Salut les invalides,

Ben dis donc, Paul le poulpe est mort. Heureusement, ils ont prévu de l’embaumer, ça fera une coiffure de rechange pour Bacary Sagna.

Bon, comme promis, j’ai mené mon enquête. Et je suis allé voir mon pote Patrice Evra. Patrice Evra. Mais si, c’est le type qui s’est révolté dans un bus. Ah ben oui, il y en a qui montent sur des barricades en sifflant la Marseillaise, lui il est monté sur un siège en sifflant du champagne. C’est comme ça.
Et puis tiens, cette affaire de Knysna, ça nous a permis d’apprendre que l’équipe de France se déplaçait en bus. Ah ben oui. T’imagines le titre de L’Equipe : « Les 23 se révoltent dans leur Austin Mini. Ils croyaient que Louis Nicollin allait passer pour peaufiner son recrutement. »
« Nicollin ? Mais il encourrait pas une suspension ?
Ah, lui causez pas de suspension, il a déjà pété celles de sa Polo. »

Ben dis donc, Paul le poulpe est mort. Heureusement, ils ont prévu de l’embaumer, ça fera une coiffure de rechange pour Bacary Sagna.

Bref, je vais voir mon pote Patrice. Il a mauvaise mine. Depuis son combat pour la liberté, il se sent moins bien considéré. « La lutte déclasse », comme dit Abidal.
Je lui pose quand même la question :
« Dis donc, Patrice, il paraîtrait que Fred Thiriez voulait te déchoir de ta nationalité, rapport à ta révolution de velours ? » - aucun lien avec la Tchécoslovaquie, c’est juste la matière de sa chemise Jean Paul Gaultier.
Le coach vocal de Laurent Blanc ?
Lui-même.
Ben ouais. Il avait peur qu’on fasse pareil à Sagna et qu’il devienne apatride. Avec qui tu négocies les indemnités de transfert dans ces cas-là ? Aung San Suu Kyi ? »
Pas con.

Pas con. C’est pas comme les commentaires, sur mon blog ! Parce que je veux bien parler de foot, mais faudra quand même qu’on m’explique. Comme quoi je « caricaturerais Pierre Ménès ». Déjà, les gars, c’est pas ma faute, si j’ai le même prénom que lui, t’en discuteras avec ma mère, c’est elle qui a choisi. Encore heureux qu’elle m’ait pas appelé Maxi, comme Rodriguez, j’aurais eu l’air con.
« Bonjour, je m’appelle Maxi Minus.
Désolé, on n’a rien pour les empereurs romains.
Mais non, je suis journaliste sportif.
Rien pour les jeux du cirque non plus. Attendez, redites-moi votre nom, pour voir.
Maxi Minus.
Maxi Minus ? Vous auriez pas tourné dans un porno gay ? Avec un nain ?
Non, ça, c’est Mini-mec, suce. Jamais vu. »
C’est du joli, tiens.

Quant à Minus, là, c’est mon père qu’il faut voir. Enfin, qu’il aurait fallu voir. Paix à son âme. Oui, mon père est mort. Ah ben il a voulu changer une ampoule en sortant du bain. Pas de chance. Ah oui, comme conducteur, il a été encore plus rapide que Jacques Faty, dis donc.

En Afghanistan, il y a tellement de mines antipersonnel que les gamins s’en servent pour faire les buts. Là-bas, il y a personne pour te parler des poteaux carrés trente ans après.

Sinon, aussi, merci pour le commentaire qui me conseille de me « mettre en danger » dans mes chroniques. Super. Sauf que ça veut dire quoi, ça, me « mettre en danger » ? Que je dois demander à Nigel de Jong s’il compte signer au Paris Foot Gay ? Interviewer Govou en bagnole sans attacher ma ceinture ? Ou bien me déguiser en couille et faire la sieste devant Franck Dumas ? Bonjour les conseils de pros ! Me mettre en danger… Eh, on est aux Cahiers du foot, là, pas à la rubrique actu de Foot Mercato !

Ah oui, et puis aussi, tant qu’on y est : des lecteurs marxistes m’ont écrit pour me dire que j’avais été vache, y a deux semaines, avec Tony Chapron, à vouloir l’expédier en Sibérie. « N’empêche, moi, le premier truc que j’ai vérifié, c’est si Fred Godard était transféré à la FFF. Et Tony Chapron en Sibérie », que j’avais écrit.
Bon, déjà, si j’avais été vache, je ne l’aurais pas envoyé en Sibérie mais en Afghanistan ou en Irak. En Afghanistan, il y a tellement de mines antipersonnel que les gamins s’en servent pour faire les buts. Là-bas, il y a personne pour te parler des poteaux carrés trente ans après.
Et l’Irak, j’en parle même pas. Les attentats y font tellement de dégâts qu’à la fin, le joueur, il fait seize mètres cinquante à lui tout seul. Va mesurer les hors-jeu après ça.

