The Back Page, tout près de Saint James’ Park (SJP), est la librairie-boutique de football la plus fournie de la planète. C’est aussi le hang-out intello préféré d’Hatem Ben Arfa et de nombreux amateurs de foot du monde entier. C’est du Back Page qu’HBA a voulu lancer ce que les médias ont (erronément) appelé sa « contre-attaque », juste avant qu’Alan Pardew n’expédie l’artiste incompris à Hull City. Rencontre avec son boss atypique, Mick Edmondson, a man you don’t meet every day comme chantaient les Pogues.

Voir intro ici.

[Cliquez sur les photos pour les agrandir]


Mick, devant le temple.

Concours cadeau TK

Et on en profite pour organiser le troisième concours cadeau TK, la question est en bas d’interview, vous verrez, avec un peu d’imagination c’est jouable. Le plus près de la réponse remportera le cadeau. Joli p’tit lot à gagner : le kit du parfait supporter des Three Lions, idéal pour se faire agresser ou vandaliser sa voiture pendant l’Euro 2016 dans la joie et la bonne humeur, avec :

– 1 drapeau England 91 x 61 cms

– 2 drapeaux England 38 x 25 cms avec système hampe plastique conçu pour accrocher aux rétros extérieurs de votre voiture, ou à vos oreilles si bourré ou sans caisse

– 1 pin’s England et 1 pin’s ballon, tous deux luminescents avec, s’il vous plaît, effet clignotant à la con (enfin, le fabricant décrit ça ainsi : « with dramatic blinking effect »)

Le tout (état neuf, dans l’emballage d’origine) envoyé dans un sac du Back Page, la classe. Je n’ai pas acheté ça à Back Page hein, mais dans une Foir’Fouille anglaise en juin. Ce qui est génial avec les Three Lions, c’est que comme ils sont toujours éliminés rapidos, t’attends une semaine après le début du tournoi et tu peux avoir toute la panoplie officielle du parfait supp pour le prix d’une conserve de baked beans.

Si le vainqueur n’aime pas se faire agresser dans la joie et la bonne humeur ou qu’il supporte une autre nation britannique ou l’Irlande, on lui achetera un magazine de foot anglais de son choix ou un bouquin en rapport avec le foot anglais/britannique. S’il supporte Newcastle United, il aura droit à un cadeau exceptionnel : 2 magazines et 2 bouquins (tous sur Sunderland).

Interview, deuxième partie

Moi : Mick, venons-en à « l’affaire Ben Arfa » du début août puisque le Back Page en a été l’épicentre. Il a été abondamment dit et écrit qu’Hatem Ben Arfa a voulu y organiser une sorte « d’opération anti Newcastle United ». Les médias étrangers et français donc, qui se sont contentés de relayer leurs homologues anglais, ont parlé de « contre-attaque », « duel », « pied de nez », « bras de fer », « contre-soirée » etc. Bref, tout le lexique belliqueux du rapport de force y est passé et HBA s’est bien fait tailler. Ta version please.

Mick : Déjà, il est faux de dire ou écrire qu’Hatem Ben Arfa a voulu organiser quoi que ce soit pour se défendre. Que les choses soient claires : Hatem n’a jamais, jamais cherché à organiser une quelconque contre-attaque ou une dédidace en forme de « réglement de comptes » comme ça a été dit, écrit et commenté ad nauseam.

La vérité est que tout ça a été monté en épingle par les médias anglais et repris machinalement par tous les autres. Un malheureux concours de circonstance au niveau du timing respectif des deux parties [NUFC et HBA] a fait se téléscoper les choses et tout ça a vite tourné au cirque médiatique sans que ni moi ni Hatem ne puissions contrôler quoi que ce soit. Les médias en ont fait une affaire Ben Arfa vs Pardew mais ce n’est absolument pas ce qu’il s’est passé concernant sa venue ici. Il faut vraiment que les gens connaissent la vérité, je vais t’expliquer.

Ouais s’il te plaît car moi j’étais en vacances, totalement deconnecté de l’actu foot et ce n’est que bien après que j’ai lu quelques trucs et entendu les potins des échotiers locaux. Alors, que s’est-il réellement passé ?

