6.

Bring on Spurs! L’opprobre relatif d’une tardive tête égalisatrice de Ronald Zubar ne ternit pas la trépidante prestation des Canaries chez les Wolves, mardi, en ouverture de la 17ème journée de Premier League. Norwich boucle ainsi deux matches consécutifs à l’extérieur sans dommage, un nul à chaque fois. Avec un petit supplément de rigueur défensive, la victoire était envisageable mais la clean sheet n’est pas le fort de l’équipe cette année. Ces résultats assoient confortablement le club dans la première moitié du classement du championnat, ce qui, au risque d’être redondant, relève du miracle. Grant Holt (en League One il y a deux saisons) enfile les buts ; les Irlandais Wes Hoolahan, Marc Tierney et Anthony Pilkington (également issus de League One) sont, dit-on, suivis de près par Trapattoni en vue de l’Euro 2012; l’entraineur Paul Lambert loue chaque semaine les vertus de ses joueurs qui le lui rendent bien ; le club, aux finances équilibrées, se lance dans une ambitieuse politique de formation.

Place donc à Tottenham, plat de résistance pour Norwich de l’orgie païenne à laquelle se livre l’élite du football anglais à cette période de l’année. Les tribunes seront pleines, pré-réservées par les 25,000 abonnés de Carrow Road… dont la capacité est de 27,000 spectateurs (dont 10 pour cent de supporters adverses). L’hypothétique reliquat sera partagé entre les 5,000 super members, non abonnés mais prioritaires à l’achat, moyennant £20 par an. La liesse des gradins ne sera pas feinte. Tout juste flotte-t-il dans l’air l’angoisse sourde d’un départ anticipé de Paul Lambert, dont l’avenir, radieux de l’avis de tous, ne s’écrit probablement pas à Norwich. Il est question d’Aston Villa ou de Liverpool, ou de tout autre club plus prestigieux que Norwich dont l’entraineur ne satisfait pas ses employeurs. Garder Paul Lambert le plus longtemps possible, telle est la prière secrète de tout Canary à l’approche de la nouvelle année.

Rien ne semble pouvoir contester à Carrow Road le statut de best show in town en cette période de fêtes. Surtout pas Sleeping Beauty, pantomime* laide (pléonasme) que propose actuellement le Royal Theatre de Norwich et dont les affiches défigurent la totalité des bus locaux. Il est difficile, en déambulant dans la ville, d’identifier d’autres sources d’enchantement collectif que les Canaries. Lorsqu’elles n’annoncent pas en caractères gras la dernière déclaration un peu fade de Paul Lambert, les gazettes du coin se réjouissent de l’ouverture d’un centre commercial créant pour l’occasion 300 nouveaux emplois – bienvenus dans une municipalité dont le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale et où près d’un enfant sur deux vit dans une famille pauvre. La frénésie d’achat qui règne en centre-ville et les efforts décoratifs des habitants sont d’aussi mauvais goût et déprimants à Norwich qu’ailleurs. L’animation nocturne de la rue Prince of Wales est la même que dans chaque centre urbain d’Angleterre. Comme ailleurs, seules des beer jackets protègent la nuit les midinettes trop fardées du froid de l’hiver, lesquelles ne manqueront pas, au petit matin, telles de petits poucets modernes, de déposer sur leur chemin de retour d’élégantes pavement pizzas. Peut-être juste un peu plus vertes et jaunes qu’ailleurs.

* Le lecteur souhaitant connaitre plus avant la curieuse tradition britannique du panto – dont l’un des ressorts majeurs est que des hommes s’y griment en femmes – est invité à visionner le formidable et grinçant épisode d’Extras qui en dévoile l’insondable tristesse.

Précédemment:
Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5

8 commentaires

  1. Flo Giraud dit :

    très sympa votre saga!! il me semble qu’une légende de L’OM avait joué à Norwich en la personne de marc libbra, aujourd’hui homme de terrain pour Foot+

    je pourrais rechercher ça mais j’attends la réponse de mon ami mangeur qui va encore nous gratifier d’un monologue dont lui seul a le secret 🙂

  2. mangeur dit :

    Encore une bien belle Norwicherie, j’en suis très friand.

    J’ai apprécié à sa juste valeur le choc titanesque des monstrueux balanceurs de coups de coude entre Grant Holt et Marouane Fellaini le week-end dernier. Grant a « out-elbowed » le Belge pour l’occasion, sacrée performance qu’il faut saluer.

    Libbra avait joué chez les Canaries effectivement Flo, j’avais un peu oublié à vrai dire, je l’associais surtout à l’Ecosse, où il a aussi traîné et je sais pas pourquoi il m’a plus marqué la-bas, peut-être à cause de Sauzée et toussa, on parlait pas mal de l’Ecosse à l’époque (en bien), beaucoup moins maintenant.
    Libbra a évolué a Norwich quand les Canaries étaient en D2, et que le grand club de l’Est anglais était Ipswich. Comme les temps ont changé !

