Quand Lars Elstrup est sacré champion d’Europe avec le Danemark fin juin 1992, il a 29 ans. C’est un gars sain, poli et propre. Un Danois, quoi. Quinze mois plus tard, il s’est fait rebaptiser Darando (Le fleuve qui se jette dans la mer) et moisit dans une secte d’allumés. Retour sur une après-carrière inédite.

On en sait peu sur Lars. Fort heureusement, le moignon de souvenirs que nous a laissés le Danois suffit largement. L’air de rien, des Danois excentriques qui ont évolué dans le foot anglais, on en dénombre quelques uns - Thomas Gravesen, Stig Tøfting ou même Jan Sørensen, qui entraîna Walsall (où il recruta Roger Boli, qui signa ses débuts d’un superbe hat-trick). Une certitude cependant : on est pas près de revoir un spécimen comme Lars Elstrup. Il était donc l’énergumène idéal pour inaugurer cette série.

Aujourd’hui, suite et fin de la première partie.

Nouvelle secte mode auto-entrepreneur

Pour faire prospérer nos fermiers hippies, le gourou Michael Barnett a trouvé une solution bien moins contraignante que de remplir des dossiers de subventions européennes : siphonner directement le compte bancaire d’Elstrup. Ce dernier finit par s’en apercevoir et se brouille avec l’Anglais. Il fonde alors sa propre secte, la Solens Hjerte (le Cœur du Soleil) et reprend son vrai nom. Il résume sa philosophie profonde ainsi :

« Vivons le moment présent, hier est le passé, demain est l’avenir [...] Je me situe dans l’interaction avec les autres, je soutiens l’individu en l’aidant à trouver ses propres vérités enfouies et se connecter davantage avec lui-même et Dieu. Pour ce faire, j’utilise le yoga, la thérapie de groupe et la sophrologie. En utilisant ces techniques, j’aide l’individu à démêler l’écheveau de ses nœuds intérieurs, afin de se sentir plus libre et épanoui. »

Fin 1994, le bilan est mitigé, il n’a réussi à attirer qu’une poignée d’illuminés. Elstrup sombre alors dans une longue dépression et refuse tout contact avec le monde extérieur. Il déclarera plus tard :

« J’ai tenté de me suicider plusieurs fois, en me coupant les veines et aussi en me pendant. J’ai même appelé un médecin anonymement pour qu’il m’injecte un produit létal. Je voulais aller aux USA pour voir s’ils avaient ces cliniques où l’on pratique l’euthanasie mais j’avais la phobie de l’avion. Je n’ai vu personne pendant longtemps et suis resté au lit pendant deux ans. Je ne souhaitais qu’une chose : mourir. »

Puis un beau jour de Noël 1999, histoire de s’aérer le corps et l’esprit, Lars décide de sortir en ville revoir le monde extérieur…

Une version inédite des Petits Papiers de Noël

Noël 1999, quand Lars débarque dans le centre-ville d’Odense, il n’a pas vu un être humain normal depuis six ans. Les rues sont bondées et il se positionne à l’entrée d’une galerie commerciale. Il est habillé légèrement et porte une corde bleue autour de la taille. Il jette une écharpe au sol et commence à faire la manche.

A l’évidence, sa tactique n’est pas au point car il ne récolte que 27 couronnes (3.50 €) en trois heures. Cela le vexe et il change radicalement de stratégie. Il décide de livrer sa version hardcore des « Petits Papiers de Noël », sacrément plus fun que celle de Jean-Pierre Descombes. On est en fin de manche et il tente un coup de poker jamais mentionné dans les manuels de coaching. Il fait entrer en jeu un joker au profil peu orthodoxe : son pénis. Il fait alors tournoyer Popaul façon Apocalypse Now tout en criant des obscénités.

le "happening" d'Elstrup

La technique de manche de Lars : le majeur en érection (3.50 € récoltés)

Certains passants l’insultent, les enfants pleurent, les retraités s’évanouissent. La police intervient, Elstrup se rebiffe et frappe violemment un policier ainsi qu’un jeune garçon.

Son wiki anglais nous précise qu’Elstrup est « arrested for indecent exposure, after dick-slapping a school child » (frapper quelqu’un avec sa verge, même en extension, jolie prouesse).

