Partis Sans Gloire – Frédéric Déhu

23/10/2008 – 12:15

Frédéric Déhu (24 octobre 1972 à Villeparisis)

Fred, sa carrière sera à l’image de son nom : il y aura eu Déhu et Débat. Fred donc, comme Charly, se montrera d’abord au RCL, avec qui il glanera un titre de champion de France en 1998.  Fort de ce succès, la grenouille Déhu voulut être plus grosse que Leboeuf et partit quérir amour gloire et beauté de l’autre côté des Pyrénées, vers Barcelone.

 

 

Recr*** me I’m famous

 

Ce fut une brillante idée, mais il aurait pu avoir l’indécence de la garder pour lui, et il alla grossir les rangs des frenchies qui ne décollèrent pas à l’étranger, estampillés les « Frenchies dans la colle ». Bien que d’un naturel joyeux, il fut confiné au banc, n’en sortant que pour faire des toros avec ses coéquipiers, en bande de joyeux drilles. Les banderilles qu’on les appelaient.

Puis enfin, un 18 juin, il entendit l’appel de la Gaule, et s’en fut à Pôris, où il passa de belles années, avec accessit au capitanat, une coupe de France et un titre de vice champion de France. De vice champion il n’en garda que le vice avec l’inauguration du transfert Mir Express de joueurs parigolos vers les étals d’Ordralphabetix. Et bien entendu il eu la bonne idée de le faire en douce un soir de victoire en finale, obligeant Fiofio à aller le chercher au fond des vestiaires.

Les supporters ne lui pardonneront pas, et s’essayeront bien avant les autres à siffler « la Marseillaise » au Stade de France, le chassant sous une pluie de quolibets. Les Frédéric Hunter étaient nés.

 

 

 

Alors Fred, il est où Fabrice ? Tu vas répondre ?

 

Fred partit donc pour Marseille, où il fut affublé du sobriquet du nom de sa ville, Villeparisis. La douleur étant trop forte pour nous, nous passerons cette étape de sa carrière sous silence. Il passa lui aussi sous silence sa décision d’arrêter sa carrière de footballeur mais finira par Levante, allant là aussi grossir les rangs de français en perdition.

A l’heure actuelle, il serait coach es changement de maillot, avec pour dernier client un certain Eric B.

  1. 2,797 réponses to “Partis Sans Gloire – Frédéric Déhu”

  2. Une petite remarque, pour le sport: c’est pas à Barcelone qu’il va caler des banderilles sur des tauraux, la Catalogne rejetant fermemant la tauraumachie.

    De Le Madrilène le 23/10/2008

  3. Certes certes. Que ne feraient-ils pas comme entorse pour pouvoir placer un jeu de mot !

    De Jeanroucas le 23/10/2008

  4. Ne parlerait-il pas plutôt du toro, exercice d’échauffement footballistique ?

    De Frenchfryyy le 24/10/2008

  5. Entre l’indécence et les Frédéric Hunter mon coeur balance ! Quoique la bande de joyeux drilles…

    De Pirès te calme le 27/10/2008

  6. Pas si fermement opposée que ça à la tauromachie non plus, la Catalogne: il y a une plaza de toros à Barcelone et c’est même là que j’ai assisté pour la seule et unique fois à ce spectacle…

    De Raspou le 28/10/2008

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.