PSG: La presse contre-attaque (1)

4/09/2008 – 14:55

Lundi 1er septembre, 14h30: salle de rédaction de Paris Sonne le Glas. C’est l’heure où les premiers d’entre nous arrivent au boulot. Dans quelques minutes aura lieu la réunion du lundi matin qui fixe les grands axes de la semaine. En attendant que tout le monde soit là, A. parcourt le courrier reçu: lettres de fans, demandes en mariage (avec photos), menaces de procès… La routine.

Soudain, son attention s’arrête sur un bristol inhabituel, frappé d’un tampon « Confidentiel »:

« Chers collègues,

En ce début de saison, devant les difficultés patentes de notre profession, je vous propose une réunion informelle pour définir une stratégie de réponse commune. Je suggère qu’elle se tienne dans la plus grande discrétion au (suit l’adresse d’un bar à Issy-les-Moulineaux) le mardi 2 septembre à 23h30. Signé: J.T. »

Lundi 1er septembre, 15h45: salle de réunion de Paris Sonne le Glas. Nous sommes désormais tous là pour la réunion du matin. La mystérieuse invitation fait l’objet de toute l’attention. Nous sommes unanimes: l’un de nous doit y aller… mais qui? L. aimerait bien mais il a piscine. T. dine chez sa belle-mère. S. invite sa belle-mère à diner. P. est invité à un vernissage. D. a un sanglier sur le feu. Il ne reste plus que A. et moi. A. dit « R., c’est moi le chef et je t’emmerde: c’est toi qui t’y colles ».


Mardi 2 septembre, 23h58: un bar à Issy-les-Moulineaux. J’arrive à la bourre, putain, c’est grand cette connerie de banlieue, on croirait la province en plus glauque. Le patron m’introduit dans une arrière-salle. A mon entrée, J.T. s’exclame: « Ah, le représentant du Glas! C’est donc que nous sommes tous là, on peut commencer. »

Avec moi, nous sommes sept. Je ne connais que J.L., qui me fait un petit signe de la main – il a l’air un peu gêné. J.T. fait un topo introductif, dont je rate la moitié, occupé que je suis à me servir un whisky… J’entends vaguement que nous sommes la fine fleur de la presse écrite sportive française et que nous allons faire un tour de table pour décrire chacun la gravité de la situation… Ensuite, nous verrons les solutions.

Les quatre premiers intervenants ont préparé un topo commun. Il y a là J.T. (L’Equipe), G.E. (France Football), K.N .(Le Parisien) et P.M. (je sais plus, un blog sur le net, je crois). C’est J.T. qui lit le texte:

« Chers collègues,

Déjà difficile eu égard à la situation générale de la presse écrite française, notre activité est gravement menacée en ce début de saison par le comportement inadmissible du Paris Saint-Germain: stabilité au niveau de l’entraineur, pertinence du recrutement, qualité du jeu proposé, résultats positifs, absence de dissensions internes, calme des supporters… Il y a là manifestement un complot pour nous empêcher de faire notre travail de journalistes sportifs: quelle crise allons-nous annoncer? quelle gabegie dénoncer? quelle tête réclamer? Allons-nous être contraints à de plates analyses sur les mérites comparés du 4-4-2 et du 4-5-1? A cette atteinte manifeste à la liberté de la presse, nous disons: non! Il faut nous ressaisir et ramener rapidement le PSG dans le droit chemin de nos intérêts! »

Les trois autres co-signataires applaudissent J.T. quand il finit sa diatribe. C’est ensuite M.A. (La Provence), qui prend la parole:

« Chers amis de la presse centralisatrice septentrionale, je trahirais le respect que je porte à mon illustre confrère devenu depuis président du club qui, seul, mérite le nom d’Olympique, si je ne commençais par quelques précisions oratoires sur les raisons de ma présence ici, laquelle, je l’avoue sans ambages, pourrait étonner des esprits moins avertis que les vôtres. Et pourtant, si vous y pensez bien: certes, La Provence se soucie avant tout de l’O.M.E…. Mais ensuite, qu’est-ce qui fait son fond de commerce, si ce n’est le P.S.E.G? Or, conjonction funeste, en ce début de saison, l’O.M.E. marche bien, mais sans encore briller suffisamment pour que nous sortions trompettes et cocardes, et le P.S.E.G. est solide, nous privant par méchanceté gratuite de notre principal sujet de raillerie… Résultat, nos ventes stagnent – il faut faire quelque chose. »

C’est ensuite J.L. (Les cahiers du football) qui prend la parole:

« Hum hum, bon, ma présence à moi aussi peut étonner en cette assemblée, donc sachez que je me désolidarise a priori de toute velléité de lynchage ou de démagogie populiste, hein, mais c’est qu’aux Cahiers, nous aussi on a de petits problèmes avec le PSG… J’ai regardé attentivement leur match à Caen et il est apparu clairement deux choses:

1/ Qu’avec une ligne défensive positionnée à 20m de leur but, forcément, ils ne prennent jamais personne au piège du hors-jeu… Et alors on fait quoi, nous, si les joueurs ne jouent plus le hors-jeu, et donc que les arbitres arrêtent de se tromper, et donc que les journalistes télé arrêtent de pousser des cris d’orfraie pour réclamer la vidéo? C’est la moitié de nos articles qui tombent à l’eau, pour nous, si on ne peut plus critiquer les critiques!

