Je finis l’année vénère. Il est temps de cracher mon fiel.

L’an dernier, mes dix trucs à bannir étaient plutôt mœlleux. Mais l’époque se radicalise alors cette saison, j’ai sorti la Kalach et j’arrose.

[Cliquez sur les photos pour les agrandir]

# 5. Les médias qui big up les clubs lambda qui s’la pètent

[…] La réponse principale au concours cadeau est : Daniel Riolo.

Les réponses subsidiaires : Brisbois, Auclair, Pauwells (sûrement conditionné par son compatriote Philippe Albert).

Les gagnants sont : Bastien, Xavier, Sonic et Incendie Paillot qui font un 2/5 (40%), score assez minable mais les autres participants faisant 1/5 ou 0/5, ces petits compétiteurs l’emportent par défaut.

J’ai toujours pas décoléré, donc, comme promis, pas de cadeau. De toute manière, 40 % mériterait plutôt deux heures de colle qu’une récompense alors estimez-vous heureux et remerciez-moi de ne pas vous censurer temporairement ou à vie.

Vous pourrez vous rattraper au merveilleux Concours de Noël TK dans quelques semaines, avec un vrai cadeau à la clé. Je préfère vous prévenir : ça sera peut-être un cadeau-reject de mon Christmas anglais, vous savez, l’un de ces trucs stupides qu’on reçoit et qu’on cherche à refiler le plus vite possible. Ça ou un livre/magazine de foot anglais (mais n’allez pas cracher dessus pour autant, y’a des millions de petits pauvres qui rêvent de recevoir ne serait-ce qu’une mandarine à Noël, alors commencez pas à chouiner).

Nb : ça ne sera pas du style « Concours de Noël en famille autour du sapin et de la crèche » hein mais un truc hardcore où votre sagacité sexuelle sera testée. Vaudra donc peut-être mieux éloigner les p’tits Jesus, enfants et grands-mères avant d’y participer. Enfin, vous faites comme vous voulez.

Total Respect.

Total Respect.

# 6. Les supporters de la « BPL »

BPL = Barclays Premier League. BPL, c’est comme ça qu’une chiée de néo-Footix dangereusement contaminés par le virus corporate l’appellent. Exemple de phrases navrantes trouvées sur google :

« Les joueurs sud am déchirent tout en BPL cette saison »

« Mignolet et Cech c’est le top en BPL »

« La BPL est la ligue de soccer anglaise de première division » (sic)

« La BPL est un championnat avec ses leaders et ses relégables, mais avant tout un championnat ou voir Sunderland battre manchester utd est chose (presque) courante »

(euh, pas vraiment non – seulement deux fois depuis le lancement de la PL – mais passons).

Je ne vous cache pas mon inquiétude pour la nouvelle génération qui a grandi à coup d’acronymes, de hashtags et de foot virtuel. Je refuse cependant de condamner. Il faut avant tout écouter, dialoguer et éduquer. Ces jeunes Padawans ont probablement simplement péché par ignorance. Peut-être se sont-ils simplement égarés et attendent avec anxiété une lanterne pour éclairer leur chemin, une lumière pour les inspirer, une main pour les guider, un doigt pour leur indiquer la voie. Je peux être cette lanterne, cette lumière, cette main, ce doigt.

En attendant de trouver mon doigt et tout le reste les gars, si vous lisez mon message pédagogique, sachez qu’il n’y a QU’UNE seule Premier League au monde, c’est l’anglaise, et donc la seule abréviation possible est PL, ou, à l’extrême extrême limite, EPL (English Premier League).

BPL, sans déconner…


La seule vraie BPL                                                   Virez-moi tous ces guignols

# 7. Les consultants/journalistes dinosaures

Comprendre : le vieil « expert » ex-pro qui nous les brise menu à longueur d’année avec son foot à papa. Le gus a joué dans les années 60, 70 ou 80, bien avant le Big bang (l’arrivée de la Premier League) et n’a pas actualisé son disque dur depuis des décennies. Enfin, façon de parler car l’ordi n’existait pas quand il jouait.

