Chute de tension

10 juin 2008 – 10:40

Les arbitres m’ont remercié à la fin du match: “Pas une action, pas un débordement, ça nous a drôlement facilité la tâche”. En conférence de presse, j’ai senti la différence. La moitié des journalistes pleurait, l’autre souriait en coin. Les étrangers et les Français, quoi : seuls les seconds savaient quoi écrire après cette purge. Malouda va en prendre plein le paletot, mais cette fois, il ne réussira pas à cacher la misère. Ils ont demandé s’il y a de la tension dans le groupe. En tout cas, il n’y en a pas dans Sagnol.

J’avoue, j’ai paniqué quand j’ai suggéré qu’on visait le point du nul. “Dans le mille!” a lancé quelqu’un dans le fond. Un autre a voulu savoir si j’étais contre l’opération de la Croix-Rouge, 4.000 euros pour chaque but marqué. Un troisième a demandé si le groupe de la mort, cela voulait dire qu’on allait tous mourir d’ennui. Mais celui qui m’a tué, c’est Gallas quand il a déclaré “Il y a un entraîneur qui nous a demandé de faire quelque chose, et on l’a très bien fait”.
Moi, j’ai convoqué Duverne et je lui ai demandé s’il préparait les joueurs pour la reprise dans leurs clubs, parce que là, on se serait cru en Coupe Intertoto. J’ai aussi commencé à recevoir des SMS de Gérard Houllier, il ne manquait plus que ça. “Tjours pa besoin 2 conseil?” “Ribéry a planké lé vitamines?”

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.