Posts tagged ‘Carroll’

Encore deux mois turbo-chargés dans le foot anglais… Et un choc de titans entre Andy Carroll et Paul Gascoigne. Deuxième et dernière partie (du 1er novembre à la mi-décembre).

Cliquez ici pour la première partie.

3 novembre

Paul Gascoigne… Gazza comparaît devant le tribunal de Northallerton (North Yorkshire), pour conduite en état d’ivresse et défaut d’assurance le 7 février 2010, lors de ce désormais mythique week-end « Bières, pêche et nature ». L’affaire devait se juger en juillet mais Gazza étant pris - pour cause de cure à Bournemouth - elle avait été reportée.

Bonne pêche aux emmerdes pour Gazza

Bonne pêche aux emmerdes pour Gazza

Belle prestation de l’ex stratège de l’entrejeu ce jour-là, qui prouve ainsi qui sait toujours parfaitement tenir le milieu (de la route), puisqu’il récolta un joli 3,49 grammes au volant de son Ford Transit. Il améliorait ainsi sensiblement sa note de 3,22 du 8 octobre dernier à Newcastle au volant de sa MG Sport.

Son ami Michael Harvey comparaissait également, puisqu’il avait aussi participé à l’animation offensive ce soir-là (co-conducteur de la fourgonnette), mais sans pouvoir faire mieux qu’un décevant 2,02 grammes. Ne faisons pas la fine bouche cependant, le duo de choc signe un fort honorable 5,51 en combiné et on devrait logiquement les revoir bientôt associés aux avant-postes (de police).

Une comparution au tribunal pour le moins remarquée, c’est le moins qu’on puisse dire (voir article)...

Tout d’abord, au bout de deux heures d’atermoiements et discussions sans fin avec son client, Stephen Andrews, l’avocat de Gazza, jette l’éponge. Andrews déclare à la cour qu’il n’a pris l’affaire que la semaine précédente et a besoin de davantage de temps pour étudier le dossier et contacter les témoins. Par ailleurs, certains documents se seraient perdus entre les multiples adresses de Gazza sur Newcastle. L’avocat  demande donc un report.

Requête refusée par le juge, qui accuse Gazza de vouloir jouer la montre. Paul se retrouve donc seul à se défendre. D’emblée, il rejette l’accusation de conduite en état d’ivresse et défaut d’assurance.

Un Gazza très enjoué, d’humeur facétieuse et qui va livrer un véritable one-man show au tribunal (voir article de la presse locale)

D’entrée de jeu, quand le juge Nigel Tapley lit les charges pesant contre lui, à l’évocation du taux d’alcoolémie (3,49), Gazza éclate de rire et marmonne quelque chose dans sa barbe. Le juge le reprend de volée et Gazza présente ses excuses.

Ça a fait rire Gazza mais moins le juge

Ça a fait rire Gazza mais moins le juge

Ce qui ne l’empêche pas d’aligner les vannes de potache. Comme cette remarque au moment de la première sortie des magistrats (pour discuter de l’affaire en privé) :

« Je te parie qu’ils ont plein de sandwiches et snacks dans leur arrière-salle ».

Lors d’un arrêt de jeu, il sort aussi :

« C’est comme une mi-temps de match ici, on va nous filer des oranges ? »

Plus tard, il lance :

« Purée, c’est comme à l’aérobic ici ».

(en référence au nombre élevé de fois où les gens présents dans la salle durent se lever et s’asseoir, ponctuant les entrées et sorties du tribunal, six au total).

Et quand l’huissier du tribunal lui demande de donner son numéro de téléphone, Gazza répond : « Essayez le 999 » [ndlr, numéro des services d'urgence en Angleterre].

comme chez Véronique et Davina

Le tribunal selon Gazza : pareil que chez Véronique et Davina

Une nouvelle fois, le juge, exaspéré par les ricanements et autres pitreries de Gazza, lui ordonne de calmer le jeu en lui rappelant qu’il risque de la prison :

« C’est une affaire très importante Monsieur Gascoigne, très sérieuse ».

La défense de son compère Michael Harvey faisant également le forcing pour faire remettre l’affaire (arguant, entre autres motifs, du fait que l’absence de représentation de Gazza pourrait être préjudiciable à son propre client), le juge, las de tout ce cirque après cinq heures de pures Gascoigneries, décide sagement d’ajourner la séance. Le nouveau procès, qui s’annonce compliqué, aura lieu les 13 et 14 décembre 2010.

Toutes ces Gascoigneries ont fini par assommer le juge

Toutes ces Gascoigneries ont fini par assommer le juge

Gazza frappe un grand coup, Carroll est à la rue.

Andy 5 - Paul 4.

 

8 novembre

Andy Carroll. Selon The Independent, la police aurait eu connaissance de consommation de cocaïne lors d’une petite fête organisée par Kevin Nolan et Carroll (chez le premier cité) dans la soirée du dimanche 31 au lundi 1er novembre, quelques heures après la victoire 5-1 sur Sunderland dans le Tyneside derby. La drogue aurait été introduite par une invitée. Les deux joueurs nient toute implication dans cette histoire.

Le Sun, dans son délire, nous rapporte que des cris auraient été entendus du premier étage, Carroll hurlant « Ride me, ride me » (monte-moi, monte-moi). Peut-être regardait-il un clip de l’allumé John McCririck ? (sorte de Léon Zitrone anglais sous acide).

Carroll, grand fan de McCririck

Andy Carroll, grand fan de McCririck

Carroll se remet en selle en faisant parler la poudre. Il semble désormais faire cavalier seul dans ce duel d’anthologie.

Andy 6 - Paul 4.

 

8 novembre

La presse rapporte les préliminaires du procès d’Andrew Frain, ex chef des Headhunters de Chelsea (notoire firm de hooligans - voir première partie), après que ce dernier a été filmé participant activement à une violente bataille rangée dans l’ouest londonien, sur King’s Road en plein Fulham.

La police, qui déplore plusieurs blessés dans ses rangs, publie les photos d’une cinquantaine de hooligans ayant pris part aux violences (voir article).

Le cauchemar n'est jamais loin

La bestialité a repris du poil de la bête

Ces fights entre plusieurs centaines supporters de Chelsea et Cardiff s’étaient déroulées le 13 février 2010 après un match de FA Cup. Sur les quatre-vingt-dix personnes arrêtées, une trentaine sera inculpée de violences sur la voie publique.

Frain, néo-nazi avéré et admirateur du Ku Klux Klan, avait acquis une sinistre notoriété à la suite d’une d’émission de la BBC sur les Headhunters fin 1999, qui avaient débouché sur sa condamnation à sept ans de prison en décembre 2000 pour tentative de meurtre (voir 27 octobre - il n’en fit que trois). Frain s’était en effet vanté - en caméra cachée - d’avoir tranché la gorge à un policier, non en service (tentative d’homicide que la police avait attestée, voir article). A la suite de ce reportage choc sur les Headhunters, le journaliste d’investigation Donal MacIntyre avait dû vivre caché et sous une fausse identité. Cliquez ici pour voir ce reportage (en particulier, à 6′25, quand Frain fanfaronne sur sa tentative d’assassinat du policier).

Ce multirécidiviste de la violence extrême (une quarantaine de condamnations à son actif), et personnage particulièrement répugnant, est filmé arrivant au tribunal de Isleworth (ouest de Londres) buvant au goulot d’une bouteille de vodka. Frain plaide coupable du chef d’accusation de « violent disorder ». Le procès aura lieu en début d’année 2011.

 

9 novembre

Andy Carroll. Le tribunal de Newcastle lève son obligation de demeurer chez les Nolan jusqu’au procès sur l’agression de son ex compagne. Carroll vient de prendre livraison d’un appartement et n’est plus considéré comme sans-abri.

Carroll inscrit un but contre son camp.

Andy 6 - Paul 5.

 

10 novembre

Gazza déclare aux médias en avoir assez de sa vie actuelle, rythmée par les arrestations, les visites au tribunal et les cures de désintoxication. Il veut devenir acteur.

Il dit rêver de jouer Bobby Moore dans un remake du film « Escape To Victory », actuellement tourné par Vinnie Jones (film de 1981, avec Michael Caine, Sylvester Stallone, Pelé, Ossie Ardiles, Paul van Himst, Bobby Moore ainsi que de nombreux joueurs d’Ipswich Town, dont le légendaire John Wark, cliquez ici pour voir article et clip du film).

Le remake avec Vinnie Jones... et Gazza ?

Le remake avec Vinnie Jones... et Gazza ?

Gazza déclare :

« Si je veux me lancer dans le cinéma, j’ai besoin de mettre de l’ordre dans ma vie. Devenir acteur est ma dernière chance, ce film était mon préféré ».

Vinnie Jones tenterait de convaincre David Beckham et Lionel Messi de figurer dans le film. Interrogé sur les déclarations de Gazza, l’ex meneur du Crazy Gang de Wimbledon déclare :

« J’adorerais avoir Gazza dans mon film, mais il doit d’abord régler ses problèmes ».

Ils n'ont pas toujours été copains

Ils n'ont pas toujours été copains

 

11 novembre

Paul Gascoigne, tribunal de Northallerton.

A vrai dire, on ne sait plus trop pour quelle affaire Gazza comparaît aujourd’hui, et même le juge Stephen Earl a du mal à s’y retrouver (voir article). Il semble que cela soit pour la conduite en état d’ivresse du 8 octobre dernier sur Newcastle (3,22g de sang dans l’alcool). De toute manière, Gazza est absent, et son avocat explique pourquoi : « Paul est actuellement en cure de désintoxication à Boscombe [près de Bournemouth] ».

Voici d’ailleurs une rare interview de Gazza donné au Bournemouth Echo cet été (lors de sa dernière visite), où il parle longuement de son programme de désintoxication, de sa vie et son séjour dans l’établissement, cliquez ici pour voir le clip de l’interview.

Gazza avec le patron de Providence Project, et le certificat de désintox

Gazza avec le directeur de Providence Project (été 2010) et son certificat de succès au programme de désintox

Le juge apprend également que Gazza n’était pas en état d’honorer un rendez-vous avec son contrôleur judiciaire quelques jours auparavant et n’a pas donné signe de vie à son avocat. Un tantinet courroucé par cette désinvolture, le juge déclare :

« Ce qui me préoccupe, c’est qu’il ne soit pas présent ici. Visiblement, il a préféré se faire admettre en soins plutôt que de venir s’expliquer devant le tribunal. Il semble faire ce que bon lui chante ».

Le juge décide finalement d’ajourner l’affaire au 9 décembre 2010, afin de préparer un rapport pour le Service de contrôle judiciaire. Avant de réitérer à son avocat qu’il n’hésitera pas à envoyer Gazza en prison la prochaine fois, même en son absence, s’il ne coopère pas avec la justice.

Formidable retour de Gazza qui marque un but de raccroc, mais ils comptent tous.

Andy 6 - Paul 6.

 

22 novembre

Kevin Nolan. La presse de Newcastle rapporte que le juge chargé du procès à venir de Kevin Nolan pour une sérieuse infraction au code la route (105 km/h dans une zone limitée à 50) refuse de présider l’audience. La raison qu’il livre est surprenante : en tant que fervent supporter de Newcastle United, il craint ne pas pouvoir juger en toute objectivité (voir article).

Le Soulier d'Or 2010 de D2 a le pied lourd

Le Soulier d'Or 2010 de D2 a le pied lourd

Ce juge Magpie n’est autre que Stephen Earl, ce même magistrat qui vient de remettre le procès de Gazza dix jours auparavant. Earl déclare au Northern Echo :

« Je ne peux pas présider ce procès. Je suis supporter de Newcastle United, je vais souvent au stade et si je dirigeais les débats, j’aurais peur d’apparaître comme partial. J’admets que cela risque d’être problématique pour trouver un suppléant juste avant Noël ».

