La saison 2012-2013 de Premier League terminée, TK dégaine son bilan club par club.

Rédaction légère assurée par le quatuor Teenage Kicks suivant :

  • Didier Féco (QPR, Reading, Stoke, Swansea, West Ham)
  • Kevin Quigagne (Aston Villa, Norwich, Newcastle, Sunderland, Tottenham, WBA)
  • Matthew Dymore (Everton, Fulham, Man City, Man United, Wigan)
  • Pan Bagnat (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Southampton).

Arsenal (4è, 73 points, G-A +35 / 72 buts pour / 37 contre)

Résumé de la saison
Saison habituelle des Gunners, assurant généralement contre les petits et encaissant défaite sur défaite contre les gros. Après une première moitié de saison assez catastrophique (Arsenal pointait à la 10e place après la 15e journée, à déjà quinze points du leader), les hommes de Wenger se sont bien rattrapés en décembre et après la non-trêve, terminant grâce à une série de dix matchs sans défaite - dont huit victoires, à une quatrième place bien plus conforme aux ambitions du club. Mais bon, encore une saison sans trophée, ça commence à faire beaucoup.

Satisfactions/Déceptions/Objectifs
Au rayon satisfactions, le quatuor offensif des Gunners a plutôt bien réussi sa saison : Giroud et Podolski terminent à 11 buts, Walcott à 14 et Cazorla – mention spéciale à la meilleure recrue de la saison – à 12. Arrivé au mercato hivernal pour renforcer un secteur défensif bien faible à gauche, Monreal a bien tiré son épingle du jeu, on espère le voir plus souvent l’année prochaine. Sinon, on attend toujours que Wilshere, Ramsey et Oxlade-Chamberlain explosent réellement.

Du côté des déceptions, et malgré un Koscielny solide dans l’ensemble, la défense a sombré, Mertesacker n’étant précieux que sur les phases arrêtées, tandis que Sagna et Gibbs ont évolué très loin du niveau qu’on leur connaît. La décence nous interdit de parler d’André Santos.

L’objectif la saison prochaine sera, encore et toujours, de remporter un titre tout en continuant à se qualifier pour la Champions’ League. On attend également beaucoup de l’éclosion de plusieurs jeunes (Coquelin, Miquel, Frimpong) qui pourrait devenir des alternatives crédibles à certains cadres en méforme.

L’homme invisible
Comme d’habitude, on a encore trop peu vu Rosicky, blessé à l’Euro et de retour en fin d’année 2012.
Sinon, vous saviez que Squillaci joue encore à Arsenal ?

Highlights
La victoire 5-2 face au rival Tottenham est sans conteste l’une des plus belles satisfactions pour les fans, malgré le fait qu’elle soit intervenue au milieu d’un mois de novembre catastrophique pour les Gunners. Et bien sûr la fin de saison sur un rythme effréné, 12 victoires sur les 16 derniers matchs pour trois nuls et une seule défaite (contre… Tottenham), et une troisième place qui leur échappe pour un but et quelques minutes.

Lowlights
Les éliminations des coupes, d’abord en quarts de la League Cup contre Bradford (D4), aux tirs au buts, puis celle, tout aussi surprenante, à domicile contre Blackburn (D2) en huitièmes de la Cup.
De manière plus pragmatique, il faut souligner le relatif manque d’efficacité devant, qui a empêché l’équipe la plus flamboyante d’être aussi la plus forte.

Le manager
L’Alsacien (je pense qu’il n’est plus la peine de le présenter) affiche une nouvelle fois une saison blanche, et est, depuis peu, ouvertement critiqué par les supporters, jugeant que la politique de jeunesse prônée par Wenger ne porte pas ses fruits.

Billet le moins / plus cher 26 / 126£

Abonnements le moins / plus cher 985 / 1955£

Photo de la saison

On a dépassé les huit ans sans titre pour Arsenal. Et vous pouvez du coup deviner quand a été pris ce screenshot.