A la politiet, il déclare :

« J’étais venu en ville pour passer un bon moment. J’ai frappé un jeune garçon car il m’avait insulté, mais j’aurais dû le frapper plus fort, ce gamin méritait une bonne correction. »

Peu après ce Noël festif, il s’explique dans la presse danoise :

« Je fais cela pour provoquer. J’aime voir les réactions des gens. Certains peuvent interpréter mon message comme une insulte, d’autres comme une invitation au sexe. Je ressens les réactions des gens très profondément et j’adore le fait que les gens me reconnaissent. »

Après un séjour en hôpital psychiatrique, il part en errance puis retourne parmi les membres de sa secte. Toutefois, ces derniers lui ont barboté son chien. Une dispute éclate, il profère des menaces de mort et est arrêté. Il portera plainte contre la secte en déclarant : « Ces gens de la secte sont inhumains, ils m’ont même volé mon teckel Devi et ils me doivent 190 000 couronnes [25 000 €]. Je suis prêt à porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’homme. »

Un double comeback footballistique anglo-danois

Début 2000, coup de théâtre. Elstrup a presque 37 ans, n’a plus touché un ballon depuis sept ans mais son ancien club d’Odense le prend en pitié et lui offre un essai. Il arrive gonflé à bloc :

« Mon esprit est purifié. Je suis prêt pour un retour. »  (voir clip).

Dans la foulée, il annonce aussi vouloir… rejouer en équipe nationale :

« Je ne me connais pas de limites, ma vie est remplie de joie. Je pense pouvoir rejouer pour le Danemark et disputer l’Euro 2000. »

Physiquement, il n’y est plus et le club arrête les frais au bout de cinq jours. Embrouille. Elstrup exige d’être payé pour l’essai. Odense refuse et le vétéran disparaît dans la nature, en déclarant :

« J’ai trop précipité mon retour. Mon corps n’était pas sur la même longueur d’ondes que mes pensées et je me suis blessé. Je suis un traitement efficace qui me permet de respirer profondément. Quand vous respirez de la sorte, vous entrez en contact avec des parties de votre corps qui sont difficiles à accepter. Et c’est quand vous vous confrontez à ces éléments nuisibles que vous pouvez vous accepter. »

Mars 2000, il prend un studio sur Odense et reprend le football amateur. C’est devenu une bête curieuse et Sky TV vient même le filmer dans le cadre d’une émission sur le foot international, Futbol Mundial. En septembre 2000, se tient son procès de la double affaire d’exhibitionnisme et menaces de mort. Il assure lui-même sa défense :

« Je n’ai rien fait de mal ce jour-là à Odense. La corde bleue que j’avais symbolise la prison dans laquelle nous vivons tous, nos limitations et cette angoisse permanente. Je n’ai pas besoin d’aide, je ne suis pas fou, contrairement à ce que les gens disent [...] Oui, j’ai frappé des gens lors de l’arrestation, ils m’avaient insulté. [...] Oui, j’ai proféré des menaces de mort envers le leader de la secte du Cœur du Soleil. Mais ce n’était pas une menace physique, c’était son égo surdimensionné que je voulais éliminer, pas lui directement. »

Elstrup s’en tire avec une grosse amende.

Fin mai 2001, il part se ressourcer en Angleterre, un séjour qui ne passera pas inaperçu. Le sachant dans les parages, les journalistes de NME l’invitent pour un match de foot contre ceux de Loaded. Les musicos sont surpris de voir Lars entrer sur le terrain en simple slip. Pour toute explication, il leur lance :

« Je joue pour m’amuser mais aussi pour gagner. »

Et en plein match, il se pisse volontairement dessus tout en dispensant de précieux conseils médicaux à ses coéquipiers :

« Buvez plus d’eau les gars, vous jouerez mieux, comme moi. Et vous pisserez blanc, la pisse jaune, c’est pour les losers. »

Il marque cinq buts dans ce match qui se termine 9-7. Ses team-mates lui proposent de disputer la troisième mi-temps au pub. Le pisseux décline l’invitation par un sibyllin « No, pussy » et s’éloigne sans rien dire. Juillet 2001, il est arrêté en plein Trafalgar Square en train de se faire photographier nu et déféquer au milieu des pigeons et des touristes.

