La chronique tactique à l’envers de Paris Sonne le Glas

11/04/2008 – 6:26

Relégables à quelques journées de la fin malgré un effectif peu susceptible de jouer le haut du classement à l’envers, les résultats du PSG 2007/2008 impressionnent les spécialistes. Récemment, les matchs à Lille, Bordeaux ou Rennes ont atteint des sommets de maîtrise. Décryptage avec Paris Sonne le Glas.

Le Paris de l’attaque : que personne ne bouge, c’est un hold up

Sur le plan offensif, le PSG affiche clairement ses ambitions à l’envers avec l’une des plus fortes attaques de L1, qui réussit à maintenir une moyenne inférieure à un but par match. Cette qualité offensive est d’autant plus remarquable que le PSG possède dans ses rangs le pire buteur du championnat de ces 10 dernières années et l’un de ses passeurs les plus maladroits. Paul Le Guen a donc dû établir tout un plan de jeu pour pallier ces défaillances individuelles.

En phase offensive on joue statique et on joue dans les pieds, pour être certain de ne pas déséquilibrer l’adversaire. On fait gentiment tourner le ballon, latéralement ou en retrait. Les rares mouvements ne sont autorisés que sur les phases de contre. Le bloc éclate alors et les joueurs glissent côté opposé au jeu, coulissant individuellement de manière aléatoire comme à la gamelle (Fig. 1). Chaque joueur évolue dans une zone aussi éloignée que possible du ballon, de préférence caché derrière son vis-à-vis. Sage précaution : on n’est en effet jamais à l’abri d’une passe, d’une déviation involontaire dans la profondeur ou d’un contrôle raté dans l’intervalle qui créerait l’irréparable décalage et vous forcerait à une course vers l’avant.

terrain-de-football-fig1.jpg

Fig 1. Le sauve-qui-peut

On notera que le système laisse une grande liberté aux joueurs qui peuvent laisser cours à leur talent créatif, à condition toutefois de ne jamais trop directement solliciter le ballon. Au PSG, le ballet des feintes d’appels est souvent un spectacle à ne pas rater, tout en esquives et en pas de crabe. Schématiquement, il s’agit de faire en sorte que le porteur n’ait d’autres solutions que de jouer long sur la défense adverse ou de partir dans une série de dribbles improbables (Fig. 2). Face à un bloc équipe solide comme le sont la quasi-totalité des équipes de L1-L2-CFA, reste comme seule solution l’exploit individuel. Or le PSG ne dispose pratiquement d’aucun joueur qui en soit capable, l’habile mise sous pression psychologique des quelques fortes têtes ayant suffi dans un passé récent à éteindre les rares prises d’initiatives.

terrain-de-football-fig2.jpg

Fig 2. Quand l’Aigle est hors-jeu, l’attaque est mouette

Le Paris de la défense : l’imagination au pouvoir

Mal attaquer ne suffit pas toujours en L1 où l’on ne peut plus guère compter sur l’audace adverse. Le risque de match nul reste élevé et une défense à l’envers digne de ce nom doit être capable de se substituer aux attaquants adverses. Aussi le 4-4-2 parisien n’est pas seulement inoffensif, il est aussi perméable. Il permet de subir le jeu très bas (Fig. 3), dans une zone où, à l’instar du mercato, chaque erreur se paie cash. Les défenseurs parisiens se situent dans leur camp, rarement au-delà des vingt-cinq mètres. Le bloc défensif est centré et compact, les joueurs gardant toujours une faible distance entre eux, inférieure au mètre, pour faciliter une relance sans risque et sans espoir. L’occupation de tout le reste du terrain est laissée à l’adversaire. Conforté en sus par l’absence de pressing, celui-ci a tout le temps nécessaire pour construire ses quelques attaques placées.

terrain-de-football-fig5.jpg

Fig. 3 A Paris, c’est la zone.