On a dépassé les huit ans sans titre pour Arsenal. Et vous pouvez du coup deviner quand a été pris ce screenshot.

Aston Villa (15è, 41 points, G-A - 22 / 47 buts pour / 69 contre)

Résumé de la saison
Cela devait être une saison de transition, faisant suite à une saison de merde (signée Alex McLeish). Au final, ce fut une saison transitoire assez merdique mais placée sous le signe prometteur de la jeunesse, ça aurait au moins fait plaisir à LSD. Villa a flirté avec la relégation du début à la fin. N’a cependant guère été épargné par les blessures, deuxième club le plus esquinté de la Allo Maman Bobo League (derrière Newcastle).

Satisfactions/Déceptions/Objectifs
Rayon satisfactions, le Belge Christian Benteke, seulement 22 ans et auteur d’une superbe saison, 19 buts (4è au classement des buteurs), logiquement élu Aston Villa Player of the Year. Avec 23 pions en 39 matchs, il est le premier Villan à atteindre 20 buts depuis Juan-Pablo Ángel en 2003-04. A planté 40 % des buts Villans en championnat. Le gardien Brad Guzan, libéré par Villa à l’intersaison 2012 (!), a largement justifié la décision du manager d’écarter Shay Given.
Plusieurs jeunes se sont distingués. L’Autrichien Andreas Weimann, 21 ans (ailier gauche, parfois attaquant de soutien – 7 buts PL, 12 en tout/38 matchs), les milieux Ashley Westwood et Fabian Delph, tous deux 23 ans (ce dernier, après pas mal de blessures, éclate enfin au plus haut niveau depuis son transfert à 6M £) ; ainsi que le latéral droit Matthew Lowton, 23 ans, transfuge de Sheffield United en D3 (a inscrit deux superbes buts).
Côté déceptions, Charles N’Zogbia (21 apparitions PL, 2 buts, utilisé comme « remplaçant d’impact ») s’enfonce dans l’anonymat, même s’il faut souligner son indisponibilité de trois mois pour blessures. Gabby Agbonlahor – lui aussi blessé on/off – continue à frustrer, capable du meilleur comme du pire (a toutefois fini la saison en boulet de canon). Pour Stephen Ireland, voir plus bas.
L’objectif principal du club à l’intersaison sera de garder Benteke ainsi que leurs meilleurs jeunes et renforcer la défense (surtout latéral gauche et arrière central), 69 buts encaissés est lourd. Il faudra également acquérir un ou deux joueurs expérimentés au milieu (au moins pour remplacer Stiliyan Petrov) et solidifier le mental de cette jeune équipe. AV a d’ailleurs battu des records de précocité cette saison, 24 ans de moyenne d’âge avec quelques XI alignés à moins de 23 ans, notamment contre Stoke et Wigan en décembre. La jeunesse pourrait s’avérer être un atout majeur pour le club de Birmingham : outre les bonnes performances des jeunes de l’équipe première, Villa a remporté la NextGen Series, la Ligue des Champions des U19 (victoire sur Chelsea en finale).
Il faudra aussi faire davantage vibrer son public l’an prochain : seulement cinq victoires à domicile cette saison.

L’homme invisible
Plusieurs grosses pointures ont joué l’Arlésienne. Shay Given, 37 ans, titulaire l’an dernier, a été écarté au profit de l’Américain Brad Guzan. Darren Bent, en froid avec le manager (et en concurrence avec Benteke) a surtout ciré le banc. Stephen Ireland a quant à lui été mis en cave. L’Irlandais, un encavé payé 4M £/an, n’a joué que 782 minutes. N’a pas raté une seconde du concert mancunien de Justin Bieber par contre.

Highlights
Deux fulgurances dans la médiocrité : la victoire 3-1 contre contre Liverpool à Noël et le magistral 6-1 à domicile contre Sunderland le 29 avril.