Tantôt amer, tantôt nostalgique, mais souvent archaïsant, on jurerait le consultant/journaliste dinosaure tout droit extrait d’une capsule temporelle enterrée dans les Seventies et que l’on vient de déterrer. Il utilise le langage du passé et tend à tout juger à l’aune de ce « bon vieux temps » ultra folklorisé et sublimé, une espèce d’Arcadie footballistique idéalisée et figée dans un passé mythifié qui n’a jamais existé ailleurs que dans son imagination.

Ce Zemmour du ballon rond, qui ferait presque fait passer feu Thierry Roland pour un progressiste enragé, aime commencer la semaine sur les ondes en tartinant sur les inévitables « polémiques » du week-end et en se demandant tout haut, sur l’air du « Ah, elle est belle l’Angleterre du foot, tiens ! », ce qu’auraient dit/fait/pensé Bill Shankly ou Brian Clough à la place de X ou Y (en général, un manager étranger dézinguable en toute sécurité), sans intégrer dans son questionnement-raisonnement la légère évolution des choses depuis Shanks et Old Big ‘Ead (surnom de Clough).

Au travers des inflexions et tics langagiers du consultant/journaliste dinosaure, transparaît une influence marquée de cette rhétorique politique de type passéiste qui revient en boucle dans les débats d’actualité ou sociétaux, cf ces nombreuses références mélancoliques diffuses des uns et des autres aux figures tutélaires d’antan (Churchill, Thatcher, Scargill, Michael Foot, etc. – De Gaulle, Jaurés ou Blum en France, voire même Jeanne D’Arc pour les plus obscurantistes. Sont aussi probablement mentionnés : les Plantagenêts, Guillaume le Conquérant, Clovis et ce bon Pépin le Bref).

# 8. Les publicités de partis politiques dans les stades

Si le réglement de la fédération anglaise interdit aux spectateurs de brandir des affiches/banderoles à caractère politique ou syndical dans les stades anglais, il laisse en revanche aux clubs toute latitude en ce domaine. Et dans les clubs de D4 et non-League (sous la Football League – D2 à D4), là où le financement est souvent problématique, il n’est pas rare de voir des partis ou députés se faire mousser sur les panneaux publicitaires ou dans les encarts du programme de match (ainsi que des syndicats sponsoriser des petits clubs, surtout par le passé).

La plupart du temps, on ne fait guère attention à ces incursions. Mais UKIP, c’est différent, on les remarque et ça fait un peu couiner les dents. Perso, je mettrais tout le monde d’accord en boutant tous ces partis hors des stades, z’ont rien à y faire. Surtout UKIP.

En mai 2015, se tiendront les General Elections, on élira les 650 députés britanniques et le leader du parti vainqueur sera nommé Premier Sinistre. Une nouveauté : l’arrivée fracassante sur la scène politique de UKIP, UK Independence Party.

UKIP c’est le new kid on the block qui inquiète les trois Gros (Labour, Conservatives & Lib Dems), surtout les deux premiers, qui se partagent 86 % des députés de la House of Commons. UKIP est le premier acteur politique depuis un bail à pouvoir tailler des croupières au duopole précité. Enfin, en théorie car UKIP n’a jamais eu de député* et ne risque pas d’en avoir des masses en mai prochain, une poignée au maximum (because le système électoral british, le first-past-the-post, scrutin uninominal majoritaire à un tour). Leur présence obligera tout de même Travaillistes et Conservateurs à durcir leur programme et composer avec eux (et plus si affinités –  ententes, magouilles), surtout évidemment dans les 200 circonscriptions étiquetées swing seat ou marginal seat, là où l’avance du député sortant ne dépasse pas 10 %. Avec UKIP dans le rôle d’arbitre et Conservateurs & Travaillistes au coude à coude, la baston promet donc d’être chaude (ci-dessous la 15-day average trend line of poll results from 6 May 2010 to 7 November 2014. En rouge, les Travaillistes ; bleu, Conservateurs ; jaune, Lib Dem ; violet, UKIP).

