Incidents de car

17 juin 2008 – 23:57

J’avais quand même bon espoir: l’Italie, c’est la seule équipe aussi vieille et aussi lente que la nôtre. Et tant pis si ça devait ressembler à un mélange de partie d’échecs et de Subbuteo, parce que ce n’est pas en football qu’on peut briller, en ce moment. Mais la journée a mal commencé dès le petit-déjeuner, avec une aggravation du conflit générationnel dans la salle à manger. Sagnol avait récupéré une table pour poser ses cartons de médicaments à côté de lui, mais les jeunes ont estimé qu’elle faisait partie de leur territoire et ils ont voulu la reprendre. Tout le monde s’est dressé sur ses jambes comme un seul homme, plus Thuram. Lilian a voulu s’interposer en se lançant dans un appel à la sagesse, mais Benzema l’a interrompu en disant qu’il n’aimait pas le gospel, qu’il préférait le R’n'B.

La tension était à son comble, on se serait cru dans une version en survêt de West Side Story. Mais Gallas a rappelé qu’on avait un dernier match à jouer et que ce n’était pas le moment de se mettre dessus. Je me suis félicité de cette intervention, et ce n’est qu’après que je me suis souvenu qu’il avait dit “dernier match”.
Arrivé à la gare de Zurich, ça ne les a pas empêchés de se battre à nouveau pour les places dans le bus. Les kids n’ont pas compris que les sièges des anciens étaient quasiment de droit divin, alors quand Thierry a vu Hatem au sien, ça a fait du grabuge. Pour en finir, j’ai mis les vieux à gauche et les jeunes à droite. Toulalan s’est assis dans l’allée centrale. Ah, si les schémas tactiques pouvaient être aussi simples…

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.