    Petit PS pour notre Mystérieux Correspondant à Norwich :
    c’est Carrow ROAD (pas Rd) vu que c’est pas une adresse quelconque mais un nom de stade à part entière, certains clubs ayant préféré garder le nom de la rue – ou voie adjacente – là où ils s’établirent (eg White Hart Lane – tout près du stade -, Elland Road, Bramall Lane, London Road, Meadow Lane, Edgar Street, feu Filbert Street, Haig Avenue, etc.).

  3. mangeur dit :

    Au fait Mystérieux Correspondant à Norwich, tu évoques un fort pourcentage d’enfants pauvres sur Norwich et en Angleterre, t’es sûr ?

    Ça doit être coquille car, je comprends pas, Tony nous avait promis mordicus que Labour réduirait de moitié le % d’enfants vivant dans un milieu défavorisé et que d’ici 2020, ce % serait nul.

    Le comique duo Dave & Nick, bien sûr, se sont aussi fermement engagés à totalement éradiquer la pauvreté, elle disparaîtra, c’est sûr, on entendra plus jamais parler d’elle.

    Ils ont d’ailleurs demandé aux 2 000 établissements scolaires qui ont des frais d’inscription de minimum 6.000 £ / an (yep) de ne pas trop les augmenter l’an prochain. Un excellent début moi je dis, belle initiative, faudrait pas trop appauvrir les riches non plus.

    [The mission to eradicate child poverty in Britain by 2020 has been a cornerstone of Labour party policy since Tony Blair set out in 1999 “our historic aim – that ours is the first generation to end child poverty for ever”. The government would, he promised, “break the cycle of disadvantage so that children born into poverty are not condemned to social exclusion and deprivation”.

    Gordon Brown later echoed the commitment, describing child poverty as “a scar on the soul of Britain”. Despite its commitment to reducing child poverty, Britain still scores badly compared to other developed countries. Like the US, inequality is so deep in this country that the proportion of children in relative poverty remains high.

    In 1999 Britain had a higher proportion of children in poverty than any other western European nation. […] The government now concedes that it is unlikely to meet its target to halve the number of children in poverty by 2010].

  4. Kitty2010 dit :

    Ce serait bien que Mystérieux Correspondant à Norwich nous montre une photo de lui devant le stade pour prouver qu’il ne raconte pas des cracks… Ah non, ce n’est pas possible, il ne serait plus mystérieux !

  5. Yossarian dit :

    Les détenteurs de droits de diffusion britanniques surveillent semble-t-il les highlights du net comme le lait sur le feu. Le premier lien du texte ne mène plus nulle part. En voici un de secours: http://goo.gl/GKn81. Visez-moi ce combo jeu dos au but de Hoolahan – débordement – triple coup d’oeil – centre millimétré pour la tête de Surman.

  6. mangeur dit :

    Sky et la PL surveillent effectivement le Net comme des Vopos. Pas moyen de trouver un site avec des clips PL qui restent plus de quelques jours, Footytube est bien mais tout aussi éphémère.

    En parlant de l’Irlandais Wes Hoolahan, c’est marrant le foot quand même. Y’a quelques saisons, j’avais un collègue supp de Blackpool depuis 20 ans au moins et quand on parlait de Hoolahan alors que les Seasiders étaient en D3, il me disait :

    “Il est pas mauvais, mais trop léger, pas assez bon pour être titulaire en D2 si on monte.”

    Et aujourd’hui Hoolahan se les frise en Premier League…

    Et pis Surman, l’ex reject des Wolves, qui leur plante un but dans ce Wolves-Norwich, il a bien dû kiffer !

    Je reviens sur un truc dans l’article, 25 000 abonnés à Carrow Road (pas plutôt 22 000 ?), faut le souligner, c’est exceptionnel pour une ville moyenne comme Norwich, au prix où sont les abonnements, 400 £ minimum. De quoi rendre les Tractor Boys fous de jalousie !

  7. Fred dit :

    Je viens juste de découvrir la “publicité” que font les Canaries pour leur maillot sur la boutique en ligne :

    http://www.canaries.talent-sport.co.uk/PagesPublic/Home/Home.aspx

    Magnifique !

  8. mangeur dit :

    Merci pour cet excellent clip, Fred. Espérons que les Canaries se maintiennent et prospèrent. Il leur faut urgemment un défenseur (vu la cohorte de blessés ou en récupération) et Chris Gunter, le latéral droit et international gallois d’un Forest en perdition, serait dans le viseur (mais d’autres clubs PL sont sur le coup).

    Ils recherchent aussi un avant-centre, on parle d’Andy Johnson (Fulham) mais ça m’étonnerait beaucoup, c’est même du domaine du fantasme à mon avis. Apparemment, y’aurait seulement 2 ou 3 millions dans la cagnotte recrutement, ça risque de faire juste. Faut vraiment qu’ils sortent les spondoolicks à Norwich s’ils veulent rester en PL, après pour remonter, c’est la croix et la bannière (cf les rivaux d’Ipswich).

Répondre