Archive for octobre, 2010

Encore une bonne p’tite semaine de faits divers dans le foot anglais.

Samedi 2 octobre

David Le Cluse, président de Croydon Athletic FC, est retrouvé mort dans un garage (suicide). Il avait été lié au scandale des matchs truqués en cricket et avait perdu gros. Le co-proprio du club, Mazhar Majeed, au cœur du scandale cyclonique* déclenché fin août, a été arrêté et a révélé que le club n’avait été acheté que dans le but de blanchir des fonds. Depuis quelques temps, le Fisc anglais et la FA enquêtaient sur des irrégularités financières et non paiement de joueurs.

(*gigantesque réseau de bookmakers corrompus au Pakistan et à l’occasion de matchs contre l’Angleterre, impliquant au moins 7 internationaux pakistanais).

 

Dimanche 3 octobre

James Ellison, 18 ans, ex espoirs de Liverpool et attaquant de Burton Albion, est agressé au couteau dans le centre de Liverpool dimanche vers 00 h 30. Hospitalisé pour blessures au dos.

Lee Barnard, Southampton (D3), est arrêté avec trois autres individus pour agression sérieuse sur un homme de 27 ans dans le centre-ville de So’ton dimanche matin à 2 h 45. Barnard, blessé à la main, a été hospitalisé. Libéré sous caution.

Jeudi 7 octobre

Mark Noble (West Ham), réveillé brutalement chez lui à 2 heures du matin par deux malfaiteurs qui lui dérobent ses 2 Range Rover (l’alarme maison a retenti). L’une d’elle est retrouvée écrasée contre un arbre à 500 mètres de chez lui.

Bien secoué (ainsi que sa petite famille), Noble a tenu malgré tout à se rendre à l’entraînement quelques heures plus tard.

Si Kieron Dyer montrait la même gnaque, les Hammers n’en seraient pas là. Julien Faubert, disparu de la circulation et SDDF (sans destin ni destination fixe), a immédiatement été mis hors de cause.

Vendredi 8 octobre

La crise des petites retraites fait encore des ravages.

Lionel Webster, 61 ans, responsable des championnats de district de la région de Stoke-on-Trent, est retrouvé mort chez un couple de retraités, les Richardson. Encore une partie de Scrabble qui a mal fini, pensez vous, et bien non. Il s’agit, une nouvelle fois, de jeux sexuels qui ont dérapé sur du latex mal sécurisé. C’est fou le nombre d’accidents domestiques occasionnés par des sado-masos retraités en Angleterre, visiblement peu adeptes du bricolage.

En prévision des fêtes de Noël, la Royal Society for the Prevention of Accidents (RoSPA) a annoncé qu’elle lancerait une énième campagne “Home safety” parmi les personnes âgées afin de les sensibiliser aux dangers d’un mauvais réglage de table de torture 220 volts, ou les alerter sur les risques potentiels posés par un harnais de soumission non-conforme aux normes européennes. L’Europe, ça sert aussi à ça.

Mr Webster, notre footeux 3ème âge et adepte de SM, est mort asphyxié par un collier clouté, dans le « bondage dungeon » du couple de retraités que l’homme d’affaires payait 150 £ par séance de torture.

La pièce avait été construite spécialement pour le “bondage, domination and sadomasochism”. En même temps, faut bien arrondir sa petite retraite, et puis si on peut faire déduire la TVA sur les travaux de transformation, c’est tout bénef.

Mme Richardson, la retraitée bricoleuse, a déclaré :

« On a fait un jeu de rôle, Lionel faisait le prisonnier. On lui a mis des chaînes et divers instruments, et il a essayé un nouveau collier qui visiblement, ne lui convenait pas. Au bout d’un moment, il faisait de drôles de bruit, mais il a insisté pour continuer. Puis sa tête est tombé en avant. Nous n’avons rien pu faire ».