UKIP, c’est nouveau, c’est europhobe, c’est caricaturalement populiste, ça défouraille tous azimuts sur l’étranger, l’immigré, Bruxelles, l’establishment politicard britannique, la mondialisation, les impôts, donc ça cartonne dans les sondages : approx. 33 % de « capital sympathie » et 16 % d’intention de vote. Et ça commence à bien s’engraisser (merci les généreux donateurs ex Conservateurs, tel le businessman Paul Sykes qui a leur déjà filé 7m £) et donc à s’offrir des espaces pub un peu partout, comme ci-dessus à Aggborough, le stade de Kidderminster Harriers FC (D5), voir article.

Le leader de ce parti férocement eurosceptique est Nigel Farage, ci-dessous, un ancien de la City scolarisé dans une école à 30 000 £ l’année, un mec qui connaît donc bien la vraie vie quoi.
Derrière la façade perma-bronzée de ce bateleur hors pair au demeurant sympathique (dans un style chiraquien : proximité, picole, goût des campagnes électorales), aux antipodes de son prédécesseur (le très coincé Robert Kilroy-Silk), se cache en réalité un dangereux politicien, qui rêve de tout privatiser, de quasi supprimer la BBC TV (qu’il considère probablement comme horriblement « gauchiste »), un type qui admire Putin et fricote au parlement européen avec le parti polonais d’extrême droite Nowa Prawica, dont le Führer est le grand démocrate Janusz Korwin-Mikke (anti état, anti système électoral, raciste, sexiste et négationniste). Apercu de ses idées dans ce clip intitulé “What the Ukip leader really thinks“).

Starifié par les tabloïds quand il insulta Herman Van Rompuy, alors président de l’UE (clip), Farage semble prôner un « modèle » de type libertarien, l’anarchie économique quoi. Je dis « semble » car le discours UKIP est très fluctuant, sans doute une stratégie pour ratisser le plus large possible (mais pas forcément car pas sûr qu’ils aient de quelconque stratégie hormis leur axe anti-EU, anti-immigrés. Faut dire que la cohérence et UKIP, ça fait deux, ils s’adaptent au gré des opportunités et humeurs populaires en un temps record. Dès qu’on leur pose des questions précises et argumentées, ça se décompose vite. Enfin, passons car si on commence à s’attarder sur les apories du discours UKIP, on y sera encore à Noël).

Bref, UKIP n’est pas franchement très rassurant et on peut déplorer, en dehors de toute considération politique (sort of), qu’un club de football ait jugé judicieux de les accueillir. Alors évidemment, comme beaucoup de petits clubs pros, « Kiddy » est dans le rouge et le Trust des supporters (KHIST) a même dû leur filer une rallonge à l’intersaison pour payer les salaires. OK, hormis quelques clubs financés par un sugar daddy généreux, personne ne roule sur l’or dans ces divisions, mais bon UKIP, ça fait sacrément tache.

[*enfin si, deux depuis peu – élections partielles – mais c’était des transfuges du parti conservateur déjà députés, des Frondeurs qui ont utilisé un trou de souris juridique pour démissionner du parlement et se représenter sous l’étiquette UKIP. Par ailleurs, UKIP compte 24 eurodéputés, dont Nigel Farage]

# 9. Les supporters girouettes

Bon, prenons un exemple précis et parlant… qui pourrais-je donc bien choisir en toute objectivité-neutralité-impartialité… des supps d’un club passe-partout qui changent souvent d’avis et avec fortes amplitudes… Oh la la la, y’en a pas mal de ces clubs avec supps girouettes mais bon faut en choisir un, donc… je sais pas, au hasard, voyons… euhhhhhhhhh… je sais pas, mettons Newcastle United, mais vraiment au hasard alors.

Depuis 2011, leurs supps sont plus volages qu’une horde de Don Juan hyper testostéronés. Because Pardew bien sûr. Un vrai conte footballistique des temps modernes en multiples actes, voici les principaux :

Décembre 2010 : Pardew remplace Chris Hughton, à la surprise générale puisque le club est 11è. Le Londonien est accueilli très froidement, because : a) c’est un Londonien, comme Mike Ashley et Dennis Wise, l’ex bras droit d’Ashley et poil à gratter de Kevin Keegan deux ans plus tôt b) il n’a pas prouvé grand-chose.

Saison 2011-12 : encensé après la 5è place des Magpies. Est surnommé « Pardiola » sur les bords du Tyne et élu Manager Premier League de l’année par la LMA (League Managers Association).