Lowlights
Avec une saison pareille, on a l’embarras du choix. Parmi les bonnes tonkings (raclées), celle reçue par Chelsea à Noël (8-0) restera dans les annales. De même que la défaite sans coup férir (3-1) en demi-finale aller de League Cup contre Bradford, D4. Noël fut peu festif : 1 point de pris sur 4 matchs, 17 buts contre, 2 pour.

Le manager
Paul Lambert, arrivé l’été dernier. Prône un jeu au sol et offensif. Bilan mitigé disent certains, honorable rétorquent d’autres (compte tenu du contexte). Parfois forcé d’aligner les jeunes à cause des blessures et mesures d’austérité financière décrétées par le club (baisse de la masse salariale d’environ 10 %).

Billet le moins / plus cher 20 / 45 £

Abonnements le moins / plus cher 325 / 595 £

Photo de la saison

Stephen Ireland en plein entraînement.

Stephen Ireland en plein entraînement.

Chelsea (3è, 75 points, G-A +36 / 75 buts pour / 39 contre)

Résumé de la saison
Chelsea a entamé sa saison de manière tonitruante, avec seulement un nul pour sept victoires jusqu’à fin octobre, ce qui lui a permis de se positionner comme un sérieux candidat au titre, et d’être en tête du championnat jusqu’à la 9e journée. Les semaines suivantes ont été beaucoup plus délicates pour les Blues : seulement quatre points en sept matchs, aucune victoire et des défaites surprenantes, à West Bromwich et à West Ham notamment.
La défaite contre WBA a d’ailleurs été fatale à Di Matteo, licencié sans ménagement malgré le soutien des fans.
Durant le reste de la saison, Rafa Benitez a mené son équipe à des coups d’éclat (victoires 8-0 contre Villa, victoires également contre Arsenal et à Manchester United), mais il n’a pas réussi à insuffler à son équipe un rythme assez soutenu pour concurrencer les deux Manchester, que Chelsea a regardé de très loin se bagarrer pour le titre.
Bon, Chelsea a quand même gagné un titre en Europa League, la saison était loin d’être désastreuse.

Satisfactions/Déceptions/Objectifs
On ne peut parler de Chelsea sans évoquer Frank Lampard. Le milieu de terrain a, avec ses 14 buts, dépassé Bobby Tambling et est devenu le meilleur buteur de l’histoire du club (203 buts). L’ensemble de l’équipe a d’ailleurs réalisé de belles choses, de l’adaptation fantastique d’Eden Hazard à Londres au rôle prépondérant que joue désormais Mata au sein de l’attaque des Blues (les deux joueurs ont d’ailleurs été nommés dans l’Equipe Type de l’année), en passant par les performances ô combien précieuses de Ramires au milieu ou l’explosion d’Oscar. En défense, si Cahill a été discret et si Ashley Cole s’est tapé des jumelles (les mêmes que Patrice Evra), David Luiz s’est distingué par sa solidité et ses coups-francs lumineux, et Ivanovic a encore une fois été décisif défensivement et offensivement.
Du coup, peu de déceptions dans l’effectif, si ce n’est celle de la légende John Terry. Entre sa suspension pour propos racistes envers Anton Ferdinand et ses frasques dans et hors du vestiaire, le désormais ex-capitaine des Blues n’est apparu que 11 fois sur la pelouse en Premier League, dont huit titularisations seulement.
L’année prochaine, Chelsea tentera encore une fois de se mêler à la course au titre, en misant sur ses individualités, mais aussi sur un collectif en net progrès.

L’homme invisible
On a très peu vu l’ex-super sub de Liverpool, Yossi Benayoun (aucune titularisation pour trois entrées en jeu en PL), et on n’a pas vu du tout Florent Malouda, qui s’est entraîné toute la saison avec les jeunes du club, après ses vélléités de départ avortées par ses demandes salariales exorbitantes (on le comprend, toucher 80 000 £ par semaine pour glandouiller, ça fait rêver).