Bon, reprenons depuis le départ. Comme Hatem adore cet endroit et qu’il vient de temps en temps, y’a quelques mois je demande à Bruno [Sevaistre, un proche d’HBA, voir 1ère partie] : « Est-ce qu’Hatem accepterait de venir ici pour rencontrer les supps, discuter avec eux, signer quelques autographes, etc. ? », comme on l’a déjà fait avec certains joueurs. Hatem dit OK, pas de problèmes. Donc, on arrange ce meet & greet pour juste avant le début de saison mais sans arrêter de date exacte car Bruno devait me recontacter le moment venu.

Début août, Bruno me confirme par téléphone que c’est bon, Hatem viendra. J’étais en vacances chez de la famille donc j’organise ça comme je peux. Je reviens le dimanche 10 août pour voir Newcastle-Real Sociedad à St James’ Park en amical et dans la soirée, on annonce sur notre site la venue d’Hatem. La saison reprenait le 16 août et fallait donc faire ce meet & greet avant le redémarrage Premier League et comme Bruno prenait l’avion pour la France le 13 août, notre seule date possible était le mardi 12 août, à 18 heures.

Dans le même temps, Newcastle United avait confirmé la tenue de l’Open day le 12 août [entraînement exceptionnellement ouvert aux supps, à SJP, le seul de l’année, rencontre avec les joueurs, etc.]. Coïncidence totale, je t’assure. D’une part, on n’avait que le 12 comme date possible, et d’autre part, on a d’abord arrêté la date avant de savoir quand exactement l’Open day se tiendrait. De toute manière, comme l’Open day finissait à 14 heures, Bruno me dit : « Hatem peut et veut faire les deux, l’Open day et ton Meet & greet en soirée, pas de soucis, on viendra, Hatem y tient. »

Mais le lendemain, le lundi 11, problème. Le club dit à Hatem : « Tu as décidé de rencontrer des supps le jour même de l’Open day du club et faire ta propre séance décidace, OK. Mais inutile de te pointer à l’Open day du club alors. »

Ah ouais carrément, le club a refusé qu’il vienne à l’Open day alors ?

[Vénère]. Oui, carrément, ils ont refusé, sans plus d’explication. Les médias ont déduit que comme Hatem avait été exclu de l’Open day, il avait décidé, par représailles disons, d’organiser sa contre-attaque sous la forme d’une séance dédicace/autographes. Dingue. C’était juste une coïncidence niveau dates mais il était parfaitement disposé à participer à l’Open day bien sûr, il voulait faire les deux.

Comme je te l’ai dit, je n’étais pas sur Newcastle mais je sais qu’il s’est dit dans les médias qu’Hatem comptait plus ou moins vider son sac pendant ce meet & greet ici même.

Oui, il s’est raconté ça mais ce n’est pas du tout, du tout ce qu’on comptait faire. On avait bien précisé sur notre site Internet qu’Hatem venait chez nous rencontrer les supps, discuter avec eux, sans cérémonie. Jamais dans notre esprit ou le sien il s’agissait de régler des comptes ou créer des problèmes.

Cette rencontre avec les supps a finalement été annulée. Ça n’aurait pas été possible de la maintenir et expliquer à tous ce qu’il s’était passé ?

Non, car entre-temps un cirque médiatique s’était créé et le jour J, un tas de journalistes se seraient pointés ici pour poser des questions à Hatem sur Pardew par exemple, ce qui n’était bien sûr pas du tout l’objet de sa venue ici. Bref, ça aurait été le bordel. Donc, on a dû annuler et mis un bref message sur notre site pour expliquer. Ensuite, les médias ont raconté tout un tas de trucs plus ou moins fantaisistes.

C’est vrai que dans ce genre d’affaire l’approximation règne et la course aux clics prime, au final on ne s’embarrasse pas de vérifications, même parfois parmi les médias dits « de qualité » les plus connus (broadsheets, selon le terme anglais consacré), je l’ai souvent constaté en Angleterre. Surtout quand le joueur en question a un problème d’image (le cas de Ben Arfa en France), les médias se disent parfois que bah, tout passera de toute manière alors pourquoi « s’emmerder » à perdre du temps à vérifier !

Oui, c’est dingue. Les médias racontent parfois vraiment n’importe quoi dans ce genre d’histoire. Tout s’enchaîne à une vitesse folle et tu assistes impuissant à un emballement incontrôlable en te demandant d’où ils sortent tout ça.

