Dimanche 24 février, se disputera la plus improbable des finales de coupe : Bradford (D4) contre Swansea (Premier League). Mieux. Cette finale de League Cup, entre deux clubs aux parcours furieusement inverses depuis 2000, tient du miracle. Et avec la succession de glauqueries qui polluent le football britannique depuis plusieurs saisons, cette grosse bouffée d’air frais arrive à point nommé.

C’est Michael Laudrup, le manager de Swansea, qui a le mieux résumé cette finale au lendemain de la qualification des Swans pour Wembley : « Ce match opposera le petit conte de fée au grand conte de fée. »

Conte de fée. Si ce terme taillé pour la coupe est souvent galvaudé, il prend ici tout son sens. Deux fairytales aux trames diamétralement contraires et hors normes, et bien malin qui pourrait désigner avec certitude le minot de ce conte enchanté.

Des précédents mais rien de comparable

Etablir ici une liste un tant soit peu exhaustive des giant-killings de Cup (FA ou League) serait impossible. Et vain : elle a déjà été dressée maintes fois sur le Net et ailleurs (en voici une – à laquelle il faudrait ajouter le récent exploit de Luton Town – D5 – tombeur de Norwich le mois dernier en FA Cup, première fois depuis Sutton United-Coventry en 1989 qu’une D5 eliminait une D1). Seuls deux clubs de D3 ont atteint, et remporté, une finale de coupe (tous deux en League Cup et contre des D1) : QPR, en 1967 – contre WBA – et Swindon Town, en 1969, contre Arsenal.

Avant Bradford, seul un club de D4 était parvenu en finale : Rochdale FC, en 1962. Toutefois, cet exploit ne peut être comparé à celui de Bradford, pour deux raisons. D’une part, l’écart - de moyens - entre un club de D4 et D1 était beaucoup plus faible que maintenant (ce dossier explique pourquoi). D’autre part, au début des années 60, la League Cup était bien moins cotée qu’aujourd’hui et fut délaissée par nombre de grosses écuries de D1. De fait, cette compétition était si peu considérée au départ que sa première finale se disputa en début de saison suivante ! (22 août et 5 septembre 1961).

Cette coupe avait été imposée par Alan Hardaker en 1960, le controversé patron de la Football League (voir bas d’article TK sur les 50 ans de la League Cup). Les clubs de D1 ne furent pas franchement emballés et seuls dix d’entre eux participèrent à la première édition. Parmi ceux-là, aucun n’avait fini dans le Top 5 la saison précédente.
Puis, l’engouement vint timidement : 80 clubs en 1961-62, mais seulement 12 de D1 (sur 22). Rochdale, après un beau parcours (2 D4, 2 D2 et 1 D1 éliminées), fut battu en finale par Norwich City (D2), 4-0 sur les deux matchs.

Sentant que sa coupe allait dans le mur, Hardaker fit deux grosses concessions : à partir de 1967, la finale se jouerait à Wembley avec une qualification européenne à la clé. La League Cup décolla enfin.

Les Bantams clés… et leurs potins de vestiaire

(les petits secrets ci-dessous sont révélés par Matt Duke, l’excellent gardien Bantam, dans le Guardian du 22 janvier dernier).

Phil Parkinson. Manager, 45 ans. Honnête carrière de milieu en Football League, à Bury (D3) et Reading (D3 et D2). Ce licencié en sciences sociales est un féru d’organisation et de préparation physique. Comme tant d’autres, son parcours d’entraîneur est fait de hauts (Colchester) et de bas, voir première partie. Courtisé par plusieurs clubs de Football League récemment, dont Blackpool (D2).

Parkinson ne touche que 1 000 £ / semaine + 1 000 £ par point engrangé… au-dessus de 52 unités (et vu que Bradford n’en a que 44 au compteur - sur 31 matchs disputés, 46 journées - le performance bonus se sera pas mirobolant). Son contrat se termine en juin prochain et les négociations avec le club ont commencé. En place depuis août 2011.

