Ni buts ni soumises » Vingt-trois pour une coupe

« Nouvelle ère à Budapest

Elles connaissent déjà la France »

Vingt-trois pour une coupe

Elles sont désormais 23 qui vont tenter de remporter pour la première fois un titre international lors de cette Coupe du monde à la maison. Vous ne pourrez plus dire que vous ne les connaissez pas.

1-Solène Durand

Gardienne, 24 ans, Guingamp, 1m70, 66kg, 0 sélection, 77 matchs de D1, 19 matchs de Coupe de France

Club précédent : Montpellier

Palmarès : 1 Euro M19 (2013)

Longtemps barrée par Laetitia Philippe à Montpellier où elle avait débuté à 17 ans dans une équipe où elle côtoyait Marion Torrent, Charlotte Bilbault et Viviane Asseyi, la Chalonnaise est depuis deux ans la titulaire indiscutable à Guingamp (deux saisons pleines de 22 matchs).

Elle arrive à la Coupe du monde sans avoir porté le maillot bleu des A mais elle est passée par toutes les sélections de jeunes et elle était la gardienne titulaire lors de la victoire à l’Euro M19 en 2013 avec Aïssatou Tounkara et Kadidiatou Diani, puis lors de la Coupe du monde M20 au Canada un an plus tard que les coéquipières de Griedge Mbock et Ève Périsset avaient fini à la troisième place.

2-Ève Périsset

Arrière droite, 24 ans, PSG, 1m59, 55kg, 14 sélections, 75 matchs de D1, 19 matchs de Coupe de France, 18 matchs de Ligue des Championnes

Club précédent : Lyon

Palmarès : 3 D1 (2014, 2015,2016), 4 Coupes de France (2014, 2015, 2016, 2018), 1 Ligue des Championnes (2016)

Lyonnaise formée à Lyon comme milieu récupératrice, elle a réussi à se faire une petite place dans l’armada de Patrice Lair puis de Gérard Prêcheur mais le retour d’Aurélie Kaci qui postulait comme elle au milieu et en latérale droite la réduit à la portion congrue en 2015-2016. Elle fait donc le chemin inverse la saison suivante et est depuis trois saisons titulaire indiscutable sur le flanc droit de la défense du PSG dont elle est l’une des vice-capitaines.

Testée comme beaucoup de joueuses dans les sélections des moins de 16 et 17 ans, elle attend ensuite la Coupe du monde des moins de 20 ans au Canada pour retrouver le maillot bleu. Ses prestations sous le maillot parisien lui valent de faire partie de la première liste d’Olivier Echouafni et d’être régulièrement titulaire jusqu’à l’Euro qu’elle achève sur une expulsion contre la Suisse pour avoir empêché une action de but de Ramona Bachmann. Après divers essais peu concluants, Corinne Diacre en a fait la remplaçante de Marion Torrent.

Joueuse endurante et accrocheuse malgré son petit gabarit, elle est aussi une excellente tireuse de coups de pieds arrêtés.

3-Wendie Renard

Arrière centrale, 28 ans, Lyon, 1m87, 70kg, 108 sélections, 20 buts, 213 matchs de D1, 43 matchs de Coupe de France, 82 matchs de Ligue des Championnes

Palmarès : 13 D1 (2007 à 2019), 8 Coupes de France (2008, 2012 à 2017, 2019), 6 Ligues des Championnes (2011, 2012, 2016, 2017, 2018, 2019)

Régulièrement la plus grande joueuse engagée dans les compétitions avec son 1m87, son palmarès en club est également surdimensionné puisqu’elle a remporté l’intégralité des 27 titres de l’OL depuis 2007.

Arrivée à 15 ans de Martinique à Lyon, elle s’est vite imposée comme titulaire d’abord en alternant avec le côté droit puis exclusivement dans l’axe avant de devenir capitaine à la retraite de Sonia Bompastor.
En équipe de France, son parcours a été similaire. Après une première expérience de phase finale lors de la Coupe du monde 2011 où elle a commencé à droite avant d’entrer dans la rotation avec Sabrina Viguier et Ophélie Meilleroux dans l’axe. Elle a ensuite joué l’intégralité de tous les matchs de phase finale des Bleues avant de manquer le dernier quart de finale de l’Euro 2017 contre l’Angleterre, suspendue.

Désignée capitaine des Bleues par Philippe Bergerôo à son arrivée et confirmée dans ce rôle par Olivier Echouafni, elle ne l’est plus depuis l’arrivée de Corinne Diacre.

Très puissante malgré son physique longiligne, elle a aussi un sens de l’anticipation au-dessus de la moyenne et une très bonne technique qui lui permet de casser des lignes sur les relances. Elle marque aussi beaucoup pour une défenseuse, évidemment en plaçant sa tête sur coup de pied arrêté mais aussi avec ses pieds : son sens du but est aussi digne d’une attaquante.

4-Marion Torrent

Arrière droite, 27 ans, Montpellier, 1m64, 56kg, 21 sélections, 200 matchs de D1, 32 matchs de Coupe de France, 12 matchs de Ligue des Championnes

Palmarès : 1 Coupe de France (2009), 1 Euro M19 (2010)

La Châlonnaise a débuté à Montpellier alors qu’elle n’avait pas encore 16 ans et deux ans plus tard elle était régulièrement titulaire, souvent dans l’axe de la défense alors qu’elle a été formée au milieu1. C’est également en étant surclassée qu’elle remporte l’Euro M19 en 2010 après avoir fréquenté toutes les catégories de jeunes. Elle participe même à la Coupe du monde M20 la même année où elle joue un match.

Son destin semble alors s’écrire en bleu mais tour à tour Bruno Bini, Philippe Bergerôo et Olivier Echouafni l’ignorent alors que personne ne s’impose vraiment au poste de latérale droite. Titulaire depuis près de dix ans à Montpellier, elle doit attendre l’arrivée de Corinne Diacre pour connaître sa première cape. Elle devient non seulement la titulaire du poste mais elle est aussi celle qui aura le plus joué depuis la prise de fonction de la sélectionneuse.

5-Aïssatou Tounkara

Arrière centrale, 24 ans, Atlético Madrid, 1m74, 60kg, 12 sélections, 87 matchs de D1, 22 matchs de Liga, 10 matchs de Coupe de France, 4 matchs de Coupe de la Reine, 5 matchs de Ligue des Championnes

Club précédent : Juvisy puis Paris FC

Palmarès : 1 Liga (2019), 1 Coupe du monde M17 (2012), 1 Euro M19 (2013)

twitter Aïssatou Tounkara @Aissatou75

Photo: twitter Aïssatou Tounkara @Aissatou75

La Parisienne formée à Juvisy est avec Kadidiatou Diani le symbole de deux générations. En club elle représente la nouvelle génération juvisienne appelée à ramener au plus haut les couleurs de l’historique club essonnien. Mais après avoir été titulaire trois ans dans un effectif vieillissant, sa dernière saison sous la nouvelle appellation de Paris FC est gâchée par une grave blessure contractée lors de la SheBelieves Cup. Elle choisit donc de se relancer à l’Atlético Madrid où elle devient championne d’Espagne et manque de peu le doublé, battue en finale par la Real Sociedad.