2/ Qu’ils jouent sans David Trezeguet, et ça c’est quand même inadmissible! On ne comprend vraiment pas comment on peut se passer de David dans ce contexte! Samedi dernier à Caen, avec les caviars de Giuly et Sessègnon, c’est cinq buts que David aurait marqués! Au lieu de cela, ils font jouer une espèce d’endive filiforme à peu près aussi efficace que Thierry Henry, c’est une honte! »

A ces mots, la réunion est interrompue car P.M., le bloggeur inconnu, se jette sur J.L. en hurlant « pas Thierry Henry, tu touches pas à Thierry Henry c’est clair? » et J.L. se met à courir autour de la pièce en criant « si je veux, si je veux, tu m’attraperas pas! »… Il faut que J.T. fasse sortir tout le monde une dizaine de minutes pour que les esprits se calment. Du coup, à notre retour dans la pièce, V.D. décide de passer tout de suite aux propositions de solutions, et personne ne me demande pourquoi moi je suis là… Et en fait, ça tombe bien, parce que j’étais sacrément emmerdé: je ne sais pas pourquoi mais nous, au Glas, on l’aime bien, le début de saison du PSG.

(La suite au prochain épisode)

  1. 2 581 réponses to “PSG: La presse contre-attaque (1)”

  2. Ah? Il y a une salle de rédaction à Paris Sonne le Glas?

    De JL le 4/09/2008

  3. Ca démarre très fort ! Vivement la suite !

    De OMS le 4/09/2008

  4. Vous etes de grands malades, mais c’est pour ca qu’on vous aime !

    De Holybinch le 4/09/2008

  5. J’aime beaucoup le “O.M.E.” et le “P.S.E.G.” ^^

    Sincèrement, après le bon début de saison du PSG, je me demandais bien comment vous alliez continuer, mais là, j’avoue que je suis agréablement surpris! Beaucoup de créativité, bravo!

    De Le madrilène le 4/09/2008

  6. enorme !!! avec un fond de vérité en plus ….

    De pervers perpère le 4/09/2008

  7. Les cahiers du foot font la critique des critiques ? Vous faites donc la critique des critiques des critiques… Faut que ça s’arrète j’ai la migraine moi.

    (et en plus je me rends rend compte que je viens de critiquer les critiques des critiques des critiques)

    De yo le 4/09/2008

  8. Ah on dit ce qu’on veut mais le côté obscur n’est jamais très loin du complot… m’étonne qu’on n’y ai pas vu le francs maçons…

    De benjamin le 4/09/2008

  9. continuez comme ça les gars !

    De chantomette le 4/09/2008

  10. le bloggeur inconnu était un agent double pour 100% foot si je ne m’abuse.

    De totoben8 le 5/09/2008

  11. vivement la presse contre attaque(2).

    De totoben8 le 5/09/2008

  12. JPP présentateur d’un journal populaire sur une chaine culturel souhaite rejoindre ce groupe
    Pour cet éminent journaliste le trop calme des supporters l’empêche d’évoquer les hordes de barbares de la porte de saint cloud qui empêchent les riverains qui paient leurs impôts (eux) de dormir

    De The Filoo le 5/09/2008

  13. Tout est vrai et je trouve génial que vous arriviez chaque jour à tourner les choses avce une telle dérision et un tel humour…

    Pour faire parler la presse cette année, je pense que ca va partir sur :
    pourquoi les arbitres ont tant besoin de montrer à Maké qui c’est le chef sur les pelouses moins vertes françaises, et que Monsieur ne s’imagine quand meme pas qu’il peut faire un tacle, ici, en France, que non Monsieur, meme en temps que capitaine tu te prendras ta biscotte lorsque tu mettras plus de trois mots dans une phrase et que en france on ne discute pas avec un chap(r)on qui fait les gros yeux. Je me délecte par avance du premier match de paris qu’il arbitrera… Pourvu que Maké soit suspendu sinon je mets un apéro sur son premier carton rouge sur ce match-là!

    En fait je pense que la presse va tomber sur les arbitres pour savoir pourquoi cette anée il n’y a pas eu de pénalties contre lyon le psg et l’ome

    D’autre part je pense que le calme apparant des supporters peut exploser sur un tour préliminaire de coupe de l’UEFA (y aura bien deux ou trois abrutis, supporters de galatasaray, pour venir avec des maillots de marseille, histoire de, au cas où, le psg soit éliminé)… On est doué pour foirer ce genre de match a la con (remember haifa)

    Le comité de rédaction football de l’équipe n’a plus que Domenech sur qui taper, ca pourra pas durer.. Ca doit etre le branle bas de combat là-dedans. Et on ne vends pas de papier si les gros sont en tete de classement, ca c’est sur. A mon avis les vautours sont au-dessus du Haillan, attendant les claques que recevront, peut-être, les girondins après la treve internationale.

    De Jesouffre Mulumbu le 5/09/2008

  14. Splendide. Bon j’avoue, j’ai mis un moment à comprendre qui était JL (à ma décharge, je cherchais un personnage malfaisant). C’est quoi le nom du mec du phocéen ?

    De Noé Pamarant le 5/09/2008

  15. Le discours de J.T sonne tellement vrai…

    De Tieum78 le 8/09/2008

  16. M.A. = Mario Albano ?

    De Steph le 11/09/2008

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.