Après les séminaires New Age, l’autobiographie, enfin !

Lars Elstrup en plein cours magistral au séminaire

Lars Elstrup en plein cours magistral au séminaire

Jusqu’en 2007, il organise des séminaires New Age sur l’introspection et la beauté intérieure, toujours sur l’île de Funen (versement non-introspecté de 30 % d’arrhes exigé). Feu le site larselstrup.dk contient alors de flippantes photos de lui, entièrement nu et entouré d’animaux. Pour faire bonne mesure et ratisser large, il y a aussi mis quelques clichés féminins de fesses dodues.

Lars présente l’expérience comme « une exploration intérieure pour guérir son Moi et s’épanouir pleinement. Un cheminement qui permettra d’atteindre des niveaux de conscience très élevés et utiliser sa puissance intérieure pour se ré-énergiser. »

Dans une interview de mai 2011, livrée au tabloïd danois B.T (ici), Elstrup révèle qu’il écrit son autobiographie. En guise de campagne de lancement, il envisage de courir nu sur la pelouse du Odense BK en hurlant aux joueurs « Passe-moi la balle, je connais bien le terrain. » Espérons qu’il ne demande pas au régional de l’étape Bernard Mendy de lui centrer le ballon. Quand le journaliste lui demande (voir lien ci-dessus) : « Etes-vous vraiment fou Lars ? », Lars répond, le plus naturellement du monde :

« Je ne catégorise pas les gens comme fous, mentalement malades ou maniaco-dépressifs. Je me suis toujours senti normal. [...] Larrestation lors de l’incident du centre commercial était une expérience sympa. C’est un bon happening. En sortant de garde à vue, j’ai de nouveau porté une corde bleue et c’était fun. [...] Mon image n’a jamais rien signifié pour moi. Je n’ai jamais voulu être un héros national. C’est venu comme ça et puis j’ai connu des moments difficiles. »

Et c’est vrai qu’à presque cinquante ans, il a l’air épanoui et zen le Lars (voir photo ci-dessous). En tout cas, son autobio devrait déchirer un peu plus que celle de Michael Owen.

Kevin Quigagne.

Lars en mai 2011, enfin épanoui.

Lars en mai 2011, enfin épanoui.

La carrière et vie de Lars Elstrup en résumé

Saison            Club/Activité             Apparitions/Buts

1981-1985    Randers Freja            136 / 59
1986-            Brondby IF                    7 / 2
1986-1988    Feyenoord                  65 / 9
1988-1989    Odense BK                 28 / 17
1989-1991    Luton Town (D1)       60 / 27
1991-1993    Odense BK                 44 / 24

1993-1995    Secte Oie Sauvage       nues
1995-2000    Secte Cœur de Soleil    rares
2001-2002    Libre                            indécentes
2002-2007    Séminaires New Age    tarifées
2011              Écriture/interviews      nues sur un rocher

34 sélections en équipe nationale du Danemark (1988-93), 13 buts.
Champion d’Europe avec le Danemark à l’Euro 92
Champion du Danemark 1989 avec Odense BK
Vainqueur de la Coupe du Danemark avec Odense BK, 1993

6 commentaires

  1. David Scie Mal dit :

    incroyable,la premère partie était footballistique et la on est dans le happening permanent.Un sacré numéro ce Lars( doublé d’un bifleur de précision)

  2. bonoman dit :

    La première partie était déjà bien gratinée…mais là c’est du collector. Ce Lars est surréaliste !

    Il pourrait inviter Gascoigne à un de ses séminaires…on rigolerait un peu je pense.

  3. Jepigepo dit :

    Du grand surréalisme , on entre dans la 5ème dimension !

    Je crois que là , il gagne haut la main la palme du déjanté de service. Gascoigne , Vinnie Jones peuvent aller se rhabiller…comme Lars !

    Merci Kevin pour se MONUMENTAL moment de “sport”

  4. SuperColleter dit :

    Mais que fait Jimmy McNulty sur la vignette des CDF ???

  5. Gene Hunt dit :

    Ah oui je me suis posé la même question, ça mérite terriblement un “Faux-Jumeau”
    D’ailleurs dans le même genre je verrai bien une Taye Taïwo - Chris Partlow

Répondre