N’empêche, j’en reviens toujours pas.
Il mérite une épitaphe, tiens.
Pronostiqueur mort d’avoir trop agité sa tentacule : finalement, Paul le poulpe, c’est un peu le Didier Derlich du foot.

Allez, à la semaine prochaine, les invalides.
Et oubliez pas de causer de moi, c’est quand même le plus important.

Salut les moins que rien,

Faut que je vous raconte un truc.
Hier midi, je vais au ministère de l’Intérieur pour un brunch. Mon copain Brice Hortefeux inaugurait un nouveau bracelet électronique pour les supporters. Un truc extra : non seulement il sonne quand tu dépasses la limite, mais il se met à raconter tous les délits que t’as commis. Imagine, t’accroches le même au ballon : non seulement l’Angleterre aurait égalisé à 2-2 contre l’Allemagne, mais le ballon aurait sifflé l’hymne nazi pour se foutre de la gueule de la défense.

Laurent Blanc, ses mouvements face caméra, c’est pas trop Mia Frye comme chorégraphie. On est plutôt du côté de Filip des 2be3.

Bref. J’y vais pour un brunch. Comme d’hab, y avait une ambiance du tonnerre - faut dire qu’ils avaient embauché le DJ yiddish de Varsovie, David Ghetto. Perso, j’adore. Bref. Là, je croise mon pote Bla-bla. Laurent Blanc. Bla-bla, oui. Eh, comment tu veux que je l’appelle ? Laurent ? Comme Laurent Duhamel et Laurent Romejko ? Ça va pas bien dans ta tête. Bon, je vais pas lui jeter la pierre, à Laurent Romejko. Au moins, lui, il demande son avis à Bertrand Renard avant de prendre ses décisions. Même si, comme Laurent Duhamel, il se déplace de quarante centimètres maxi par rencontre. Mais bon, quand même.
Et « Lolo », c’est pas possible, y a déjà Pierre Ménès qui l’appelle comme ça.
Alors, OK, c’est vrai, Bla-bla, ça lui va pas comme un gant. Même Bla, ça serait presque trop, vu qu’il cause comme s’il avait Arsène Wenger comme coach vocal. Et puis ses mouvements face caméra, c’est pas Mia Frye non plus, on est plutôt du côté de Filip des 2be3. Enfin bon, c’est le nouveau sélectionneur, alors il fait un minimum de respect.

Bla-bla, donc. Je le croise. Il a le sourire. En même temps, il battrait la Papouasie-Nouvelle-Guinée 1-0 sur un csc, je crois que tout le monde le prendrait pour un génie. Donc, je le vois et je lui dis : « T’as entendu causer de ce projet du gouvernement, sur la déchéance de nationalité ? C’est fou ce truc. »
Et lui, il me répond : « Et tu sais pas tout : à l’origine, c’est une proposition de Fred Thiriez pour punir Evra. Il voulait d’abord le condamner à des travaux forcés, mais la Corée du Nord avait déjà acheté l’idée sur eBay. À partir de là, hein. »
J’en suis resté comme deux ronds de serviette. Sacré Bla-bla.
Ouais, je vais quand même mener mon enquête, ça fait pas de mal. Je vous tiens au courant la semaine prochaine.

Rama Yade, mon traitement de texte, il connaît pas. Il propose “Rami” et “Yahtzee” : soit encore des trucs dont elle te causerait, sans jamais avoir regardé la règle du jeu.

Sinon, quand même, je pense que vous avez tous lu ça : Yoann Gouffran serait allergique à la pelouse. Eh beh, c’est pas de chance, pour un footeux. Encore que, il a peur de quoi ? Que ses chevilles gonflent ? Ça a pas empêché Thierry Henry de faire une carrière, que je sache. Et puis, ça serait marrant qu’il devienne comme Pierre Richard dans La Chèvre ! En plus, les spectateurs croiraient qu’on a à nouveau recruté Darcheville, ils seraient contents à Bordeaux.
Non, pas Darcheville en fait, c’est pas une bonne idée. Moi ce que je leur conseille, à Bordeaux, c’est d’engager à la place Fabien Lemoine. Mais si, le Rennais qui s’est enlever un rein. Ah ben lui au moins, quand il est sur une pelouse, il calcule plus. Ça vous requinque une équipe, ça.