Dans ce lien par exemple, le journaliste/pigiste/stagiaire écrit : « Hatem Ben Arfa a décidé de contre-attaquer […] le milieu international français a décidé d’organiser au même moment, dans une librairie toute proche des installations des Magpies, sa propre séance de dédicaces. » Alors que s’il avait vérifié rapidos sur le site du club (ici), il aurait vu que la séance de NUFC finissait à 14 h et non pas « au même moment » que celle du Back Page prévue pour 18 h, comme indiqué clairement sur votre site. Et donc que, ne serait-ce qu’au niveau timing, ça ne pouvait pas coller avec une soi-disante intention de nuire de la part d’Hatem Ben Arfa. Le problème est que ce site, pour ne prendre que celui-là, est très lu et largement repris. Sous cette brève, il y a par exemple 271 réactions, énorme pour un simple communiqué. Tout ça participe à l’instauration d’un climat particulier et fausse le débat à la longue. On cherche à faire le buzz coûte que coûte et au diable les faits quoi.

Oui, tout à fait, c’est un danger permanent. Dans notre affaire, un média comme Talksport par exemple [plus grosse radio sportive britannique] a brodé et raconté un peu n’importe quoi, qu’Hatem avait absolument cherché à faire sa propre séance dédicace, qu’il n’avait pas tenu ses engagements sur ce coup-là et laissé tomber, déçu les supps au final, etc.

Hatem t’a contacté depuis ?

Oui, 4 ou 5 fois. Il est même venu me voir ici le jour de l’annonce de son départ pour Hull City.

Evidemment, t’aurais préféré qu’il reste…

Bien sûr. Mais ce Pardew alors… [vénère]… Quand on pense que Pardew a prêté Mapou Yanga-Mbiwa à l’AS Rome ! Putain, Yanga-Mbiwa a récemment été élu « Défenseur du mois » en Italie ou Meilleur débutant en tout cas… L’autre soir, contre Man City, t’as vu hein, il a totalement muselé Aguero. Yanga-Mbiwa est un crack, l’AS Rome veut même le faire signer du coup, et Pardew, lui, il le prête ! C’est hallucinant.

Le problème est que beaucoup de vos joueurs ont été « Pardewed » comme disent vos supps [To be Pardewed = perdre ses qualités, devenir ordinaire, souvent à cause d’un mauvais positionnement ou d’une frilosité offensive], Pardew faisait par exemple jouer Yanga-Mbiwa arrière droit l’an dernier et la liste des mal-positionnés est longue…

Effectivement, elle est longue ! Quand on a payé 6m £ pour Yanga-Mbiwa, Pardew savait pourtant bien qu’il avait été Champion de France avec Montpellier en arrière central mais bon, va y comprendre quelque chose à Pardew…

On y reviendra sur Pardew et Mike Ashley plus tard mais changeons de sujet. Quels autres footballeurs ou sportifs connus viennent ou sont venus ici ?

Oh, beaucoup, des footballeurs de Newcastle United bien sûr, Bob Moncur est venu, quasiment toute l’équipe du sacre européen de 1969 en fait, Malcolm Macdonald est venu plein de fois, Alan Kennedy aussi [Magpie avant de devenir une Liverpool legend]. Parmi les plus récents, Philippe Albert venait souvent et vient toujours, on a eu Tino Asprilla, Shay Given… Dans l’équipe actuelle, Tim Krul est passé, Cheik Tioté aussi, pas mal de fois. Nile Ranger également… [sans ses flingues espérons]. Quelques commentateurs aussi, comme Martin Tyler [ex Sky].

Pour ce qui est des autres sports, parmi les plus connus on a eu Greg Rutherford, le Champion olympique 2012 du saut en longueur, on l’aide dans les recherches qu’il fait sur Jock Rutherford, son arrière grand-père qui a longtemps joué à Newcastle United et à Arsenal au début du siècle dernier. Egalement feu Alex Higgins, il venait à l’occasion [ancien champion du monde de snooker décédé en 2010 dans des conditions particulièrement tragiques, très connu au Royaume-Uni – en partie pour son lifestyle agité].

Quels événements organisez-vous au Back Page ?

Des lancements de livres, des dédidaces, des discussions, ce genre de chose. Ça permet à tous de rencontrer des gens intéressants et d’échanger. C’est ça aussi le Back Page.

Tu es également auteur d’ailleurs, n’est-ce pas ?

Oui, j’ai publié le livre Black & White Daft* sur la période NUFC 1979-1984. Il s’est correctement vendu, on en a écoulé 3 000 juste via Back Page et Amazon.