Elle fait aussi partie de la génération de tous les succès en sélection : finaliste malheureuse de l’Euro M17 2012, battue aux tirs aux buts par l’Allemagne de Pauline Bremmer et Sara Däbritz, elle se rattrape trois mois plus tard lors de la Coupe du monde de la même catégorie remportée aussi aux tirs aux buts face à la Corée du Nord avec Griedge Mbock, Delphine Cascarino, Kadidiatou Diani et Grace Geyoro. Elle remporte ensuite l’Euro M19 en 2013 avant de prendre la troisième place de la Coupe du monde M20 au Canada en 2014. Elle est ainsi montée sur le podium dans toutes les catégories, il ne lui manque plus que les seniors.

Plutôt milieu récupératrice à ses débuts à Juvisy, elle a ensuite reculé d’un cran en échangeant alors sa place avec Annaïg Butel et s’est maintenant stabilisée dans l’axe de la défense. Elle évolue dans un secteur très concurrentiel chez les Bleues où Wendie Renard et Griedge Mbock semblent indéboulonnables mais elle est mieux qu’une remplaçante.

6-Amandine Henry

Milieu défensive, 29 ans, Lyon, 1m71, 57kg, 83 sélections, 11 buts, 213 matchs de D1, 33 matchs de NWSL, 40 matchs de Coupe de France, 58 matchs de Ligue des Championnes

Clubs précédents : Hénin-Beaumont, CNFE, Lyon, Portland, PSG, Portland

Palmarès : 11 D1 (2008 à 2016, 2018, 2019), 1 NWSL (2017), 6 Coupes de France (2012 à 2016, 2019), 5 Ligues des Championnes (2011, 2012, 2016, 2018, 2019), Ballon d’Argent de la Coupe du monde 2015

Dès ses débuts en première division à Hénin-Beaumont alors qu’elle n’avait pas encore 15 ans, il était annoncé que le talent hors norme de la Lilloise la mènerait haut.

Meilleure joueuse héninoise à 15 ans, elle passe ensuite deux au CNFE2 où elle côtoie Charlotte Bilbault, Louisa Necib, Kheira Hamraoui et Marie-Laure Delie parmi d’autres. À la sortie de sa formation elle signe à l’OL tout frais champion de France dont elle joue le premier match européen. Mais un mois après, c’est le premier coup dur de sa carrière. Une grave blessure au genou l’oblige à s’arrêter pendant dix-huit mois, et n’est pas loin de l’obliger a arrêter tout court. Mais preuve 19 ans elle était déjà attendue, le sélectionneur Bruno Bini lui tend la main deux mois à peine après son retour à la compétition en lui offrant sa première sélection puis en la sélectionnant pour l’Euro 2009.

Elle devient alors l’une des pièces maîtresses de l’entrejeu lyonnais mais se retrouve mise à l’écart des Bleues par Bruno Bini pour des questions relationnelles au sein du groupe. Elle manque ainsi la Coupe du monde 2011 et les Jeux Olympiques 2012 avant d’être réintégrée pour l’Euro 2013 sous la pression populaire et fédérale, mais blessée elle ne joue qu’une heure contre l’Angleterre.

Ses prestations à Lyon et en bleu la désignent comme l’une des meilleures joueuses du monde : sur le podium du titre de meilleure joueuse européenne désigné par l’UEFA en 2015 et 2016, elle obtient même le Ballon d’Argent désignant la deuxième meilleure joueuse de la Coupe du monde 2015 au Canada derrière l’intouchable Carli Lloyd, une performance alors que les Bleues n’ont pas atteint le dernier carré de l’épreuve.

C’est forte de cette stature de star mondiale qu’elle passe deux saisons à Portland dans la NWSL américaine où elle remporte la saison régulière en 2016 et le titre en 2017. Son séjour n’est pas à la hauteur de l’une des meilleures joueuses du monde mais elle en revient avec un statut renforcé qui explique sans doute pourquoi Corinne Diacre décide de lui confier le brassard pour être la capitaine de l’équipe de France lors de sa Coupe du monde à domicile.

Elle porte le numéro 6 et joue au poste de numéro six qui convient parfaitement à sa puissance et son activité mais son talent lui aurait sans doute permis d’être l’une des meilleures à presque n’importe quel poste. À ses débuts en D1, elle a vite été positionnée plus haut au point de finir meilleure buteuse de son équipe à Hénin-Beaumont puis au CNFE la première saison et de n’être devancée que par Marie-Laure Delie la seconde. Puis comme les places dans l’axe sont souvent chères pour les jeunes joueuses dans les effectifs expérimentés, elle a beaucoup dépanné à droite – devant ou derrière – au début à Lyon. C’est comme latérale droite qu’elle a disputé son premier match de phase finale en équipe de France lors du quart de finale de l’Euro 2009. Enfin c’est derrière dans l’axe d’une défense à trois qu’elle a terminé sa première période lyonnaise sous les ordres de Gérard Prêcheur lors de la finale de Ligue des Championnes 2016.

7-Sakina Karchaoui

Arrière gauche, 23 ans, Montpellier, 1m59, 53kg, 19 sélections, 95 matchs de D1, 18 matchs de Coupe de France, 6 matchs de Ligue des Championnes

Ailière de formation, la Salonaise s’est rapidement imposée à 19 ans sur le côté de la défense Montpelliéraine. Au bout d’une seule saison complète, elle a été appelée chez les Bleues par Philippe Bergerôo en 2016 ce qui lui a permis de disputer les Jeux Olympiques de Rio. C’est avec cette expérience chez les A qu’elle a ensuite disputé la Coupe du monde des moins de 20 ans en Papouasie-Nouvelle-Guinée que les Bleuettes de Delphine Cascarino et Valérie Gauvin ont achevé sur une finale perdue face à la Corée du Nord.

Très vive et très offensive, elle n’hésite pas à se porter vers l’avant parfois à l’excès mais elle est plus qu’une remplaçante d’Amel Majri.

8-Grace Geyoro

Milieu, 21 ans, PSG, 1m68, 61kg, 21 sélections, 1 but, 64 matchs de D1, 12 matchs de Coupe de France, 12 matchs de Ligue des Championnes

Palmarès : 1 Coupe de France (2018), 1 Euro M19 (2016)

Lancée par Farid Benstiti à 17 ans dans un match contre Issy où elle a remplacé Fatmire Alushi, elle fait alors partie de la génération montante du PSG avec notamment Marie Katoto, Hawa Cissoko et Perle Morroni. À 19 ans, Patrice Lair en fait une titulaire indiscutable de son équipe ce qui la mène jusqu’en finale de Ligue des Championnes, perdue seulement aux tirs aux buts.

