Ni buts ni soumises » Trois mois

« Six mois

De vieilles connaissances »

Trois mois

À trois mois de son entrée dans sa Coupe du monde, l’équipe de France de Corinne Diacre semble au complet et il est certainement déjà trop tard pour les joueuses qui n’ont pas déjà intégré la sélection.

Après une solide victoires contres les États-Unis, les Bleues ont perdu petitement contre l’Allemagne avant de se venger sur l’Uruguay. Ces matchs n’ont pas été l’occasion de grands bouleversement et les principaux enseignements viennent des joueuses qui n’ont pas été alignées.

L’Allemagne a mis fin à près d’un an d’invincibilité de l’équipe de France. Mais les Bleues sont bien placées pour savoir que les victoires de prestiges à quelques mois des phases finales des compétitions internationales n’ont pas de grande signification. D’ailleurs si le match des Françaises a été très décevant, comme si les joueuses de Corinne Diacre avaient inconsciemment obéi à l’injonction de celle qui souhaitait voir son équipe dans la défaite. Le résultat lui-même a surtout tenu au sens du but de Léa Schüller plus aiguisé ce soir-là que ceux de Marie Katoto et Gaëtane Thiney.

La réaction contre l’Uruguay n’est pas très significative contre un adversaire aussi faible. Ce deuxième match a surtout permis a certaines joueuses de marquer des points dans l’optique de leur présence dans la future les liste des 23. Les six buts ont été marqués par des joueuses dont le statut semble assez équivalent : assez bien placées pour avoir de bons espoirs – et entrer en jeu dans un match – mais ne faisant pas ou plus partie des cadres qui ont leur place assurée.

Charlotte Bilbault

Charlotte Bilbault

Viviane Asseyi avait disparu ponctuellement de la sélection alors que Valérie Gauvin fait face à la concurrence de Marie Katoto et que Grace Geyoro a perdu sa place de titulaire même si sa présence dans le groupe n’a jamais été remise en cause. Charlotte Bilbault et Maéva Clémaron quant à elles semblent en concurrence pour une place au milieu dans le groupe. Au-delà de leurs buts, toutes ont marqué des points dans le contexte d’un match certes facile.

Les jeux sont faits

Dix-huit joueuses ont participé à l’un des trois matchs disputés depuis le début de l’année et comme d’habitude, les autres ne sont venues que pour faire le nombre à l’entraînement. Corinne Diacre n’a fait que huit changements en trois matchs. Les quatre entrantes du match contre l’Allemagne étaient titulaires quatre jours plus tard alors que Marie Katoto est entrée deux fois en jeu autour d’une titularisation à Laval. Dix-sept joueuses ont donc été titularisées et seule Maéva Clémaron est seulement entrée en jeu.

En ajoutant Griedge Mbock blessée à l’occasion des deux rassemblements, les deux gardiennes Solène Durand et Pauline Peyraud-Magnin et Julie Debever qui ne joue jamais mais qui est toujours présente, on a pratiquement le nombre et il serait étonnant que plus d’une ou deux de ces joueuses soit absente au mois de juin hors blessure.

Trois mois avant l’échéance, l’heure n’est évidemment plus aux expérimentations surtout qu’aucune joueuse n’a fait irruption dans le paysage pour remettre en cause les choix déjà faits. Pour pallier les absences sur blessure de Griedge Mbock et Ève Périsset, ce sont ainsi Estelle Cascarino et Hawa Cissoko qui ont été appelées, soit deux joueuses qui avaient fait partie de la phase de recherche de la sélectionneuse mais qui n’étaient plus apparues depuis un an. Et ce ne sont ni leur absence d’entrée en jeu cette fois ni leurs prestations dans leurs clubs qui pourraient leur faire espérer bousculer la hiérarchie. Leur convocation ressemble à une manière de faire le nombre sans donner de faux espoirs à des nouvelles joueuses.

Le retour d’Ouleymata Sarr peut aussi être vu de cette manière même si la Lilloise a eu un statut plus affirmé chez les Bleues où elle compte trois fois plus de sélections que le total cumulé des deux défenseuses.

