, international U21 irlandais, vendu à Blackpool (D2) il y a six jours puis reprêté aux Chairboys ; Matt McClure, U21 nord-irlandais ; et Paris Cowan-Hall, ailier de 22 ans au gros potentiel mais instable (déjà 7 clubs).

Côté jeunes vieux, on gardera un oeil sur Romain Padovani (Portsmouth), milieu défensif de 23 ans transfuge de Monaco (lire cette intéressante interview dans footanglais.com), sur Matty Blair, 24 ans, rapide ailier de Fleetwood et  Jimmy Ryan (Chesterfield), 24 ans.

Les vieux de la vieille

Patrick Agyemang, 32 ans, ex QPR et 2 capes ghanéennes.

David Connolly (Portsmouth), attaquant de 36 ans, joueur le plus expérimenté de D4, 41 capes irlandaises et ancien de D1 (Sunderland, Wigan, Feyenoord). Déjà 4 buts cette saison.

Chris Iwelumo et Deon Burton (Scunthorpe), 71 ans à eux deux et ex Premier League. Le bourlingueur Burton (ci-dessus), 15 clubs et 61 capes jamaïcaines, fait toujours parler la poudre à presque 37 piges : 12 buts l’an passé pour Gillingham, promu en D3.

Rory Delap, 37 ans, balance désormais ses touches-missiles à Burton Albion.

Richard Cresswell (York City), 35 ans, avant-centre pilier de Football League (joua même en PL), de retour au bercail.

L’increvable bourlingueur Jamie Cureton (Cheltenham), 38 ans mais 21 buts en championnat l’an dernier (avec Exeter). En 20 ans de carrière, il a connu toutes les divisions, y compris la PL avec Norwich.

Papa et Maman souhaite bon anniversaire à leur Francis dans le canard local

Papa et Maman souhaitent un bon anniversaire à leur Franny préféré dans le canard local. Touchant.

Dave Kitson, 33 ans, ex avant-centre de PL, a atterri à Oxford United. Il y a cinq ans, Stoke City avait déboursé 5M £ pour s’attacher ses services. Paraît même que c’est lui le fameux Secret Footballer… Wow, glamoureuse notre D4 quand même (on s’est toutefois bien gardé de nous laisser entrevoir son actualité en nous survendant le truc, c’eût pas été franchement glamour de faire savoir que le mec « qui avait évolué avec les plus grandes stars du ballon rond » jouait à Oxford…).

En parlant de glamour, n’oublions pas l’une des idoles de Teenage Kicks, l’ex international anglais Francis Jeffers, 32 ans (Everton, Arsenal puis le quasi néant). Ce phénomène qu’Arsène acheta 8M £ pour l’associer à Thierry Henry pousse ses derniers râles footballistiques à Accrington qu’il a rejoint en fin de saison dernière. Pas encore aligné cette saison ; semble passer son temps sur Twitter à vérifier les horaires de train ou distiller les conseils pour bien faire ramoner sa cheminée. Bah, au moins il se rend plus utile que sur un terrain. Pis ces questions domestiques ça le connaît : Noël dernier, la police l’arrêtait devant le domicile de son beau-père en train d’agiter un manche à balai.

Les entraîneurs en vue

Justin Edinburgh, 43 ans et ancien défenseur de Tottenham (1990-2000), manager de l’étonnant promu Newport County (lire « Le club à suivre » plus bas).

L’ex international anglais James Beattie, 35 ans, manager du minot Accrington Stanley (également entraîneur-joueur l’an passé) et toujours enregistré comme joueur.

Nigel Worthington, 51 ans, ex pilier de D1 & international nord-irlandais et manager chevronné (il fit monter Norwich en Premier League en 2004), a pris les rênes de York City.

Gareth Ainsworth, Wycombe Wanderers (ci-contre, au micro), figure incontournable de la Football League (a évolué dans toutes les divisions pros) qui vient de raccrocher les crampons à 40 ans après avoir été entraîneur-joueur de Wycombe l’an dernier. Le rocker entame sa toute première saison pleine comme manager d’une équipe remodelée alliant jeunesse et experience (et gnack ‘n’ roll).

Phil Brown, ex fantasque manager de Hull City du temps béni de Bernard Mendy et Jimmy Bullard, dirige désormais Southend United, plombé financièrement (interdiction de recruter) mais qui a bien démarré.