Highlights
Hormis la victoire en Europa League, la déculottée infligée à Aston Villa (8-0) à deux jours de Noël a marqué les esprits. Un match plein et une révélation : Lucas Piazon, prêté par la suite à Malaga, mais qui pourrait faire son trou la saison prochaine dans l’effectif des Blues.

Lowlights
Parmi les sept défaites en championnat, on retiendra surtout celle concédée à domicile contre QPR (seulement la deuxième victoire de la saison pour les Hoops), 0-1, pour fêter la nouvelle année 2013. Une fête pas top, donc.

Le manager
Roberto Matteo, adulé ar le public mais par par Abramovitch a laissé sa place en novembre à Rafa Benitez (l’inverse). Les résultats n’ont pas été franchement meilleurs, mais Benitez a ramené un titre, là où Di Matteo avait perdu le Community Shield et la Supercoupe d’Europe. Cela dit, Benitez a perdu la finale de la Coupe du Monde des Clubs.
Heureusement, José Mourinho devrait arriver et tout gagner.

Billet le moins / plus cher 41 / 87 £

Abonnements le moins / plus cher 595 / 1250 £

Photo de la saison

Comment bien accueillir un nouvel entraîneur, leçon 1.

Comment bien accueillir un nouvel entraîneur, leçon 1.

Everton (6è, 63 points, G-A +15 / 55 buts pour / 40 contre)

Résumé de la saison
Abonné aux débuts de saison paresseux, Everton a commencé cet exercice en signant deux victoires d’éclat, contre MU puis à Aston Villa. Prometteur, tant dans le jeu que dans les résultats. Mais si les Toffees ont peu perdu, ils ont concédé énormément de matchs nuls (presque autant que Bordeaux, c’est dire). Toujours dans le coup à Noël, ils ont commencé à ressentir les effets de la dinde en janvier, et février leur a été fatal. Ils terminent sixième, une place qu’ils occupaient depuis début février. Sans doute la place qui correspond à leur effectif.

Satisfactions/Déceptions/Objectifs
Derrière, Leighton Baines fut monstrueux tout au long de la saison, et le prix demandé l’été dernier (15M£) ne fera sans doute pas fuir les intéressés une deuxième fois. Sylvain Distin fait partie de ces hommes qu’on oublie de citer dans les bilans mais qui y ont pourtant toute leur place, eu égard à son importance dans le schéma défensif des Toffees. Son compère du centre, Seamus Coleman, est son digne successeur.
Devant, Kevin Mirallas, Steven Pienaar et, surtout, Marouane Fellaini ont excellé, ce dernier produisant sa meilleure saison depuis son arrivée (meilleur buteur, onze buts, et co-meilleur passeur, cinq passes).
Devant, toujours, il manque un buteur, un vrai. Anichebe (6 buts) et Jelavic (7 buts) sont de bons joueurs, mais limités. Il manque également un banc, sur lequel hormis Naismith, on ne compte pas beaucoup de joueurs remarquables.
Difficile de tirer des plans sur la comète à propos de la saison prochaine, les choix sur celle-ci dépendant en grande partie du futur manager. Mais s’ils parviennent à garder leurs meilleurs éléments (pas simple) et qu’ils recrutent intelligemment devant, gageons que Goodison Park luttera pour la C1 en 2014.

L’homme invisible
Pas (encore) parvenu à se rendre utile aux yeux de Moyes, Magaye Gueye est parti à Brest à la toute fin janvier pour remplacer Ben Basat. Il a joué sept matchs et n’a marqué aucun but. Faut dire qu’il était barré par Benschop. Cela dit, il est encore jeune.

Highlights
Un superbe premier mois de compétition, un très beau mois de mars (trois victoires en trois matchs) et une sixième place. Juste devant Liverpool, pour la deuxième année consécutive. Une première. Ca pourrait suffire à leur bonheur.

