le kikonjou de la semaine : Grenoble Foot 38

27/09/2008 – 17:23

Aussi incroyable que cela puisse paraître, certaines peuplades parviennent encore de nos jours à survivre au-delà du périphérique. Parfois même à des lunes et des lunes de marche. On les appelle les kikonjoux. Afin de mieux connaître leurs coutumes et de promouvoir un tourisme parisien responsable, prenons notre Hummer Diesel et partons à leur rencontre.

Le kikonjou de la semaine : Grenoble Foot 38

Soyons soyeux un instant. La mentalité qui sévit chez les Lyoniais confine souvent à l’étriqué. Et c’est pour échapper à cet esprit petit-bourgeois que les gros nobles ont construit un hameau en banlieue, dont à propos duquel il est question du sujet auquel il se rapporte aujourd’hui. Une légende affirme qu’un peuple gaulois, les Allobroges, sont les ancêtres des gros nobles, mais c’est complètement con. A l’époque, y’avait même pas le téléphone.

Les gros nobles, que notre bien aimée administration jacobine a tôt fait de taxer comme des gueux noblois, ce qui n’est pas très gentil, végètent dans une sorte de cuve malodorante et très mal isolée, avec des montagnes en papier mâché tout autour pour faire joli. Voilà, un peu comme un resto chinois. Mais ça a moins de chien.

A l’instar des préfectures et des gares, les gros nobles ont un chef. Sinon c’est le bordel. Pour décider qui c’est le chef quand Alain Carignon est en prison, ils organisent un grand concours de maquillage au saindoux, auquel participe la crème de la crème. Autant vous dire que le vainqueur, c’est carrément le gras teint. Comme si ça ne suffisait pas, les gros nobles en rajoutent une couche en oignant les fesses du chef de graisse de renne pour pas qu’elles gercent. On dit alors qu’il a le dos finnois. Cette odeur alpine attire les femelles du cru et en anorak (une maladie de peau très répandue dans la région), prêtes à ôter leurs après-ski. Ah non, pardon, c’était déjà leurs pieds. En tout cas, l’hiver sera torride.

isere-reduit.jpg

Isère, Isère. C’est toujours sur les pauvres gens que tu t’acharnes obstinément.

Un soir qu’ils avaient encore touillé leurs patates trop cuites dans de la graisse trop figée, les gros nobles eurent soif, et envoyèrent au puits le goubi du village. Qui se perdit et ramena une Chartreuse de Parme, ce gros jambon. Ça fit tout un Stendhal à l’époque. Pourtant, les gros nobles s’enorgueillissent depuis de cette découverte, et torturent nos gamins avec l’histoire de ce Fabrice Del Dingo, pendant que les leurs font de la luge sur leurs fesses ointes pour pas qu’elles gercent. Autre spécialité que les locaux glougloutent pour faire fondre les stalagmites qui peuplent leurs gosiers : le vin à la noix. Bien plus à la noix qu’un Beaujolaid, hein, on a sa fierté régionale ou on ne l’a pas. Quand ils sont bien givrés, les gros nobles font du hoquet sur place.

Les gros nobles sont très fiers de leurs pôles, notamment de recherche qui trouve pas. Ainsi, de nombreux scientifiques restent là, tapis dans le manque de soleil, dans l’espoir d’observer la rencontre improbable entre un ravi des plaines et un crétin ayant dépassé le stade des Alpes. Pour enfin savoir si oui ou non, la montagne, ça vous gagne. Les ethnologues estiment que si un sauvage veut atteindre le sommet, il aura plus de chances s’il n’est qu’Hannibal. Et que là venir appartient à ceux qui s’éléphanteaux. Ou sinon faut passer par le Sud, là où la Drôme adhère.

La meilleure blague du coin reste le Gros Noble Foot Trois Huit, usine à rire non-stop et dont le management a été délocalisé au Japon. Son objectif avoué est de remporter la Ligue des Champions d’ici 2014. Parfois, vaut mieux nier tout en bloc.

Qu’attendiez-vous d’une bourgade à produire des comiques tels que Roland Magdane, Jean-Marie Messier ou Laurent Luyat, franchement ?

  1. 2,960 réponses to “le kikonjou de la semaine : Grenoble Foot 38”

  2. “Isère, Isère. C’est toujours sur les pauvres gens que tu t’acharnes obstinément.”

    J’en pleure encore de rire…

    De WaGNe4 le 27/09/2008

  3. Et même pas une mention de la gloire footballistique locale, Youri Djorkaeff !

    Sans ça, c’eut été génial.

    De julien le 27/09/2008

  4. Brillant.

    De Domi Néné Ba Gagnier le 27/09/2008

  5. …Jimmy ou Danny ?
    Comprend pas…

    De benjamin le 28/09/2008

  6. “Qu’attendiez-vous d’une bourgade à produire des comiques tels que Roland Magdane, Jean-Marie Messier ou Laurent Luyat, franchement ?”
    ==> une fessée pour le PSG ?
    ^_^

    De Matth le 29/09/2008

  7. et ils sont ou ?et ils sont ou? les parigos?

    De piadino le 29/09/2008

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.