Saison 2012-13 : Avant d’être flingué en 2012-13 (Newcastle 16è) puis définitivement achevé en 2013-14 avec moultes protestations anti-Pardew dans le stade et la ville (manifs, bus anti-Pardew & Mike Ashley). On entend un max de « Pardew est fini », « Pardew est mort », « Pards est grillé, il n’a plus d’avenir en PL », etc.

Début de saison 2014-15 : déchaînement sur les réseaux sociaux, avec notamment le fameux sackpardew.com. C’est officiel : le mec est un bon à rien et sa tête doit tomber.

Et pis, à partir de mi octobre 2014, miraculeux regain de forme : Newcastle aligne 5 victoires de suite en PL et passe de la dernière place ex-aequo au haut de tableau. Du jour au lendemain, Pardew est réhabilité et redevient le messie qu’il était en 2011-12 (« Vraiment un super manager, son coaching est impressionnant, il faut qu’il reste » ai-je entendu plusieurs fois… après avoir entendu le contraire des mêmes personnes deux mois avant). Etonnant que personne n’ait créé Pleasedon’tsackpardew.com.

# 10. Les prédictions à la con des « experts »

Surtout de ceux qui « awfulise » sans arrêt comme disent les psychiatres anglais, les Cassandre, les catastrophistes professionnels, les adeptes de la dystopie permanente, les fanas de l’Apocalypse, les doom merchants. Cas d’école : Southampton FC. A l’intersaison, les Saints perdent la moitié de leur ossature et là, grosse panique chez TOUS les observateurs du foot anglais (les Cahiers feront livrer une Dacia haut de gamme à celui qui, preuves à l’appui, nous trouve un gars qui était serein sur leur saison à venir à l’intersaison). Bim, les mecs passent l’été à noircir papier ou écran sur le thème du « Mon Dieu, quel terrible exode, Soton va se vautrer, les Saints ne s’en remettront jamais, ils vont descendre » etc. Koeman arrive, recrute malin et on connaît la suite.

Y’a même un mec spécialisé dans le football anglais et qui se vante de bien le connaître depuis un bail qui écrivait début juin : « Bref, il risque de plus rester grand monde au 31 août. Le dernier sorti éteint la lumière… »

Ah, ah, quel blaireau, un vrai Footixón comme pourraient dire les Espagnols.

J’imagine que vous mourez d’envie de savoir qui est ce Footix de troisième zone, hein ?

Ben c’est…






































































































… Kevin Quigagne…






























Kevin Quigagne (KQ qui a la honte et qui va aller se cacher sous un pouf et y rester jusqu’à Noël).

14 commentaires

  1. The Fab One dit :

    Ah, les “experts” ! On en a de belles brochettes (une seule de suffit pas) en France. Il suffit qu’un club gagne 3 matchs de suite et ils vous explique pourquoi il va tout casser jusqu’à la fin du championnat. Et puis… Suivent 3 défaites et, là, c’est direct la relégation. La demi mesure raisonnée ? Houla, c’est bon pour Arte, ça.
    Mais le mieux, c’est RMC. Là, les experts, ce sont les auditeurs. Mais ils ne sont pas vraiment meilleurs…

    Merci pour ce top 10 et surtout le réalisme final.

  2. Bakou9 dit :

    Je veux pas faire mon intéressant, mais il me semble que quand les gens parlent de BPL, ils évoquent plutôt la British Premier League. Ce qui est plus correct qu’english premier league, surtout à l’heure de la présence de Swansea ou Cardiff dans les hautes sphères du football british.

    Après, je suis juste relou, alors que je suis un fan boy total de TK. Je vous prie donc de m’excuser de mon effronterie…

    Keep the faith Kevin!

  3. colonel moutarde dit :

    Concernant Southampton, il faut quand même avouer que même Koeman était désespéré de la maigreur de son effectif à la reprise. Alors si même le manager se mettait au desespérisme, qui allait croire en cette équipe ?
    Et sans compter que les 3 mecs qui restaient dans l’équipe étaient pas super jouasses de voir tous les copains partir.

    Par ailleurs, je me demande aussi où en est l’histoire de la vente de Southampton puisque pas mal de monde pensait que les méga-ventes étaient faites pour assainir les comptes en vue de ladite vente du club.