Je finis la suite actuellement, de 1984 à 1990, ça devrait sortir Noël prochain en principe. Le livre s’achèvera sur cette terrible demi-finale des play-offs (pour la montée en D1) contre Sunderland en mai 1990 [nda : match A/R mémorable, Sunderland l’emporta 2-0 à SJP au retour, les supps Mags n’apprécièrent pas et envahirent le terrain dans l’espoir de faire abandonner le match. Bande de mauvais joueurs. Peine perdue évidemment. Deux ans plus tard, l’arrivée de Kevin Keegan (manager) et, surtout, des moyens du duo John Hall-Freddy Shepherd, propulsera Newcastle United dans une dimension bien supérieure].

J’ai aussi dirigé le fanzine éponyme pendant quelques années mais on l’a arrêté début 2013**, pour se concentrer sur la boutique et le reste, car c’est très prenant.

[* bouquin intéressant qui contient beaucoup de coupures d’époque de la presse – sur la violence, le racisme, etc. –, de témoignages de supporters et de quelques historiens de club sur cette période sombre du football britannique. ** Bien malheureusement car B&WD était excellent].

Parlons de Newcastle et de la perception qu’ont ses fans de supporter « un grand club ». Une fois, t’as voulu m’impressionner en me disant que le maillot 1995-96 de NUFC [ci-dessous, ère des entertainers de Kevin Keegan] était le plus vendu au monde à l’époque.

Je t’avoue que j’ai toujours franchement du mal à y croire. T’as des preuves, des chiffres ?

Des preuves concrètes, des chiffres, non, mais c’est un fait : ce maillot était le plus vendu au monde à l’époque. Contacte Adidas si tu ne me crois pas. Je ne sais plus où j’ai lu ça mais c’est la stricte vérité.

[J’insiste car tout ça me paraît hautement suspect].

Ecoute, Adidas vendait même plus le maillot NUFC que celui de la Mannschaft à l’époque !

[Je deviens extrêmement sceptique, encore plus qu’en entendant Blair s’ériger en grand thuriféraire des valeurs de gauche ou Cameron nous parler d’égalité des chances… Je ne peux m’empêcher de lâcher un pouffement].

Cette équipe des Entertainers était certes superbe et a d’ailleurs bien failli remporter le titre mais de là à être aussi populaire mondialement, hmm. Je vivais dans le Yorkshire à l’époque et j’ai bien cette période en tête même si je ne suivais pas trop les clubs du North-East. [Je décide de faire dans la brachycérophilie] En fait, les gens aimaient surtout Keegan, Ginola, Asprilla et [Les] Ferdinand, plus que Newcastle United en tant que club…

Mais je t’assure que c’est vrai. Ça peut paraître dingue mais c’est la pure vérité. Tu sais, Newcastle United était le second club de tous les supporters du pays, à part bien sûr ceux de Man United [qui jouait le titre] et Sunderland. Honnêtement, je t’assure, Newcastle etait massive, à l’époque, en Angleterre tout le monde adorait Newcastle et portait la tunique noire et blanche, c’est un FAIT !

[Une vive discussion s’ensuit, sur ce dévastateur syndrome du massive club dont certains supps sont gravement atteints, phénomène fréquemment appelé « delusions of grandeur » en anglais. Putain, j’ai même dû endurer des supps de Middlesbrough l’autre jour me répéter que leur club était « massive ». C’est vrai qu’avec Hartlepool et Darlington comme voisins, je comprends que le sens des réalités des Smoggies soit totalement flingué].

Dans ton livre [sorti en 2009], qui traite de la période Newcastle 1979-84, tu écris ou quelqu’un d’autre écrit je ne sais plus [le livre contient beaucoup de témoignages de supps] : « Newcastle était alors l’un des clubs les plus connus et majeurs de l’époque. » Vu que vous étiez en D2 pendant toute cette période-là, vous n’avez pas l’impression de vous big up un chouia, non ?

Mais non, c’est un fait : Newcastle est l’un des plus grands clubs anglais de ces 120 dernières années en terme d’affluence et de fanbase au niveau international.

[Je fais une moue dubitative]

En Angleterre, surtout dans le Nord, dans des villes moyennes où il n’y a pas de club pro, le maillot le plus porté est celui de NUFC. Tiens, par exemple, avec ma famille on va souvent à Scarborough [station balnéaire de 50 000 habitants du Yorkshire, sans club pro depuis 15 ans] et ben je t’assure que le maillot de Newcastle United est celui qu’on voit le plus.