Last but not least, Carolyn Radford (ci-dessous), pas un manager mais la chief exec du promu Mansfield Town et mariée au propriétaire John Radford, gars du cru qui a réussi et aime offrir ce genre de cadeau à ses managers. Club également fort intéressant pour la féroce rivalité politico-syndicalo-footballistique qui l’oppose à Chesterfield depuis la grande grêve des Mineurs de 1984-85 (trop long à expliquer ici). Une chose est sûre : le derby toxique Chesterfield-Mansfield du 28 septembre (premier depuis longtemps) devrait être chaud, forte présence policière attendue.

Les plus grosses et plus faibles chambrées

Fratton Park (Portsmouth) devrait attirer une moyenne d’environ 15 000 spectateurs cette saison (plus de 10 000 abonnés). Pompey a fait 18 181 pour la venue d’Oxford il y a trois semaines (1-4).

Plymouth, Oxford ainsi que Chesterfield ont fait respectivement 7 049, 5 954 et 5 431 l’an dernier. Le promu Newport County tourne bien également en ce début de saison (5 009), ainsi que Southend (6 282) et Bristol Rovers (5 914).

Les p’tites chambrées : Accrington, Dag & Red et Morecambe, moins de 2 000.

L’affluence moyenne de D4 était de 4 390 la saison dernière. Ce qui est fort honorable vu qu’une place de D4 coûte en moyenne 18 £ et un abonnement environ 300-350 £ (pour 23 matchs donc mais pas donné – crise oblige, quelques clubs ont des politiques de prix intéressantes depuis quelques saisons, voir l’exemple d’Hartlepool ici et ici).

Le prix du nom du stade le plus prestigieux allant à Fleetwood Town : Highbury. La Cod Army (surnom du club, ancien port) comptait même un Vieira [Magno Vieira] dans ses rangs il y a deux saisons !

Le club à suivre

Newport County, promu gallois (ville située près de Cardiff) avec un boss très atypique, Les Scadding.

Jusqu’au 9 novembre 2009, le quotidien de Les, 58 ans, n’était pas un bed of roses comme disent les Anglais. Cet ancien mécano se remet difficilement d’un cancer des testicules et pointe au chômage, après 27 ans à conduire ses camions-citernes à travers le pays. Fauché, il a dû un temps partir habiter chez sa soeur à Newport, au sud du Pays de Galles. Les rares fois où il n’est pas à découvert, il débourse 10 £ pour aller voir son Newport qui végète en non-League (D5 et au-dessous) depuis deux décennies.

Le 10 novembre, un évènement inouï bouleverse la vie du Bristollien : il empoche 45M £ à l’EuroMillions (pour une mise de 4 £).

Les Scadding, King of cool, au volant de sa Rolls Royce Phantom à 400 000 £

Les Scadding, King of Cool, au volant de sa Rolls Royce à 400 patates

Les fait quelques emplettes (dont une propriété à la Barbade où il compte Gary Lineker et Wayne Rooney pour voisins) et aussi des rencontres, notamment l’état-major de Newport County. Forcément.

En août 2012, Scadding devient président de ce petit club qui connut son heure de gloire au début des Eighties, avec une Welsh Cup, plusieurs belles saisons en D3 anglaise et surtout un mémorable ¼ de finale de Coupe des coupes en mars 1981 contre le légendaire Carl Zeiss Iéna, perdu de justesse 3-2 en score cumulé, avec en prime un match à domicile de feu devant 18 000 spectateurs. C’est sûr qu’avec la future Liverpool & Ireland legend John Aldridge dans l’équipe, Newport avait de la gueule (malheureusement, l’Irlandais, blessé, ne disputa pas cette double confrontation).

Mais les Eighties léguèrent aussi au club ses heures les plus sombres. En février 1989, Newport fut éjecté de la D5 (et de son propre stade) pour non-paiement de dettes contractées par leur propriétaire d’alors, Jerry Sherman, un aigrefin américain sorti de nulle part et qu’un juge de Washington enverra six ans en prison en 2007 pour multiples arnaques à la Madoff. Le club se nomadisa et acquit alors son surnom The Exiles car il dut aller jouer ses matchs « à domicile » un peu partout dans l’ouest du pays. Après un redressement judiciaire suivi du coup de grâce au printemps 1989 (liquidation, même les trophées du club furent vendus aux enchères pour rembourser les 330 000 £ de dettes !), le nouveau Newport County AFC repartit de zéro en D9 anglaise.