Lowlights
La défaite à domicile (sèche et cruelle) contre Wigan en quart de finale d’une FA Cup dont la finale était à leur portée. Une palanquée de matchs nuls qui crée du surplace et fait de cette cinquième place une limite décidément infranchissable.

Le manager
Quid du successeur de David Moyes ? On parle ardemment de Roberto Martinez. En dépit des spéculations, le train Toffee est sur d’excellentes bases, et le nouveau manager n’aura aucun mal à le prendre en route.

Billet le moins / plus cher 31 / 43 £

Abonnements le moins / plus cher 399 / 672 £

Photo de la saison

David Moyes a beau être un entraîneur respecté, il n'en est pas moins rouquin.

David Moyes a beau être un entraîneur respecté, il n'en est pas moins rouquin.

David Moyes en 2002, lors de son arrivée à Everton, à qui il a amené consistance et régularité au sein de la première partie de tableau du championnat. Sur les sept dernières saisons (inclus celle-ci), Everton n’a jamais terminé en-deçà de la huitième place.

À suivre…

14 commentaires

  1. George T. Newman dit :

    C’est marrant, on a tous les même ressenti vis-à-vis de la défense d’Arsenal: pas rassurante voire fébrile. Pourtant c’est la deuxième meilleure du championnat… Les impressions sont parfois trompeuses.

  2. kikibrestois dit :

    Magaye gueye c’est pas mal du tout mais il a la condition physique d’un U 15.

  3. Lili Bazooka dit :

    Un grand merci pour votre site, très très complet sur le sujet…et aussi pour la référence lysergique du présent article.

  4. Artd dit :

    Article bien sympathique, comme bien souvent sur TK.

    Juste une petite remarque, le lien vers l’équipe type de la PFA dans le paragraphe sur Chelsea est erroné.

  5. Pan B. dit :

    @George : C’est pas parce qu’une défense encaisse peu de buts qu’elle est rassurante. En tous cas, mon impression cette année, c’est que la défense est clairement le point faible d’Arsenal, même si les chiffres tendent à prouver l’inverse. Après, on n’analyse pas la défense d’Arsenal et celle de Reading de la même manière, les impressions se font aussi (et surtout) d’après la valeur et le niveau supposés des joueurs, et la fébrilité de la défense des Gunners est relative, mais réelle par rapport à ce qu’on est en droit d’attendre d’un club comme celui-ci.
    Je sais pas si c’est bien clair, j’ai l’impression de m’être perdu.

    @kiki : Pour ma part, j’ai très peu vu jouer Brest cette année (faut pas déconner non plus, même un match de FIFA contre un manchot est plus intéressant), mais espérons que Gueye arrive à s’aguerrir l’année prochaine, si possible grâce à un prêt en Championship, je le vois encore beaucoup trop tendre pour la PL.

    @Lili : Merci à toi de m’avoir appris un nouveau mot, je le replacerai.

    @Artd : C’est corrigé, j’avais oublié le “http://”, du coup ça marchait pas.

    Merci à tous de suivre notre blog (oui, même toi au fond, là), ça nous fait un énorme plaisir.

    Poutous à tous.

  6. denis dit :

    +1, bravo pour cet article et votre site…

  7. Badge spotter dit :

    Désolé pour le rédacteur d’Everton mais leur écusson vient de changer (la devise en latin a notamment disparu) :

    http://bit.ly/12Vqow5

    Les supporters Toffees protestent : http://bbc.in/1153hiA

  8. La baie des champs dit :

    Bel article concis qui permet de mettre en relief la saison de chaque équipe.
    Pour Arsenal, dans les déceptions ou homme invisible (ou homme de verre surtout), on pourrait rajouter Abou Diaby qui fera bientôt de la pub pour les monte-escaliers électriques.