Kevin Nolan conteste l’infraction (il affirme que ce n’était pas lui au volant). L’affaire, qui doit être entendue une semaine avant Noël, pourrait donc être remise.

 

4 décembre

Où l’on reparle de Michael Ricketts (32 ans - aucun lien de parenté avec Sam Ricketts, Bolton).

Ricketts, ex international anglais (une cape, en 2002, la pire performance sous le maillot anglais, dira le Daily Mail), parfois appelé « le Emile Heskey du (club) pauvre », ex vedette de Middlesbrough et Bolton (ère Youri Youri Djorkaeff et Bruno N’Gotty), a récemment figuré dans le pire XI anglais, choisi par un panel d’une émission humoristique intitulée « England Worst Ever Football Team », diffusée par la BBC 3 en mai dernier.

En fait, nombre d’observateurs se sont penchés sur son cas et tous sont perplexes : personne ne s’explique le mystère Ricketts. Comment ce joueur si peu motivé a pu monter si haut ? (il valait dix millions de £ en 2002, on l’appelait alors « the defence-splitting forward » l’avant ouvre-boîte, Tottenham le voulait, ainsi que Liverpool, Houllier désirant l’associer à Heskey… mais son club, le Bolton de Sam Allardyce, fut trop gourmand, temporisa et laissa passer sa chance, notamment en rejetant l’offre de huit millions de Tottenham - offre que Bolton déclara trouver « risible »).

Peut-être que la réponse à l’énigme Michael Ricketts réside tout simplement dans son nom : « rickets » signifie à la fois « rachitisme » (la maladie), et « cagades » en jargon foot anglais. Ses boulettes sont-elles liées à un quelconque manque de vitamines ou de punch qui lui donne cette apparence indolente et souvent apathique que tous ses entraîneurs ont déploré ? En mars 2008, au terme de deux essais (non concluants) aux USA, un observateur anglais déclara :

« Il ne fait rien sur le terrain. Le staff américain pensait pouvoir en tirer quelque chose, mais Michael a trop de poids à perdre et il y a un gros point d’interrogation sur sa motivation. Ce n’est pas la première fois que cela est mis en doute ».

Mais ce n’est pas pour ses crimes contre le football que Ricketts défraye la chronique. Il est arrêté pour avoir violemment frappé une femme (apparemment, sa compagne). L’arrestation mouvementée a eu lieu devant un restaurant de Hale, Greater Manchester, la police devant menacer de sortir le Taser pour calmer l’ex dynamiteur de tribunes.

garde à vue et tribunal

Une addition corsée pour un menu de Noël avec plein de marrons : arrestation et convocation au tribunal vers le 28 décembre

Ricketts, qui fêtait son anniversaire (évidemment, il allait pas fêter un but), avait copieusement insulté son amie à l’intérieur de l’établissement. Puis, hors de lui, l’ex croqueur était sorti dans la rue, marqué à la culotte par sa croqueuse. Dehors, il s’était violemment accroché avec cette dernière, avant de la plaquer contre une voiture et lui asséner un violent coup de tête (tout cela sous les yeux de la police qui se trouvait à cinquante mètres de l’action dans une voiture de patrouille).

Ricketts est aujourd’hui sans club. Tranmere Rovers (D3) lui avait signifié son congé en janvier 2010. Ricketts pesait autour de cent kilos et n’affichait aucune motivation. Peut-être qu’un choc psychologique à 50 000 volts l’aurait réveillé, sait-on jamais. Placé automatiquement en détention, il a été inculpé de voies de fait et comparaîtra devant le tribunal de Trafford à la fin du mois de décembre.

Avec Taser en guise de trou normand

Avec Taser en guise de trou normand

 

6 décembre

Pizza Hut sur le banc des accusés à Bournemouth (voir article du Guardian), station balnéaire de la côte sud où Gazza vient souvent en villégiature (excellent centre de rehab à Boscombe, banlieue).

La semaine dernière, un entraînement du club local (l’AFC Bournemouth, D3) est annulé et cinq footballeurs (noirs) décident de le remplacer par une visite diététique au Pizza Hut du coin. Ils ont dans l’idée d’essayer le menu empiffre-toi-autant-qu’tu-peux à 5.99 £. Le milieu de terrain Anton Robinson passe commande. Il rapporte le dialogue d’un autre âge au Bournemouth Daily Echo :

Robinson : « Je voudrais commander cinq menus buffet-à-volonté s’il vous plaît »

Manager de Pizza Hut : « Bien… ça vous dérange pas de payer d’avance ? »

Robinson : « Euh… c’est ce qui se fait d’habitude de payer d’avance ? »

Manager : « Non »

Robinson : « Alors, pourquoi nous le demander ? »

Manager : « Hmm, c’est que, c’est votre apparence, quoi »

Trois des "Pizza Hut Five"

Trois des "Pizza Hut Five"

Robinson continue :

« J’ai tout de suite compris où il voulait en venir. Un groupe de jeunes gens blancs est passé juste devant nous et on leur a pas demandé de payer de suite. J’ai expliqué à ce manager qu’on était des footballeurs professionnels. On était bien habillés, je voyais pas où était le problème. Nous étions en colère mais on a gardé notre calme ».

A la caisse, le dialogue se durcit :

Robinson : « Nous sommes des footballeurs pro, et ça nous dérange pas de payer après notre repas, comme les autres, mais pas avant »

Manager (très énervé) « Si vous refusez de payer maintenant, j’appelle la police qui vous escortera hors du restaurant »

Les joueurs s’assoient et la police arrive. Elle interroge les autres clients. Ces derniers confirment que les joueurs n’ont créé aucun problème.

Un autre joueur, le milieu Liam Feeney ajoute :

« Je comprenais pas ce qui nous arrivait. C’est pas le genre de truc auquel on s’attend de nos jours ! »

Un porte-parole de la police locale raconte :

« Des officiers de police ont été appelés dans un restaurant Pizza Hut après avoir reçu une plainte du manager que des jeunes importunaient des clients, et a qui on avait demandé de sortir. Nous leur avons aussi demandés de quitter les lieux, ils n’étaient pas contents mais ils se sont exécutés ».

Un porte-parole de Pizza Hut présente ses excuses :

 « Nous ne tolérons aucune forme de discrimination, et nous avons donc immédiatement enquêté sur cet incident. Bien que les actions de notre manager n’étaient absolument pas motivées par un quelconque motif racial, nous sommes sincèrement navrés de la manière dont les choses se sont passées. La police nous a récemment conseillés de demander aux clients de payer avant leur repas, et ce, afin d’endiguer une recrudescence du nombre de resquilleurs. Malheureusement, il semble que cette approche n’ait pas été appliquée de la même manière partout et nous nous assurerons à l’avenir que l’ensemble de notre personnel reçoive bien le même niveau de formation.  Nous allons contacter ces clients pour leur présenter nos excuses ».

Le club a posté un message sur son site et le Conseil pour l’Egalité Raciale du Dorset a déclaré : « C’est aussi choquant qu’inquiétant ».

On y trouve de tout, sauf des cerises bien mûres

On y trouve de tout, sauf des cerises bien mûres

Bon, maintenant, si les joueurs de Bournemouth veulent monter en D2 (ils sont cinquièmes), va falloir arrêter les virées Pizza Hut.

 

9 décembre

Marlon King. Ce triste individu, 30 ans, ex attaquant de Wigan et aujourd’hui à Coventry (D2), multirécidiviste notoire, avait cherché à obtenir réparation judiciaire après avoir été emprisonné suite à son agression sur une étudiante en 2008, une affaire très médiatisée à l’époque. King, qui se dit toujours innocent et victime d’une terrible injustice (méprise sur la personne, selon lui), n’avait jamais accepté sa peine de dix-huit mois de prison infligée fin 2009. La Cour d’Appel de Londres vient de le débouter (voir article).

King a un casier judiciaire aussi chargé qu’une caravane de coureurs du Tour de France (voir son sinistre palmarès) : quatorze condamnations (pour vol, agression, drogues, recel, falsification de documents, etc.). Il semble tout particulièrement avoir une dent contre la gente féminine et a été impliqué dans nombre d’incidents violents contre des femmes, dont un en 2003, à Soho, où il poursuivit deux femmes dans la rue en leur frappant dessus avec un ceinturon, et agressa l’une d’entre elles.

Plus souvent arrêté qu'en action

Plus souvent arrêté qu'en action

Trois ans plus tard, il est arrêté alors qu’il vient de frapper une femme sur les fesses et la tête. Il est en train de lui cracher dessus quand la police intervient. Mais c’est cette terrible agression de décembre 2008 qui le  « révéla au grand public », celle liée à la décision rendue hier par la Cour d’Appel.  Rappel des faits.

Samedi 6 décembre 2008, Marlon King est de sortie à Soho, Londres.

King joue alors à Hull City avec la joyeuse bande des Mendy, Cousin, Barmby et Windass - avec lequel il s’est violemment battu au beau milieu d’un casino de Scarborough trois semaines auparavant, lors d’une sortie de club « team bonding » - censée donc renforcer les liens entre joueurs -, insultant copieusement au passage le staff de l’établissement et feignant s’être fait voler sa montre à 19 000 £ dans la bagarre (voir article choc - il avait été prêté aux Tigers par Wigan Athletic et touche alors 180 000 £ mensuels, les Latics l’avaient acheté cinq millions de £ à Watford).

 

Ce soir-là, King, père de famille (trois enfants), fête avec des amis un but victorieux qu’il vient d’inscrire quelques heures plus tôt contre Middlesbrough, ainsi que l’annonce d’un heureux évènement (sa femme est enceinte).

Il échoue au célèbre Soho Revue Bar. Rapidement, il devient ivre, agressif et a la main baladeuse. Il s’approche d’une frêle étudiante de vingt ans (1m55), et se met à lui peloter les fesses en lui faisant des avances. Elle le repousse. Lui s’emporte :

« Tu sais pas qui j’ suis ? J’ suis milliardaire. De toute façon, tu m’arrives pas à la cheville ».

["Don't you know who I am? I'm a millionaire. You're not even in my league."]

Une fois sa haine déversée, il se jette sur la malheureuse et la mitraille de coups (King est grand et baraqué et, dans la mêlée, envoie au tapis deux hommes qui tentaient d’intervenir). Il est finalement maîtrisé par des videurs mais clame qu’il y a erreur sur la personne ! (mistaken identity). L’étudiante est sérieusement blessée (nez cassé et visage défoncé).

Wigan casse immédiatement son contrat. Le 29 octobre 2009, la Crown Court de Southwark (Londres) le condamne à dix-huit mois de prison (il n’en fera que neuf).

Le procès est particulièrement éprouvant pour la victime, encore traumatisée. Malgré les preuves accablantes, King continue à tout nier en bloc. A l’énoncé du verdict, la famille de ce dernier fait un scandale, hurle « Heil Hitler » en direction du juge et crie au racisme, en référence, semble-t-il, à l’affaire Steven Gerrard qui vient d’être relaxé pour une agression sérieuse (avec « glassing ») sur un disc-jockey qui n’aimait pas Phil Collins.