Pour Scadding et le club, la délivrance arrive le 5 mai 2013 quand Newport bat le compatriote Wrexham en finale des play-offs de D5 à Wembley. Confortablement installé dans sa Royal box, privilège de tout président de club, Les assiste à la victoire 2-0 de ses poulains sur les Dragons. La montée en Football League est synomyme de respectabilité mais surtout d’un changement de statut et de budget : un club de D4 touche au minimum 750 000 £ / an de revenus médias, contre seulement 10 000 £ environ pour un club de D5 (voir précisions à ce sujet dans l’annotation # 1 sous cet article TK consacré à Bradford – 600 000 £ dans cet article, chiffre de 2010. L’arrivée de British Telecom en D5 cette saison – diffusion de matchs sur sa nouvelle chaîne BT Sport – a probablement fait augmenter ce chiffre de 10 000 £/an par club mais sans changer la proportion : un club de D4 touche 60 fois plus de revenus médias qu’un club de D5, grâce à Sky et la BBC).

Après 25 ans de purgatoire en non-League, Newport est de retour dans cette Football League où il évolua presque sans discontinuer de 1920 à 1989 (dont  deux saisons de D2 au sortir des deux guerres).

Les Scadding s’est juré de ne pas se laisser griser et « dépenser sans compter ou filer 100 plaques au club tous les mois ». Au lieu de ça, comme il l’a fait pour financer la montée en D4, il s’est engagé à « aider un peu son club si besoin est, par exemple s’il nous manque 50 ou 60 000 £ pour convaincre un joueur de venir chez nous. »

Mais qui sait, Les pourrait bien se laisser prendre au jeu. Au lendemain de la montée en Football League, l’ex routier sympa confiait aux journalistes de ne plus avoir trop le temps ou l’envie de séjourner dans sa propriété des Caraïbes : Newport County l’accapare trop. Et comme il dit, « la vie de château c’est bien sympa, mais au bout de dix parties de golf, on s’emmerde et on a envie de passer à autre chose. »

Ce mois-ci en Coupe de la Ligue, Newport County a éliminé Brighton (D2) 3-1 à l’extérieur avant de se faire sortir 3-0 par West Bromwich Albion hier soir.

Le club à pas suivre

Aucun club réellement antipathique ou superflu comme MK Dons en D3, Millwall en D2 ou Newcastle United en PL mais « l’habitat naturel » de Dag & Red étant la non-League, on n’en voudra pas aux Daggers d’y retourner.

Les pronos TK montées et descentes

Montées (4) : Chesterfield, Fleetwood, Oxford et Portsmouth.

Descentes (2) : Accrington Stanley et Dagenham & Redbridge.

Kevin Quigagne.

L’an dernier, la Football League était sponsorisée par Coca-Cola. On l’affublait volontiers d’un moqueur « fizzy pop league » (le championnat gazeux).

Cette année, fini de pouffer. Le sponsor est Npower Energy, et ça décoiffe. La vénérable Football League a été électrisée, du 100 000 volts à tous les étages, des vedettes et pipoles à foison. Faisons donc plus ample connaissance avec le doyen mondial des championnats nationaux, 122 ans et tous ses crocs.

Championship (D2) – 13ème journée

voir résultats Championship ici

Classement

1. QPR 29 points (+21)

2. Cardiff 29

———————————-

3. Swansea 23

4. Norwich 23

5. Watford 21

6. Coventry 21

———————————–

22. Middlesbrough 11

23. Crystal Palace 11

24. Bristol City 10

Classement des buteurs de D2 :

Bothroyd (Cardiff) 11 buts

Iwelumo (Burnley) 8

Mackie (QPR) 8

Commons (Derby) 7

McGugan (N Forest) 7

Parkin (Preston) 7

Classement des passeurs :

Adel Taarabt (QPR) 7 passes décisives

Don Cowie (Watford) 6

Grant Holt (Norwich) 5

Meilleure affluence : Norwich – Middlesbrough, 25 410

Plus petite chambrée : Doncaster – Sheff United, 8 985

Prix moyen place assise adulte / abonnement : 23 £ / 370 £

Moyenne spectateurs saison 2009-2010 : 18 106

Les matchs. Les faits. Les acteurs de la 13ème journée

Bristol City 1-1 QPR (lien vidéo)

QPR toujours en tête et invaincu, mais Dieu que c’est poussif en ce moment (avec Manchester United, QPR est le seul club invaincu parmi les 92 clubs de League football).