Le PSG utilise également tout la panoplie du football défensif à l’envers: le pressing solo qui libère d’un seul déplacement désespéré un ou plusieurs joueurs adverses, la feinte de faute tactique, la course « tektonik », le latéral brésilien, le marquage à 3 bons mètres de son attaquant -si possible à reculons et mains dans le dos -, le tacle dans le vide et le boulevard défensif, devenu signature maison, aussi bien au niveau de la ligne arrière que du milieu de terrain: très complexes, les alignements nécessitent une coordination parfaite et doivent astucieusement permettre de libérer des espaces pour l’adversaire, notamment en cas d’interception (Fig. 4). Enfin, Paris n’hésite pas à recourir à un joker en cas de situation bloquée : la bourde monumentale. Et à ce jeu, Landreau a beaucoup progressé cette saison, peut-être sous l’influence de Ceara, assurément l’une des meilleures recrues en la matière.

terrain-de-football-fig4.jpg

Fig. 4 Le groupe est soudé et vit bien ensemble

Aujourd’hui, Paris est aux portes de la relégation. Le mérite de Paul Le Guen aura avant tout été d’avoir su faire fructifier le travail de ses prédécesseurs pour aboutir à une véritable synthèse à l’envers qui fait aujourd’hui du PSG un club résolument arrière-gardiste : application à la lettre du coaching PSGzee (Luis for ever), identification d’un fond de jeu propre à faire de chaque match un spectacle sans cesse renouvelé (merci Vahid), réactivité et motivation du groupe (bisous Laurent), mise à l’écart des meilleurs éléments (ne reviens jamais Guy). Un splendide « worst of » qui augure dans un futur proche de formidables derbies avec Créteil ou le Paris FC.

  1. 627 réponses to “La chronique tactique à l’envers de Paris Sonne le Glas”

  2. excellent 😉

    De On meinau score le 11/04/2008

  3. :onmyknees:

    De Rage against Lev Yashin le 11/04/2008

  4. Parfait.

    De Je dirais bien que je suis messin, mais c'est pas ca qui va arranger mes affaires avec les filles (ni avec les enfants) le 11/04/2008

  5. Qu’il soit clair que je ne vous le souhaite pas, mais des matches en L2 contre Vannes, ça va être rigolo.

    De Lucarelli le 11/04/2008

  6. Un splendide “worst of”? Non, pas sur, mais plutôt un “Best Off”…

    De Saintétiennois fort et vert le 11/04/2008

  7. AH putain vous êtes vraiment malades ^^

    De Jeanroucas le 11/04/2008

  8. Le meilleur de tous. Bravo les copaings

    De kelly le 12/04/2008

  9. ce soir il y a VANNES-PARIS F.C..l’année prochaine nous irons voir VANNES-PARIS S.G.. Places en vente dès la sortie du calendrier 2008/09 .Amis parisiens , vous allez visiter la france et n’oubliez pas votre guide:
    J.P. PERNAULT…..

    De tetarno le 12/04/2008

  10. Excellent.

    Une remarque : Morbihannais et à proximité de Vannes, je vous assure que le PSG ne dénotera pas ici, vu les nombre de touristes parisiens qui accourent l’été dans notre belle région… Imaginons que Vannes-PSG fasse l’ouverture (début août) et la clôture (début mai) du championnat et il pourra compter sur un public largement acquis à sa cause.

    De Breizhil56 le 12/04/2008

  11. On voit que les rois de la vanne sont de sortie ici…
    ça me fait penser à christophe colomb , réputé pour laisser trainer les dernières voyelles, débarquant à cuba et demandant, se croyant en bretagne “C’est làà vannes?”…

    De Saintétiennois fort et vert le 12/04/2008

  12. Bin vous avez vu, que ce soit ici ou sur PEM, je suis un véritable appeau à Bretons. Non, rien à voir avec une cornemuse ou une bière.

    De Lucarelli le 14/04/2008

  13. Ha ha, excellent article et ce n’est même pas en ma qualité de Marseillais que je me marre. Petite question par contre, avec quel logiciel réalisez vous ces schémas tactiques ? J’ai moi aussi envie de rejoindre les légendaires Luis Fernandez et Abel Braga au panthéon des stratèges qui ont foulé nos pelouses !

    De Carter le 14/04/2008

  14. Alors là, j’espère que vous avez un bon avocat parce que mes voisins comptent vous attaquer en justice.

    “Maintenant y e a marre!” qu’y disent tous…

    De la menace chantôme le 16/04/2008

  15. Réjouissez-vous supporters parisiens !
    Vous voilà enfin débarassés de ce boulet de Pauleta qui vous a volé bien des défaites. Si on ajoute le départ du maladroit Diané le PSG aura la saison prochaine une attaque à l’envers de très haut niveau! Egalement débarassés du bien trop solide Yepes qui a oublié comment on provoque un penalty le podium à l’envers ne peut plus vous échapper!

    De le_parisien_à_l_envers le 11/07/2008

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.