Passée par toutes les sélections de jeunes, sa progression est météorique en 2016-2017 puisqu’en six mois elle remporte l’Euro M19, atteint la finale de la Coupe du monde M20 et accède à l’équipe de France A qui prépare l’Euro 2017 où elle est titulaire trois matchs sur quatre.

Régulièrement titulaire à côté d’Amandine Henry au début de l’ère Corinne Diacre, elle a depuis été dépassée par Élise Bussaglia et semble devenue la remplaçante de Gaëtane Thiney au poste de meneuse de jeu.

9-Eugénie Le Sommer

Attaquante, 30 ans, 1m61, 58kg, 159 sélections, 74 buts, 242 matchs de D1, 48 matchs de Coupe de France, 69 matchs de Ligue des Championnnes

Club précédent : Saint-Brieuc

Palmarès : 9 D1 (2011 à 2019), 7 Coupes de France (2012 à 2017, 2019), 6 Ligues des Championnes (2011, 2012, 2016, 2017, 2018, 2019)

Formée à Lorient, elle débute en D1 à 19 ans à Saint-Brieuc pas encore devenu Guingamp où elle passe trois saisons comme titulaire mais en prenant de plus en plus d’importance comme en témoigne la progression du nombre de ses buts 4, 10 puis 19. En 2010 elle est logiquement désignée meilleure joueuse du championnat, succédant ainsi à Marinette Pichon sacrée avec Saint-Memmie en 2002 et seule autre joueuse désignée sans jouer dans l’une des équipes de tête.

La saison suivante, elle signe à Lyon récent finaliste de la Ligue des Championnes où elle s’impose aussi immédiatement. En douze saisons de D1, elle n’a jamais joué moins de 18 matchs (sur 22) et toujours atteint (et souvent dépassé) les dix buts.

Régulièrement appelée dans les sélections de jeunes, elle n’y remporte aucun titre malgré sa participation à trois campagnes européennes des moins de 19 ans. Elle dispute également la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2008 au Chili en compagnie de Wendie Renard et Charlotte Bilbault où les Bleuettes obtiennent la quatrième place. Elle est sacrée Ballon de Bronze, troisième meilleure joueuse de la compétition derrière les Américaines Sydney Leroux et Alex Morgan et elle fini vice-meilleure buteuse.

Forte de cette compétition réussie, elle est appelée un mois plus tard chez les Bleues d’où elle n’est pas ressortie depuis, participant aux sept phases finales disputées entre les Euros 2009 et 2017. Avec 74 buts marqués en 159 sélections, elle n’est plus qu’à 7 unités du record de Marinette Pichon.

Joueuse plutôt axiale, sa capacité à jouer à tous les postes de l’attaque a souvent été utilisée pour la faire évoluer avec des joueuses plus exclusivement centrales comme Ada Hegerberg à Lyon ou Valérie Gauvin en équipe de France. Son sens du but est alors moins mis en valeur mais sa capacité de percussion et de dribble est augmentée. Pour Corinne Diacre, pas de doute, elle doit jouer à gauche pour pouvoir rentrer sur son pied droit.

10-Amel Majri

Arrière gauche, 26 ans, Lyon, 1m64, 54kg, 46 sélections, 4 buts, 119 matchs de D1, 28 matchs de Coupe de France, 44 matchs de Ligue des Championnes

Palmarès : 9 D1 (2011 à 2019), 7 Coupes de France (2012 à 2017, 2019), 6 Ligues des Championnes (2011, 2012, 2016, 2017, 2018, 2019)

Née à Monastir mais ayant grandi à Vénissieux, elle a été formée à Lyon où elle a jusque là toujours joué. En une petite dizaine d’années elle est passée sans à-coup d’espoir prometteuse à titulaire dans une équipe confirmée puis à star au milieu des stars au point d’être désignée meilleure joueuse de D1 en 2016, d’apparaître dans la liste restreinte pour le premier Ballon d’Or en 2018 et d’avoir son mot à dire sur son poste sur le terrain.

Elle n’a connu aucune sélection dans aucune catégorie des Bleuettes. Jusqu’à l’âge de 20 ans elle ne possédait que la nationalité tunisienne et compte quelques sélections chez les moins de 20 ans de son pays de naissance. Mais quand elle a eu la nationalité du pays où elle a toujours vécu, elle a quasiment immédiatement été appelée par Philippe Bergerôo avant de participer à la Coupe du monde 2015 et aux Jeux Olympiques 2016. Elle était absente du dernier Euro sur blessure.

Gauchère et formée attaquante, sa capacité à répéter les efforts et à se projeter vers l’avant en fait le prototype de la latérale moderne. Mais elle ne joue derrière qu’avec réticences et la question de son positionnement sur le terrain avait été au cœur de sa prolongation de contrat à Lyon en 2016. L’émergence de Selma Bacha l’an dernier et l’arrivée de Carolin Simon cette saison lui ont permis de postuler en attaque où son début de saison a confirmé ses prétentions. Mais en équipe de France, la place d’attaquante sur le côté gauche est réservé à Eugénie Le Sommer et Corinne Diacre ne l’envisage que derrière, position où elle au aussi fini la saison à Lyon, autant pour suppléer aux difficultés de ses concurrentes que pour faire de la place à d’autres joueuses devant.

11-Kadidiatou Diani

Attaquante, 24 ans, PSG, 1m68, 64kg, 46 sélections, 9 buts, 117 matchs de D1, 19 matchs de Coupe de France, 10 matchs de Ligue des Championnes

Club précédent : Juvisy

Palmarès : 1 Coupe de France (2018), 1 Coupe du monde M17 (2012),1 Euro M19 (2013)

Après trois saisons à cumuler le championnat de France des moins de 19 ans et la D1 à Juvisy, son premier coup d’éclat a été de disputer une bonne partie de la campagne 2013 de Ligue des Championnes et en particulier les deux matchs de la demi-finale face à Lyon et à 20 ans elle était titulaire dans son club formateur.

En 2017 après trois saisons pleines, elle passe chez les voisines du PSG où elle a été la joueuse la plus utilisée ces deux dernières saisons. Depuis un peu plus d’un an, elle semble avoir passé un cap et confirmer toutes les qualités qu’on lui prête.

Comme son ancienne coéquipière juvisienne Aïssatou Tounkara, elle est passée par toutes les sélections de jeunes avec qui elle a réalisé de longs parcours dans toutes les catégories : championne du monde M17 en 2012 et d’Europe M19 un an plus tard, elle est aussi finaliste de l’Euro M17 en 2011 face à l’Espagne d’Alexia Putellas et troisième de la Coupe du monde M20 en 2014, éliminée en demi-finale par l’Allemagne de Sara Däbritz. Philippe Bergerôo la convoque ensuite chez les Bleues et elle retourne au Canada en 2015 avec les A où elle joue quelques minutes contre la Corée du Sud. Un an plus tard, elle est titulaire aux Jeux Olympiques et son statut ne change ensuite pas avec l’arrivée d’Olivier Echouafni ni avec celle de Corinne Diacre.