Les propriétaires du club, potentiellement l’un des plus riches au monde (la famille Mittal, et le duo Bernie Ecclestone-Flavio Briatore financent) ont fait circuler des rumeurs il y a peu selon lesquelles Marcello Lippi pourrait bientôt débarquer. Neil Warnock, le fantasque entraîneur des R’s (une sorte de Ian Holloway version hardcore, et un ancien arbitre !), n’a guère apprécié et a déclaré :

« Ça me dérange pas du tout qu’il vienne. Effectivement je pense qu’il ferait un bon entraîneur-adjoint »

Neil Warnock, en pleine zénitude

Neil Warnock, en pleine crise de zénitude

Bristol City est en nette amélioration mais David James commet toujours ses bonnes vieilles bourdes brevetées Jamo (son surnom). L’inusable écolo (40 ans), a dit oui à Bristol City cet été car ce n’est pas trop loin de chez lui (Exeter) et David le Green adhère totalement au projet bristolien. Pas celui du club mais de la ville, capitale verte du pays. C’est vrai qu’à Portsmouth l’an dernier, au milieu des Cadillac Escalade et Hummer de Piquionne et d’Utaka, James avait probablement honte de garer sa voiture électrique. Maintenant, il nous concocte toujours de belles boulettes farcies, il n’est plus entouré de vedettes gangsta rap, mais au moins il peut rouler tranquille, sans honte ni reproche.

David James. 2 boulettes seulement, 2

David James. 2 boulettes aujourd'hui seulement, 2

Burnley 0-4 Reading (lien vidéo)

Les Clarets (7ème) marquent le pas et se sont pris une belle « tonking » (tannée) à domicile contre les Royals de Reading. Tyrone Mears, auteur d’une piètre prestation, a-t-il déjà tout donné ? En fait, un être vous manque et tout s’écroule. Cet homme d’exception, c’est Graham Alexander. Le capitaine des Clarets était absent et ça s’est vu.

Particularité du défenseur international écossais : il a 39 ans et totalise presque 1 000 matchs professionnels ! Et l’incroyable Alexander enquilleur de pénalties (74 réussis sur 80 dans sa carrière) ne compte pas s’arrêter de sitôt, il continue même à revendiquer une place en équipe nationale.

Il est également admiré pour sa technique peu orthodoxe sur les pénalties : il les tire de l’extérieur du pied dans le petit filet.

D’ailleurs, Téléfootix avait diffusé l’un de ses pénos révolutionnaires dans un zapping du printemps dernier, en fanfaronnant, fiers de leur trouvaille :

« Et regardez ce pénalty marqué en Angleterre, totalement dévissé mais ça va quand même dans la lucarne »

(un tir « dévissé » selon Téléfootix, yeah, right).

Graham Alexander, en plein péno dévissé

Graham Alexander, en plein péno dévissé

Coventry 3-0 Barnsley (lien vidéo)

Tranquille victoire des Sky Blues de Coventry contre Barnsley. Guère surprenant : l’équipe du South Yorkshire n’a pas gagné à Coventry depuis la saison 1923-24…

Marlon King (ex-Wigan et FC Jail), nouvelle recrue vedette des Blues récemment sortie de prison, était indisponible (9 mois de zonzon pour une agression sur étudiante, sa 14ème condamnation). Peut-être s’était-il fait excuser pour cause de soirée étudiante en ville ?

Doncaster 2-0 Sheff Utd (lien vidéo)

Victoire des Rovers contre les Blades dans le derby du South Yorkshire. Succès qui permettra à « Donny » (Doncaster) de s’approprier ces fameux « bragging rights » pour un moment (droits tacites de chambrer ses rivaux).

A signaler l’époustouflante longévité du gardien de Donny, l’Ecossais Neil Sullivan, presque 41 ans. Sullivan est un ancien du Crazy Gang de Wimbledon (première mouture – fin années 80) et toujours au top, 22 ans après ses débuts professionnels. Avoir été coéquipier de Vinnie Jones, John Fashanu, Dennis Wise & co pendant les crazy Eighties, visiblement ça conserve.

Un Doncaster transformé depuis quelques saisons, un superbe nouveau stade, où évolue une équipe qui propose du beau jeu. Qu’il est loin le temps où Donny explosait tous les records de défaites en une saison (34 – sur 46 matchs) et descendait en D5… (1998).

Un an plus tard, le propriétaire du club, Ken Richardson, était envoyé en prison pour 4 ans pour avoir fait incendier le stade du club afin de toucher l’assurance ! (la police retrouva sur place le portable de l’un des criminels, un ancien militaire de la SAS, unité commando de l’armée ! Faisait-il partie de l’équipe du Rainbow Warrior ?). Richardson avait aussi auparavant tenté de vendre le stade du club, propriété de la ville…

Situation difficile pour les hommes de Gary Speed, entraîneur des Blades de Sheffield (19èmes), et ancien partenaire de Cantona à Leeds, avec qui il remporta la First Division en 1992.

Le Français Jean Calvé, après des débuts tonitruants pour les Blades (but exceptionnel pour ses débuts, exocet de 35 mètres en pleine lulu), s’est mis au diapason mou de l’équipe.