Matt Duke. Gardien, 35 ans, 1m96. Héros des quarts et demi-finales (superbe contre Arsenal, homme du match contre Aston Villa à Valley Parade). Commença tout au bas du bas de l’échelle, en Pub League à Sheffield (équivalent des championnats corpos, non affiliés à la fédération anglaise). Puis vint la non-League (football amateur et semi-pro) à Burton Albion, alors en D7. Vendu à Hull City pour 20 000 £ en 2004, où il disputa 21 matchs de Premier League en 2008-2010.

N’a probablement pas eu la carrière qu’il méritait. Atteint d’un cancer testiculaire en 2008. Au club depuis l’été 2011.

Stephen Darby. Latéral gauche, 24 ans. Liverpool reject (nous en débattions d’ailleurs chaudement sous cet article sur l’Academy de Liverpool, où il fut formé). S’est refait une santé chez les Bantams après quelques prêts infructueux en Football League. D’après Matt Duke, Darby se fait souvent chambrer car il est le sosie de Ken Barlow (étant jeune), un personnage incontournable de Coronation Street, ce soap qui déprime toute l’Angleterre depuis 1960… (et ouais, vous vous cognerez Plus belle la vie jusqu’en 2075 probablement). Au club depuis juillet 2012.

Gary Jones. Solide milieu de 35 ans, capitaine et leader du groupe. L’aboyeur de service et archétype du midfield enforcer. Meilleur passeur (ex-aequo) de la League Cup cette saison. Rochdale Legend (D3 - D4, plus de 500 matchs pour The Dale). Membre d’une école de pilotage sur route, ce que les autres joueurs trouvent « very sad » selon Duke (navrant et digne de chambrage intensif).

Ce qui est bien moins sad, ce sont ses performances héroïques durant cette épopée, a tenu la baraque comme un Roy Keane. Homme du match contre Arsenal en quarts et superbe également contre Aston Villa à domicile en demie. Au club depuis juin 2012.

Rory McArdle. Arrière central, 25 ans. Débuta sa carrière pro à Sheffield Wednesday en 2004 (D2 - D3) mais ne perça pas chez les Owls. A marqué contre Aston Villa (but who hasn’t this season?). International nord-irlandais (5 capes). Compte déjà 39 matchs en 2012-13, l’un des totaux les plus élevés cette saison en League Football (PL + Football League), ce qu’il ne cesse de rappeler aux autres selon Duke ! Malheureusement, une blessure à la cheville le tient éloigné des terrains depuis presque trois semaines (incertain pour dimanche). Au club depuis juin 2012.

Zavon Hines. Ailier droit / milieu offensif, 24 ans. Fut l’un des « Joueurs d’avenir » que le magazine Four Four Two mit en avant dans feu sa page mensuelle The boy’s a bit special (rubrique assez kiss of death !). Ex Espoir anglais, très technique. Il y a du Raheem Sterling / Wilfried Zaha dans ce joueur. Vif et rapide mais croque un peu trop.

Après quatre ans compliqués à West Ham (31 apparitions) et une sérieuse blessure au genou en 2010, l’Anglo-Jamaïcain rebondit aujourd’hui en D4. Au club depuis juillet 2012.

Nakhi Wells. Avant-centre, 22 ans. Dans un bon jour, quand cet international des Bermudes combine en triangle avec le duo Hines-Hanson, l’adversaire disparaît. Commença sa carrière sur son île, au superbement nommé Dandy Town Hornets. Fulgurante progression cette saison, 18 buts (dont 14 en championnat). Rapide et technique, il serait convoité par plusieurs clubs de D2.

Selon Matt Duke, se fait souvent charrier pour avoir acheté une puissante voiture de sport il y a peu… avant même d’avoir le permis (examen qu’il mit une éternité à décrocher, toujours selon notre gardien chambreur). Et conduire un bolide avec des plaques L (Learner) en Angleterre attire un sévère mickey-taking (chambrage). S’est racheté en marquant le premier but des demies à Valley Parade. Au club depuis juillet 2011.

