Ni buts ni soumises » Coupe du monde 2019 – Deuxième journée – Les favorites sont en place

« Joueuse professionnelle et contrat fédéral

Coupe du monde 2019 – Troisième journée – Un tableau de rêve »

Coupe du monde 2019 – Deuxième journée – Les favorites sont en place

Plus de la moitié du plateau des 8e de finales était connu au bout de 2 journées mais aucune équipe n’était encore éliminée. Toutefois il n’y aura sans doute pas de surprise et les favorites ont déjà leur ticket.

Les affluences augmentent un peu quand les États-Unis jouent dans un stade plus grand mais le record de billets vendus ne tiendra qu’à l’augmentation du nombre de matchs total.

C’est le lot d’une formule qui qualifie 16 équipes sur 24, au bout de deux journées on connaissait déjà 9 qualifiés et aucune équipe n’était éliminée (même si les chances sont inégales, la Thaïlande ayant sans doute besoin de s’imposer avec plus d’une quinzaine de buts d’écart face au Chili pour se qualifier).

Dès la deuxième journée, trois groupes avaient au moins trois équipes à trois points (groupes A, B et C) et dans un quatrième, la troisième place se jouera au moins à deux points (l’Argentine en compte déjà un et elle affrontera pour finir l’Écosse qui n’en compte aucun). Cela signifie que la qualification comme l’un des quatre meilleurs troisièmes se jouera avec au moins deux points.

Concrètement, le Cameroun dans le groupe E et le Chili dans le groupe F savent qu’un match nul ne pourra pas leur suffire, même s’il leur assurerait la troisième place de leur groupe.

Toutes les favorites sont là

Deux tiers des équipes qui passent le premier tour et presque pas de surprise, le résultat est évident : les favorites seront au rendez-vous des huitièmes de finales. Huit des dix équipes les mieux classées par la Fifa sont déjà qualifiées (dont les cinq premières). Seules l’Australie (6e) et le Brésil (10e) doivent encore gagner leur place ce qui semble probable sauf large défaite des coéquipières de Marta face à l’Italie.

La Norvège, la Chine et l’Espagne s’étant qualifiées lors des premiers matchs de la troisième journée, les deux seules équipes du Top 16 mondial qui ne seront pas dans le Top 16 du mondial devraient être les deux Corée, celle du Nord ayant été éliminée par celle du Sud dès la première phase éliminatoire.

Pour les Bleues, il faudra attendre la fin du premier tour pour être fixées mais il est très probable qu’elles affronteront le troisième du groupe C. L’organisation de la répartition des meilleurs troisièmes est faite de telle sorte que si celui du groupe C en fait partie, il affronte presque à coup sûr le premier du groupe A (donc la France), sauf s’il est accompagné de ceux des groupes B, E et F. Or le groupe F, celui du Chili et de la Thaïlande est celui qui semble avoir le moins de chance de fournir un troisième qualifié. La France devrait donc affronter le Brésil ou l’Australie, voire l’Italie.

Une victoire 2-0 du Brésil sur l’Italie associée à une victoire 3-1 de l’Australie sur la Jamaïque – deux résultats plausibles – mettrait ces trois équipes à égalité sur les trois critères habituels (nombre de points, différence buts, buts marqués) et enverrait chercher les critères suivants, le nombre de points marqués dans les confrontations directes qui laisserait tout le monde ex-aequo puis la différence de but dans les confrontations directes où le Brésil prendrait enfin la tête devant l’Australie puis l’Italie.

Bref la France sait qu’elle doit regarder avec attention les deux matchs du groupe C mais sans trop savoir à quoi s’attendre, sauf si l’Italie prend vite les devant sur le Brésil qui deviendrait alors son adversaire.

Moyenne en hausse mais peut mieux faire

Au rayon des affluences, le Parc des Princes transformé en stade américain lors du match États-Unis-Chili a battu le record du match d’ouverture pour 350 spectateurs, trois heures seulement après que Suède-Thaïlande avait été le premier à descendre sous la barre des 10 000 à Nice.

La moyenne remonte à près de 19 000 spectateurs par match, grâce donc au match des Américaines joué dans un plus grand stade et aussi grâce à l’invasion batave à Valenciennes.

Ville Stade Matchs Moyenne Capacité Remplissage
Paris Parc des Princes 5 33 980 48 583 70 %
Nice Stade de Nice 4 19 138 36 178 53 %
Rennes Roazhon Park 5 17 151 29 820 58 %
Grenoble Stade des Alpes 4 17 114 20 068 85 %
Valenciennes Stade du Hainaut 4 16 999 25 172 68 %
Reims Stade Auguste-Delaune 5 13 888 21 608 64 %
Montpellier Stade de la Mosson 4 13 871 27 310 51 %
Le Havre Stade Océane 5 11 966 25 278 47 %

La Fifa annonce qu’avec plus d’un million, le record du nombre de billets vendu pour la compétition devrait être battu. Mais ce sera sans combattre. Le nombre de matchs est passé de 32 à 52 depuis l’édition 2015 et le nombre de séance était quasiment deux fois moindre au Canada puisque la plupart des billets du premier tour permettaient de voir deux matchs successifs.

Nombre de billets vendus pour des séances d’un ou deux matchs
Édition Organisateur Billets Moyenne
1991 Chine 451 000 21 476
1995 Suède 112 261 4 318
1999 États-Unis 658 159 38 715
2003 États-Unis 360 320 21 195
2007 Chine 869 781 37 817
2011 Allemagne 845 711 26 428
2015 Canada 1 003 847 26 417
2019 France 452 433* 18 851*
* : chiffres après 24 matchs sur 52


Un commentaire pour “Coupe du monde 2019 – Deuxième journée – Les favorites sont en place”

  1. Ça fait deux semaines pile que la Coupe du monde a débuté et pour la première fois, ce soir, après le match Etats-Unis/Suède, je suis sous le charme. Vraiment. Pas du match… d’avoir vu évoluer une joueuse, en l’occurrence, la meneuse américaine Rosemary Lavelle avec un tel niveau et intelligence de jeu. Tout simplement remarquable.

    Technique individuelle sûre, créative et variée. Toute la palette a été passée en revue, comme à l’entraînement : pied droit, pied gauche, dribbles courts, longs, accélérations, sans parler des qualités des passes courtes et longues…

    Intelligence individuelle et collective de jeu élevée et maîtrisée. Une constance : toujours en mouvement. Elle sait avant de recevoir. La base. Sans ballon, elle essaie d’amener ses adversaires à réaliser les actions qu’elle imagine… On a vraiment la sensation, quand on ne la quitte pas des yeux, qu’en permanence elle se demande ce qu’elle fait et pourquoi elle le fait.

    Bref, c’est dingue de si bien jouer au foot. Je suis jaloux. Elle a été remplacée à la 62 ème minutes et a parcouru 8,2 km. Insensé !

Répondre