Hull 1-2 Portsmouth (lien vidéo)

Jimmy Bullard (Hull City), resté au club, aurait mieux fait de partir, même en Ecosse ou en Grèce. Mais à être trop gourmand… (cet été, il avait réclamé un salaire mensuel de 400 000 € au Celtic !). Blessé pour au moins 3 semaines, Jimmy-le-clown pourrait avoir des subites envies de PL au mercato d’hiver.

Bullard, to Hull and back

Bullard, to Hull and back

Portsmouth, ses Utaka, Kanu & co, vont mieux sur le terrain qu’en coulisses. Pompey, toujours en redressement judiciaire (depuis février 2010), est en principe sauvé financièrement. Jusqu’au prochain coup de théâtre.

Kanu s’éclate à Pompey

Kanu s’éclate à Pompey

Les dettes astronomiques de Pompey sont toujours bien là, et une grande partie d’entre elles ne sera jamais remboursée.

Mais que John Utaka se rassure, son petit salaire mensuel de 500 000 €, ses primes et ses droits d’image sont protégés à 200 %.

Et cela, au nom de la Football Creditors rule, règlement façonné par des footeux pour des footeux. Les instances du foot ont divisé les dettes en 2 catégories : les « secured » et les « unsecured ». Toutes les sommes dues aux joueurs et autres clubs sont ultra sécurisées. Les autres, même celles dues au fisc anglais, sont ultra non-sécurisées et souvent passées aux pertes et profits.

Portsmouth avait la bagatelle de 450 créanciers au moment du redressement. Beaucoup n’ont pas été remboursés, dont de nombreuses entreprises, des petits artisans, plusieurs écoles, des associations, des restaurants, les scouts, une entreprise locale d’ambulances, etc.

Utaka est rassuré

Utaka est rassuré

L’administrateur, Andrew Andronikou, a confirmé que la plupart des dettes restantes devraient être remboursées à hauteur de « 20 pence to the pound » (20 %). Si elles le sont un jour. Lorsqu’un club anglais est placé en redressement judiciaire (50 clubs de FL depuis 20 ans, certains plusieurs fois), les premiers à en souffrir ne sont jamais les footballeurs. En revanche, les dommages collatéraux sont aussi conséquents qu’insoupçonnés.

Suite à la décision des propriétaires de Portsmouth de ne pas modifier le nom du club, le supporter le plus connu du pays, John Westwood (qui a fait changer son nom en John Portsmouth Football Club Westwood) s’est dit ravi. Il n’aura donc pas à changer son nom en un patronyme encore plus stupide.

Le discret Westwood

Le discret Westwood

Leeds 0-4 Cardiff (lien vidéo)

4ème victoire consécutive de Cardiff, qui comptait beaucoup de retard sur QPR mi-septembre mais qui a superbement rattrapé les Londoniens, peu en verve en ce moment. Cardiff, par Jay Bothroyd et Craig Bellamy, a atomisé Leeds, encore trop tendres à ce niveau pour prétendre jouer les premiers rôles.

Ce match était un peu un clash entre les has-been et les jeunes loups aux dents longues de la D2. Les Gallois rêvent en bavant de l’élite anglaise depuis leur création en 1899. Surtout Dave Jones, personnage controversé du foot anglais. Les Peacocks de Leeds, eux, ont déjà eu leur dose de rêve dans le passé. Dose administrée par l’inénarrable Peter “we lived the dream” Ridsdale, président de… Cardiff, jusqu’en mai 2010 (Ridsdale est cet ex président de Leeds qui, dans son bureau d’Elland Road, avait des poissons rouges qui coûtaient plus cher en entretien que le stade, lors de la spectaculaire explosion en vol de Leeds United, 2001-2004).

Pour accéder à la terre promise, les Bluebirds s’appuient sur leurs stars internationales : Craig Bellamy, Michael Chopra, Jason Koumas, Jay Bothroyd (le prochain joueur de Championship à recevoir un coup de fil de Signore Capello ?), Gábor Gyepes et Peter Whittingham. Sans oublier Miguel Comminges, le Guadeloupéen de l’effectif…

Côté Leeds (promu), on a du répondant et quelques vedettes, mais rien de transcendant.

Mentionnons tout de même le Sénégalais Amdy Faye puisqu’il est là (ex-Auxerre), le Hondurien Ramón Núñez, l’Australien Patrick Kisnorbo, le Sud-africain Davide Somma, et l’Argentin Luciano Becchio, qui fait un gros début de saison et a marqué l’un des buts de la saison le week-end dernier, d’une somptueuse reprise de volée :

Ajoutons à cette liste le teigneux-mais-brillant Ecossais « Snods », Robert Snodgrass. Et la vraie-fausse vedette : McCartney, George.

