“- Dis donc, David De Gea, il a encore fait un sacré match contre Madrid le mois dernier.

- Ouais, dans la lignée de ses performances en championnat. Il a de gros progrès à faire dans le secteur aérien, mais c’est un monstre sur sa ligne.

- C’est le meilleur gardien de Premier League ou pas ?

- Il est dans le Top 3, oui.

- Avec qui ? Pas des anglais, j’imagine (sourire ironique de mon interlocuteur).

- Détrompe-toi, les gardiens anglais sont vraiment au niveau.

- (rires forcés)

- Non, je t’assure. La génération David Seaman, David James, Paul Robinson, c’est terminé.

- C’est ça, oui. Et Robert Green, Ben Foster, ils sont en retraite ?

- Joe Hart, ça te dit quelque chose ?

- Le type qu’a relâché un ballon et coûté trois points contre Southampton il y a trois semaines ?

- Oh, t’es franchement de mauvaise foi, là. Je vais te prouver le contraire.

- J’attends ça de pied ferme. Tu veux une bière “

Ainsi a démarré ma tentative de réhabilitation footballistique auprès de mon ami. Dans mon esprit, il s’agissait de lui prouver que 1) la réputation des gardiens de Premier League était obsolète et que 2) les anglais, tout particulièrement, avaient repris du poil de la bête.

Je commençai par regarder la liste des gardiens de Premier League, en les liant chacun à un bel arrêt ou une grosse parade qu’ils avaient récemment réalisés. J’y parvins assez facilement, y compris pour les gardiens d’équipes relégables ou en danger. Je crus bon de m’en enorgueillir. C’est au moment où je m’apprêtais à fermer l’onglet de mon navigateur que je remarquai les trois lettres majuscules écrites entre parenthèses à côté des noms : BRE, AUS, ESP, FIN, etc. Il n’y avait que trois ANG : Joe Hart, John Ruddy, Ben Foster.

Seulement trois gardiens anglais titulaires sur les vingt clubs de Premier League ? J’entrepris des recherches dans ce sens (cliquez sur les images).

* Nous avons péremptoirement décidé d’intégrer dans ces camemberts les gardiens de but ayant accompli la majorité des matchs de leur équipe. Exception faite de Southampton, où trois hommes ont joué sensiblement le même nombre de minutes. Puisqu’il semble être le gardien titulaire de Mauricio Pochettino, Boruc a ici été choisi.

Historiquement, l’Angleterre n’est pas un très grand pourvoyeur de gardiens ; il n’est donc pas très étonnant de retrouver aussi peu de locaux en Premier League. Reste à évaluer leurs compétences. L’actualité nous aide, car Robert Green a été excellent ce week-end contre Southampton, et l’on parle de Ben Foster pour réintégrer l’équipe d’Angleterre. Green est capable de coups d’éclat, mais brille essentiellement par son irrégularité (n’importe quel supporter des Three Lions vous le dira). Quid de Foster, acteur important dans le casting 2012/13 de West Bromwich Albion ? De Ruddy, aussi discret que son équipe sur la pelouse d’Old Trafford ? Et de Joe Hart, que l’on compare (audacieusement) à Banks ?


Foster et Ruddy ont des statistiques assez flatteuses, et se situent au même niveau que les meilleurs espagnols. Joe Hart concède beaucoup de buts pour le nombre de tirs subis. On pourrait en conclure qu’il fait une saison moyenne, et que le petit nombre de tirs est à mettre au crédit de sa défense. On peut également en conclure qu’il fait une très bonne saison au vu de son ratio buts concédés/matchs joués, le meilleur de Premier League (devant Lloris, et loin devant Foster et Ruddy), et de sa capacité à garder ses cages inviolées (devant Foster et Ruddy réunis).

L’analyse des statistiques d’un gardien se révèle délicate dès qu’il s’agit de l’isoler de sa défense, dont il fait partie intégrante. Ainsi, celles de Manuel Neuer, impressionnantes sur le papier, masquent un pan entier du travail de la charnière défensive bavaroise. Sur les cinquante-deux tirs subis, combien de ballons freinés par Lahm ou neutralisés par Boateng ?

Casillas et Valdés, considérés parmi les meilleurs d’Espagne (voire…), ont un pourcentage interventions/tirs subis plus mauvais que celui de Joe Hart. Alors, sur quoi se fier pour juger de la qualité d’un gardien de but ? En football comme en peinture, l’impression visuelle demeure nécessaire. Et à ce petit jeu, Hart fait bien meilleure impression que ses deux compatriotes.

Finalement, je n’ai pas d’arguments pour soutenir mes théories initiales auprès de mon ami. Celui-ci lira cet article en même temps que vous. Et ça devrait se terminer comme ça :

“- J’ai lu ton article sur Teenage Kicks, là. Sympa, pas mal écrit, t’as bien bossé. C’est moi le type que tu décris ?

- Oui et non, c’est un peu romancé pour la saveur de l’histoire.

- D’accord. J’avais raison, pour les gardiens anglais, en fait ? Y a plus que des importations.

- Oui. Mais admets que Joe Hart, quand même…

- Ouais, je reviens un peu sur ce que j’ai dit, il n’est pas mauvais, le bougre. Ça rend la tâche d’Hodgson assez facile, en plus. Il n’a pas trop de questions à se poser sur son choix de gardien.

- Bien sûr. Alors qu’en France, on a plutôt tendance à surévaluer la qualité de nos gardiens.

- Bof, y a pas trop photo entre Lloris et le reste.

- Tiens, parlons-en, justement. Tu veux une bière ?”

