Ni buts ni soumises » Elles connaissent déjà la France

« Vingt-trois pour une coupe

Coupe du monde 2019 – Première journée – Jusque là tout va bien »

Elles connaissent déjà la France

Le monde du football se retrouve en France pour un mois mais ça ne sera pas une découverte pour toutes les joueuses. Tour d’horizon de celles qui ont déjà fréquenté les pelouses françaises soit pour avoir émargé pour un club français, soit pour avoir participé à la dernière Coupe du monde des moins de 20 ans

Elles vont être 552 à se disputer la Coupe du monde sur les pelouses françaises du 7 juin au 7 juillet. En dehors des Françaises, une cinquantaine d’entre elles ne sera pas en terrain complètement inconnu pour avoir déjà porté les couleurs d’un club français.

Quatre sélections seulement ne comptent aucune joueuse déjà passée par la France, l’Afrique du Sud, la Jamaïque, la Thaïlande et l’Australie même si Sam Kerr a plusieurs fois été annoncée au PSG.

Les sélections qui seront le plus en terrain de connaissance seront le Cameroun avec huit joueuses devant la Suède et les États-Unis avec six. Mais les Américaines ont le plus souvent fait des passages éclairs en France là où leurs consœurs suédoises y ont plus souvent fait carrière.

Alex Morgan

Alex Morgan

Vu du côté club, ce sont bien sûr les plus riches qui sont le plus internationalisés : 19 joueuses sont passées par le PSG, 14 par Lyon et 9 par Montpellier, les autres n’en ayant vu qu’une ou deux à l’exception de Guingamp qui en a accueilli quatre. Sept clubs de D1 sur douze envoient au moins une joueuse étrangère à la Coupe du monde et avec Soyaux dont deux anciennes seront présentes, ce sont les 8 équipes les mieux classées cette saison qui sont représentées.

Chez les Sud-Américaines, l’Argentine est représentée par l’attaquante Sole Jaimes qui a fait une pige sans grand relief cette saison à Lyon, le Chili par la gardienne du PSG Christiane Endler et le Brésil par une autre Parisienne Formiga et par la défenseuse bordelaise Katheleen. Mais la sélection auriverde compte aussi dans ses rangs Erika et Cristiane, anciennes du PSG et la Barcelonaise Andressa Alves passée par Montpellier.

Un tiers de la sélection camerounaise joue en France

Côté africain, huit Camerounaises jouent sur le sol français en D1 ou D2. La capitaine Christine Manie évolue à Nancy tout comme sa partenaire Marlyse Ngo Ndoumbouk qui a passé une demi-saison en D1 à Saint-Maur après une extraordinaire saison en D2 où elle avait presque à elle seule permis à l’équipe du Val-de-Marne de monter avec ses 43 buts. Trois autres ont déjà fait un grand tour des club français. Yvonne Leuko jouait cette saison chez les Pierrots Vauban de Strasbourg en D2 mais elle était déjà en D1 à Montigny il y a dix ans et est passée aussi par Arras et Albi dans l’élite. De même Madeleine Ngono Mani évoluait cette année à Ambilly en D2 à 35 ans mais elle a connu aussi une longue carrière en première division de Saint-Étienne à Guingamp en passant par Soyaux où elle a eu Corinne Diacre comme entraîneuse. Jeannette Yango n’a connu la D1 qu’une saison à Yzeure mais a depuis joué à Rouen, Brest et Saint-Malo cette saison.

Aurelle Awona, née à Yaoundé, a passé sa jeunesse en France où elle a fréquenté différents clubs de la région parisienne puis débuté au Mans en D1 avant de rejoindre le Soyaux de Corinne Diacre où elle a passé sept saisons et dépassé les 100 matchs, et de jouer cette saison à Dijon. Michaela Abam est arrivée au Paris FC en début de saison avec l’étiquette de joueuses américaine. Née à Houston et passée par les équipes de jeunes des États-Unis, elle possède la double nationalité et est devenue internationale Camerounaise au mois de novembre.

Enfin Claudine Meffometou, qui officie plutôt à Guingamp sous le nom de Falone Tcheno a occupé ses deux dernières saison le flanc droit de la défense guingampaise après avoir joué deux saisons en D2 à Arras. Et elle pourrait se retrouver la saison prochaine dans l’axe de la défense bretonne déserté par ses deux titulaires Julie Debever et Charlotte Lorgeré.