Toujours pas de Billy Paynter pour Leeds. Le prometteur buteur a été recruté à Swindon pour ses talents de canonnier, et non de peintre, 30 buts l’an dernier. Il devait assurer le vernissage du club promu en D2, mais n’a pas encore connu l’esquisse d’un match (il s’est blessé au tibia à l’intersaison en s’emmêlant les pinceaux, avant de faire une belle toile et de rater le cadre – Michel Chevalet n’a pas encore expliqué comment ça marche les immanquables de Paynter).

A noter aussi la belle boulette de Kasper Schmeichel (fils de) dans ce match à vite oublier pour les hommes de Simon Grayson.

Je sais, je n’ai pas mentionné Ken Bates, président controversé de Leeds (et ex propriétaire de Chelsea). Cette omission est impardonnable de ma part, surtout que Ken-le-nerveux continue ses amusantes frasques dans la mauvaise humeur cette année, mais restons zen, passons.

Ken Bates, éternel colérique

Ken Bates, éternel colérique

Millwall 2-0 Derby

Le promu Millwall (9ème) poursuit son ré-apprentissage de la D2 avec une belle victoire sur Derby County, équipe managée par Nigel Clough (fils de), et qui restait sur 6 matchs sans défaite. Alberto Bueno, ex Real Madrid, prêté à Derby par le Real Valladolid et superstar de ce début de saison, n’a pas été galactique du tout contre Millwall. Il s’est pris un carton et a été sorti à l’heure de jeu, tout comme Robbie Savage, le Gallois fou, inexistant sur ce match.

Robbie se tape un bélier

Danny Shittu a impressionné pour ses débuts avec les Lions londoniens (il vient de signer un contrat de 3 mois). L’imposant international Nigérian (95 kilos) a été élu homme du match. Il revient d’un séjour galère à Bolton, où il a coûté au club la bagatelle de 200 000 € par match ! (hors salaire). 12 matchs en 2 ans pour les Trotters, qui payèrent 2,4 millions d’euros en 2008 pour s’offrir ses services.

Shittu en action pour Bolton

Shittu en action pour Bolton

Les Lions de Millwall font mieux que se défendre sur le terrain mais la frange dure de leurs « supporters » inquiète. Rien que sur le dernier mois, la faction hooligan du club s’est illustrée par trois fois lors d’incidents violents, dont les batailles rangées du 28 septembre dans l’ouest londonien contre leurs homologues de QPR. La vie est bat’ (de base-ball) pour les inventeurs officiels du hooliganisme. Les derbies Millwall–West Ham s’annoncent chauds la saison prochaine…

Norwich City 1-0 Middlesbrough (lien vidéo)

Bon début de saison des Canaries de Norwich (promu). Le club appartient depuis 1996 à la plus célèbre cuisinière du pays, Delia Smith, une passionnée, qui a refusé nombre d’offres alléchantes pour racheter « son » club.

La reine des fourneaux a patiemment montré aux Anglais dans les années 90 comment faire bouillir un œuf, réussir le pudding à la Marmite, ou concocter une omelette aux baked beans (des dizaines de millions de téléspectateurs et livres vendus).

Delia, les Canaries ne sont pas cuits

Delia, les Canaries ne sont pas cuits

Dorénavant, Delia Smith vise la montée en PL et avec elle, la Total Domination de tout l’est du pays. Roy Keane, l’entraîneur du riche rival Ipswich, s’en étouffe de rage tous les matins en avalant sa bouillie d’avoine. Se faire bouffer par la Maïté anglaise, ça ne faisait pas partie de ses plans quand il reprit l’équipe l’an dernier.

Roy Keane, scary

Roy Keane, scary

Rien ne va plus pour Middlesbrough. Le départ de Gordon Strachan n’a pas eu « l’effet psychologique » escompté (au passage, signalons le noble geste du fantasque Ecossais qui part sans indemnités – démission – et fait donc cadeau au club de 2,5 millions de livres sterling).

Vider une équipe de ses bons éléments (comme les Français Didier Digard et Jérémie Aliadière) et les remplacer par une horde d’Ecossais descendus des Highlands est rarement un gage de réussite (6 Scots dans l’équipe, tous recrutés au dernier mercato d’hiver).

Flash Gordon lâche Middlesbourrin

Flash Gordon lâche Middlesbourrin

Nott’m Forest 2-0 Ipswich Town (lien vidéo)

Ipswich City, managé par Roy Keane, marque le pas. Propriété de Marcus Evans (multi-milliardaire anglais basé aux Bermudes), le club a pour ambition express de retrouver la Premier League. Les Tractor Boys l’ont quittée en 2002, et vivent un calvaire depuis (citons en vrac, un redressement judiciaire, de cruelles déconvenues en championnat et dans les play-offs et l’horreur Ben Thatcher – viré par Keane en février 2010).