L’avocat de King accuse même la PFA (syndicat des joueurs) ne pas avoir suffisamment aidé Marlon King par le passé ! Il faut dire que King se trouve de drôles d’avocats. En 2002, dans une énième affaire d’agression (sur un policier), son propre avocat, Michael Conning, compare le cas de son client à… celui de Mike Tyson :

« La réputation de mon client est ternie à jamais, il aura beau accumuler les succès, on le considérera toujours comme un personnage à la Mike Tyson ; on l’associera toujours à son passé judiciaire et cela est un lourd prix à payer ».

 

9 décembre

Paul Gascoigne. Retour au tribunal de Newcastle pour sa conduite en état d’ivresse du 8 octobre dernier (voir article). La première tentative de procès (voir 11 novembre) n’avait pas abouti. Le juge est… Stephen Earl, le juge Magpie. (cf 22 novembre et voir clip).

Pour ses 3,22 grammes, Gazza risquait trois mois de prison ferme. Toutefois, le juge a estimé qu’il n’était de l’intérêt de personne d’envoyer l’ex-Laziale au zonzon. Son avocat a insisté sur la volonté manifeste de son client de se soigner (Gazza fait actuellement un séjour de trois mois à la Providence Project de Bournemouth).

Le juge a donc opté pour une peine de sursis de huit semaines, assortie d’une obligation de se soigner. Gazza écope également d’une suspension de permis de conduire de trois ans, ainsi que de 85 £ d’amende. Gazza retournera donc dans sa clinique, sa seizième cure de rehab selon le Daily Mail.

Son avocat a par ailleurs déclaré que Gazza compte s’éloigner du nord-est pour s’installer définitivement dans la région de Bournemouth (ça réduira drastiquement ses frais de transport, diront les mauvaises langues).

La nouvelle vie de Gazza à Bournemouth peut commencer

La nouvelle vie de Gazza à Bournemouth peut commencer

En attendant, il devra rester dans le nord-est de l’Angleterre quelques jours car un autre rendez-vous l’attend le 13 décembre, au tribunal de Northallerton… (voir 3 novembre).

Gazza signe un formidable comeback du diable vauverres ; mené 6-4 le huit novembre, on le donnait moribond, frileux, dépourvu d’imagination et incapable de revenir dans la course. Carrol paie ainsi un embourgeoisement désastreux (pour notre rubrique). Gazza est déclaré vainqueur au terme d’un mano à mano époustouflant.

Andy 6 - Paul 7. 

 

Kevin Quigagne.

 

Encore deux mois de folie dans les coulisses du foot anglais… Et un choc de titans sur Newcastle, entre Andy Carroll et Paul Gascoigne. Première partie (du 17 au 28 octobre) : une deuxième quinzaine d’octobre turbo-chargée.

 

17 octobre

Andy Carroll est arrêté pour coups et blessures sur son ex petite amie, Laurie Henderson, 18 ans, danseuse et mannequin en lingerie à temps partiel. L’essayeuse de petites culottes a surpris le grand Andy en train de s’envoyer en l’air avec une inconnue en rentrant chez elle. Circonstance atténuante pour Andy, les ébats ont eu pour cadre la chambre d’ami. Les faits se sont déroulés vers 4h30 du matin, après une nuit bien arrosée, ce qui peut expliquer la violente bagarre qui aurait suivi la fâcheuse interruption de programme.

Laurie jaune

Laurie jaune

Carroll frappe fort d’entrée, dès pochetron-minet.

Andy 1 - Paul 0.

 

18 octobre

Andy Carroll passe en comparution immédiate au tribunal d’Hexham, près de Newcastle. Il plaide l’autodéfense et est libéré sous caution. Son ex affirme qu’il lui a attrapé les cheveux et frappé la tête contre le sol de la salle de bains. L’affaire sera jugée le 10 janvier 2011.

Doublé fracassant du grand numéro 9 Magpie. Gazza paye cash son attentisme du week-end.

Andy 2 - Paul 0.

19 octobre

Manuel Da Costa, le défenseur central de West Ham (et international Espoir portugais) est arrêté pour agression sexuelle sur une jeune femme, ainsi que pour coups et blessures sur trois femmes lors de la bagarre générale qui a suivi. Les faits se sont déroulés tôt dimanche 17 octobre, au Faces, discothèque d’Ilford (Essex). Ce coin de l’est du Grand Londres est réputé nationalement pour ses blondes simplettes aux micros jupes et bronzages oranges, et ses boy racers qui customisent leur Golf Rabbit pour flamber sur les parkings d’hypermarchés (on en a même fait un docu-soap « The only way is Essex »).

Da Costa a été libéré sous caution. Si l’affaire suit son cours, elle devrait être examinée avant la mi-décembre et jugée ultérieurement. Cependant, comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, il ne serait pas étonnant que toutes poursuites soient abandonnées.

Da Costa ne peut pas se passer d'Essex

Da Costa ne peut pas se passer d'Essex

20 octobre

Paul Gascoigne comparaît devant le tribunal de Newcastle suite à son arrestation le 8 octobre dernier pour conduite en état d’ivresse (un respectable 3,22 grammes dans le sang). Un passant affolé avait donné l’alerte, le voyant conduire sa MG Sport « erratically », selon le rapport de police (bien bourré, quoi). L’affaire devrait être jugée le 11 novembre prochain, le temps que le Service de contrôle judiciaire digère le lourd dossier Gazza. Le juge l’a prévenu qu’il risquait trois mois de prison.

Enorme engorgement du calendrier en perspective pour Gazza. Le 3 novembre prochain, il doit retourner au tribunal pour une autre affaire de conduite en état d’ivresse datant de février 2010, lors de ce fameux week-end bucolique « Bières, pêche et nature » où, en 48 heures, Paul et son copain se firent arrêter trois fois par la police du North Yorkshire (dégradation de chambre d’hôtel ; troubles à l’ordre public et finalement conduite en état d’ivresse pour conclure en beauté ce petit week-end reposant à la campagne). Il devra aussi comparaître ultérieurement pour une affaire de consommation de cocaïne (voir vendredi 23 octobre).

Superbe raid chaloupé de Gazza dans les rues de Newcastle, chevauchée solo qui surprend Carroll.

Andy 2 - Paul 1.

- Non, Monsieur Gascoigne, j'ai dit "Soufflez dans le ballon", pas tapez dedans

- Non, Mr Gascoigne, j'ai dit "Soufflez dans le ballon", pas tapez dedans

 

20 octobre

Andy Carroll. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé de lui, deux jours exactement. Les faits. 19 h 00, Darras Hall (près de Newcastle), coin pour milliardaires. La Range Rover d’Andy est incendiée. Cela ne se passe pas chez lui (Andy est SDF) mais au domicile de Kevin Nolan, le capitaine de Newcastle, qui a pour obligation d’héberger Carroll jusqu’au procès du 10 janvier 2011, ordre du tribunal d’Hexham.

Carroll n'a pas que des amis sur Tyneside

Carroll n'a pas que des amis sur Newcastle

Des footballeurs professionnels sans-abris, et oui, Jean-Luc Delarue n’en a encore jamais parlé mais ça existe. Après les footballeurs qui refusent d’être traités comme des « demandeurs d’asile » (Pierre van Hooijdonk, 1999, alors à Nottingham Forest), ceux victimes d’odieux exclavagistes (Makélélé) et ceux qui sont traités comme des « pieces of meat » (déclarations de Roy Keane dans la saga Rooney), la tendance est désormais à la homelessness. Les vandales se sont aussi défoulés sur les murs de la propriété des Nolan, tranquille famille de ce coin des plus paisibles. Enfin, paisible jusqu’au jour où Andy a débarqué.

Carroll signe un hat-trick au terme d’une sublime contre-attaque tout feu tout flamme qui met le fire dans la défense et embrase le stade.

Andy 3 - Paul 1

 

21 octobre

Titus Bramble (Sunderland) entendu par la police pour la dernière fois et lavé de tout soupçon dans l’étrange affaire du Vermont Hotel de Newcastle le 22 septembre dernier (accusations de viol). Bref rappel des faits pas nets.

22 h 00 : Bramble et sa posse (son footeux de frère et deux amis) arrivent au Baby Lynch, bar de Newcastle pour footeux et étudiantes en Wagologie. C’est soirée djeuns, la ruche à wagabees est pleine à craquer (Marlon King n’a pas été invité). Bramble, blessé, n’a pas aligné pour les Black Cats, qui jouent le soir même à domicile contre West Ham en Coupe de la Ligue. Titus a donc choisi de faire la nouba au lieu de se payer la purge du Stadium of Light. Décision tout à fait compréhensible mais qui fait sortir Steve Bruce de ses gonds. Brucie déclare que Bramble « n’avait rien à faire dans un night-club un mardi soir ». Nuance Steve, c’est pas un night-club mais un wag-bar.

A celle des emmerdes, il a tiré le gros lot

A celle des emmerdes, il a tiré le gros lot

22 h 05 : numéros de portables échangés entre étudiantes et mentors

22 h 15 : ça gravite grave autour de la cabine VIP de Bramble

00 h 30 : le crew de Titus se fait la malle, pour le Vermont Hotel (centre de Newcastle)

02 h 00 : une étudiante du Baby Lynch se pointe à l’hôtel, pour « discuter », dira-t-elle

04 h 00 : elle se réveille et, toujours selon ses déclarations, trouve « un homme sur elle en train de la pénétrer »

04 h 30 : elle dépose plainte au commissariat le plus proche

06 h 00 : la police débarque à l’hôtel et embarque tout le monde. Toute la bande est interrogée (accusations de viol). Bramble est libéré (sous caution) vers 11 heures et est présent à l’entraînement du mercredi.

 

22 octobre

Paul Gascoigne… L’incontournable des parquets de la cité Geordie est de retour.

17 h 30, nord de Newcastle, Gazza est arrêté chez lui pour consommation et possession de cocaïne. L’ami avec qui il sniffait, voyant Gazza sans réaction et craignant l’overdose, appelle les services d’urgence qui gardent l’ex-Spur sous surveillance hospitalière pendant 24 heures. La police arrête le compère de Gazza pour trafic de drogues. Gazza sera plus tard entendu et libéré sous caution.

Et le Newcastle United FC de se transformer en Eastenders (célèbre téléroman anglais paroxystiquement anxiogène, sorte de « Plus belle la vie » hardcore). Le propriétaire de la maison que loue Gazza déclare dans les journaux qu’il va faire expulser le trublion.

Newcastle-Eastenders United FC

Newcastle-Eastenders United FC

La semaine dernière, la bande de Gazza (Keith McStea, son nouvel agent, et Jimmy « Five Bellies » Gardner, son grand copain) participait au Lancastrian Suite de Gateshead à une discussion sur le « football au 21ème siècle ». L’évènement avait été appelé sobrement « Une soirée avec Gazza et Jimmy ». Son agent tente d’orienter Gazza vers l’évènementiel, debouché post-carrière lucratif en Angleterre (y’a de quoi faire). 

A cette occasion, tout en condamnant les excès du football d’aujourd’hui (!), Gazza affirmait aux deux cent cinquante invités qu’il n’avait pas bu depuis son sérieux accident de voiture du 14 juin dernier sur les quais de la Tyne à Newcastle (sa voiture avait défoncé un monument historique, le Guildhall). Ou depuis l’incident Raoul Moat début juillet. En fait il ne se rappelait plus trop depuis quand. 

Gazza et Jimmy "Five bellies"

Gazza et son fidèle compagnon de déroute Jimmy "Five Bellies" se lancent dans l'évènementiel

Une source (qui se dit) bien informée et très proche du phénomène déclare au Sun :

« Gazza va vraiment mal, il va probablement réintégrer la Clinique de Providence Project [près de Bournemouth], là où il a séjourné juste après l’affaire du tueur Raoul Moat. Lors d’un de ses derniers séjours en rehab, il est mort trois fois de suite, le personnel médical a dû le réanimer alors que son cœur s’était arrêté ».