Si c’est pour que les retraités nous flinguent nos footeux bénévoles et chevilles ouvrières de nos clubs d’en-bas, moi aussi dans ce cas-là, je suis à 100 % pour reculer l’âge de la retraite le plus tard possible.

Samedi 9 octobre

Scott Henderson, l’une des mascottes de Blackburn Rovers (Roar the Lion), est arrêté pour exhibitionnisme présumé sur garçon mineur. Les faits se seraient déroulés dans le complexe d’entraînement de Rovers, sur le terrain astro-turf. La pelouse synthétique aiguise la libido, c’est bien connu. En attendant le procès, le club l’a viré. Il a été libéré sous caution.

Décidemment, les mascottes anglaises, c’est pires que les prêtres. En 2005, Alan Smith, mascotte d’Accrington Stanley avait été emprisonné pour 6 mois pour attouchements sur mineure.

Lundi 11 octobre

On apprend que Paul Gascoigne s’est fait arrêter à Newcastle pour conduite en état d’ivresse le vendredi après-midi, au volant de sa MG sport (il signe un petit 2,85 grammes).

Les entraîneurs de Ligue 1 et Premier League nous rebattent les oreilles avec leur calendrier embouteillé, mais qu’ils aient une petite pensée pour Gazza la prochaine fois qu’ils chouinent. La surcharge calendaire des rendez-vous judiciaires de l’ex-Laziale devient dure à gérer. Gazza n’a en effet pas encore été jugé pour son avant-dernier cas de “drink-driving” en février 2010, pour lequel il doit passer au Magistrates’ court de Newcastle le mois prochain.

Il avait alors été intercepté au terme d’un week-end « pêche et nature » dans le Yorkshire des plus mouvementés (arrêté 3 fois par la police en 48 heures).

Acte I. En arrivant dans la paisible bourgade, Gazza et son pote se font expulser d’un Bed & breakfast au bout d’une nuit, après avoir refait la déco de la chambre (les proprios avaient appelé la police).

Acte II. Le lendemain, les deux compères se font arrêter pour troubles sur la voie publique (public order offence) dans un takeaway du coin, à Leeming Bar.

Acte III. Gazza se fait arrêter pour conduite en état d’ivresse un peu plus tard dans la soirée.

Bilan du week-end détente : 3 arrestations, et une mobilisation quasi-totale à lui tout seul de la police du canton.

Le Magistrates’ Court de Newcastle examinera, le 20 octobre, le dernier cas de conduite en état d’ivresse (celui du 8 octobre). Tandis que celui de février sera… Oui, bon, j’arrête, je sais vous avez décroché, ça devient trop compliqué, n’insistons pas.

Mercredi 13 octobre

Un magistrat du tribunal de police de Newcastle (ville décidemment très occupée avec les délits footeux ces temps-ci), délivre un mandat d’arrêt sur Anton Ferdinand (Sunderland), pour non comparution à une audience concernant une infraction routière sérieuse.

Le joueur, d’abord arrêté par la police, a été relâché sous caution et devra se représenter devant le Magistrates’ Court de la ville dans 2 semaines.

Anton, qui n’a plus que 3 points sur son permis, est désormais proche de l’option transport public (ou chauffeur).

Kevin Quigagne.

Matchbox vintage – Tottenham 3 – 5 Manchester United

Après la demi-finale de FA Cup 1999, retour sur un autre match épique, celui opposant Tottenham à Manchester United en championnat, le 29 septembre 2001.

Buts : Richards (15), Ferdinand (25), Ziege (45) ; Cole (46), Blanc (58), van Nistelrooy (72), Veron (76), Beckham (87).

A cette époque, Manchester United est champion en titre, après avoir été sacré pour la 14ème fois cinq journées avant le terme, quand Tottenham végète dans le ventre mou depuis le début des années 90. Après 7 journées, les Spurs se classent 11ème. Avec un match en moins, MU est 4ème d’un championnat alors dominé par Leeds United.

Sven-Goran Eriksson, annoncé futur sélectionneur de l’Angleterre, apparait en tribunes.