Bon, et puis pour finir, à propos de ministres, quand même, je suis super déçu. Ils annoncent Rama Yade partante au prochain remaniement. Ah si, ça m’attriste.
Bon, OK, Rama Yade, mon traitement de texte, il connaît pas. Il propose « Rami » et « Yahtzee » : soit encore des trucs dont elle te causerait, sans jamais avoir regardé la règle du jeu.
OK, Rama Yade, elle peut pas s’empêcher de faire une interview sans te citer Albert Camus, Voltaire et Dave - ce mélange de pointu et de populaire qu’on croise assez peu, finalement, dans le milieu du foot. Ou alors sur M6 : le seul type un peu pointu là-bas, c’est Thierry Roland, et encore, c’est parce qu’on le caresse régulièrement pour vérifier s’il est toujours en vie.
OK, Rama Yade, elle prend la réserve de Lorient pour les enfants du dalaï-lama à cause de leurs survêts orange.
De toute façon, Rama Yade, des types orange qui s’amusent à matraquer une cage, ça la fait rigoler parce qu’elle a vu une vidéo sur Guantanamo.
Bah oui, tout ça c’est vrai.
Et pourtant, je l’aime bien moi, Rama Yade.
Donc je dirai pas de vacheries sur elle. Eh non.

Allez, à la semaine prochaine, les moins que rien.
Et oubliez pas de causer de moi, c’est quand même le plus important.

Salut les ratés,

C’est donc reparti pour une saison. Ah ben oui, je commence ce blog à la huitième journée, c’est ça la magie des Cahiers du foot. Ah çà, pour sûr, c’est pas de l’actu chaude. Rien que la dernière fois, ils ont reçu Zahia pour une interview, elle a réussi à s’enrhumer. Heureusement qu’elle emporte toujours des Kleenex avec elle, dis donc.

Allez, c’est pas grave. On va quand même passer de bons moments ensemble. Déjà, vous avez vu ce mercato ? Un truc de folie. Yohann Gourcuff à Lyon. Gignac à Marseille. Jonathan Aparecido da Silva à Arles-Avignon - ouais, les spectateurs ont même pas fini de répéter son nom qu’ils ont déjà encaissé un but.
Et Thierry Henry aux « Red Bull New York ». Red Bull. Il me l’a dit au téléphone, mon pote Thierry : il a pas le droit de boire autre chose. Je te dis pas dans quel état il est, les jours de match. Parfois, il fait des appels avant le coup d’envoi. Une sorte de Forrest Gump hors jeu, quoi. Enfin bon, faut pas trop se plaindre, il aurait pu signer aux Los Angeles All-Bran. Même si là-bas, tu peux quitter les entraînements sans que ça fasse un drame. C’est Ben Arfa qui aurait été content, tiens.

J’ai regardé mes archives : une fois dans toute sa vie, il a sorti un carton qui se justifiait, Tony Chapron. Sauf que c’était le petit cercueil où il avait mis Mozer, son hamster.

N’empêche, moi, le premier truc que j’ai vérifié, c’est si Fred Godard était transféré à la FFF. Et Tony Chapron en Sibérie.
Parce que quand même, quand est-ce qu’on va arrêter avec cet arbitrage pourri !? Ça a pas suffi les matchs Monaco-Montpellier, Lens-Lille, et à peu près tout depuis le début de la saison ? On attend la Coupe du monde 2018 et un but de la main de William Gallas ? Encore que là, pas besoin de vidéo : il suffira de voir où l’impact a provoqué une fracture.

Je déconne, mais franchement, les arbitres français, stop.
Mais stop aussi aux débats à la mords-moi-le-nœud. À un moment il faut arrêter de se chatouiller les parties. Tout ça, ça fait pas avancer l’arbitrage vidéo : on dirait plutôt Fred Déhu qui tente un une-deux avec lui-même dans la neige.

Bref, pour que ça change vraiment, moi, je propose un slogan choc : « Plutôt Fred Godard que Tony Chapron. » Carrément. Bien sûr que c’est radical. Et bien sûr qu’avec Fred Godard, c’est dur de savoir si le ballon a franchi la ligne, vu que l’image est à l’envers et qu’on voit huit lignes à cause des effets artistiques.