  9. Pan B. dit :

    @Badge Spotter : Zut, on avait raté ça, merci de nous l’avoir fait remonter. Cependant, comme on est assez contre tout ce qui est changement, on va laisser l’ancien blason.

    @La baie : On s’en rend pas compte, mais Diaby a joué presque trois fois plus de matchs que la saison dernière (11 contre 4). Une saison presque pleine donc.

  10. George T. Newman dit :

    @Pan B: Oui je suis d’accord avec toi, je soulignais justement ce paradoxe. De la même façon, je pensais qu’Arsenal avait une attaque faiblarde cette année (pas tellement en fait). C’est une équipe difficile à juger je trouve, ça joue pas trop mal mais on ne les sent jamais très forts, et à la fin de la saison je suis toujours surpris de les voir s’en sortir.

  11. SiperCardozo dit :

    Encore une saison blanche pour Arsenal mais il faut être indulgent car leurs resultats concordent en tout points avec leur politique économique/recrutement… Quand tu espères bâtir une équipe compétitive à base de jeunes joueurs talentueux et que vous vendez ces derniers (raisons salariales surtout) une fois qu’ils atteignent leur pic (Nasri, Fabregas, Clichy, RVP, Touré ..) il est difficile de gagner le championnat contre les deux Manchester et Chelsea qui niveau salaires ont de quoi avoir des top players à chaque poste… Difficile pour la bande a Arsene de faire mieux que 4ème après les coupes c’est une autre histoire… L’objectif reste la qualif en C1…

  12. NottsGooner dit :

    Merci pour votre article (et tous les precedents!).
    Assez d’accord sur Arsenal. On ne voit pas vraiment les choses evoluer l’annee prochaine. La strategie de tout miser sur l’application du FFP semble de moins en moins judicieuse vu le type de contrat sponsoring “de complaisance” qui sont en train de voir le jour (a moins que ca ne soit qu’une facade pour justifier le fait de ne pas etre competitif du cote transfer et salaire!).
    Le club semble etre maintenant dans un cercle vicieux ou le manque de trophees et surtout la politique salariale ne permet pas d’attirer le calibre de joueur necessaires pour ameliorer l’equipe.
    Enfin, tant que les supporters sont pret a cracher au bassinet, je ne crois pas que ca pose beaucoup de problem e a Kroenke (comme quoi la mediocrite sa peut payer!).

  13. Julien dit :

    Quelques erreurs dans votre post
    -Arsenal:Ayant vu la totalité des matchs d’Arsenal cette saison la plus grosse déception reste sans doute Vermaelen ,le belge promus capitaine cette saison aura montré qu’il n’avait pas les épaules pour porter le brassard en multipliant les erreurs en début de saison et en perdant sa place dans le 11 type des Gunners,Gibbs a fait la meilleur saison de sa carrière(certes il reste toujours irrégulier) mais il a conservé sa place en fin de saison malgré l’arrivé de Monreal. On peut rajouter que Gervinho a encore déçu cette année.De plus vous dites que l’on a peu vu Rosicky,c’est normal il a été blessé jusqu’au début de l’année 2013 mais lors de son retour il a repris son poste de numéro 10 avec succés au sein de l’équipe et a même permis de gagner des points précieux( son doublé contre West B). Enfin je ne comprends pas la critique sur Mertesacker ,il est certainement le Gunners le plus régulier de la saison avec Cazorla et Arteta et ce n’est pas pour rien si il n’ pas perdu sa place de titulaire acquise en début de saison.

  14. Julien dit :

    Concernant Everton: Il est vrai que Coleman est très bon mais le problème est qu’il n’est pas défenseur central mais arrière droit ,le compère de Distin est l’excellent Jagielka désormais titulaire en sélection nationale et auteur d’une très grosse saison.

    Pour terminer je tiens à souligner votre bon travail et l’excellent travail de Kevin Quigagne(ses articles sont les meilleurs)

Répondre