James Hanson. Avant-centre, 25 ans. Ce Bradfordian d’1m93 est le seul joueur de l’effectif à avoir été acheté (au club semi-pro de Guiseley, près de Leeds)… 7 500 £ seulement !
Marqua le but du 2-1 contre Aston Villa à Villa Park en demi-finale, où il joua sous infiltrations avec une fracture à l’orteil. Homme du match contre les Villans à l’extérieur. Travaillait dans un supermarché Co-op de Bradford jusqu’à son premier contrat pro en 2009 (il y fait d’ailleurs toujours ses courses). Les supporters lui ont dédié un chant court mais sympa : « Avant il bossait au Co-op du coin, au Co-op du coin, au Co-op du coin, etc. » Au club depuis 2009.

Egalement :

Curtis Good. Arrière central ou latéral gauche, 19 ans. Australien prêté par Newcastle, qui le refourgua illico en se rendant compte qu’il n’était pas français (donc sans intérêt) après l’avoir acheté à Melbourne pour 250 000 £. Selon Matt Duke, Good dort tellement que l’équipe est persuadée qu’il ne s’est pas encore remis du décalage horaire (il est en Angleterre depuis sept mois). International U20 australien et promis à un bel avenir dans le football selon Duke. A bien neutralisé le Villan Andreas Weimann en demies à domicile. Au club depuis 3 mois.

Carl McHugh. Défenseur, 19 ans. International irlandais U19, excellent durant toute cette campagne. Pas le plus athlétique des arrières mais solide et impressionnant face à Villa. Y est même allé de son but contre les Villans (et depuis, se fait charrier). Au club depuis l’été dernier.

Nathan Doyle. Milieu polyvalent (aussi latéral droit et ailier), 26 ans. Formé à Derby County, ex international anglais chez les Jeunes (des U16 aux U20). Transfuge de Barnsley, D2 (100 apparitions en trois saisons). Au club depuis l’été dernier.

Garry Thompson. Avant-centre / ailier / milieu offensif, 32 ans. Transfuge de Scunthorpe (D2 - D3). Très rapide et technique, a marqué contre Arsenal en quart. Se fait copieusement chambrer pour sa ressemblance avec James Bond-Daniel Craig. Au club depuis l’été dernier.

L’effectif complet en photos.

Avant le match, les Bantams s’échaufferont en survêtement commémoratif du drame de Valley Parade le 11 mai 1985 (voir footnotes première partie de ce dossier et ici), tenues floquées du numéro 56 correspondant au nombre de morts ce jour-là (265 blessés). Pour le manager Phil Parkinson, dans le Times du 20 février, Valley Parade est la « tragédie oubliée » du football anglais.

Deux bonnes anecdotes Bantams pour le prix d’une

Le Dungeon. C’est le surnom du vestiaire extérieur de Valley Parade. De l’avis de tous, l’un des plus pouilleux du football anglais. Il n’y a que 8 douches, confinées dans un espace étriqué, difficile de se doucher à plus de cinq. Un endroit récemment décrit par un dirigeant de Bradford comme squalid (infect). Trois toilettes seulement, au bout d’un long couloir et à partager entre les deux équipes. Selon Paul Rowan, journaliste au Times, les équipes visiteuses se plaignent souvent de l’état des lieux et certains joueurs, de rage, n’hésitent pas à vandaliser les WC ! Selon la légende, quand Arsenal affronta Bradford en 2001 en championnat, Wenger ordonna à l’équipe de filer directement dans le bus, sans passer par la case toilettes-douches !

Bradford City, sur le toit du monde

Bradford City, sur le toit du monde (FOBC = Friends Of Bradford City, groupe de supporters)

Paul Deo, le prêtre chambreur. Ce vicar (pasteur) qui sermonne dans une église de York (à 50 kms de Bradford) est aumônier à Bradford City, une fonction prise très au sérieux dans les clubs anglais (deux tiers d’entre eux en ont un).

