Jaune Thierry

26 mai 2008 – 11:41

On a beau répéter que “le groupe vit bien”, le mental est fragile. Entre ceux qui ont pris au pied de la lettre les journaux disant qu’ils étaient “entrés dans une nouvelle dimension” et les stars rongées par le doute ou les rhumatismes, je n’ai que François Clerc avec à la fois la tête sur les épaules et une bonne santé. Ça fait léger pour gagner un Euro.

Le cas le plus épineux, c’est celui de Thierry. Déjà, il a voulu venir avec son pool de psychologues et sa cellule de lobbying. Et puis il m’a “accordé un entretien” pour m’expliquer qu’à la réflexion, il souhaitait jouer seul. “Seul en pointe?”, j’ai demandé. “Non, seul en attaque, tout seul”. Il m’a expliqué que personne n’était complémentaire avec lui, alors qu’un bon sélectionneur devait en tirer les conclusions qui s’imposent.

Il n’arrête pas de se plaindre de petits bobos ici et là, mais pour le soigner de ses désillusions à Barcelone, il faudrait commencer par faire une IRM de son amour-propre. Là-bas, les socios espéraient voir les quatre fantastiques, mais ils se demandent encore quels sont les super pouvoirs de Titi, à part se rendre invisible. Moi, je leur dirais de lui laisser du temps: sa vraie spécialité, c’est faire disparaître la concurrence. Mais avec des ego pareils, on pouvait au moins s’attendre à ce que Eto’o et lui arrivent à communiquer par transmission de pensée.

Toujours est-il qu’il doute, et qu’il tire la gueule pour de bon, cette fois. Même quand Christian Jeanpierre vient se frotter à sa cuisse, le cœur n’y est plus. Alors quand il a lu que le Barça était intéressé par Trezeguet, son teint a un peu plus tiré vers le jaune.

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.