Je connais ce coin-là et j’ai pas remarqué que vous y étiez si populaire mais bon. [Je contre-attaque] Le fait est que vers 1989-92, avant l’argent de J. Hall & F. Shepherd, vous étiez vraiment un petit club, 20è de D2 en 1992, les gens l’ont oublié ça. Vous faisiez parfois à peine 6 000  spectateurs à SJP, comme contre Oldham en septembre 1989. 6 000, ça fait léger pour un « gros club » !

[Il me reprend de volée] Mais où t’as trouvé des chiffres pareils ?!!! 6 000 spectateurs en championnat, t’as lu ça où ?

Sur la fiche Wikipedia de votre saison 1989-90 (celle-ci), en D2 donc. Il est marqué que vous aviez fait 6 167 spectateurs à domicile contre Oldham. [Avec un peu de mauvaise foi, j’omets de préciser que c’était en Coupe de la Ligue, espérant qu’il ne relèvera pas mais Mick connaît TOUTES les affluences du club depuis des décennies]

[Vénère] Et ben c’est une connerie, ce n’était absolument pas en championnat et en plus SJP était en travaux à cette époque, j’étais à ce match d’ailleurs [Il assiste à tous les matchs à domicile depuis 32 ans]. Tiens, suis moi…

[Il m’emmène dans un bureau, bourré de docu sur Newcastle et me retrouve instantanément tous les programmes des matchs de NUFC pour la saison en question, programmes qu’il a en plusieurs exemplaires. Effectivement, c’est archi faux, leur plus petite affluence en championnat cette saison-là était d’environ 15 000. Mon bluff grossier a lamentablement foiré. Mick savoure son moment…]

[Touché mais pas out, je remets une cartouche] Ouais, enfin bon, vous étiez en D2 quoi, alors ces histoires de « grand club », je veux bien mais ça ne tient pas la route. Votre dernier trophée remonte à 1969 et votre dernier titre de champion d’Angleterre à 1927 !

Je vais te raconter un truc. On a des clients qui, quand ils vont en vacances au Portugal, en Espagne, à Ibiza, Majorque, Tenerife ou ailleurs, s’asseyent à la terrasse d’un bar par exemple et s’amusent à compter le nombre de maillots de clubs non espagnols qu’ils voient. Ben, beaucoup me disent que celui de Newcastle, toutes saisons confondues, est le plus porté.

Ils boivent quoi tes clients Mick ? Et avec ce soleil qui tape fort, ça arrange pas… Me dis pas que le maillot de Newcastle est plus porté à l’étranger que celui que de Man United, Liverpool ou Arsenal.

Si je te jure, tu feras l’expérience si tu veux, je te baratine pas. Peut-être que ces dernières années on a un peu baissé en popularité, mais on a toujours eu un énorme soutien à l’étranger et un gros rayonnement international.

Domestiquement, on a toujours été dans le top 3 en moyenne. Dès le début des années 1900, on avait parmi les plus grosses affluences. Je vais te dire, avant le crash de Munich 1958, on faisait plus que Man United, FACT ! De la création de la Football League (1888) au crash de Munich, Le grand Man United ne nous a battu que 13 saisons sur les affluences moyennes, 13 saisons seulement, sur environ 60.

Ecoute-moi bien, en 1946-47 et 1947-48, on était en D2 et malgré ça on avait les affluences les plus élevées de toute la Football League [qui incluait alors la D1], respectivement 49 379 et 56 839 de moyenne par saison, devant Man United et compagnie. FACT ! Et on était en D2 !!!

[Ma moue est telle que j’en ai des crampes aux muscles faciaux. Il me sort un livre – Through the turnstiles – bourrés de stats et tableaux comparatifs avec les autres clubs. Effectivement, il semble avoir raison. Ou alors il a fait imprimer une fausse version du bouquin rien que pour faire chier les visiteurs Black Cats. Je lui dis que je vérifierai tout ça dans ma doc personnelle mais j’accuse le coup et réponds que je note simplement qu’ils étaient en D2, comme souvent au cours de leur négligeable existence].