Plutôt avant-centre chez les jeunes, elle a classiquement fait ses gammes sur un côté. Au PSG, l’axe est occupé par Marie Katoto mais en équipe de France elle est à ce poste la première remplaçante de Valérie Gauvin. À moins qu’elle n’en devienne la titulaire ce qui aurait l’avantage de libérer le côté droit pour Delphine Cascarino. Ses prestations comme avant-centre contre les États-Unis et la Thaïlande plaident en ce sens.

12-Émelyne Laurent

Attaquante, 20 ans, Guingamp, 1m61, 50kg, 4 sélections, 55 matchs de D1, 5 matchs de Coupe de France, 5 matchs de Ligue des Championnes

Clubs précédents : Montpellier, Bordeaux, Lyon

Palmarès : 2 D1 (2018, 2019), 2 Ligues des Championnes (2018, 2019)

Benjamine de la sélection, la native de Fort-de-France est pourtant l’une de celles qui a joué en D1 pour le plus d’équipes différentes. Formée à Montpellier, elle n’y a joué que trois bouts de matchs début 2016. Elle a ensuite passé six mois à Bordeaux où ses cinq buts en neuf matchs ont beaucoup aidé au maintien des Girondines. Son passage à Lyon a été plus difficile mais elle faisait de fréquentes apparition cette saison avant d’être prêtée pour trouver plus de temps de jeu et maximiser ses chances d’être appelée pour la Coupe du monde, pari gagnant donc.

Elle fait partie de la génération de Bleuettes qui a sans cesse buté sur l’Espagne de Patri Guijarro, lors de l’Euro M17 en 2015, de l’Euro M19 en 2017 et de la Coupe du monde M20 l’an dernier en Bretagne. Toutefois ses performances lors de ces compétitions ont beaucoup fait pour lui ouvrir les portes de ses différents clubs puis de l’équipe de France A.

Attaquante extrêmement rapide, elle évolue principalement côté droit mais elle avait été employée comme avant-centre à Bordeaux.

13-Valérie Gauvin

Avant-centre, 23 ans, Montpellier, 1m73, 70kg, 18 sélections, 9 buts, 89 matchs de D1, 11 matchs de Coupe de France, 4 matchs de Ligue des Championnes

Club précédent : Toulouse

Après des débuts en D1 à Toulouse à seize ans, elle réalise une deuxième saison tonitruante en D2 en marquant 32 buts en 20 matchs qui lui valent de rejoindre Montpellier. Son parcours dans l’Hérault est plus difficile. Elle ne parvient pas à s’imposer comme titulaire depuis cinq saisons et marque une dizaine de buts par saison ce qui est peu pour une postulante internationale mais dans le haut du panier de la D1.

Passée par l’équipe de France des moins de 17 ans, elle est appelée en 2015 par Philippe Bergerôo qui cherche une avant-centre après la mise à l’écart de Gaëtane Thiney mais sans suite. Elle enchaîne donc avec la Coupe du monde M20 en Papouasie-Nouvelle-Guinée où elle n’est titulaire qu’une fois mais entre quasiment à chaque match et elle devient un pilier de l’équipe de France B. Après la déroute de l’Euro 2017, Corinne Diacre en fait son point d’appui en attaque et lui conserve sa confiance malgré une dernière saison difficile.

Avant-centre puissante, elle joue un rôle de pivot autour duquel peuvent tourner les attaquantes les plus rapides. Son abattage défensif plaît à la sélectionneuse mais elle peine à retrouver le sens du but qui avait fait sa réussite à Toulouse.

14-Charlotte Bilbault

Milieu défensive, 29 ans, Paris FC, 1m69, 65kg, 6 sélections, 1 but, 214 matchs de D1, 28 matchs de Coupe de France

Clubs précédents : CNFE, Soyaux, Nord-Allier, Montpellier, Soyaux

Formée au CNFE où elle a débuté à 17 ans en D1 comme défenseuse, elle choisit ensuite de rejoindre Soyaux où Corinne Diacre est en train de finir sa carrière (en faisant deux apparitions en attaque…). Après deux saisons pleines en Charente où elle a surtout joué en défense mais dépanné au milieu, elle rejoint Nord-Allier, le club d’Yzeure qui vient de finir cinquième et qui reproduit la saison suivante. Ses bonnes prestations lui permettent de signer à Montpellier, quart de finaliste européen et qui cherche à retrouver la Ligue des Championnes.

Après trois bonnes saisons, la quatrième est plus difficile et la Berruyère choisit de se relancer en retournant à Soyaux où elle réalise une très bonne saison en défense centrale qui lui permet une nouvelle fois de repartir à la conquête des sommets, cette fois à Juvisy (devenu Paris FC depuis) où elle est désormais une cadre.
Passée par toutes les sélections de jeunes dans une période faible des équipes de France, elle réussit toutefois l’exploit de participer à deux éditions de la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2008 au Chili et en 2010 en Allemagne en compagnie de Pauline Peyraud-Magnin et Marion Torrent.

Elle passe ensuite sa période montpelliéraine dans un certain anonymat vis-à-vis des sélections mais son retour à Soyaux est remarqué par Philippe Bergerôo qui l’appelle en équipe de France A à près de 25 ans. Elle alterne ensuite entre les équipes de France A et B, n’est pas retenue pour la Coupe du monde 2015 ni pour les Jeux Olympiques 2016 bien que faisant partie du groupe élargi de Philippe Beregerôo. Olivier Echouafni ne fait jamais appel à elle mais Corinne Diacre finit par la rappeler il y a un an après avoir testé plusieurs joueuses à son poste.

En équipe de France, elle est milieu défensive choisie pour amener de l’impact. En club elle joue aussi régulièrement en défense centrale selon les besoins.

15-Élise Bussaglia

Milieu défensive, 33 ans, Dijon, 1m64, 55kg, 187 sélections, 30 buts, 286 matchs de D1, 33 matchs de Bundesliga, 22 matchs de Liga, 33 matchs de Coupe de France, 9 matchs de Coupe d’Allemagne, 4 matchs de Coupe de la Reine, 33 matchs de Ligue des championnes

Clubs précédents : Saint-Memmie, CNFE, Juvisy, Montpellier, PSG, Lyon, Wolfsbourg, Barcelone

Palmarès : 4 D1 (2006, 2013, 2014, 2015), 1 Bundesliga (2017), 6 Coupes de France (2005, 2009, 2010, 2013, 2014, 2015), 2 Coupes d’Allemagne, 1 Coupe de la Reine, 1 Euro M19 (2003)

feminafutbol.com

Photo: feminafutbol.com

Dernière joueuse (avec Sarah Bouhaddi) à avoir joué avec Corinne Diacre, en sélection entre 2003 et 2005, la Sedanaise est la plus âgée du groupe en devançant d’un mois Gaëtane Thiney avec qui elle débuté dans le Saint-Memmie de Marinette Pichon. Et comme elle a débuté à quinze ans, elle a eu le temps d’avoir plusieurs carrières. Elle rejoint ensuite Clairefontaine et le CNFE où elle a pour coéquipières Sarah Bouhaddi mais aussi Laura Georges, Camille Abily, Élodie Thomis ou Jessica Houara.