Nottingham Forest va mieux, et semble armé pour jouer la montée. But exceptionnel du jeune Lewis McGugan sur un somptueux coup-franc de 35 mètres

Preston North End 4-3 Crystal Palace (lien vidéo)

Le Preston de Darren Ferguson (fils de) dispose de Crystal Palace 4-3 et se sort ainsi de la zone rouge. Palace s’y enfonce et Edgar Davids avec. Le Néerlandais, payé au match joué (1 000 £), accumule les contre-performances.

L’entraînement n’a pas l’air de trop lui convenir non plus. Le 12 octobre dernier, il tombe à bras raccourcis sur son coéquipier Julian Bennett, qu’il secoue comme un cocotier, tout en lui gueulant dessus « I am the boss round here ». Un remake de Scarface qui n’a guère avancé sa cause chez les Eagles.

Celui qu’on appelle The Pitbull a rejoint Palace cet été. Un choix délicat tant ce club est en totale déconfiture financière (redressement judiciaire en janvier dernier). A son arrivée, il déclara : « Comme j’habite dans le coin, je me suis dit que ça serait sympa de jouer pour mon équipe locale ».

Rappelons que le consortium propriétaire du club, le CPFC 2010, avait recruté l’ex star de la Juve pour qu’il « serve de modèle aux jeunes du club ».

Davids, arrêté à Amsterdam le mois dernier pour avoir collé un œil au beurre noir à une cliente dans un cinéma, pourrait vite arrêter la désastreuse expérience Palace.

La dernière fois que Palace avait tenté ce genre de pari du sage vétéran expérimenté, c’était saison 1997-98. Ils avaient alors signé Attilio Lombardo, Tomas Brolin et Michele Padovano – et avaient été dûment relégués de Premier League, dans un feu d’artifice de dettes et scandales.

Swansea 2-0 Leicester

Les Swans disposent facilement des Foxes. Le virevoltant Marvin Emnes, que Middlesbrough recruta en 2008 au Sparta Rotterdam pour 3,2 millions de £ (puis trop vite placardisé par Strachan), vient d’arriver en prêt chez les Gallois.

Débuts du tonnerre de Zeus pour le jeune Néerlandais entré en deuxième mi-temps. Sa technique et pointe de vitesse ont semé la zizanie chez les Fennecs de Sven-Goran Eriksson. Fennec ta mère : ce fut le message du jeune Néerlandais à Boro. Emnes, tout en dreadlocks et accélérations foudroyantes, a été nommé Homme du match et fera sûrement reparler de lui.

Leicester City est un autre club de D2 aux ambitions dévorantes. Oui, les clubs mégalos ne manquent pas en D2, tous appâtés par l’eldorado PL. La mission qu’a confié son propriétaire Lucky Luke, Milan Mandaric, au nouvel entraîneur, SGE, est on ne peut plus simple : remonter en Premier League, et sans traîner, dès 2011.

Il était écrit quelque part que les chemins entre l’entraîneur le plus jet-set au monde et le président de club le plus vorace de la planète foot (une dizaine d’entraîneurs consommés ces 4 dernières années) se croiseraient un jour. Inexorable.

Problème de taille cependant : le Suédois a hérité d’une situation difficile et d’un effectif léger. Les nouveaux proprios thaïlandais lui ont promis 10M de £ pour le mercato d’hiver. Le nom de David Beckham, disponible le mois prochain, a été cité. Pas sûr du tout que cela soit suffisant pour accrocher les play-offs..

Tous ces déboires sur le terrain, est-ce la faute de Yann Kermorgant ? Depuis que le fossoyeur du club de Gary Lineker s’en est allé en prêt en Arles-Avignon, les Foxes galèrent (cf. le fameux pénalty raté lors des play-offs de Wembley, mai 2010)

Watford 0-2 Scunthorpe

Le club d’Elton John (proprio/actionnaire on-off) rentre dans le rang après un départ canon. Un début de saison plus “T.N.T. ” que “Candle in the wind ” de la part des Hornets (frelons), toujours calés en zone play-offs (5èmes).

Les minots de « Scunny » (Scunthorpe) étonnent toujours autant leur monde. Ils perdent leur goal machine Gary Hooper à l’intersaison, on leur prédit l’enfer, mais ils ne souffrent pas le moins du monde (Hooper était l’un des meilleurs « hitmen » de D2 anglaise, 50 buts en deux saisons – transféré au Celtic de Glasgow pour 3 millions d’€, déjà 4 buts en 4 matchs avec les Hoops).