Félicitations en tout cas pour ta vitrine « Produits dérivés de club » Mick, tu as un beau p’tit coin Sunderland [2è en bas en partant de la gauche sur la photo, cliquez pour mieux admirer]. Mais t’aurais pu le mettre un peu plus haut hein, pourquoi il est au ras du sol comme ça ?

Et bien, s’il est au ras du sol, c’est que…

Question Concours cadeau : selon vous, comment Mick va-t-il expliquer l’emplacement ras du sol choisi pour le coin Sunderland ?

Kevin Quigagne.

A suivre.

19 commentaires

  1. Tramb dit :

    c’est que leurs supporters sont tous des nains et qu’ils mesurent 60 centimètres. (bon l’autre option était qu’ils ont été tabassés à l’entrée et/ou ivres mort et qu’ils rentrent dans la boutique en rampant mais c’est moins crédible hein)

  2. Lucho Gonzealaise dit :

    Les supporteurs de Sunderland sont tellement bas du front que la hauteur leur convient bien ? Trop habitué à descendre, ils regardent toujours vers le bas ? Ou alors il y aurait un passé minier à Sunderland qui fait que les locaux sont habitués à descendre à la mine, là tête six pieds sous terre ? (Je connais pas Sunderland, c’est vraiment du pifomètre).

  3. julien dit :

    Bonjour,

    C’est parce que Sunderland est toujours plus bas que Newcastle dans le classement (mauvaise foi) et qu’ils doivent toujours regarder vers le haut pour voir Newcastle.

  4. Dageek dit :

    C’est parce que cela oblige leur supporters a se pencher, ainsi on peut leur donner un grand coup de pompe dans le cul

  5. Jérémie dit :

    C’est que nous n’avons pas beaucoup de supp de Sunderland qui passent et on ne veut pas choquer nos supp de Newcastle
    Ou alors
    C’est qu’à coté de Fulham, ca ne choque pas….

  6. Hatim dit :

    Les seuls fans de Sunderland qui visitent son magasin sont de petites tailles (des enfants ou des nains)

  7. Benoît dit :

    C’est parce que les supporters de Sunderland ont tellement honte d’entrer au Back Page (temple du NUFC) qu’il baissent tous la tête.

  8. MC Fetz dit :

    Juste par rapport au nom. sUNDERland.

    J’ai bon ?

  9. Benyahia dit :

    C’est parce que Sunderland reste et restera toujours + bas que les Magpies, ou peut être le fait de devoir se pencher pour pouvoir leur botter les fesses…

    Toujours aussi tordu les concours xD

  10. Antipop dit :

    “C’est parce qu’on autorise les animaux dans notre boutique, et à cet endroit les clebards peuvent pisser dessus.”

  11. alfadir dit :

    J’avais une version un peu plus hard que celle de Dageek, mais la pudeur m’interdit de la révéler ici.

    Alors disons que c’est pour se délecter des supporters Black Cats contraints de ramper au sol pour apercevoir la vitrine (surtout le fond. Et accessoirement leur écraser la main ou les parties ni vu ni connu.

    Mais bon, Mick m’a l’air d’un chic type, j’espère que ces pratiques douteuses n’ont pas cours dans sa boutique !

  12. Three lions dit :

    Et bien, s’il est au ras du sol, c’est que… c’est le seul moyen pour Sunderland faire circuler le ballon au sol !

  13. alfadir dit :

    Ou alors c’est pour fuir la honte de s’en faire coller huit le weekend précédent…

  14. Julien dit :

    C’était en tous cas prémonitoire quant à leur niveau de ce week-end 🙂

  15. Brice dit :

    Ils l’ont mis en bas car malgré l’adage “du chat qui retombe sur ses pattes” les Blacks Cats sont les seuls chats à avoir le vertige car ils ne sont pas habitués aux hauteurs de classement!

    Ou alors, le coin Sunderland est au ras du sol car il y a eu débat! Au début, le coin Sunderland était prévu à la cave!!

  16. BaillyFC dit :

    Éviter que les supps de NUFC partent de son bookshop en voyant des produits de Sunderland.

    Toujours un énorme plaisir de lire TK ,merci a jamais !

  17. Troglodyt dit :

    Pour limiter la valeur sentimentale des pertes commerciales en cas d’inondation ?

    Par exemple suite au raz-de-marée provoqué par le jet de Pardew dans la Tyne.

  18. iPee dit :

    c’est que tout est rangé par ordre alphabétique et c’est donc le hasard. Un hasard bien arrangeant.

Répondre