Belle réaction d’orgueil de Gazza qui cueille son adversaire à froid à peine le week-end entamé.

Andy 3 - Paul 2

 

25 octobre

Procès d’Andy Carroll au Crown Court de Newcastle pour l’agression du 7 décembre 2009 sur Michael Cook, au Blu Bambu, boîte de Newcastle.

Stuart Driver, l’avocat de Carroll, a réussi à faire requalifier l’accusation de « actual bodily arm » (coups et blessures) en « common assault », moins grave. Pourtant, Carroll avait bu neuf pintes ce soir-là, et s’était servi d’un verre pour agresser M.Cook. Ce type d’agression (glassing) est courant en Angleterre.

L’avocat du Bad boy livre à la cour une histoire tirée par les cheveux mais qui passe. Il faut dire que la trame des évènements demeure toujours des plus floues et se prête à toutes les interprétations possibles. L’affaire se serait déroulée en quatre actes, selon un jeu de verre musical aussi bizarre que confus. Voici la version de l’avocat de Carroll.

Acte 1 : Andy renverse malencontreusement le verre de la copine de Michael Cook.

Acte 2 : la femme insulte Andy, et lui jette le restant de la pinte au visage.

Acte 3 : M. Cook, inexplicablement, se tourne vers sa petite amie et lui balance son verre au visage.

Acte 4 : Andy va alors pour jeter le contenu de sa pinte sur M. Cook, mais le verre lui échappe des mains et éclate l’arcade sourcilière de Monsieur Cook (hospitalisé).

La version donnée par l’avocat de la victime est évidemment totalement différente. Elle met en cause une quatrième personne, amie de Carroll, qui aurait mis le feu aux poudres en s’en prenant à son client.

Cependant, dans cette histoire d’ivrognes sans témoin, le juge Faulks a considéré qu’il s’agissait plus d’un accident qu’autre chose. Carroll, qui risquait de la prison, s’en sort avec une série d’amendes et remboursements de frais de justice totalisant 5 000 £.

Un Carroll qui semble alors avoir hypothéqué ses chances de jouer avec l’équipe nationale.

Trois semaines auparavant, l’Espoir se disputait violemment avec Stuart Pearce (en charge des U21 anglais). « Psycho » jura alors que tant qu’il dirigerait les Espoirs anglais, Carroll ne porterait plus le maillot aux 3 Lions (Petit Psycho - Carroll -  est un habitué des clashs avec Grand Psycho - Pearce).

Psycho dit NO à Andy

Psycho dit NO à Andy

Une « attitude problem » qui expliquerait l’absence de Carroll lors des derniers rendez-vous internationaux des Anglais, aussi bien en A qu’en Espoirs. Capello, sur le point de sélectionner Carroll contre le Monténégro le 12 octobre dernier, avait créé la surprise en appelant Kevin Davies (33 ans). Carroll fut également écarté de la cruciale affiche aller-retour Angleterre-Roumanie U-21 des 9 et 12 octobre derniers, matchs de barrage qualificatifs pour l’Euro Espoirs de 2011.

L’Italien déclara que Carroll était (mystérieusement) blessé, mais devant l’insistance des journalistes, finit par admettre « qu’il y avait un problème Carroll en ce moment ».

Fabio dit "No" (et "ma che cazzo")

Fabio dit NO aussi (et "ma che cazzo").

Carroll profite d’un flottement de Gazza pour griller toute la défense.

Andy 4 - Paul 2

 

26 octobre

Paul Gascoigne… Le chassé-croisé Carroll-Gazza s’intensifie. Le match New Bad boy v Old Briscard bat son plein, et fait naître nombre  d’interrogations autour de ce duel titanesque. Les paris sont ouverts pour l’attribution du Trophée des Menottes d’or 2010.

Qui apparaîtra le plus de fois au tribunal cette saison ? Qui fera déplacer la police et le Samu le plus souvent cette saison ? Qui remportera le match dans le match « Ambulances appelées v Interventions de fourgons de police » ?

Gazza est donc de nouveau arrêté pour avoir vandalisé une chambre du Premier Inn de Gateshead (sud de Newcastle), une chaîne de motels locost. Là où justement, Boris Johnson, l’excentrique maire de Londres, veut maintenant envoyer Sepp Blatter (Johnson avait promis un petit cadeau au Suisse pour les J.O. de 2012 : une suite à 1 000 £ la nuit au Dorchester Hotel de Londres. Un membre de la candidature anglaise a déclaré qu’il devrait maintenant se contenter d’une chambre au Premier Inn ou dans un B&B miteux).

Blatter y est le bienvenu, mais plus Gazza

Blatter y est le bienvenu, mais plus Gazza

L’état de Gazza est jugé tel (coma éthylique) qu’il est immédiatement transféré à l’hôpital. La chambre est en aussi piteux état que Gazza. Janet Jubb, la manageresse de l’hôtel, raconte (dans le Evening Chronicle de Newcastle du 27 octobre) :

« Mon personnel a retrouvé du curry jeté sur la télévision, du vomi un peu partout, de la nourriture étalée sur les sols, murs et plafonds, des mégots écrasés sur le sommier et des meubles endommagés. On lui a demandé des explications, mais il n’était pas en état de répondre. La chambre doit être totalement refaite ».

Bon, c’est vrai quoi, elle a raison la manager de ce motel locost, c’est pas parce que la chambre Premier Inn ne coûte que 29 £ par nuit qu’on doit coucher dans le vomi de Gazza et regarder la télé floutée par son vindaloo de l’avant-veille.

Plateau repas-télé, littéralement

Plateau repas-télé, littéralement

Gazza est un habitué du trashing de chambre d’hôtel. En février 2008, il fait peur aux clients et staff de deux hôtels chics de Newcastle, le Hilton et le Malmaison. Il se montre menaçant, se promène nu dans les couloirs et fait retentir les alarmes à trois heures du matin (non, Collymore n’était pas avec lui). Sa sœur, Anna-Marie, est appelée en renfort, il est arrêté et « sectioned » (interné).

Nigel Massey, le porte-parole du Malmaison, déclare :

« Pendant douze jours, Paul Gascoigne a été un client parfait. Et puis, quelque chose s’est subitement déréglé. C’est une situation malheureuse. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et qu’il revienne vite ».

On imagine que cette invitation « à revenir vite » ne s’étend pas au Malmaison.

le seul qui ose réinviter Gazza

Malmaison, l'hôtel qui ose la différence : le seul à réinviter Gazza

En février 2010, il vandalise une chambre d’un B & B du North Yorkshire, lors de ce fameux week-end champêtre « Bières, pêche et nature ». Et puis, bien entendu, ce célèbre incident en mai 1998, la destruction de la chambre de Glenn Hoddle à la Manga (Espagne), quand l’ex marabout annonça à Paul qu’il ne ferait pas la Coupe du monde 1998.

La police déclare que Gazza a passé la veille à picoler dans un pub, et que, sur le chemin du retour (en taxi), il a taxé 20 £ au chauffeur pour acheter des munitions. La presse rapporte dans la foulée que Gazza n’a plus un penny en poche et aurait gaspillé 14 millions de £ depuis 2004 (toute fin de carrière).

Le lendemain matin, Gazza se pointe dans le hall du Premier Inn en titubant, et s’écroule avec fracas au milieu des clients. La police et une ambulance arrivent. Gazza est envoyé dans la journée dans une clinique de désintoxication dans le sud, pour une énième cure, où il retrouvera probablement la joyeuse bande du Rehab Club, le boxeur déchu Ricky Hatton, Amy Winehouse, Boy George, George Michael & co (l’ex-Wham vient de sortir de prison, où il avait été envoyé un mois pour avoir, dans un état second, encastré sa Range Rover dans une boutique photo de Londres).

Plus "Careless driving" que "Careless whisper"

George Michael, plus "Careless driving" que Careless whisper en ce moment

Gazza prend le couloir, sème la zizanie et conclut par une feuille morte dans la lunette.

Andy 4 - Paul 3

 

27 octobre

La presse rapporte le procès de deux personnes qui avaient participé à une violente attaque sur le célèbre journaliste d’investigation Donal MacIntyre en juin 2009, en criant :

« Espèce de balance, t’as fait envoyer mon pote en taule, salopard, on va t’ faire la peau ».

A la suite d’un documentaire clandestin datant de la fin 1999, intitulé MacIntyre Undercover, portant sur les Headhunters (firm de hooligans de Chelsea), MacIntyre avait fait condamner deux caïds de ce gang, Jason Marriner et Andrew Frain (dit « Nightmare ») à respectivement six et sept ans de prison.

Frain s’était vanté - en caméra cachée - avoir tenté de tuer un policier, non en service (tentative d’assassinat que la police avait attestée, voir article). Après ce documentaire choc sur les Headhunters, Donal MacIntyre avait dû vivre caché et sous une fausse identité.

Cliquez ici pour voir ce clip sur ce documentaire (en particulier, à 4′14, quand Frain fanfaronne sur sa tentative s’assassinat du policier).

 

27 octobre

Andy Carroll. La presse publie des photos de l’Audi vandalisée de son ex-fiancée, Faye Johnstone (celle à l’origine de la bagarre entre Carroll et Steven Taylor, dans les vestiaires avant un entraînement, en mars 2010 - mâchoire cassée pour Taylor, et blessures à la main pour Carroll qui apparut le surlendemain à un concert de 50 Cent à Manchester, en compagnie de Viera, Steven Ireland, Heskey et Bramble, entre autres).

L’Audi a été recouverte de graffiti funestes à l’encontre de Andy : « Your number is up, No 9 » (t’es foutu Numéro 9 - mais peut aussi être interprété comme des menaces de mort).

Carroll, en fin renard des surfaces, a sorti la botte secrète que personne n’attendait, son ex-ex fiancée.

Andy 5 - Paul 3.

28 octobre

Ni Gascoigne, ni Carroll pour changer, mais Ivan le Terrible. On apprend qu’Ivan Klasnic (Bolton Wanderers) est accusé de viol sur mineure. La police de Manchester a interrogé l’ex Nantais en début de semaine, après avoir reçu, le lundi 25 octobre à cinq heures du matin, un appel d’une jeune femme de 17 ans accusant l’international croate de viol. Klasnic obtient une libération sous caution jusqu’au 1er février 2011. Une enquête décidera de la suite à donner à cette affaire.

Klasnic, mais trop jeune peut-être

Klasnic, mais trop jeune peut-être

 

Kevin Quigagne.

 

 

Encore une bonne petite quinzaine dans le foot anglais… Et un choc de titans, Andy Carroll v Paul Gascoigne.

Dimanche 17 octobre 2010

Andy Carroll est arrêté pour coups et blessures sur son ex petite amie, Laurie Henderson, 18 ans, danseuse et mannequin en lingerie à temps partiel. L’essayeuse de petites culottes a déclaré, qu’en rentrant chez elle, elle a trouvé le grand Andy en train de s’envoyer en l’air avec une inconnue. Circonstance attenuante pour Andy-dis-moi-oui, les ébats ont eu pour cadre la chambre d’ami.

Les faits se sont déroulés vers 4h30 du matin, après une nuit bien arrosée, forcément (on a encore jamais vu une soirée peu ou normalement arrosée en Angleterre).

Démarrage en fanfare d’Andy, qui attaque dès le début du match. Andy 1 – Paul 0.