  4. Bastien dit :

    La loose j’avais Philippe Albert mais je trouvais pas de belge à qui le rattacher dans l’after… J’avais raté Pauwels.

    Le problème des experts, c’est que quand tu fais des émissions tous les jours sur le foot, il faut bien trouver quelque chose à dire pour meubler. Du coup tu fais des “analyses profondes” sur ce qui s’est passé le week end d’avant et tu cherches ou trouver une crise. Les mecs ils prennent jamais de recul. On pourrait en faire des best-of de conneries de toutes ces émissions (RMC en tete en France…)

    Si ca peut te rassurer, moi aussi je le sentait mal pour Southampton cet été (comment ca ca te rassure pas?!?!)

  5. monsieurAdan dit :

    ce qui m’énerve dans l’acronyme, BPL, et je ne pense pas comme le dit mon camarade plus haut que ça fasse référence à la “British” mais plus à la Barclays, dont la visibilité s’est accrue par FIFA, c’est qu’on l’appelle comme ça de longue maintenant. Je ne comprends vraiment pas la promotion indirecte faite de cette banque, mais ce qui est sur, c’est qu’elle est connue de tous.

  6. Julien dit :

    On dirait que chaque fois que Kevin Quigagne clame son intarissable amour des Magpies ça porte ses fruits. Qu’il ne s’arrête surtout pas!

  7. John dit :

    Vive le UKIP ! (j’ai arrêté de lire au moment du pilonnage en règle).

  8. jepigepo dit :

    Flûte zut et palsambleu réunis !
    Connaissant ton amour éternel, ta dévotion aux Magpies je pensais que BPL était l’acronyme de Burn Pardew Looser… sur le flanc je suis !
    Prédictions à la con : tu t’es (peut être) vautré pour Soton, encore que… mais bon, tu as mis un nul pour le match de samedi (tu dois bien être le seul) alors l’un dans l’autre (l’autre souffrant plus que l’un) ! Faut juste penser à changer de filtre à café, polir la boule de Crystal et tu retrouveras la vue…

    Joyeux Noël Kevin… à toi et toute ta famille

  9. gleps dit :

    Pas sympa d’oublier le Green Party qui est maintenant au coude à coude voire devant les libdems!

  10. Kevin Quigagne dit :

    Merci à vous tous pour vos commentaires et réflexions sur ce double article. Désolé, faute de dispo, je peux pas commenter/répondre à toutes les questions/interventions probablement, j’ai dû en oublier.

    Au passage, je vois qu’on ratisse de plus en plus large dans TK… J’ai reçu un RT de soutien des supps de MK Dons sur notre compte Twitter, on a eu les comms d’un mec tendance Klu Klux Klan y’a 2 semaines sous l’intro de mon dossier Football noir britannique, on doit endurer une grosse recrudescence des supps de Newcastle United malgré mes efforts acharnés pour les rebuter, et maintenant on a un Vert et même un supporter de UKIP qui nous traquent. Manque plus qu’un enragé fan de Dieudonné-Soral et j’aurais plus qu’à vous laisser vous entretuer sans avoir besoin de faire d’article. Cool.

    Allez, on envoie la sauce (faites pas attention aux fautes/coquilles, c’est fait à l’arrache) :

    @ FroggieToon.

    Descendre en D2 ne devrait pas être si traumatisant pour un supp. J’ai par exemple adoré la dernière saison de Sunderland en D2 (2006-07), surtout après un memorable exercice PL conclu avec 15 points !

    2006-07 restera pour moi synonyme de bonne ambiance et bonne humeur des supps Black Cats, de découverte d’un tas de joueurs de D2 (on connaît 90 % des joueurs PL à chaque début de saison, un poil lassant) et de plein de victoires, donc feelgood factor.
    Pis tu revois de vieilles connaissances, style Luton Town et Barnsley cette saison-là, ou tu découvres plus ou moins des clubs « exotiques », genre Colchester ou Southend que j’ai jamais trop eu l’occasion de voir/suivre et sur lesquels je ne sais pas grand-chose.
    A l’occasion de leur venue, le fanzine du club en parle, le prog du match et le supplément foot du canard local aussi, y’a parfois avec parfois des focus presse ou la TV régionale, surtout s’il existe un lien quelconque entre les 2 clubs.