Claudine Falonne Meffometou Tcheno

Claudine Falonne Meffometou Tcheno

Guingamp est aussi la terre d’accueil de deux des trois Nigérianes passées par la D1. Desire Oparanozie est depuis cinq saisons la pointe de l’attaque de l’EAG dont elle a été quatre fois la meilleure buteuse. Au contraire Evelyn Nwabuoku arrivée comme capitaine des Super Falcons n’a passé qu’une seule saison dans les Côtes d’Armor où elle a joué les quatre premiers matchs de la saison avant de disparaître des feuilles de match.

La troisième Nigériane passée par la France est la latérale Ngozi Ebere, au PSG entre 2015 et 2017 mais qui n’a joué qu’une poignée de matchs et n’est jamais parvenue à s’imposer.

L’Océanie n’est représentée que par la gardienne néo-zélandaise Erin Nayler. Arrivée à Lyon pour concurrencer Sarah Bouhaddi, elle a dû plier bagage en cours de saison sans avoir jamais joué pour libérer une place d’extra communautaire pour Alex Morgan et Kadeisha Buchanan, a fait un passage à Grenoble avant de signer à Bordeaux où elle est titulaire depuis deux saisons.

Les Américaines de passage

Les Nord-Américaines, Américaines ou Canadiennes donc, se concentrent à Paris et Lyon. Kadeisha Buchanan et Ashely Lawrence sont désormais des habituées de la D1, elles ont été rejointe cet hiver discrètement par la défenseuse Rebecca Quinn arrivée à Paris mais au PFC. Et la jeune Jordyn Huitema a déjà signé au PSG pour la saison prochaine.

Au contraire, les six américaines passées par la France jouent toutes actuellement au pays, conformément à la politique instituée par leur fédération. Et si Lindsey Horan qui a commencé sa carrière professionnelle au PSG a fait une vraie carrière en France avec quatre saisons et 58 matchs de D1, les autres n’ont le plus souvent fait que passer. Toujours au PSG, Tobin Heath a passé une saison et demi mais elle a été beaucoup blessée et n’a joué qu’une douzaine de matchs et Allie Long n’est restée que six mois à une autre époque où elle ne postulait pas vraiment à la sélection et où le PSG n’avait pas des fonds illimités.

Ashley Lawrence

Ashley Lawrence

Les Américaines de l’OL ont dans l’ensemble été encore moins convaincantes. Megan Rapinoe a joué deux demi-saisons dans l’équipe de Patrice Lair sans s’imposer, Alex Morgan n’a été rien d’autre qu’un coup marketing pour le club et la joueuse s’est empressée de repartir une fois qu’elle a eu garni son palmarès de la Ligue des Championnes et Morgan Brian n’est elle aussi restée que six mois où elle n’a joué que cinq matchs et n’étaient même pas retenue dans le groupe qui a joué la finale contre Wolfsbourg.

L’Asie est elle aussi représentée par l’OL et le PSG. La Japonaise Saki Kumagai vient de boucler sa sixième saison à Lyon et si elle a été un peu moins titulaire, elle a disputé à peu près tous les matchs cette saison. La Chinoise Wang Shuang est arrivée cette saison au PSG pour en être la meneuse.

Mais c’est Montpellier qui avait été précurseur en recrutant Rumi Utsugi alors que le Japon n’était pas encore champion du monde et n’avait à peu près rien remporté. Elle passera au total six saisons pleines dans l’Hérault avant de traverser l’Atlantique pour jouer à Seattle depuis trois ans. Et pendant une saison à Montpellier, elle avait été rejointe par sa compatriote Aya Sameshima.

Toute l’Europe vient en France

Le contingent européen est sans surprise le plus nombreux. Le plus important est celui de la Suède qui s’est aussi concentré que le même trio de clubs. Linda Sembrant et Sofia Jakobsson font depuis longtemps les beaux jours de Montpellier, la première comme défenseuse et capitaine, la seconde comme attaquante, elles étaient accompagnées en début de saison par Stina Blackstenius dont le passage a été plus inégal et qui est retournée en Suède.

La défenseuse latérale Hanna Glas est la concurrente d’Ève Périsset au PSG qui a aussi vu passer Kosovare Asllani, arrivée avec de flatteuse comparaison avec Zlatan et repartie beaucoup plus discrètement et la capitaine Caroline Seger, qui a fait un détour par Lyon avant de rentrer mais qui avait déjà passé ses plus belles années quand elle était en France.

Deux Allemandes jouent à Lyon, Dzsenifer Marzsan bien sûr, maîtresse à jouer de l’OL et Carolin Simon qui est en concurrence avec Selma Bacha au poste d’arrière-gauche. La saison prochaine, elles seront rejointes en France par Sara Däbritz qui a signé au PSG.