Tête d’affiche de sa génération, elle rejoint l’armada juvisienne avec qui elle remporte le titre la seconde saison avec un bilan presque parfait de 21 victoires et une seule défaite en fin de saison contre les dauphines montpelliéraines alors que le titre était déjà joué. Elle est ainsi la seule joueuse de l’effectif à avoir connu les joies du titre de championne de France dans un autre club que Lyon. Elle passe ensuite deux saisons à Montpellier où elle est vice-championne de France avant de rejoindre le PSG pré-QSI qui tente déjà de concurrencer les équipes de tête. Elle est élue meilleure joueuse du championnat en 2011 alors qu’elle est encore professeur de écoles, la professionnalisation de la D1 n’en étant qu’à ses balbutiements.

Elle franchit le pas un an plus tard en signant à Lyon. Son passage est mitigé entre concurrence et blessures mais elle arrive à jouer 47 matchs de D1 en trois ans. Ces trois saisons sont surtout celles où l’OL ne parvient pas à remporter la Ligue des Championnes.

Désireuses de pousser son expérience de footballeuse professionnelle jusqu’au bout, elle part ensuite à Wolfsbourg, l’autre place forte européenne où elle bute deux fois sur son ancien club, manquant le tir au but décisif en finale en 2016. Mais elle en profite pour garnir son palmarès et réaliser deux saisons pleines.

Elle continue ensuite ses découvertes en signant au FC Barcelone en train de s’ouvrir à des joueuses étrangères pour passer un cap. Après une première saison très réussie malgré la perte du titre face à l’Atlético Madrid d’Aurélie Kaci, elle est poussée sur le banc par l’arrivée de Kheira Hamraoui. Elle rejoint donc Dijon cet hiver pour préserver ses chances de participer à la Coupe du monde. Elle en pour participer grandement au maintien du club en D1.

Elle a donc fréquenté près d’une dizaine de clubs en presque vingt ans de carrière. Elle est la seule joueuse avec Céline Deville et Laure Lepailleur à avoir joué pour les quatre meilleures équipes françaises des quinze dernières années3 et elle a remporté la Coupe de France avec chacune, tout comme elle a remporté la Coupe nationale en Allemagne et en Espagne. Elle a aussi disputé la Coupe d’Europe avec cinq clubs différents ce qui ne doit pas être loin d’un record.

En sélection, elle fait partie des pionnières championnes d’Europe des moins de 19 ans en 2003 sous les ordres de Bruno Bini, premier titre international du football féminin français. Trois mois plus tard, elle connaît sa première sélection. Depuis elle a participé à toutes les aventures de l’équipe de France dans les bons comme dans les mauvais moments. Elle marque de but égalisateur contre l’Angleterre qui permet au Bleues d’atteindre le dernière carré de la Coupe du monde 2011, elle manque un an plus tard le pénalty qui aurait permis de revenir contre le Japon en demi-finale des Jeux Olympiques de Londres. Elle est la seule joueuse du groupe à avoir disputé toutes les phases finales des Bleues depuis 2005 et avec 30 matchs, elle y est bien sûr la plus expérimentée (à égalité avec Gaëtane Thiney).

Son statut a d’abord semblé remis en cause à l’arrivée de Corinne Diacre. Pendant la première saison, elle n’a pas toujours été appelée et a très peu joué. Mais depuis un an elle est redevenue indispensable, probablement moins à cause de ses propres performances, puisque cela a correspondu à l’époque où elle a été reléguée sur le banc à Barcelone, qu’à des événements extérieurs. La baisse de régime de Grace Geyoro a ouvert le jeu au milieu de terrain et la retraite de Laura Georges a sans doute obligé Corinne Diacre à chercher un autre relai d’expérience.

Formée au milieu de terrain, elle est resté milieu de terrain. Elle a pu jouer plus ou moins haut, défensive, relayeuse ou offensive mais si elle ne s’est logiquement jamais aventuré en attaque, elle n’a à peu près pas joué en défense non plus. Ses qualités de couverture du terrain, d’endurance et d’anticipation ne seraient sans doute pas exploité de façon optimale derrière.

16-Sarah Bouhaddi

Gardienne, 32 ans, Lyon, 1m75, 69kg, 139 sélections, 280 matchs de D1, 32 matchs de Coupe de France, 63 matchs de Ligue des Championnes

Clubs précédents : CNFE, Toulouse, Juvisy

Palmarès : 10 D1 (2010 à 2019), 7 Coupes de France (2012 à 2017, 2019), 6 Ligues des Championnes (2011, 2012, 2016, 2017, 2018, 2019), 1 Euro M19 (2003)

La Cannoise débute à 16 ans au CNFE au milieu des premières promotions du centre alignées en D1. Même si la règle est une certaine alternance pour permettre à toutes les pensionnaires de progresser en D1, elle prend le pas chaque saison sur ses concurrentes. À la sortie de cette formation, elle part pour Toulouse qui n’est plus que l’ombre du club dominateur qu’il était encore deux saisons plus tôt mais qui finit tout de même quatrième. Après seulement une saison elle part pour Juvisy tout récent champion de France où elle joue et finit trois fois sur le podium. Lyon à la recherche d’une gardienne pour succéder à la mythique Norvégienne Bente Nordby l’attire et elle quitte l’Essonne dans des termes mitigés.

Sa première saison entre Rhône et Saône est perturbée par une longue blessure mais elle revient à temps pour la fin de saison (après avoir repris avec la réserve où jouent Ève Périsset et Amel Majri) et pour la finale de Ligue des Championnes contre Potsdam achevée sur le score de 0-0 mais perdue aux tirs aux buts. Elle remporte avec Lyon tout ce qu’il est possible de remporter, se montrant en particulier décisive dans les deux victoires aux tirs aux buts en 2016 contre Wolfsbourg en arrêtant les tirs de Nilla Fischer et d’Élise Bussaglia alors que la séance était mal engagée et en 2017 en marquant elle-même le tir au but après l’échec de son homologue parisienne Katrzyna Kiedrzynek. La saison dernière elle avait même fini la finale avec une fracture de la main qui la privera ensuite de la finale de Coupe de France. Malgré le passage de plusieurs autres gardiennes internationales comme Céline Deville, Méline Gérard, Wang Fei ou Lisa Weiß, son statut de titulaire n’a jamais été remis en cause pas aucun de ses entraîneurs successifs.

Titulaire de l’équipe de France des moins de 19 ans championne d’Europe avec Bruno Bini, elle connaît sa première sélection chez les Bleues à 17 ans. Elle ne se passe pas très bien puisqu’Élisabeth Loisel la remplace avant la demi-heure de jeu alors que le score est de 3-2 pour les Écossaises. Mais elle revient six mois plus tard et en 2005 est non seulement dans le groupe pour l’Euro mais à la surprise générale, elle clôt le débat pour savoir qui de Céline Deville ou Sandrine Capy sera titulaire et s’installe.