Mais Paul Deo est également speaker à Valley Parade et c’est un charrieur de première. Le 8 janvier dernier, Bradford terrasse les Villans 3-1. Après le match, une fois les joueurs rentrés aux vestaires, le spirituel curé gratifie ses ouailles d’une homélie prophétique au micro du stade :

« Allez-y mes enfants, vous pouvez déjà réserver votre chambre d’hôtel à Londres pour la finale à Wembley le 24 février. »

[devant la polémique soulevée quelques jours avant le match retour (!), Deo donnera une version plus édulcorée de ses propos ce soir-là - on l'accusa aussi d'avoir « écorché les noms des Villans » pendant la présentation des équipes et d'avoir réagi wildly sur chacun des trois buts Bantams... Tant est si bien que, selon le Daily Mail - que nous croirons exceptionnellement sur parole pour l'intérêt burlesque de l'affaire - quelques supporters Villans se plaignirent des agissements du curé auprès de la police ! ici]

Quelques jours avant le match retour à Villa Park, Paul Lambert apprend les mots du curé allumeur de la bouche d’un journaliste. Au lieu d’en sourire et pardonner au prêtre pécheur, l’Ecossais se braque (ce qui en dit long sur la fébrilité et l’état d’esprit régnant dans ce club) :

« S’il a vraiment dit ça, il nous a manqués de respect. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. C’est irrespectueux d’agir de la sorte. On verra ce qui se passera après le match. [...] Il y a quinze jours, c’était chez eux. Mais je le redis, je trouve ça irrespectueux de faire ça à d’autres équipes. »

Se faire pourrir par un curé et mordre à l’hameçon, on aura tout vu du côté de Villa cette saison. Du côté de Bradford, on est tellement plus zen. Peut-être parce que leur supporter numéro 1 est… le dalaï-lama.

Kevin Quigagne.

PS : quand on ne fait pas du tourisme à Doncaster ou du lèche-vitrine (sans « s », y’en a qu’une) à Wigan, il nous arrive de poster sur Facebook et Twitter.

Dernière minute : A voir absolument ce double reportage de Philippe Auclair sur Bradford City.

3 commentaires

  1. Kevin Quigagne dit :

    Egalement, quelques liens intéressants sortis hier :

    Article de David Conn (Guardian) :

    http://tinyurl.com/9wqd8pa

    Superbe diaporama sur Bradford City et Bradford ville :

    http://tinyurl.com/a6plst4

    Article du Daily Telegraph sur le « Crazy Gang » de Bradford City :

    http://tinyurl.com/9w8ld44

  2. Silkman dit :

    Beau portrait croisé que Montesquieu semble avoir plagié bien copieusement dans son “Grandeur et décadence des Romains”. Montesquieu, sale rat !

    Accessoirement, un jour j’aimerais comprendre quel est l’historique et l’importance des différents trophées anglais qui font une belle macédoine : FA cup, Community Shield, FA trophy, League cup, FL trophy et j’en oublie sûrement.

    PS : ce blog est l’une des meilleures choses qui existent dans les internets. Celui qui n’est pas d’accord mérite d’avoir ses doigts passés au presse-purée et revendus comme burgers chez Iceland. Kevin Quigagne for pope.

  3. Kevin Quigagne dit :

    Merci Silkman.

    Vaste question que celle que tu poses… Disons que quelques coupes (telle la League Cup, j’expliquais ça dans un article de janvier ou février 2011, mis en hyperlien dans le dossier ci-dessus) furent créées pour des raisons financières. D’autres, pour donner aux petits une chance de briller (FL Trophy et FA Vase, pour les micros minots) et de connaître Wembley…

    Pas mal de coupes ont disparu, dont la mythique Anglo-Italian Cup et la FA Amateur Cup dont je parlais dans un autre article.

    Et merci pour ton PS, très gentil (et pas que les doigts de broyés si je peux me permettre).

Répondre