Elle sera donc la coéquipière de l’Espagnole Irene Paredes alors que la Montpelliéraine Virginia Torrecilla devrait retraverser les Pyérénées après quatre saisons. La milieu Jenni Hermoso a également joué au PSG la saison dernière sans grande réussite.

Anouk Dekker

Anouk Dekker

La Néerlandaise Anouk Dekker tient le milieu de Montpellier depuis plus de trois saisons et sera encore dans l’Hérault la saison prochaine. Sa compatriote Shanice van de Sanden est arrivée à Lyon il y a deux saisons auréolée de son titre de championne d’Europe et si ses prestations ont été très irrégulières, elle a été décisives deux saisons de suite en finale de Ligue des Championnes. La deuxième gardienne des Pays-Bas Loes Geurts a passé une saison au PSG il y a deux ans dans le même rôle.

Dernière joueuse évoluant actuellement sous les couleurs d’un club français, Lucy Bronze sort de deux très bonnes saison à Lyon et elle est peut-être la meilleure joueuse anglaise actuellement. Nikita Parris, désignée meilleure joueuse du championnat anglais la rejoindra la saison prochaine.

Les trois dernières sélections européennes ne comptent actuellement aucune joueuse dans les championnats français mais l’Italienne Sara Gama a passé deux saisons au PSG, essentiellement sur le banc, l’Écossaise Jenny Beattie a passé une saison et demi à Montpellier où elle avait rejoint son frère alors rugbyman au MHR et la Norvégienne Isabell Herlovsen a passé un peu plus d’une saison à Lyon où son principal fait d’arme a été son tir au but manqué lors de la première finale européen du club contre Potsdam en 2010.

Et bien entendu, la joueuse étrangère la plus célèbre du championnat de France ne disputera pas cette Coupe du monde au contraire de sa sélection : Ada Hegerberg est en retrait de son équipe nationale, en désaccord avec sa fédération.

De la Coupe du monde à la Coupe du monde

Outre Émelyne Laurent, 23 joueuses qui ont disputé il y a moins d’un an la Coupe du monde des moins de 20 ans en Bretagne reviennent en France pour disputer la Coupe du monde tout court.

On retrouve bien sûr les stars de l’an dernier, en particulier le podium du titre de meilleure joueuse, l’Espagnole Patri Guijarro et les Japonaises Moeka Minami et Saori Takarada, cette dernière ne remplaçant qu’à la dernière minute sur blessure Riko Ueki, qui était elle-aussi déjà là il y a un an.

Le podium du classement des meilleures buteuse était aussi occupé par Guijarro et Takarada accompagnées par l’Anglaise Georgia Stanway qui portera le numéro 19 des Three Lionesses cette fois.

Georgia Stanway

Georgia Stanway

La Brésilienne Geyse, l’Allemande Giulia Gwin, la Néerlandaises Victoria Pelova et l’Espagnole Aitana Bonmati seront également de retour alors que le Japon, le Nigeria et la Nouvelle-Zélande compteront quatre joueuses de cette Coupe du monde des moins de 20 ans.

Joueuses ayant disputé la Coupe du monde des moins de 20 ans
Équipe Poste Nom
Brésil A 23 Geyse
Chine G 1 Xu Huan
Angleterre M 19 Georgia Stanway
France A 12 Émelyne Laurent
Allemagne D 15 Giulia Gwinn
Allemagne A 19 Klara Bühl
Allemagne M 6 Lena Oberdorf
Japon D 12 Moeka Minami
Japon D 16 Asato Miyagawa
Japon M 13 Saori Takarada
Japon M 19 Jun Endo
Pays-Bas G 16 Lize Kop
Pays-Bas M 12 Victoria Pelova
Nouvelle-Zélande D 15 Sarah Morton
Nouvelle-Zélande G 23 Nadia Olla
Nouvelle-Zélande A 19 Paige Satchell
Nouvelle-Zélande G 23 Nadia Olla
Nigeria M 15 Rasheedat Ajibade
Nigeria A 7 Anam Imo
Nigeria G 16 Chiamaka Nnadozie
Nigeria D 20 Chidinma Okeke
Espagne M 12 Patri Guijarro
Espagne M 18 Aitana Bonmati
Espagne A 17 Lucía García
Patri Guijarro

Patri Guijarro



Un commentaire pour “Elles connaissent déjà la France”

  1. [...] Ces footballeuses qui connaissent déjà la France [...]

Répondre