Elle reste titulaire à l’Euro 2009 avec Bruno Bini mais après la blessure qui a handicapé sa première saison lyonnaise, elle n’est rappelée que pour le tournoi de Chypre début 2011 où elle ne joue qu’un match. Entre temps Bérangère Sapowicz s’est imposée et le sélectionneur craint que la concurrence de l’ancienne titulaire de perturbe la vie de groupe et choisit de l’écarter.

Mais la gardienne du PSG blessée lors du dernier match de la compétition ne retrouvera que brièvement les terrains et lui laisse à nouveau le champ libre. Malgré une relation tendue avec le sélectionneur elle est titulaire lors des Jeux Olympiques de Londres où elle sauve les Bleues en quart de finale contre la Suède avant de manquer une prise de balle contre le Japon dont elles ne se remettront pas.

Initialement écartée lors des matchs qui suivent les Jeux, elle profite des blessures de Laetitia Philippe pour revenir dans le groupe puis de Céline Deville pour reprendre une place de titulaire qu’elle occupe depuis sans personne pour lui contester. Elle a ainsi disputé tous les matchs de phase finale des Bleues depuis 2005 hormis le quart de finale de l’Euro 2009 sur blessure, le match sans enjeu contre l’Angleterre et bien sûr la Coupe du monde 2011.

Ses qualités sont quelques fois aussi ses défauts. Excellente joueuse au pied, il lui arrive d’en abuser (et il a pu arriver à ses entraîneurs d’en abuser aussi). Joueuse très confiante en ses qualités, elle peut parfois se déconcentrer. Pour le reste, elle est solide sur sa ligne, n’hésite pas à aller chercher les ballons aériens, occupe sa surface et au-delà et n’est jamais passive.

17-Gaëtane Thiney

Meneuse de jeu, 33 ans, Paris FC, 1m69, 62kg, 155 sélections, 58 buts, 379 matchs de D1, 45 matchs de Coupe de France, 17 matchs de Ligue des Championnes

Clubs précédents : Saint-Memmie, Compiègne

Palmarès :1 Euro M19 (2003)

Joueuse au parcours atypique, ell a débuté à Saint-Memmie avec Élise Bussaglia et partage avec elle le rôle de doyenne de la sélection qui défendra les couleurs de la France à domicile. Mais entre temps, elles auront eu presque 20 ans de choix différents si ce n’est que toutes deux ont longtemps mené une autre carrière professionnelle parallèlement à leur activité de joueuse. Mais si la Sedanaise de Dijon a fini par se mettre en disponibilité pour vivre quelques années par et pour le football, la Troyenne du Paris FC a toujours conservé le statut amateur – même si son activité professionnelle se déroule au sein de la FFF ce qui ne l’éloigne pas du monde du football.

Elle a démarré à Saint-Memmie après avoir longtemps joué plutôt dans des équipes masculines et n’est jamais passée par le système fédéral de formation. Quand le club a été relégué en D2, elle a migré à Compiègne où elle a connu sa deuxième relégation. Elle a suivi son équipe à l’étage inférieur, le temps de devenir meilleure buteuse puis elle est revenue en première division en signant à Juvisy dont elle est immédiatement devenue une pièce essentielle et qui a fusionné il y a deux ans avec le Paris FC.

Championne d’Europe des moins de 19 ans de Bruno Bini en 2003, elle a ensuite dû attendre sa promotion avec les A pour être appelée en 2006. Son parcours hors du système fédéral et les clubs où elles évoluaient expliquent sans doute qu’elle n’ait pas été retenue par Élisabeth Loisel plus tôt.

Joueuse de base et relais privilégié de Bruno Bini, elle fait partie des quelques joueuses qu’il couche en premier sur ses feuilles de matchs. Elle est titularisée à tous les matchs de phase finales entre le second de l’Euro 2009 et le quart de finale de l’Euro 2013.

L’arrivée de Philippe Bergerôo remet son statut en question et elle répond sur le terrain en étant la meilleure buteuse européenne des éliminatoires pour la Coupe du monde 2015. Mais lors de la phase finale qu’elle débute comme titulaire, elle est l’une des victimes du match raté contre la Colombie et n’entre qu’en fin de matchs pour les trois suivant. Cause ou conséquence, une cassure se produit avec le sélectionneur et elle n’est plus appelée de toute la suite du mandat de Philippe Bergerôo et manque les Jeux Olympiques de Rio.

Elle est rappelée par Olivier Echouafni dès sa première liste mais elle est dès lors moins souvent titulaire. Lors de l’Euro 2017, elle ne débute que contre l’Autriche, entre en fin de partie lors des deux autres matchs du premier tour et ne participe pas du tout au quart de finale.

L’arrivée de Corinne Diacre n’améliore d’abord pas du tout sa situation : il faut six mois à la sélectionneuse pour prendre acte qu’elle ne dispose pas d’autres meneuse de jeu au niveau international et elle est rappelée pour la SheBelievesCup 2018 qui est l’occasion du grand virage qui voit le retour en force des joueuses expérimentées. Depuis sa place derrière l’attaquante de pointe semble garantie.

Buteuse mais pas avant-centre, elle peut jouer sur les côtés mais préfère l’axe où elle peut mieux faire parler ses qualités qui sont plus dans l’orientation du jeu et la frappe de balle que dans le dribble et le débordement. Longtemps employée sur un côté quand Bruno Bini avait au moins trois meneuses à aligner ensemble, elle a maintenant la main sur le poste de numéro 10.

18-Viviane Asseyi

Attaquante droite, 25 ans, Bordeaux, 1m63, 59kg, 31 sélections, 5 buts, 189 matchs de D1, 35 matchs de Coupe de France, 2 matchs de Ligue des Championnes

Clubs précédents : Rouen, Montpellier, Marseille

Buteuse prolifique en D2 à 16 ans, la Rouennaise est repérée par Montpellier qui l’attire en cours de saison en partie pour pallier la blessure d’Élodie Ramos. Titulaire la moitié des matchs et entrant dans les autres, elle n’atteint pourtant jamais les dix buts en six saisons et demi dans l’Hérault. Après deux dernières saisons un peu plus difficiles, elle part se relancer à Marseille récent promu où elle passe de jeune joker à référence expérimentée. Elle participe grandement au maintien et à la bonne première saison du club mais se retrouve emportée par la catastrophique seconde qui voit les Phocéennes retourner en D2. Elle trouve refuge à Bordeaux où elle réalise la meilleure saison de sa carrière.