Matthew Dymore.

9 commentaires

  1. sansai dit :

    Il manque deux aspects à mon avis primordiaux pour un gardien, mais qui vont être vraiment difficiles à évaluer objectivement : le premier, c’est la lecture des trajectoires, du jeu, et la capacité à sortir, soulager sa défense aussi bien dans la profondeur que dans le jeu aérien (qu’il s’agisse de jeu par les côtés ou de coups de pieds arrêtés).
    C’est un paramètre vraiment essentiel qui change beaucoup de choses pour une défense, et pour lequel j’échangerai sans hésiter de meilleures performances statistiques sur la ligne si j’étais entraîneur.

    Le deuxième aspect, c’est l’aspect participation au jeu : capacité et volonté à se relever vite et à relancer vite et bien même sous la pression des attaquants, à voir la disposition des deux équipes et profiter du déséquilibre adverse pour relancer une contre-attaque par le bon partenaire, que ce soit à la main ou au pied ; et la qualité du jeu au pied quand le gardien est sollicité dans ce registre - ce qu’on ne voit pas qu’à Barcelone, mais aussi dans des clubs comme Lille quand il s’agit de conserver le ballon et d’échapper au pressing adverse, aussi bien que de profiter d’une équipe qui se découvre le tant d’un CPA, etc…

    Et bon une fois qu’on a dit ça, et qu’on se rend compte d’à quel point tout ça est interdépendant avec le comportement de la défense et du collectif en général, faire un classement des gardiens, on est pas loin de classer les goûts et les couleurs.

  2. sansai dit :

    (sans compter les consignes du staff technique. ‘Videmment.)

  3. Saplot dit :

    C’est clair que la hiérarchie des gardiens français ne se repose pas nécessairement sur leurs performances… Sinon Steeve Elana aurait été (au moins) sélectionné la saison dernière.

  4. David Scie Mal dit :

    Les anglais n’ont jamais eu trop de chances de ce point de vue. Quand je voyais D.James titulaire en séléction…Je me disais: “C’est le meilleur qu’ils ont?”

  5. Blingice dit :

    Oui enfin Joe Hart il est surtout connu pour être le gardien le plus rapide du monde … (https://www.youtube.com/watch?v=yiVnYq7s1kg)

  6. Kevin dit :

    (excellent ton clip Blingice, je ne m’en souvenais plus).

    Faut dire que tout commença très mal pour les gardiens anglais, avec l’énorme et impayable William “Fatty” Foulke (né 1874, mort 1916), 150 kilos en fin de carrière (pour 1m90), 11 ans gardien de Sheffield United ; sa doublure une saison fut le célèbre Arthur Wharton, premier Noir pro du football anglais et ex recordman mondial du 100 yards.

    Foulke avait été mineur de fond avant de devenir l’un des tous premiers gardiens anglais professionnels (et international, une cape). Dès lors, il était clair que l’évolution des gardiens anglais ne se passerait pas comme ailleurs.

    Un sacré numéro ce William Foulke, tout un tas de légendes et anecdotes circulent sur son compte (en plein match, il s’était par exemple pendu à la barre transversale en bois et l’avait cassée…). On lui attribue ce mot gourmand : « Je me fous comment les supporters m’appellent, on m’appelle comme on veut, du moment qu’on ne m’appelle pas en retard pour le dîner ».

    C’est vrai qu’entre David Seaman et Joe Hart, y’a pas eu grand monde… (et je vois que Scott Carson continue ses boulettes à l’étranger, à Bursaspor : http://www.youtube.com/watch?v=jG6-Gh0VF9Y).

    Parmi les gardiens prometteurs ces 15 dernières années, celui qui déçut le plus a sans doute été Richard Wright, ex Espoir Anglais (15 capes U21), ex Arsenal, ex Everton et ex England (2 capes, 2001).

    Arsène voyait en Wright le digne successeur de Seaman et le fit venir d’Ipswich pour une grosse somme (entre 3 et 6M £, on sait pas trop) avec à la clé un joli contrat de 5 ans.
    Au bout d’un an et quelques boulettes, il avait rétrogradé au troisième rang Gunners. Il s’exila à Everton où ça floppa aussi, puis il disparut en Football League.

    Sa fin de carrière a été épique. En juillet 2012, il signe pour Preston (D3)… puis casse son contrat au bout d’une semaine.
    Officiellement, sa famille (restée sur Ipswich) lui manque. Officieusement, il a fait connaissance de Graham Westley (manager de PNE) et ses méthodes commandos et ça lui a fait tout drôle (Westley est celui qui avait viré 8 joueurs par SMS, au moment où Wright débarqua, voir http://www.sofoot.com/huit-joueurs-vires-par-sms-159309.html).

    Bizarrement, deux mois plus tard, Man City le prenait comme troisième gardien (curieusement aussi, sa famille ne lui manquait plus).

  7. Kevin dit :

    Mais le meilleur de tous était bien sûr le grand Jimmy Montgomery (dit Monty), le mythique portier de Sunderland (1960-1977) auteur de la plus belle double parade du football anglais, en finale de FA Cup 1973 (la réaction de Trevor Cherry – le numéro 3 White – en dit long sur l’invincibilité de Monty ce jour-là), à 30 secondes dans ce clip :

    http://www.youtube.com/watch?v=7m0qTKP39gg

  8. Kaba dit :

    Il faut noter également les gardiens anglais évoluant à l’étranger comme Carson à bursspor (mais il me semble qu’il est pas terrible) et Foster au Celtic.

  9. Maurice Colbert dit :

    Great site. Cheers for sharing.

Répondre