 

Lundi 18 octobre

Andy Carroll passe en comparution immédiate au tribunal d’Hexham, près de Newcastle. Il plaide l’auto-défense et est libéré sous caution. L’affaire sera jugée le 10 janvier 2011.

Andy, sortant du tribunal

Andy, sortant du tribunal

Si Dali avait décrété la gare de Perpignan centre du monde, Paul Gascoigne et les joueurs du NUFC ont fait de Newcastle le nombril du monde juridico-footeux en Europe. C’est pas Saint James Park qu’il va bientôt falloir agrandir, mais le palais de justice de la ville, avec un tunnel donnant accès direct aux vestiaires du célèbre stade anglais, situé en plein centre-ville.

Andy continue sa domination et, logiquement, score, profitant d’un Gazza surpris par la détermination du numéro 9 des Magpies.

Andy 2 – Paul 0.

 

Mardi 19 octobre

Manuel Da Costa, le défenseur central de West Ham (et international Espoir portugais) est arrêté pour agression sexuelle sur une jeune femme, ainsi que pour coups et blessures sur trois femmes lors de la bagarre générale qui a suivi. Ce coin de l’est du Grand Londres est réputé nationalement pour ses blondes simplettes aux micros jupes et bronzages oranges, et ses boy racers qui customisent leur Golf Rabbit vintage pour faire des donuts sur les parkings (on en a même fait un docu-soap « The only way is Essex »).

Da Costa a été libéré sous caution et l’affaire devrait être jugée en décembre.

Da Costa adore l'Essex

Da Costa adore l'Essex

Mercredi 20 octobre

Paul Gascoigne (quelle surprise), comparaît au tribunal de Newcastle suite à l’arrestation au volant de sa MG Sport le 8 octobre dernier. Pas pour un refus de priorité ou un excès de vitesse mais pour une conduite en état d’ivresse, of course (un petit 2,85 grammes dans le sang ce coup-ci).

L’affaire sera jugée le 11 novembre prochain le temps que le service de mise à l’épreuve (probation service) digère le lourd dossier du citoyen Gazza (service qui porte bien son nom en ce moment). Le juge l’a prévenu qu’il risquait 3 mois de prison.

Enorme embouteillage judiciaire pour Gazza. Le 3 novembre prochain, il doit retourner au tribunal pour une autre affaire de conduite en état d’ivresse datant de février 2010, lors d’un fameux week-end « Pêche et nature » où, en 48 heures, Paul et son copain de déroute se firent arrêter trois fois par la police du Nord Yorkshire (dégradation d’hôtel ; troubles a l’ordre public et finalement conduite en état d’ivresse pour conclure en beauté ce petit week-end sympa et reposant à la campagne).

Il pourrait aussi comparaître pour une affaire de consommation de cocaïne (voir vendredi 22. La date de cette affaire-là n’a pas encore été fixée.

Superbe sursaut d’orgueil de Paul, qui signe une jolie conduite en état d’ivresse un vendredi après-midi, cueillant ainsi à froid Andy.

Andy 2 – Paul 1

 

Mercredi 20 octobre

Andy Carroll, again. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé de lui, 2 jours exactement.

Les faits. 19 h 00, Darras Hall, coin pour milliardaires près de Newcastle. La Range Rover d’Andy est incendiée.

Cela ne se passe pas chez lui (Andy est SDF) mais au domicile de Kevin Nolan, le capitaine de Newcastle, qui a pour obligation d’héberger Andy jusqu’au procès du 11 janvier 2011, ordre du tribunal (qui ne fait pas confiance au SDF Carroll, qui vit à l’hôtel, le même que celui de Ben Arfa, quand ce dernier est de passage).

Des footballeurs SDF, et oui, ça existe. Après les footballeurs qui refusent d’être traités comme des « demandeurs d’asile » (Pierre van Hooijdonk, 1999, à N Forest), ceux victimes d’odieux exclavagistes (Mourinho & Makélélé) et ceux qui sont traités comme des « pieces of meat » (déclas de Roy Keane dans l’affaire Rooney), la tendance est à la “homelessness.

Les vandales se sont aussi défoulés sur les murs de la propriété des Nolan, tranquille famille de ce coin paisible. Enfin, paisible jusqu’au jour où Andy a débarqué. Un Andy que Catherine Ringer aurait probablement bien aimé. Or not.

Encore un coup de maître d’Andy, exactement là où on ne l’attendait pas, ni à ce moment de la partie, ni sur ce terrain de l’incendie criminel.

Andy 3 – Paul 1

 

Jeudi 21 octobre

Titus Bramble (Sunderland) entendu par la police pour la dernière fois et lavé de tout soupçon dans la bizarre affaire du Vermont Hotel de Newcastle le 22 septembre dernier (accusations de viol). Bref rappel des faits pas clairs.

22 h 00 : Bramble et sa posse (son footeux de frère et 2 amis) arrivent au Baby Lynch, bar de Newcastle pour footeux et étudiantes en Wagologie. C’est soirée étudiante, la ruches à wagabees est pleine à craquer (Marlon King n’a pas été invité). Bramble, blessé, n’a pas aligné pour les Black Cats, qui joue le soir-même au Stadium of Light contre West Ham en Coupe de la Ligue.

Il a donc choisi de faire la nouba au lieu de se payer la purge du SoL. Décision tout à fait compréhensible mais qui fait sortir Steve Bruce de ses gonds. Brucie déclare que Bramble « n’avait rien à faire dans un night-club un mardi soir ». C’est pas un night-club Steve, mais un wag-bar.

22 h 02 : numéros de portables échangés entre étudiantes et professeurs

22 h 15 : ça gravite et fait la danse du ventre autour de la cabine VIP de Bramble

00 h 30 : le crew de Titus se fait la malle, pour le Vermont Hotel, centre de Newcastle

02 h 00 : une étudiante du Baby Lynch se pointe a l’hôtel, pour « discuter ».

04 h 00 : elle se réveille et, toujours selon ses déclarations, trouve « un homme sur elle en train de la pénétrer ».

04 h 30 : elle dépose plainte au commissariat le plus proche

06 h 00 : la police débarque à l’hôtel et embarque tout le monde. Toute la bande est interrogée (accusations de viol). Bramble est libéré (sous caution) vers 11 heures et est présent à l’entraînement du mercredi.

Mince alors, Titus n’a pas réussi à rater l’entraînement, il a dû en vouloir aux policiers de ne pas l’avoir gardé à vue.

 

Vendredi 22 octobre

Paul Gascoigne , again… Gazza l’incontournable des parquets de la cité Geordie est de retour.

Paul est de sortie

Paul est de sortie

 

17 h 30, nord de Newcastle, Gazza est arrêté dans un état normal (donc, sérieux) pour consommation et possession de cocaïne. L’ami avec qui il sniffait, voyant Gazza sans réaction et craignant l’overdose, appelle les services d’urgences qui garde l’ex-Spur sous surveillance hospitalière pendant 24 heures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La police débarque en même temps que l’ambulance, et arrête le pote de Gazza pour trafic de drogues. Gazza sera plus tard entendu et libéré sous caution.

Et le Newcastle United FC de se transformer en Eastenders (célèbre téléroman anglais, sorte de « Plus belle la vie » hardcore).

Newcastle-Eastenders United FC

Newcastle-Eastenders United FC

Gazza cherche-t-il a faire de la concurrence a Carroll ?

La semaine dernière, Gazza participait au Lancastrian Suite à Gateshead (ville de son enfance) à une discussion sérieuse sur le « football au 21ème siècle ». A cette occasion, tout en condamnant les « excès » du football de maintenant, Gazza affirmait aux 250 invités qu’il n’avait pas bu depuis son sérieux accident de voiture du 14 juin dernier sur les quais de la Tyne à Newcastle (sa voiture avait défoncé un monument historique, le Guildhall). Ou depuis l’incident Raoul Moat, En fait il ne se rappelait plus trop depuis quand.

Le propriétaire de la maison que louait Gazza, a déclaré dans les journaux qu’il allait faire expulser l’ex star des Spurs.

Une source bien informée déclare au Sun :

« Gazza va vraiment mal, il va probablement réintégrer la Clinique de Providence Projects [près de Bournemouth], là où il est allé juste après l’affaire du tueur Raoul Moat. Lors d’une des ses derniers séjours en rehab, il est mort 3 fois de suite, le personnel médical a dû le réanimer alors que son cœur s’était arrêter ».

Quelle contre-attaque surprise de Paul dans cette rencontre totalement débridée !

Andy 3 – Paul 2

 

Lundi 25 octobre

Procès d’Andy Carroll au Crown Court de Newcastle pour l’agression du 7 decembre 2009 sur Michael Cook, au Blu Bambu, boîte de Newcastle.

 

Stuart Driver, l’avocat de Carroll, réussit à faire requalifier l’accusation de « actual bodily arm » (coups et blessures) en « common assault », moins grave.

Pourtant, ce soir-là, Carroll avait bu 9 pintes et s’était servi d’un verre pour agresser M.Cook. Ce type d’agression (glassing) est courant en Angleterre.

L’avocat du bad boy anglais livre à la cour une histoire tirée par les cheveux mais qui passe. Il faut dire que les évènements demeurent toujours des plus flous et se prêtent admirablement à toutes les interprétations possibles.

L’affaire se serait déroulée en quatre actes dans un jeu de verre musical aussi bizarre que confus. Voici la version de l’avocat de Carroll.

Acte 1 : Andy renverse malencontreusement le verre de la copine de Michael Cook. Acte 2 : la femme insulte vertement Andy, et lui jette le restant de la pinte au visage. Acte 3 : M. Cook, son copain, bizarrement, se tourne vers son amie et lui balance son verre au visage. Acte 4 : Andy va alors pour jeter le contenu de sa pinte sur M. Cook, mais le verre lui échappe des mains et éclate l’arcade sourcilière de Monsieur Cook (hospitalisé).

Hmmm… à la limite, s’il s’était agit de Robert Green, Scott Carson ou David James, on aurait tout de suite cru à cette malencontreusement boulette mais là, on est en droit d’être sceptique.

La version donnée par l’avocat de la victime est bien sûr totalement différente. Elle met en cause une quatrième personne, amie de Carroll, qui aurait met le feu aux poudres en s’en prenant à son client.

Cependant, dans cette histoire de beuverie sans témoin sobre, le juge Faulks a considéré qu’il s’agissait plus d’un accident qu’autre chose. Carroll, qui risquait de la prison, s’en sort avec une amende totalisant 5 000 £ (2 500 pour la victime, et 2 500 pour divers frais de justice).

Un Carroll qui a fortement hypothéqué ses chances l’équipe nationale. Il y a 3 semaines, l’Espoir se dispute violemment avec Stuart Pearce (en charge des U21 anglais). « Psycho » aurait alors juré que tant qu’il dirigerait les Espoirs anglais, Carroll ne porterait plus le maillot aux 3 Lions (Petit Psycho – Carroll – est un habitué des clashs avec Grand Psycho - Pearce).

Psycho dit non à Andy
Psycho dit non à Andy

Une « attitude problem » qui expliquerait pourquoi Carroll était totalement absent des derniers rendez-vous internationaux des Anglais, aussi bien en A qu’en Espoirs.

Capello, sur le point de sélectionner Carroll contre le Monténégro le 12 octobre dernier, avait créé la surprise en appelant Kevin Davis (33 ans). Fabio offrait ainsi au target man de Bolton sa première cape (le Trotter devenant ainsi le vétéran des premiers capés depuis 1950).