    Bref, pour un club habitué à la PL, la D2 est un bon bol d’air frais, l’occasion de découvrir ou revisiter des pans du foot anglais.
    Ça un petit côté nostalgique et désuet aussi. Les supps visiteurs (toujours nombreux à se déplacer en Angleterre, qu’importe la division) sont plus âgés qu’en PL, plus fatalistes, ils se prennent moins au sérieux. C’est moins rock ‘n’ roll mais plus rococo. C’est sympa de discuter avec eux avant et après le match, ils te donnent des nouvelles improbables de tel ou tel joueur, manager, dirigeant, notable, etc.
    C’est un peu comme de retourner boire dans les bistrots que tu fréquentais dans ta jeunesse (s’ils ont survécu) : s’éterniser collerait le cafard mais c’est sympa d’aller y faire un tour une fois tous les 5 ans mettons, et écouter un pilier ou le patron te raconter la vie du troquet/quartier et ce que sont devenus untel ou unetelle.

    @ Pan & Colonel Moutarde

    Cette vermine de MK a encore gagné en milieu de semaine dernière, même à 10 ils trouvent le moyen de l’emporter, arrrghhh. 3è avec 1 match en retard.

    Dès fois, dans mes rêves, je deviens arbitre professionnel et je les arbitre souvent. Et ils gagnent jamais. Et ils finissent par descendre en non-league, jusqu’en D8 là où ils croupissaient (en tant que Milton Keynes City FC) avant de voler un club et d’accéder direct à la Football League.

    J’espère vraiment qu’un club leur achètera Dele Alli au mercato d’hiver (ou d’été) et que le Gunner Afobe (prêté) repartira en prêt ailleurs ou retournera à Arsenal mais j’en doute. Afobe, c’est 18 buts en 23 matchs/apparitions pour MK Dons cette saison. Si Carl Baker pouvait vite être indisponible jusqu’en mai prochain, ça serait pas mal aussi.

    S’ils montent en D2, avec leur stade de 30 000 places (agrandissable à 45 000) et un peu de chance, ils pourraient se hisser en PL. Et là, j’ai bien peur que ce #@*& de Winkelman vende le club, realise une belle plus-value et que ces imposteurs aient ensuite l’assise financière assez solide pour envisager faire partie des meubles PL sur la durée.

    Enfin, Winkelman – sorte de reject geeky de Status Quo (http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2012/11/30/le-crazy-gang-l%E2%80%99afc-wimbledon-et-mk-dons-33/) – a fini par plus ou moins admettre avoir volé un club (http://www.standard.co.uk/sport/football/mk-dons-owner-i-now-accept-moving-was-pretty-crass-but-we-run-a-good-club-8359891.html), c’est déjà ça de pris.

    @ Fonzie.

    Excellent !

    @ JepigePo.

    Le beurre de cacahuète m’écoeure, j’ai fait mes études universitaires en coloc avec des étudiants américains (et britanniques) y’a 30 ans et j’ai jamais pu avaler ce truc.
    Je suis atterré de voir que cette pâte infâme fait partie des habitudes de bouffe des Anglais depuis des années. J’ai même connu un Anglais, sain d’esprit et sobre en général, qui mettait du peanut butter ET de la Marmite dans le même sandwich. On me dit que certains Français le mangent avec du Nutella…
    Le goût de ce truc a certes probablement évolué depuis les Eighties et a sans doute su s’adapter à nos palais européens mais j’en garde d’horribles souvenirs (de toute façon, même nos palais s’uniformisent, toufoulcan ma p’tite dame).

    NUFC surtout a eu l’énorme chance d’avoir eu John Hall (non, je suis pas jaloux…). C’est vraiment lui, avec F. Shepherd, qui a fait changer le club de dimension. Maintenant, NUFC est redevenu un club ventre-mouiste et tout-venantiste, club qui a passé 10 saisons en D2 ces 35 dernières années, surtout évidemment entre 1978 et 1992. Après, avec Hall & Shepherd, NUFC a pu rester parmi l’élite, sauf 2009-10. C’était déjà un club ordinaire avant bien entendu, sauf pour cette grosse dizaine d’années (1993-2004) où ils ont pu flamber.