Tottenham

Sullivan

King – Perry – Richards

Taricco – Freund – Anderton (Rebrov, 83) – Poyet – Ziege

Sheringham (cap) – L. Ferdinand

Coach : Glenn Hoddle

 

Man Utd

Barthez

G. Neville – Johnsen -Blanc – Irwin (Silvestre, 46)

Beckham (cap) – Butt (Solskjaer, 40) – Scholes – Veron

A. Cole – van Nistelrooy

Coach : Alex Ferguson

Le match

Amputés de Giggs, blessé, et Keane, suspendu, les mancuniens souffrent sur le flanc gauche. Fatalement, leur 4-4-2 un peu bancal laisse des espaces, le 3-5-2 d’Hoddle gênant considérablement le milieu de terrain adverse.

C’est pourtant de Butt, servi par van Nistelrooy, que vient la première frappe dangereuse. Mais Tottenham prend rapidement la marque par Richards, néo-Spur qui coupe la trajectoire du corner d’Anderton. Les londoniens continuent d’imposer leur pressing et, après une récupération de balle dans le camp adverse, se voient récompenser. Ferdinand, servi dans la profondeur par Poyet, vainc Barthez, inquiété par le mauvais alignement de sa défense, et double le score. En face, Cole et van Nistelrooy tentent bien de bousculer l’arrière-garde, en vain. Ferguson fait alors rentrer Solskjaer pour remplacer Butt, gêné aux côtes.

Le milieu de terrain de Tottenham, bien aidé par un Sheringham légèrement reculé (et en proie aux sentiments les plus ambigus), combine à la perfection. Après quelques passes à une touche de balle sur le côté droit, Poyet se décide à centrer pour Ziege, isolé au deuxième poteau, qui n’a pas de mal à placer le ballon hors de portée de Barthez, taraudé par l’apathie de sa défense. Sur son banc, Hoddle est presque surpris d’une telle aisance. Half Time.

Ferguson lance Silvestre à la place d’Irwin, afin d’apporter du surplus offensif. Mais c’est d’abord du flanc droit, et après 47 secondes de jeu, que Neville trouve Cole dans la surface, lequel vient placer sa tête au premier poteau. Possiblement anecdotique, cette réduction du score très précoce insuffle néanmoins le doute dans les esprits londoniens.

C’est maintenant face à un 4-3-3 que Tottenham doit s’opposer, et force est de constater qu’ils ne parviennent plus à retrouver leurs marques qui, conjuguées à la désorganisation générale de United, avaient fait de la première mi-temps une réussite totale. Dépassé, le milieu de terrain ne trouve plus ses attaquants, quasiment invisibles. A l’heure de jeu, sur un maitre-corner tiré par Beckham, Blanc fait renaitre l’espoir d’un exploit.

Les occasions pleuvent sur le but de Sullivan. Beckham, van Nistelrooy, Johnsen percent les failles défensives mais oublient de conclure. C’est finalement le néerlandais qui trouve l’égalisation, au terme d’un joli mouvement côté gauche.

Imprécis, visiblement abattus, les Spurs coulent sous la pression mancunienne. Quatre minutes et quelques transversales de Beckham plus tard, Veron, bénéficiant d’un excellent travail de son équipe, s’infiltre dans la surface et frappe du gauche (!). United prend l’avantage et Ferguson rit de bon cœur.

Peu avant la fin du match, Beckham conclut le score d’une frappe extérieur pied droit aux vingt mètres, Solskjaer se trouvant, de nouveau, à l’origine de l’action.

Un comeback mémorable et deux périodes symétriquement opposées, chaque équipe ayant eu la sienne. Il se dit qu’un sèche-cheveux a fait beaucoup de bruit à la mi-temps.

Statistiques

Corners : 4 – 6

Tirs (cadrés) : 7 (3) – 18 (9)

Fautes : 16 – 10

Hors-jeu : 3 – 2

Spectateurs : 36038