Carroll fut également écarté de la cruciale affiche aller-retour Angleterre-Roumanie U-21 des 9 et 12 octobre derniers, matchs de barrage qualificatifs pour l’Euro Espoirs de 2011 (Angleterre qualifiée).

L’Italien déclara que Carroll était (mystérieusement) blessé, mais devant l’insistance des journaliste, finit par admettre « qu’il y avait un problème Carroll en ce moment ».

Après un splendide mouvement, Andy conclut, en force. Paul est KO debout. Aucune subtilité dans la manière dont Andy accroît son avantage, mais tous les coups sont permis et Paul ne peut s’en prendre qu’à lui-même, ayant eu tout le week-end pour revenir au score. Un attentisme que Gazza paie cash.

Andy 4 - Paul 2

Fabio aussi dit NO à Andy

Mardi 26 octobre

Paul Gascoigne… again and again. Le chassé-croisé Carroll-Gascoigne s’intensifie. Le match New Bad boy v Old Briscard bat son plein. Qui apparaîtra le plus de fois au tribunal cette saison ? Qui va déranger la police le plus souvent cette saison ? Qui va remporter le match dans le match « Ambulances appelées v Interventions de fourgons de police » ? Beaucoup d’interrogations demeurent dans ce choc de titans. Les paris sont ouverts pour l’attribution de l’Oscar des Menottes d’or 2010.

Gazza est donc de nouveau arrêté pour avoir vandalisé une chambre du Premier Inn de Gateshead (sud de Newcastle), une chaîne de motels locost. Son état est jugé tel (alcohol poisoning – coma éthylique) qu’il est immédiatement transféré à l’hôpital.

Le locost hôtelier a ses inconvénients

Le locost hôtelier, après Gazza, a ses inconvénients

La chambre est en aussi piteux état que Gazza. Janet Jubb, la manageresse de l’hôtel, raconte (dans le Evening Chronicle de Newcastle du 27 octobre) :

« Mon personnel a retrouvé du curry étalé sur l’écran de la télé, du vomi un peu partout, de la nourriture jetée sur les sols, murs et plafonds, des mégots écrasés sur le sommier et des meubles endommagés. On lui a demandé des explications, mais il n’était pas en état de répondre. La chambre doit être totalement refaite ».

Bon, elle a raison la manager de ce motel locost, c’est vrai, c’est pas parce qu’on ne paye que 19 £ par chambre chez Premier Inn qu’on doit coucher dans le vomi de Gazza et regarder la télé floutée par son vindaloo de l’avant-veille. Même des touristes adorateurs du surdoué ex-Lazio hésiteraient.

Plan repas indien-télé, littéralement

Plan repas indien-télé, littéralement

Gazza est un habitué des destructions de chambre d’hôtel. En février 2008, il fait peur aux clients et staff de deux hôtels chics de Newcastle, le Hilton et le Malmaison. Il se montre menaçant, se promène nu dans les couloirs et faire retentir les alarmes à 3 heures du matin (non, Collymore n’était pas avec lui). Sa sœur, Anna-Marie, est appelée en renfort. Gazza est arrêté et « sectioned » (interné).

Nigel Massey, le porte-parole du Malmaison, déclare :

 « Pendant 12 jours, Paul Gascoigne a été le parfait client. Et puis, quelque chose s’est déréglé. C’est une situation malheureuse. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et qu’il revienne vite ».

 

 

Malmaison, le seul hôtel qui ose Gazza

Malmaison, le seul hôtel qui ose Gazza

On imagine que cette invitation « à revenir vite » ne s’étend pas au Malmaison.

En février 2010, il détruit une chambre de B & B dans le Yorkshire, lors d’un week-end pêche et nature (Gazza aime autant taquiner le goujon que le goulot).

Et puis, bien sûr, cet incident célèbre en mai 1998, la destruction de la chambre de Glenn Hoddle à la Manga, quand l’ex marabout annonça à Paul qu’il ne ferait pas la Coupe du monde 1998.

La police déclare qu’il a passé la veille à picoler dans un pub, et que, sur le chemin du retour (en taxi), Gazza a même dû « emprunter » 20 £ au chauffeur pour acheter des munitions. La presse rapporte dans la foulée que Gazza n’a plus un penny en poche et aurait gaspillé 14 millions de £ depuis 2004 (toute fin de carrière).

Le lendemain matin, il se pointe dans le hall de l’hôtel en titubant, et s’écroule avec fracas au milieu des clients. La police et une ambulance arrivent.

Gazza est envoyé dans la journée dans une clinique de désintoxication quelque part dans le sud, pour sa dixième cure de détox, où il retrouvera probablement la joyeuse bande du Rehab Club, le boxeur déchu Ricky Hatton, Amy Winehouse, Boy George, George Michael and co (l’ex-Wham vient de sortir de prison, où il avait été envoyé pour avoir, encastré sa Range Rover dans une boutique Photo de Londres – c’est pas qu’il conduit mal, juste qu’il prend trop de substances).

Quelle réalisation phénoménale de Paul ! Il passe en revue toute la défense de l’hôtel et fusille Andy, d’un geste technique imparable. Une rencontre décidemment de toute beauté, avec un suspense insoutenable.

Andy 4 – Paul 3

 

Mercredi 27 octobre

Andy Carroll. Cette fois-ci, le Sun publie des photos de l’Audi vandalisée de son ex-fiancée, Faye Johnstone (celle à l’origine de la bagarre entre Carroll et Steven Taylor, dans les vestiaires avant un entraînement, en mars 2010 – mâchoire cassée pour Taylor, et blessures à la main pour Carroll qui apparut le surlendemain à un concert de 50 Cent à Manchester, en compagnie de Vieira, Steven Ireland, Mimile Heskey, Titus Bramble, etc)

 

 

Andy-pansement, à la sortie de concert 50 Cent

Andy-pansement, à la sortie du concert 50 Cent

L’Audi a été recouverte de graffiti funestes à l’encontre de Andy : « Your number is up, No 9 » (t’es foutu Numéro 9 – qui peut aussi être interprété comme une menace de mort).
On se croirait dans The Prisoner avec Patrick McGoohan. « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme à peine libre » pourrait répliquer Andy au Number 1.
 
 

 

Andy, pas Number 9, mais homme semi-libre

Andy, pas Number 9, mais homme semi-libre

Andy a décidemment plus d’un tour dans son sac, et Paul ne pouvait rien sur cette dernière prouesse du grand avant-centre. Fin du match de la Quinzaine. Andy, en fin renard des surfaces, a sorti sa botte secrète, son ex-ex fiancée, et est déclaré Vainqueur.

Andy 5 – Paul 3.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 28 octobre

Ni Gascoigne, ni Carroll pour changer, mais Ivan le Terrible. On apprend qu’Ivan Klasnic (Bolton Wanderers) est accusé de viol sur mineure.

La police de Manchester l’a interrogé en début de semaine, après avoir reçu, le lundi 25 octobre à 5 heures du matin, un appel d’une jeune femme de 17 ans accusant l’international croate de viol.

Klasnique, hors-jeu

Carton rouge pour Klasnique

Klasnic a été libéré sous caution jusqu’au premier novembre (lundi prochain), où une enquête approfondie devrait décider de la suite ou non à donner à cette affaire.

Kevin Quigagne

 

 

Retour sur la neuvième journée de Premier League

Tottenham 1-1 Everton (HT 1-1)

Buts : Van der Vaart (20) / Baines (17)

Birmingham 2-0 Blackpool (HT 1-0)

Buts : Ridgewell (36), Zigic (56)

Chelsea 2-0 Wolverhampton (HT 1-0)

Buts : Malouda (23), Kalou (80)

Sunderland 1-0 Aston Villa (HT 1-0)

But : Dunne (csc) (25)

West Bromwich 2-1 Fulham (HT 2-1)

Buts : Mulumbu (17), Fortuné (40) / Carson (csc) (9)

Wigan 1-1 Bolton (HT 0-0)

Buts : Rodallega (59) / Elmander (66)

West Ham 1-2 Newcastle (HT 1-1)

Buts : Cole (12) / Nolan (23), Carroll (69)

Stoke 1-2 Manchester United (HT 0-1)

Buts : Tuncay (81) / Hernandez (27, 86)

Liverpool 2-1 Blackburn (HT 0-0)

Buts : Kyrgiakos (48), Torres (53) / Carragher (csc) (51)

Manchester City 0-3 Arsenal (HT 0-1)

Buts : Nasri (20), Song (65), Bendtner (87)

TOP XI

Fabianski

Bosingwa – Vidic – Kyrgiakos – Ridgewell

Barton – Gerrard – Nasri – Brunt

Hernandez – Fortuné

Remplaçants : Robinson, Sagna, Tioté, Fabregas, Bale, Rodallega, Anelka

FLOP XI

Howard

G. Neville – Eardley – Da Costa – Crainey

M Petrov – Adam – Greening – Y. Touré

Heskey – Walters

Remplaçants : Schwarzer, Dunne, Kelly, Ireland, Kalinic, Harewood, Kamara

Temps forts

West Bromwich Albion réalise son meilleur départ parmi l’élit : sixième, quinze points en neuf matchs, et ce après avoir rencontré les cinq équipes devant eux (plus Liverpool). La première mi-temps de Tottenham-Everton, très ouverte et très rythmée, n’a pas déçue. Pas plus que la performance d’Arsenal devant Manchester City, costaude et réaliste.

Les buts du week-end : celui de Zigic (Birmingham City), son second en autant de matchs ; celui de Rodallega (Wigan), concluant une contre-attaque foudroyante ; celui de Baines (Everton), d’un maître coup-franc.

Temps mous

Tout avait pourtant bien commencé pour les Wolves, avec cinq points pris en trois matchs. La suite est moins glorieuse : un point pris sur dix-huit possibles. Ils ne doivent leur 19ème place qu’à la capacité d’Avram Grant à transcender son équipe. Même constat pour Blackpool, une victoire sur les cinq derniers matchs, après un début de saison pourtant convaincant. Ian Holloway masque ces échecs derrière quelques âneries de façade. Elliott Grandin et Charlie Adam, parmi d’autres, retrouvent le niveau qui avait entrainé leur signature chez un promu anglais.

Temps mieux

Alex McLeish entrevoit quelques rayons de soleil à Birmingham (City), tout comme le N’Zogbia qui reprend de l’allant à Wigan, après une fin d’été nuageuse (Charles avait été trop gourmand).

Temps faibles

West Ham concède sa quatrième défaite à domicile (sur cinq matchs), Heskey (Aston Villa) rate le ballon tandis qu’il a juste à le pousser dans le but vide (à 1-0), alors que son coéquipier Richard Dunne, déjà rentré dans l’histoire de la Premier League avec sept réalisations contre son camp – un record –, remet le couvert pour porter celui-ci à huit. Quant à Tim Howard (Everton), il permet à Crouch de marquer (ou presque) grâce à un dégagement du poing complètement raté.

Temps des retrouvailles

Absent depuis octobre 2009, Bosingwa (Chelsea) retrouve les terrains à l’occasion de la 9ème journée, tout comme Andy Johnson (recrue la plus chère de Fulham – 15 millions d’euros) après dix mois d’absence. Pressenti à la Roma, Behrami (West Ham) a fini par venir aider ses coéquipiers à tenir la lanterne rouge. Steven Hunt (Wolverhampton) et Petr Cech, qui lui doit son casque, se sont retrouvés ce week-end. Le premier s’est systématiquement fait siffler. On ignore si le second a pardonné à l’ancien joueur de Reading.

Temps de se rappeler aux bons souvenirs de ses ex-employeurs

Zoltan Gera (Fulham) marque contre ses anciens copains de WBA. Charlie Adam, ex-Rangers sous l’ère McLeish, veut se la jouer Messi mais se loupe.