    Ginola, oui bien sûr, on ne peut qu’aimer ce joueur, et même l’équipe qu’ils avaient alors. Je dois avouer que j’ai quand même, parfois, rarement mais ça arrive, une petite pensée pour leur titre raté de si peu en 1995-96. Je vivais à Leeds à l’époque, à Beeston (quartier populaire mitoyen d’Elland Road) et ne supportais pas encore Sunderland (mais Wednesday), donc aucun a priori contre les Mags, au contraire j’aimais leur merveilleuse équipe des Entertainers.

    Mon regret est davantage par rapport à Kevin Keegan cependant, alors manager, j’aurais vraiment voulu qu’il décroche un titre, lui qui prônait un foot offensif et chatoyant. Et aussi qu’il mette un bon tampon à Alex Ferguson au passage. J’étais à Elland Road le jour où il fit sa fameuse sortie d’écorché vif au micro de Sky (https://www.youtube.com/watch?v=_Yenzdq5g6o), après un Leeds-NUFC.
    Ouais, KK s’était laissé avoir par les p’tits mind games de Fergie mais c’était puissant ce qu’il a dit, passionné, spontané, instinctif, irréfléchi. Tout est tellement controlé et formaté de nos jours, les ITWs zone mixte et en général sont devenues d’un chiant pas possible.

    Ben ouais, tu vois Jepigepo, si tu m’avais écouté au lieu de me pourrir gentiment, ben tu serais + riche de 40 £ aujourd’hui (50 £ moins la mise de 10).

    @ G.Worst.

    Oh non pas toi… OK, tu es un lecteur éclairé de TK, je respecte tes choix, etc. etc. Si tu supportes ou feins de supporter NUFC libre à toi, mais please, supporte-les en connaissance de cause, promets-moi de ne jamais succomber à cette insupportable hype NUFC, tel un vulgaire Goalix de fête foraine.

    Je suis le seul TKiste à s’intéresser à NUFC, par la force des choses. Pan Bagnat est trop obsédé par Luton Town pour avoir remarqué l’existence d’autres clubs ; le Toffee grec Didier Féco a arrêté de les suivre depuis que Dabizas s’est tiré ; Matthew Dymore est focalisé sur son microcosme mancunien et leurs problèmes de riches.

    @ Bakou9.

    Je n’avais jamais entendu parler de « British Premier League » avant de lire ton message, un truc surtout américain/non européen à scanner rapidos les occurrences Google.

    Comme MonsieurAdan, je pense que c’est Barclays Premier League dont il est question chez ces Footix, en Europe du moins, comme dans ces exemples francophones (y’en a des wagons) :

    La barclays premier league c’est une merveille ! #BoxingDay #canalplus.

    Le QPR ou une autre petite équipe de Barclays Premier League, c’est le meilleur championnat :-)));

    La certitude dans la Barclays Premier League, c’est que le titre ne sera pas «easy»

    La Barclays premier league c’est terminer pour cette année,
    Sinon personnellement,la Barclays Premier League est mon champion préféré.

    British Premier League sonne vraiment bizarre pour la PL de toute manière, c’est un grossier raccourci. Pour mériter l’appellation British, faudrait au moins que les clubs écossais y soient admis + les Nord-Irlandais aussi, mais surtout les Ecossais.

    L’Angleterre et le Pays de Galles, administrativement et structurellement, c’est quasiment la même entité. J’en ai déjà parlé ici alors je ne vais pas y revenir mais à tous les niveaux (système judiciaire, scolaire, de santé, etc.) c’est la même législation (contrairement à l’Ecosse et à l’IdN).

    D’ailleurs, on parle toujours de England & Wales (http://en.wikipedia.org/wiki/England_and_Wales) dans un tas de domaines/divisions administratives ; l’Ecosse est toujours considérée à part car structures différentes (pas si différentes sur le fond mais tout de même distinctes. Sauf Immigration et Défense intérieure, là l’Ecosse est alignée sur le reste du R-U).