Mais à quand elle remonte la dernière bonne décision de Tony Chapron, hein ? Même sa mère s’en souvient pas ! Pourtant ils ont vécu un moment ensemble. En fait, ç’a dû se passer à la maternité, quand sa mère tournait la tête. Un truc de famille, ça, tourner la tête quand il se passe quelque chose d’important.
J’ai regardé mes archives : une fois dans toute sa vie, il a sorti un carton qui se justifiait, Tony Chapron. Sauf que c’était le petit cercueil où il avait mis Mozer, son hamster. Eh, c’est sa faute aussi, à Tony, il lui avait décollé les deux pieds pour lui expliquer que c’était un geste dangereux. Salauds de mômes.
Bref. S’il faut assumer une formule extrême pour faire bouger les choses, bingo. Je persiste, je signe, et je fais même certifier la signature par Éric Woerth. Parce que là, ce n’est plus possible.
Plutôt Fred Godard que Tony Chapron, ouais.
On en reparlera bientôt, avec une pétition que je compte bien mettre en place.

Moi, j’aurais écrit la lettre de Knysna ? Et pourquoi pas celle de Guy Môquet, tant qu’on y est ? Ou le contrat de Michel Estevan ?

Sinon pour finir, quand même, ce commentaire que j’ai reçu sur mon blog, la semaine dernière : « Ça serait pas toi qui a écrit la lettre de Knysna par hasard ? Celle que les joueurs ont pas voulu lire parce qu’ils l’ont pas compris. Je reconnais ton style. J’ai pas compris un mot de ce que tu viens d’écrire. » Ah ben d’accord, la lettre de Knysna. Et pourquoi pas celle de Guy Môquet, tant qu’on y est ? Ou le contrat de Michel Estevan ? Encore que là, j’y étais. Ah, qu’est-ce qu’on a rigolé avec les dirigeants !
« Bon, Michel, on va te signer un contrat de qualification, parce qu’on est pas sur de t’embaucher sur du long terme.
- De qualification ? Ah mais, moi, j’ai jamais réussi à me qualifier à quoi que ce soit. En fait, la dernière fois que j’ai réussi à arracher plus d’un point, c’est en grattant mes sutures après une appendicite, alors bon. » (rires)

Allez, à la semaine prochaine, les ratés.
Et oubliez pas de causer de moi, c’est quand même le plus important.

Salut les nuls !

Et c’est reparti pour une saison ! De l’émotion, des stars, des buts. Et le nec plus ultra : ce blog, que j’ai accepté de tenir pour les Cahiers du foot. Pas pour le pognon, je vous le dis tout de suite. Ni pour mettre ma tronche en vidéo : ici, tu crois qu’ils ont une super webcam, en fait c’est leur télé. Et je te raconte pas la qualité de l’image. Rien que la dernière fois, il y avait une interview de Bernard Lacombe, on aurait cru une échographie. Personne voulait garder le bébé.

Pas pour la gloire non plus : je connais déjà. TF1, BetClic, Valeurs actuelles, tout ça, ce sont mes employeurs. Même sur Radio Nostalgie, je fais des pronostics. Les vieux, moi je les rends heureux. Mon secret ? J’augmente toujours la cote. Ton toubib te donne 10 % de chances de survie ? Et Karl Olive ? 5 % ? Moi je t’en donne 25. Heureux ils sont, je te dis.

Alors, pourquoi j’ai accepté de tenir ce blog ? Parce qu’aux Cahiers du foot, ce sera liberté absolue. Zéro censure.

Si j’ai un truc à dire sur Gérard Houllier, je me gênerai pas. Sauf que Gérard, c’est mon pote.
Si je dois critiquer Émile Louis, alors là, comptez sur moi, je vais pas me défiler. Sauf qu’Émile, c’est un copain de Gérard. Ouais, on est une grande famille. Enfin, un peu moins dans l’Yonne.
Et si je dois dézinguer Christian Jeanpierre, clair que je le dézinguerai. Sauf que Christian, c’est un ami. Et je veux pas le faire pleurer. Comme la fois où il a vu Twilight en avant-première au cinéma. Mais bon, c’est parce qu’il avait mis des oignons à la place des gousses d’ail pour se déguiser.
Et si je dois assassiner Hervé Mathoux, je le ferai. Froidement. Sans regrets. Aucun. Parce qu’il n’a jamais voulu m’embaucher au Canal Football Club. Parce qu’il a préféré Pierre Ménès. Et ça, jamais je ne lui pardonnerai. Jamais.

Allez, salut les nuls, et bienvenue sur ce blog.