Passée par les sélections de jeunes à une époque où les Bleuettes sont à la peine, elle y côtoie déjà Pauline Peyraud-Magnin, Marion Torrent et Maéva Clémaron. Elle est appelée par Bruno Bini juste avant l’Euro 2013 auquel elle participe sans toutefois entrer en jeu. Elle est ensuite appelée ponctuellement par Philippe Bergerôo pendant tout son mandat. Tout comme Marion Torrent et Charlotte Bilbault, elle fait partie du groupe élargi avant la Coupe du monde 2015. Jamais appelée par Olivier Echouafni, elle revient chez les Bleues avec l’arrivée de Corinne Diacre qui l’intègre à presque chacune de listes sauf un avertissement fin 2018 auquel elle répond d’un triplé contre Rodez et d’un double contre Montpellier.

Attaquante rapide et intrépide, elle occupe son aile droite plus en puissance qu’en technique et ne rechigne pas aux efforts qu’ils soient offensifs et défensifs.

19-Griedge Mbock Bathy Nka

Défenseuse centrale, 24 ans,Lyon, 1m72, 68kg, 49 sélections, 5 buts, 154 matchs de D1, 20 matchs de Coupe de France, 32 matchs de Ligue des Championnes

Club précédent : Saint-Brieuc puis Guingamp

Palmarès : 4 D1 (2016 à 2019), 3 Coupes de France (2016, 2017, 2019), 4 Ligues des Championnes (2016 à 2019), 1 Coupe du monde M17 (2012), 1 Euro M19 (2013)

Titulaire en défense centrale à quinze ans à Saint-Brieuc, la Brestoise le reste une fois le club passé sous les couleurs guingampaises. Pendant quatre saisons, son équipe progresse jusqu’à finir par recoller à Montpellier et Juvisy loin devant le peloton. Elle signe alors à Lyon et les résultats guingampais montrent ensuite toute la part qu’elle y prenait.

Avec elle, les championnes de France redeviennent championne d’Europe. Après avoir obligé Gérard Prêcheur a faire monter Saki Kumagai au milieu, elle est mise en concurrence avec la meilleure jeune joueuse du mondial 2015 Kadeisha Buchanan de neuf mois sa cadette mais prend nettement l’ascendant.

Elle est aussi la capitaine de la génération qui est allé au bout ou presque de toutes les compétitions : finaliste de l’Euro M17 en 2011, elle remporte l’année suivant la Coupe du monde de la catégorie puis l’Euro M19 avant d’échouer en demi-finale lors de la Coupe du monde M20 au Canada. Un an plus tard elle est de retour pour la Coupe du monde avec les A même si elle ne joue pas une minute. Et lors des Jeux Olympiques de 2016 elle profite de l’absence de Laura Georges pour prendre la place en défense centrale à côté de Wendie Renard, place qu’elle ne rend pas l’année suivante à l’Euro 2017 et qu’elle occupera aussi cette fois.
Défenseuse puissante et successeuse de Laura Georges, elle en est pourtant à peu près l’antithèse : dotée d’une technique très sûre et d’un très bon sens du jeu, elle n’hésite pas à monter balle au pied ou à tenter des relances vers l’avant.

20-Delphine Cascarino

Attaquante droite, 22 ans, Lyon, 1m65, 58kg, 12 sélections, 3 buts, 57 matchs de D1, 13 matchs de Coupe de France, 21 matchs de Ligue des Championnes

Palmarès : 5 D1 (2015 à 2019), 4 Coupes de France (2015, 2016, 2017, 2019), 4 Ligues des Championnes (2016, 2017,2018, 2019), 1 Coupe du monde M17 (2012), 1 Euro M19 (2016)

Annoncée très tôt comme un grand talent, la San-Priote (comme Ève Périsset) débute en demi-finale de Coupe de France contre Rouen et se fait petit à petit une place dans la constellation de stars de l’OL. Sa progression est blessée un an et demi plus tard par une blessure au genou qui la tient éloignée des terrains près de neuf mois. À sont retour, le club a engagé à son poste la championne d’Europe Shanice van de Sanden. Mais si la concurrence entre les deux est acharnée, c’est la Française a le plus souvent la préférence de Reynald Pedros dans les matchs décisifs.

Repérée très jeunes, elle est passée par toutes les sélections de jeunes. Ses deux campagnes européennes chez les moins de 17 ans n’ont pas connu de réussite mais contrairement à ses coéquipières, elle pouvait se prévaloir d’avoir déjà remporté le titre de championne du monde de la catégorie avant même son premier Euro. Benjamine du groupe avec Grace Geyoro – mais contrairement à la Parisienne elle participera à l’aventure sur le terrain – elle est la bande de Sandie Toletti en Azerbaïdjan.

Elle dispute ensuite deux éditions de l’Euro des moins de 19 ans. En 2015, elle est blessée au bout d’une demi-heure lors du premier match et elle assiste impuissante à l’élimination aux tirs aux buts en demi-finale contre l’Espagne. Un an plus tard, accompagnée de sa sœur Estelle, de Marie Katoto, Clara Matéo et Mylène Chavas, elle prend sa revanche en battant en finale Patri Guijarro, Aitana Bonmati et leurs coéquipières. Et en fin d’année, elle atteint sa troisième finale internationale lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans en Papouasie-Nouelle-Guinée, perdue cette fois contre la Corée du Nord.

À peine un mois plus tard, elle est convoquée par Olivier Echouafni pour le match contre l’Afrique du Sud à Saint-Denis de La Réunion où elle se blesse gravement pendant le stage. Elle manque l’Euro 2017 et n’est rappelée par Corinne Diacre que lors du second rassemblement. Après quelques incompréhensions, elle finit par s’imposer et postule pour être titulaire à un poste déjà occupé par Kadidiatou Diani, l’une des Bleues les plus en forme.

Ailière de débordement, elle ajoute à sa vitesse une grande qualité technique qui lui permet de prendre régulièrement le dessus sur sa latérale. Depuis peu, elle semble avoir pris confiance en sa capacité à marquer et n’hésite plus à tenter sa chance.

21-Pauline Peyraud-Magnin

Gardienne, 27 ans, Arsenal, 1m73, 57kg, 2 sélections, 57 matchs de D1, 13 matchs de FAWSL, 5 matchs de Coupe de France, 1 match de Coupe d’Angleterre, 1 match de Ligue des Championnes

Clubs précédents : Lyon, Issy, Saint-Étienne, Marseille, Lyon

Palmarès : 3 D1 (2013, 2014, 2018), 1 FAWSL (2019), 1 Ligue des Championnes (2018)

twitter Arsenal @ArsenalWFC

Photo: twitter Arsenal @ArsenalWFC

Formée à Lyon, elle y reste pendant longtemps dans l’ombre de Sarah Bouhaddi, deuxième ou troisième gardienne. Spécificité du poste de gardienne, il se passe quatre ans entre sa première apparition sur le banc de l’équipe première et son premier match en fin de saison 2013 alors que Patrice Lair prépare le départ de Céline Deville. Elle passe donc la saisons suivante avec le statut de seconde gardienne ce qui ne lui donne pas plus de temps de jeu. Après six ans passés sur le banc et seulement cinq matchs joués, elle est alors prêtée à Issy, promu en D1 où elle fait pour la première fois une saison pleine. Elle enchaîne avec un autre prêt à Saint-Étienne où elle réalise une bonne saison malgré la concurrence de Mylène Chavas. Elle est enfin transférée chez un autre promu à Marseille où elle participe grandement avec Viviane Asseyi à la très bonne première saison des phocéennes.