Temps d’antenne

Chris Hughton, à propos d’Andy Carroll : « Il peut encore donner plus, on n’a pas encore tout vu de sa part. » En effet, celui qui vient de signer un nouveau contrat de 175000€/mois sur cinq ans possède une marge de progression, mais bosse dur à l’entrainement. Les faits en témoignent : agression d’une femme dans un night-club de Newcastle (septembre 2008), bagarre pré-entraînement avec Steven Taylor qui se conclut sur un KO et une mâchoire cassée, bagarre avec Charles N’Zogbia à l’entrainement (et re-KO), agression sauvage d’un client dans un night-club (Blu Bambu) de Newcastle (décembre 2009 – procès aujourd’hui) et agression de son ex dimanche dernier. Alan Shearer : « Andy Carroll a eu une semaine difficile. » On n’en doute pas. Et le mot de la fin pour son meilleur ami, Joey Barton (dans le Sun) : « Je compte être un modèle à suivre pour Andy ». Scary. Cette saga mériterait un temps mort.

Temps à faire

Cette semaine, Harry Redknapp et sa femme, en shopping à Londres, rencontrent la mère du hondurien Wilson Palacios, accompagné de son fils. Elle lui dit qu’elle a fait le voyage pour le voir jouer, mais qu’elle est déçue parce qu’elle ne le voit pas sur le terrain. Le résultat ? Palacios était titulaire contre Everton. Il ne l’avait plus été depuis un mois. Le lobbying d’Orfilia Palacios a, semble-t-il, été efficace.

Résultats de la huitième journée de Premier League, qui s’est disputée du samedi 16 au lundi 18 octobre:

Blackburn (0-0) Sunderland (HT 0-0) Expulsion: Samba (45)

Blackpool (2-3) Manchester City (HT 0-0) Buts: Harewood (78) Taylor-Fletcher (90+3) / Tevez (67, 79) Silva (90)

Everton (2-0) Liverpool (HT 1-0) Buts: Cahill (34) Arteta (50)

Arsenal (2-1) Birmingham (HT 1-1) Buts: Nasri (pen 41) Chamakh (47) / Zigic (33) / Expulsion: Wilshere (90+3)

Aston Villa (0-0) Chelsea (HT 0-0)

Bolton (2-1) Stoke City (HT 1-0) Buts: Lee (22) Klasnic (90+2) / Delap (48) / Expulsion: Klasnic (jaune à 90+4 puis rouge à 90+5)

Fulham (1-2) Tottenham (HT 1-1) Buts: Kamara (30) / Pavlyuchenko (31) Huddlestone (63)

Manchester Utd (2-2) West Bromwich Albion (HT 2-0) Buts: Hernandez (5) Nani (25) / Evra (csc 50) Tchoyi (55)

Newcastle (2-2) Wigan (HT 0-2) Buts: Ameobi (72) Coloccini (90+4) / N’Zogbia (22, 23)

Wolverhampton (1-1) West Ham (HT 1-0) Buts: Jarvis (10) / Noble (pen 53)

Le TOP XI de la huitiéme journée

__________Robinson_________

A. Cole_Ivanovic_Jagielka_Coleman

Parker_Van der Vaart_N’Zogbia_Nani

___Chamakh______Tevez____

Remplaçants : Cech ou Howard, G. & T. Cahill, Distin, Ciaran Clark, Assou-Ekotto, Wilshere, Adam, Brunt

Le FLOP XI de la huitième journée

__________Van der Sar__________

Perch_Carragher_Skrtl_Konchesky

Maxi__Lucas__Meireles____J. Cole

____Torres______Adebayor___

Remplaçants : Green, Dann, Huth, Kyrgiakos, Anderson Oliveira, Kakuta, Rooney

TEMPS DE MARQUER SON PREMIER BUT DEPUIS DES LUSTRES

Fabricio Coloccini: aura attendu son soixante-dix-neuvième match de championnat anglais pour claquer son premier but en Premier League. Le capitaine des Magpies de Newcastle a égalisé contre Wigan dans le temps additionnel, d’un coup de tête rageur, alors qu’il n’en revenait probablement pas d’être aussi esseulé au second poteau. Bon, il en avait claqué deux en Championship la saison passée, mais son but du jour ne compte pas pour des prunes, puisque le sosie argentin de Michel Polnareff a offert un point inespéré à son équipe, menée 0-2 sur sa pelouse à la mi-temps.

Diomansy Kamara: a célèbré sa première titularisation en 18 mois sous le maillot de Fulham en ouvrant le score face à Tottenham. Bémol: il a raté l’occasion d’inscrire un coup du chapeau, et son club s’est incliné 1-2 à domicile.

TEMPS DE SE RAPPELER AUX BONS SOUVENIRS DE SON ANCIEN EMPLOYEUR

Raillé par le public de St James Park dès la première minute de jeu, pour avoir quitté le club suite à sa descente en Championship l’année dernière, Charles N’zogbia a pris la mouche. Il s’est du coup fendu d’un somptueux doublé contre son ancien club vers le milieu de la première mi-temps, en moins de temps qu’il n’en faut généralement à X-OR pour revêtir son scaphandre de combat. Acte 1, superbe tête puissante et imparable ; Acte 2, contrôle suivi d’une frappe riisienne qui va finir dans la lunette en claquant une bise à la transversale de Tim Krul. L’ancien Havrais vaut probablement mieux que Wigan, on va donc commencer par lui souhaiter que Laurent Blanc ait de nouveau eu vent de sa performance du jour.

TEMPS DE BATIFOLER L’AIR DE RIEN DANS LA SURFACE

L’une des controverses du week-end a impliqué les présences subliminales (mais pas que?) de William Gallas et Yakubu Ayegbeni dans les surfaces adverses. Les deux internationaux se sont retrouvés horriblement hors-jeu alors que leur collègues respectifs Huddlestone et Arteta trouvaient les filets de loin. On reproche aux retardataires d’avoir masqué ou gêné les gardiens trompés pour l’occasion, bien qu’ils n’aient pas touché le cuir. Dans les deux cas, le but a été accordé, même si de longs palabres auront été nécessaires entre l’arbitre de Fulham vs Tottenham et l’un de ses assistants pour valider la praline de Tom Huddlestone. C’est bien, il faut donner leur chance aux pros en fin de carrière qui n’ont plus les jambes pour revenir à temps dans le jeu et qui affichent de l’embonpoint. Les pénaliser, ça reviendrait à les pousser un peu plus vers le championnat chypriote, et ça ferait baisser le ratio de buts marqués en PL…

TEMPS DE REPRENDRE DU SERVICE

La seule apparition de Johan Djourou en Premier League la saison passée, c’était à l’occasion de la dernière journée, pour le symbole. A cours de compétition, et donc prié de rester dans son canapé pour la Coupe du Monde, le défenseur suisse n’avait pas refait surface en PL depuis, se contentant de quelques apparitions en coupes, trois cette saison tout de même. Préféré à Koscielny et associé à Squillaci, il a effectué un très bon retour en jouant tout le match contre Birmingham. Vermaelen n’est pas encore revenu de blessure mais l’ancien Lorientais peut déjà se faire du soucis sur son temps de jeu à venir. Et puis comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les Gunners ont aussi pu sortir la grande gigue Nicklas Bendtner de sa boîte pour la première fois de la saison, en remplacement de l’homme du match Chamakh pour les douze dernières minutes de jeu.

TEMPS D’ATTENDRE ENCORE UN PEU AVANT DE REPRENDRE DU SERVICE

Owen Hargreaves. A l’orée de ses trente ans, l’Anglo-Canadien qui avait tout de même coûté la bagatelle de 25M d’euros à MU en 2007, n’a pas disputé le moindre match important pour les Red Devils depuis deux ans (quelques minutes seulement lors du dernier match de la saison de PL 2009/2010); la faute à des problèmes récurrents de tendinites aux genoux. Son chirurgien, l’éminent Professeur Richard Steadman, fanfaronnait la semaine dernière que son cobaye était enfin prêt à rejouer. Sir Alex en a décidé autrement, ou se demande qui est ce drôle de type à l’accent improbable et aux cheveux bouclés qui veut jouer dans son équipe…

TEMPS D’AJOUTER l’INSULTE A L’INJUSTICE

Non mais sérieux quoi!?

Non mais sérieux quoi!?

Match à couteaux tirés entre les deux derniers du championnat. Les Wolves recevaient les Hammers pour une rencontre qui sentait déjà bon la trouille. Ouverture du score pour Wolverhampton par Jarvis sur une énième bourde de Robert Green, puis Mark Noble remettait tout ce petit monde à égalité en seconde période en claquant son second penalty de la saison. On pensait bien que le match allait en rester là alors que McCarthy et Grant abattaient leurs dernières cartes offensives dans la bataille (Ebanks-Blake d’un côté et Carlton Cole de l’autre). C’était sans compter sur une action lumineuse amorcée et terminée par notre bon Fred Piquionne national à l’issue d’un joli double une-deux. L’homme en noir, Mark Clattenburg, qui ne pouvait voir l’ancien Lyonnais que de dos, a jugé que sa poitrine avec laquelle il avait contrôlé le ballon en pleine course, avait des doigts plutôt que des côtes. Le cuir s’en est allé mourir au fond des filets d’Hahnemann pour rien, alors que ce but tout à fait valide aurait offert la victoire et les trois points aux Hammers à la quatre-vingt-treizième. Comble de l’horreur, Piquionne s’est aussi pris un jaune pour avoir un peu trop contesté l’invalidation de son but. La loose intégrale…

TEMPS DE FAIRE CONTRE MAUVAISE FORTUNE BON COEUR

Etonnant de placidité ce bon vieil Avram Grant, qui, lors sa conférence de presse post-match, n’a pas tari d’éloges sur l’arbitre du jour Mr Clattenburg, alors que ce dernier, en jugeant que Piquionne s’était aidé d’une mimine pour marquer, a clairement coûté deux points à la lanterne rouge de PL. “Je le dis et le répète, j’ai beaucoup de respect pour Mr Clattenburg qui est à mon sens l’un des meilleurs arbitres du championnat. Aujourd’hui on a gagné dans l’esprit mais pas au niveau comptable, mais si on continue à jouer comme ça on devrait pouvoir s’imposer à l’extérieur bientôt” (ndlr. West Ham n’a plus gagné à l’extérieur depuis 13 mois).

Sans être pro-West Ham, il faut cependant reconnaître que le club de l’est londonien n’a guère été épargné par les décisions arbitrales malheureuses sur la moitié de ses huit matchs de championnat. La lanterne rouge n’est finalement qu’à quatre points de Stoke, neuvième au classement, donc tout espoir de rédemption n’est pas perdu!

TEMPS DE CREVER L’ECRAN

A la veille de cette huitième journée de PL, les stats de la saison 2010/2011 d’Ivan Klasnic faisait un p pitié: une minute de jeu disputée lors de la première journée puis plus rien, pour cause de blessure tout d’abord, puis de concurrence limite déloyale de la part de l’inoxydable Kevin Davies et de l’ancien Toulousain Johan Elmander, qui semble redevenir un peu le joueur de foot qu’on n’avait pas encore eu le loisir de voir à l’oeuvre outre-Manche. Jeté dans l’arène du Reebok Stadium dans le dernier quart d’heure par Owen Coyle, qui ne se suffisait pas de voir ses hommes se contenter d’un match nul à domicile contre Stoke City, l’ancien Nantais s’est lancé dans un one-man-show époustouflant, de sorte que l’on n’a vu que lui sur la pelouse au cours du dernier quart d’heure de ce match et surtout au-delà.