Elton Watford

Elton Watford, Bzzzzzzz

Kevin Quigagne

voir résultats League Two ici  

 

Meilleure affluence : Chesterfield – Shrewsbury, 7 777

Plus petite chambrée : Barnet – Macclesfield, 1 594

Prix moyen place assise adulte / abonnement : 18 £ / 300 £

Moyenne spectateurs saison 2009-2010 : 4 176

 

Classement 

1. Chesterfield 28 points

2. Port Vale      25

3. Bury             25

 

————-

4. Rotherham  21

5. Shrewsbury 21

6. Wycombe    20

7. Crewe         19

—————-

23. Northampton 10

24. Hereford        10

 

Tour d’horizon

Superbe match à Chesterfield, qui a battu Shrewbury 4-3. Les Spireites se sont adaptés à merveille à leur nouveau bijou de stade, l’horriblement nommé B2Net Stadium.

Ce stade de 10 000 places remplace le vénérable mais déglingué Saltergate (139 ans !), témoin de nombreuses émeutes contre les voisins et ennemis jurés de Mansfield, les « Stags » (cerfs), jusqu’à récemment.

Un peu d’histoire. La simple rivalité de clocher entre Chesterfield et Mansfield (bassin houiller), s’est transformée en haine viscérale au moment de la grande des grèves des mineurs entre mars 1984 et mars 1985. Margaret Thatcher réussit à diviser les 2 villes voisines en privilégiant largement les mines de Mansfield au détriment de celles de Chesterfield. Les mineurs de Mansfield continuèrent le travail et refusèrent la grève.

Ceux de Chesterfield, sous la houlette du légendaire Arthur Scargill, président de l’Union Nationale des Mineurs (le George Marchais anglais et ennemi juré de Thatcher), tentèrent d’empêcher leurs collègues de Mansfield de travailler, et ce, pendant des mois, et dans l’horrible climat de destruction et violence de l’époque (une dizaine de morts, des milliers de blessés, des centaines de communautés ravagées).

 

D’où le surnom insultant donné par Chesterfield aux supporters de Mansfield, les « Scabs » – les jaunes (bâtardisation du vrai surnom, les Stags).

Fin de la parenthèse footo-historique.

Les matchs avec Chesterfield sont hyper spectaculaires et les stats tout simplement incroyables : 29 buts pour, 17 contre. Il y a trois semaines, Chesterfield avait signé un nul mémorable à domicile contre Crewe : 5-5 (un match de fou furieux – Crewe menait 4-1, avant que Chesterfield ne marque 4 buts dans les 15 dernières minutes !)

Si Chesterfield continuait sur cette folle moyenne jusqu’à la dernière journée (46ème), le total cumulé de leur buts marqués et encaissés atteindrait 163 en fin de saison!

Port Vale (banlieue de Stoke-on-Trent), le club de Robbie Williams marque le pas (on se souvient de sa participation mémorable au jubilé de Dean Glover à Port Vale en 1998 – l’interprète de « Angels » insulta l’arbitre et fut expulsé !).

Port Vale til I die !

Port Vale til I die

Un mot sur Burton Albion (12ème). Ce club ambitieux est intéressant, à plus d’un titre.

Primo, il se situe là où doit ouvrir le National Football Centre, sorte de super Clairefontaine anglais, qu’on attend juste depuis… les années 90 ! Un fiasco énorme qui embarrasse les instances (il devait ouvrir en 2003, il n’ouvrira qu’en 2012, au plus tôt – bravo la FA !).

Deuxio, Burton est managé par le Canadien Paul Peschisolido, ancien bon joueur de D2, mais plus connu pour être le mari de Karren Brady (vice-présidente de West Ham), qui est, avec Delia Smith, THE lady du foot anglais et pipole TV (notamment dans l’émission vedette The Apprentice, avec Alan “Amstrad” Sugar aux commandes – ex proprio des Spurs, entre 1991 et 2001).

Tercio, le gardien (remplaçant) des Brewers (brasseurs de bière) est l’increvable Kevin Poole, 47 ans ! Poole débuta à Aston Villa en 1981…

Karren Brady, West Ham & Burton Albion

Karren Brady, West Ham & Burton Albion

Le géant de la division, l’ex membre de PL Bradford City, est enfin sorti de la zone rouge, même si l’ex club de Bruno Rodriguez a perdu 3-0 samedi contre Burton Albion.

A noter les 12 buts du canonnier infernal Adam Le Fondre (Rotherham) depuis le début de saison, meilleur buteur des 92 clubs de League Football (PL & FL).

KQ