    Bref, c’est pas simple, pas mal d’Anglais se mélangent même un peu les pinceaux sur ces questions, alors appeler ça British PL serait un non-sens, surtout que ni Swansea ni Cardiff ne sont bien sûr assurés d’y figurer tous les ans (surtout Cardiff en ce moment).

    @ Bastien.

    Ah ça, c’est la lose, t’avais fait le plus dur en trouvant Philippe Albert…

    Tu as raté la gloire de peu mais tu pourras bientôt te rattraper à l’occasion du concours TK Spécial Noël. Affute ta libido avant, ça sera hardcore.

    @ Julien.

    Bon, t’as raison, j’arrête de suite, surtout avant le derby dans 2 semaines, je m’en voudrais de les favoriser, surtout que je compte miser gros sur une victoire Black Cat. J’ai parié sur le nul à Liverpool ce week-end et empoché 50 £ et compte bien récidiver dans 2 semaines avec une + grosse cote.

    @ John.

    Désolé d’avoir heurté tes petits yeux sensibles avec la triste réalité de ce que sont UKIP & Farage.

    Tiens, ce week-end, ton poulain a sans doute perdu le vote des femmes qui allaitent en public (mais il a peut-être gagné ceux des habitués de Claridge’s, et vu l’insolente santé du secteur Luxe, il a dû gonfler son électorat potentiel au final):

    http://www.theguardian.com/politics/2014/dec/05/nigel-farage-ukip-claridges-breastfeeding-mothers

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/12/07/royaume-uni-couvrez-donc-ce-sein-que-nigel-farage-ne-saurait-tolerer/

    Dans la foulée, il a osé mettre son absence à un meeting (25 £ l’entrée quand même) sur le compte… de l’immigration. Balèze. Je te mets un lien (désolé John, ce lien vient de cette organisation subversive qu’il a dit vouloir supprimer, voir clip dans mon article) :

    http://www.bbc.co.uk/news/uk-wales-politics-30370570

    Le Question Time de jeudi soir avec Farage et Russell Brand pourrait valoir son pesant de peanut butter.

    http://www.independent.co.uk/news/people/russell-brand-and-nigel-farage-set-for-heated-headtohead-question-time-debate-9905056.html

  11. Kevin Quigagne dit :

    @ Gleps.

    Cet article est déjà assez long comme ça (+ de 25 000 signes) et ne prétend évidemment pas passer en revue les forces politiques en présence. Je lui ai fait épouser une tangente politique à cause de cette affiche de UKIP à Kidderminster mais j’ai pas pour mission de vous emmerder plus que ça avec les élections britanniques, rassurez-vous.

    Je mentionnais Lib Dems car :

    a) leur leader, Nick Clegg, est le Premier Sinistre adjoint (on connaît bien plus sa femme que lui mais passons)

    b) je parlais du parlement en référence aux 3 Gros vs UKIP, et Lib Dems a tout de même 56 députés. Le Green Party, 1 seul (à Brighton, le premier de son existence)

    c) ils font partie des 4 partis inclus dans la courbe des sondages mise dans l’article. Le Green Party n’y est pas probablement car cette courbe suit les 4 partis principaux depuis les dernières General Elections de 2010, et le Green Party a fait 0,2 % à ces élections.

    Certes, ils ont bien progressé depuis, notamment au niveau local et européen, avec 2 eurodéputés britanniques. Malheureusement pour eux, personne ne les connaît trop et ils souffrent d’un énorme déficit de notoriété, absolument personne ne sait qui est leur leader, etc. (z’ont pas un énergumène comme Farage pour qu’on s’intéresse à eux).

    De toute manière les Lib Dems sont tombés tellement bas que même le Official Monster Raving Loony Party, avec plus de moyens et d’exposition médiatique, pourrait aisément les torcher.

  12. Kevin Quigagne dit :

    Pardon, j’ai voulu feinter avec mes balises, me suis planté. Si vous connaissez pas, à découvrir :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Official_Monster_Raving_Loony_Party

  13. Incendie Paillot dit :

    Je me souvenais de cette prédiction ! Excellent ! Ha ha !!

  14. Daniel Constance dit :

    Salut,
    La Bangladesh Premier League, elle est vraiment marrante, celle-là ! Perso, je préfère l’appeler la Premier League tout court.

Répondre