Tout d’abord pour de bonnes raisons, puisque d’un contrôle enchaîné par une belle frappe en pivot du gauche, il donnait un avantage final aux siens de fort belle manière dans les arrêts de jeu (quatre-vingt-douzième).

Sanguin, tous les Croates le sont et Klasnic un peu plus que la moyenne. Galvanisé par son exploit, l’ancien flop nantais a écopé d’un jaune deux minutes plus tard pour une belle manchette paume en avant sur Dean Whitehead, puis d’un rouge à la quatre-vingt-quinzième en préméditant un peu trop une charge aérienne sur Robert Huth. Pas sûr que le second jaune soit si mérité que ça, mais Klasnic a payé pour sa fougue et son désir de sauvegarder les trois points acquis… M’enfin, pour bouger le monolithe teuton Huth de la sorte, il fallait quand même y aller franco de port !!!!

TEMPS DE PRENDRE UN PEU DE BOUTEILLE

Excellent à l’Emirates pendant quatre-vingt-douze minutes, la nouvelle coqueluche anglaise Jack Wilshere n’a pas supporté de rater son premier contrôle du match. Le score (2-1) semblait pourtant scellé au moment où Wilshere s’est empressé sans réfléchir de planter ses crampons dans la cheville du golgoth Zigic dans le vain espoir de lui reprendre le ballon. Geste plus maladroit que malicieux, certes, mais l’arbitre a justement brandi un carton rouge à l’encontre du feu-follet de 18 ans. Papa Wenger n’a pas moufté mais a dû pousser une petite gueulante en interne. Non seulement ce genre de tacle pratiqué par l’un de ses joueurs fait un peu tâche dans son combat contre les bouchers de PL, mais en plus Wilshere a pris trois matchs de suspension. Qu’on se rassure, le géant serbe s’est finalement relevé indemne.

TEMPS DE REAGIR POUR NE PAS PÉRIR

Les Wolves ont encore déçu et peuvent s’estimer chanceux d’avoir enrayé une série de trois défaites de rang en arnaquant un point à West Ham à Molineux.
Mick McCarthy accuse surtout l’abitrage, mais va devoir mélanger ses cartes pour donner un nouvel élan à son équipe.
En attendant le retour de blessure de Ronnie Zubar le mois prochain, le coach des Loups pourrait notamment faire un peu plus appel à la patte de velours du serbe Nenad Milijas, au buteur reconnu Marcus Bent ou aux transfuges estivaux d’Hull City Nicky Hunt et Steven Mouyokolo, puisque seul Bent (dix minutes étalées sur trois matchs) a eu les grâces de son coach cette saison!

TEMPS D’ALLER VOIR AILLEURS

En apprenant qu’il n’était même pas sur la feuille de match pour le déplacement de Stoke à Bolton, l’attaquant turc Tuncay Sanli a pris ses cliques et ses claques, est sorti du stade fissa et s’est engouffré dans le premier taxi venu. Son entraîneur Tony Pulis a dû apprécier. M’enfin s’entendre dire qu’on n’est pas désiré alors qu’un Eidur Gudjohnsen pas physiquement au point trouve du temps de jeu et qu’un Jon Walters pas forcément talentueux mais titulaire vous sont préférés, ça doit calmer. Tuncay à Stoke, c’était vraiment de la confiture donnée aux cochons. On en connait au moins un qui doit attendre l’ouverture du mercato d’hiver de pied ferme!

TEMPS DE SE REVEILLER UN PEU PLUS TOT DANS LE MATCH

 

Une petite stat débile qui tue. Actuel neuvième de PL avec dix points, Stoke City serait bon dernier du championnat si ses résultats étaient gelés à l’issue de ses premières mi-temps… Les Potters seraient par contre leaders si l’on ne prenait en compte que leurs résultats en secondes périodes!

TEMPS D’ALLER SE RESSOURCER CHEZ LE CAPITAINE

Dis-moi oui Andyyy

Dis-moi oui Andyyy

Lundi matin, Andy Carroll a dû se pointer au tribunal d’Hexham dans le Northumberland, où il comparaissait pour une histoire d’agression contre une de ses anciennes petites amies, Laurie Henderson (18 ans, occasionnellement danseuse et mannequin en lingerie, classique quoi!). En jeans et sweat-shirt à capuche, le grand chevelu s’est fait déposer par un van noir aux vitres teintés devant le tribunal. Lorsqu’il s’est présenté à la barre, en guise de domicile, il a donné l’adresse d’un hôtel de Newcastle. La soirée de samedi, au cours de laquelle l’attaquant de Newcastle a joué avec son club contre West Ham (2-2), s’est visiblement prolongée tard dans la nuit. L’international espoir anglais de vingt-et-un ans a fait la fête dans Newcastle avec des amis, s’est ensuite rendu au domicile de son ex à 4h du matin, laquelle aurait surpris le beau en plein acte avec une de ses ‘copines’.  Crise de jalousie et selon le Sun, qui titre toujours dans son style épuré ‘Toon star beat me after sex with pal’, le joueur se serait saisi des cheveux de la jeune Laurie pour mieux lui fracasser la tête sur le sol de sa propre salle de bain. Bien entendu Carroll a plaidé non-coupable et estime n’avoir agi que pour protéger sa personne. Libéré sous caution à l’issue d’une audience d’une heure, le tribunal l’a assigné à domicile. Et c’est là que ça devient plus léger et rigolatoire. Assigné à domicile donc, mais pas le sien, le tribunal lui ayant ordonné d’aller crécher chez son coéquipier Kevin Nolan! Carroll ne pourra découcher de la baraque du capitaine des Magpies que les soirs de match. En attendant, le procès a été ajourné au 10 janvier prochain. Ca va faire long non? Il écoute quoi comme musique Captain Nolan?

A voir, l’article du Sun du jour avec la belle Laurie et son ex-chevalier servant footeux

TEMPS D’UNE BONNE VIEILLE PURGE AUX RELENTS DE L1

Il aura donc fallu attendre lundi soir et le match décalé en retard de cette huitième journée pour assister à un match en bois, qui plus est sans but. Il faut bien avouer que ces deux equipes marquent peu en ce début de saison, Darren Bent, du haut de ses cinq réalisations, ayant claqué plus du tiers des buts marqués par son club et son hôte du jour.

Résumé du match:

Paul Robinson élu MVP du jour et Christopher Samba expulsé dès la 45ème minute de jeu pour avoir coupé la route de Danny Welbeck juste avant l’entrée de la surface. A part ça RAS.

Cette purge aura tout de même eu le mérite de rassembler une belle brochette de vétérans de notre Ligue 1 chérie. Trois de chaque côté en fait. Steed Malbranque, Bolo Zenden et Asamoah Gyan Chez les Black Cats, El-Hadji Diouf, Gaël Givet et

Benjani Mwaruwari à Blackburn. Un ancien de L1 à quai aussi de chaque côté: le Ghanéen John Mensah pour les visiteurs et Pascal Chimbonda chez les Rovers, l’ancien Bastiais n’ayant toujours pas disputé le moindre match cette saison. Il n’y avait vraiment rien pour départager ces deux équipes lundi soir!

TEMPS FORT POUR LES BLEUS, TEMPS MOU POUR LES ROUGES

Pas de quartier dans le derby de la Mersey. La bête rouge est blessée et ça s’est bousculé pour lui donner le coup de grâce. Les supporters d’Everton s’en sont donnés à coeur joie à grands coups de “going down!”, de “you’re getting sacked in the morning!” ou encore de “you’ve bought the wrong club, John!”, respectivement à l’attention de Roy Hodgson ou du nouveau proprio des Reds John W Henry.

On ne va pas s’éterniser sur la triste situation de Liverpool, fort bien documentée par ailleurs dans les archives du blog. Les lacunes sur le terrain sont criantes, entre joueurs pas dignes de représenter le club et ceux qui ne semblent pas concernés ou en méforme.

Il serait cependant malhonnête de ne pas reconnaître la bonne partie d’Everton et de sa défense de fer. Les ‘caramels mous’ profitent de ce match pour pleinement relancer leur saison en poussant un peu plus leur voisin honni vers les abîmes pour le premier match de sa nouvelle ère américaine. Une moitié de la ville rit, l’autre pleure.

TEMPS D’ALLER RENDRE VISITE A ALAIN AFFLELOU

Roy Hodgson, qui malgré la déroute n’a pas pu s’empêcher d’affirmer que la performance de ses Reds dans le derby de la Mersey était la meilleure depuis sa prise de pouvoir au club. “Je refuse de reconnaître qu’on a été dominé et qu’on était inférieur” fut entre autres l’un de ses commentaires peu après la défaite. Ça ne sent pas les lendemains qui chantent, mais ça a dû faciliter le transit intestinal de supporters des Reds humiliés plus encore. Hodgson a ‘la confiance’ des nouveaux propriétaires du club avec qui il devrait se réunir autour d’une table pour discuter de la gestion de la crise dans le but de sortir l’équipe d’une ornière nauséabonde (avant dernier au classement avec 6 points pris en 8 matchs). Il se murmure d’ailleurs que Frank Rijkaard, relaxé de ses responsabilités au Galatasaray d’Istanbul cette semaine, pourrait succéder à Hodgson.

TEMPS DE RECONNAITRE QUE CHAMAKH PLONGE TERRIBLEMENT BIEN

Trois buts, trois passes décisives et surtout cinq pénaltys provoqués pour l’ancien chouchou des Girondins de Bordeaux depuis son arrivée en championnat anglais. Un bilan comptable plus que satisfaisant en huit rencontres de championnat pour un joueur influent mais qui marquait trop peu en Ligue 1. L’international marocain a de nouveau frappé contre Birmingham. Rien à redire sur son but du jour, qui offre la victoire aux siens, mais le pénalty qu’il a récolté sur une faute attribuée à Scott Dann a de nouveau laissé l’entraîneur des Blues Alex McLeish apoplectique. Dann estime ne pas avoir touché le Gunner et s’insurge lui aussi dans les médias. Force est de constater que Marouane Chamakh masteurise l’art de bien s’écrouler dans les surfaces de réparation adverses, et qu’il n’a probablement pas son pareil au monde à ce petit jeu là en ce moment. Pas de fumée sans feu non plus, puisque l’Africain a le don de se mettre en situation, d’appâter sa victime et de chuter théâtralement en épousant les infractions potentielles au moment idoine. Mais les médias anglais, généralement intransigeants à ce niveau-là, semblent avoir du mal à lui en vouloir et à le critiquer. Un sorte de reconnaissance tacite plâne, comme si on validait-là une certaine forme d’art, loin des vulgaires plongeons peu crédibles qui coutèrent une partie de leur popularité à Cristiano Ronaldo ou Didier Drogba par le passé. Les défenseurs de PL sont prévenus, il vaudra mieux prier pour que la nouvelle recrue des Gunners rate le cadre plutôt que de le serrer de trop près dans sa surface.

TEMPS POUR UN RETOUR VERS LE FUTUR EN IMAGE

Non prolongé par Villarreal et donc à la recherche d’un nouvel employeur, Robert Pires (36 ans) s’entraîne avec l’effectif d’Arsenal depuis la semaine passée. Pas de contrat à court terme en vue selon le boss alsacien, qui n’hésite cependant pas à chaudement recommander son ancien joueur, qui avait quitté Londres en 2006.

Il a le double mon âge ce type? Vraiment?

Il a le double de mon âge ce type? Vraiment?