Elle revient alors à Lyon pour remplacer Méline Gérard en partance pour Montpellier mais elle est passée en trois ans de l’espoir formé au club à la gardienne expérimentée de D1. Ce changement ne l’aide pas plus que ses prédécesseuses à déboulonner Sarah Bouhaddi. Elle ne dispute qu’un seul match de D1, le dernier après la blessure de sa titulaire. Mais elle se voit offrir la possibilité de jouer la Coupe de France dont elle perd la finale contre le PSG dans l’orage de Strasbourg.

Elle passe alors la vitesse supérieure en quittant non seulement Lyon mais la D1 et en signant à Arsenal. À Londres, elle a affaire à forte partie puisque la titulaire du poste est alors Sari van Veenendaal, gardienne des Néerlandaises championnes d’Europe. Mais elle s’impose et dispute comme titulaire la saison qui permet aux canonnières de remporter à nouveau le titre sept ans après la fin de leur série historique.

Passée par les sélections de jeunes avant l’ère des victoires, elle est d’abord pénalisée par son absence de match. Ses prestations à Saint-Étienne lui valent d’être convoquée avec l’équipe de France B puis elle est appelée par Olivier Echouafni à la fin de sa saison marseillaise mais sans entrer en jeu et sans faire partie de la liste pour l’Euro. Corinne Diacre l’appelle une fois pendant sa saison lyonnaise bien qu’elle n’apparaisse plus sur les terrains. Mais c’est avec son transfert à Arsenal et sa manière de s’y imposer qu’elle devient membre à part entière du groupe bleu.

Elle connaît sa première sélection en avril dernier contre le Japon, achevée prématurément pour une blessure musculaire mais a été de nouveau alignée lors du premier match de préparation à la Coupe du monde contre la Thaïlande et sera comme elle en a l’habitude numéro 2 derrière Sarah Bouhaddi lors de la Coupe du monde.

22-Julie Debever

Défenseuse centrale, 31 ans, Guingamp, 1m74, 65kg, 3 sélections, 256 matchs de D1, 22 matchs de Coupe de France

Clubs précédents : Hénin-Beaumont, Juvisy, Saint-Étienne

Formée à Hénin-Beaumont, elle y débute comme Amandine Henry et dispute six saisons pleines, les trois premières au milileu, les suivantes en défense centrale. Elle y connaît des fortunes diverses entre une 10e place en 2007 et une 4e deux ans plus tard. À 23 ans, elle tente sa chance à Juvisy où elle rejoint Gaëtane Thiney et les débutantes Aïssatou Tounkara et Kadidiatou Diani. Mais elle ne parvient pas à débouloner Nelly Guilbert et Annaïg Butel et ne joue que trois bouts de matchs au milieu en fin de saison.

Elle rejoint ensuite Saint-Étienne et Maéva Clémaron pour retrouver une place de titulaire en défense centrale. Sa première saison l’amène jusqu’à la finale de Coupe de France, la deuxième est plus difficile et les Vertes ne se sauvent qu’à la dernière journée (et c’est Hénin-Beaumont qui est alors relégué). Elle est mise à l’écart la saison suivante après un début de championnat manqué par l’ASSE et elle passe même plus de six mois sans apparaître sur une feuille de match de l’équipe première.

Elle rejoint donc Guingamp qui cherche à compenser le départ de Griedge Mbock, accompagnée de sa coéquipière stéphanoise Charlotte Lorgeré avec qui elle forme depuis la charnière guingampaise. Déjà vice-capitaine l’an dernier, elle devient titulaire du brassard cette saison avec le départ de Marine Pervier.

Passée par la sélection des moins de 19 ans, elle est très ponctuellement appelée dans de grandes revues d’effectifs d’équipes de France A’ ou B mais son nom n’est jamais évoqué pour les Bleues jusqu’à ce Corinne Diacre ne la convoque il y a un an. Depuis elle a participé à tous les rassemblements même si elle n’a presque jamais joué.

Débutante en équipe de France à 30 ans passés, sans expérience du haut niveau et sans avoir particulièrement brillé sur les pelouses de D1 ces deux dernières saisons, sa présence dans les 23 tient certainement à l’équilibre du groupe et son rôle de capitaine à Guingamp a sans doute plus pesé que ses matchs.

23-Maéva Clémaron

Milieu défensive, 26 ans, Fleury, 1m65, 60kg, 4 sélections, 1 but, 177 matchs de D1, 24 matchs de Coupe de France

Club précédent : Saint-Étienne

Palmarès : 1 Coupe de France (2011)

Formée à Lyon, elle rejoint à 15 ans le RC Saint-Étienne qui devient un an plus tard l’AS Saint-Étienne. Entre études et blessures, ses premières saisons dans le Forez sont en pointillé mais elle participe à la victoire en Coupe de France en 2011 où elle remplace Kheira Hamraoui pour les dernières minutes de la finale. En 2015 elle succède à Morgane Courteille comme capitaine et peut enfin faire des saisons complètes. Mais deux ans plus tard une phase retour catastrophique (dix défaites et deux nuls) envoie son équipe en D2 pour un point.

Pour rester en D1, elle rejoint Fleury, promu, amateur mais ambitieux où elle vient de passer deux saisons solides à assurer le maintien et dont elle est devenue capitaine en fin de saison, les deux précédentes Julie Machart-Rabanne et Teninsoun Sissoko passant désormais plus de temps sur le banc.

Joueuse de la génération de Pauline Peyraud-Magnin et Marion Torrent, elle a connu quelques sélections chez les jeunes mais n’a ensuite retrouvé le maillot bleu que sur la fin de sa période stéphanoise en équipe de France B à nouveau accompagnée de la gardienne d’Arsenal et de la défenseuse de Montpellier. Elle est ensuite appelée début 2018 par Corinne Diacre dans sa large revue d’effectif et elle est régulièrement présente depuis même si elle n’a eu droit qu’à quatre entrées en jeu en fin de match.

Milieu accrocheuse mais avec une bonne vision du jeu elle peu jouer relayeuse autant que défensive et devrait plutôt être la remplaçante d’Élise Bussaglia que d’Amandine Henry.



6 commentaires pour “Vingt-trois pour une coupe”

  1. Thank you for the amazingly interesting info, we were all really impressed.

  2. Didn’t read :D

  3. vous allez aller loin les filles,la coupe du monde c’est pour vous,vous etes de sacré battantes

  4. [...] 23 Bleues pour une Coupe [...]

  5. Thank you for the amazingly interesting info, we were all really impressed.

  6. Unbelievably interesting information. Thank you for the post that you have shared, all of this should be used as a reference

Répondre