Première pour Soyaux

Le retour de l’ancienne parisienne et marseillaise est aussi un événement : elle est la première joueuse de Soyaux appelée par l’ancienne Sojaldicienne Corinne Diacre. Des quatorze clubs passés en D1 sous son mandat, seuls Albi et Metz n’ont jamais eu de sélectionnées. Sur le papier, cela confirme le discours sur l’importance de tous les clubs. Sur le terrain, seules cinq joueuses hors du quatuor de tête habituel et de l’Atlético ont été aperçues sur la pelouse cette saison. La Dijonnaise (et Barcelonaise jusqu’en décembre) Élise Bussaglia est un peu à part du haut de ses 184 sélections, il ne reste guère que la Bordelaise Viviane Asseyi (133 minutes), la Guingampaise Julie Debever (75), la Dijonnaise Kenza Dali (71) et la Floriacumoise Maéva Clémaron (34). Soit quatre des sept plus faibles temps de jeu des 24 joueuses alignées avec Annaïg Butel (90), Émelyne Laurent (31) et Ève Périsset (9).

Maéva Clémaron

Maéva Clémaron

Bref les rassemblements de l’équipe de France est ouvert aux joueuses de tous les clubs mais le terrain reste la chasse gardée de quelques uns.

Vingt-quatre joueuses ont été alignées cette saison, auxquelles ont peut ajouter deux gardiennes puisque seule Sarah Bouhaddi a joué mais qu’il en faudra bien trois. Il serait très étonnant que la liste du mois de juin comporte un nom hors de ceux là.

Bien entendu des joueuses comme Kheira Hamraoui, Aurélie Kaci ou Claire Lavogez qui ont attendu vainement une convocation depuis deux ans n’ont plus d’illusion. Mais les habituées de l’ère Diacre que sont Ouleymata Sarr et Aminata Diallo en sont réduites à espérer une défection pour avoir une chance de faire partie de l’aventure.

La météo des internationales

La liste des 23 est à peu près connue. Il peut rester une petite incertitude entre trois joueuses pour deux places de gardiennes remplaçantes, entre deux pour la dernière place au milieu et pour la dernière en attaque mais avec 26 noms, on est presque sûr d’avoir l’intégralité de la liste.

Gardiennes

Sarah Bouhaddi sera titulaire, Corinne Diacre l’a déjà annoncé. Il faut trouver deux autres joueuses pour faire la liste. Pour l’instant Solène Durand et Pauline Peyraud-Magnin semblent avoir une longueur d’avance sur Karima Benameur. Mais tout devrait se jouer entre ces trois là.

Défenseuses

Wendie Renard, Griedge Mbock et Aïssatou Tounkara qui a joué les trois premiers matchs de l’année en intégralité seront donc accompagnées de Julie Debever toujours présente, jamais alignée (présente lors des sept matchs de cette saison, elle compte moins de temps de jeu qu’Annaïg Butel qui n’a pourtant été appelée qu’une fois pour pallier une blessure).

À droite Marion Torrent sera titulaire et Ève Périsset devrait être sa remplaçante même si elle ne compte qu’une entrée en jeu cette saison. À gauche Amel Majri sera secondée par Sakina Karchaoui.

Sauf grosse surprise ou blessure, la liste défensive est déjà établie.

Milieux

Au milieu, Amandine Henry sera évidemment présente, Élise Bussaglia semble avoir profité de la retraite de Laura Georges pour reprendre son rôle d’ancienne et s’assurer une place à un moment où elle ne jouait plus à Barcelone. Grace Geyoro a perdu sa place de titulaire mais sa présence dans le groupe ne semble pas menacée d’autant que lors des deux derniers matchs, elle a été testée comme suppléante de Gaëtane Thiney au poste de meneuse de jeu.

Charlotte Bilbault semble en pôle position pour la quatrième place dans ce secteur de jeu même si Maéva Clémaron peut aussi espérer.

Sandie Toletti, Aminata Diallo ou Inès Jaurena voire Daphne Corboz qui ont eu leur chance avec Corinne Diacre et Kheira Hamraoui ou Aurélie Kaci qui ne l’ont pas eue semblent désormais hors course.

Attaquantes

Eugénie Le Sommer, Kadidiatou Diani et Gaëtane Thiney sont déjà certaines de faire partie de la liste. Les premiers matchs de l’année ont confirmé que Delphine Cascarino, Marie Katoto, Viviane Asseyi et Valérie Gauvin faisaient clairement partie des plans de la sélectionneuse. Il reste sans doute une place pour laquelle Kenza Dali, absente sur blessure contre l’Allemagne et l’Uruguay tient la corde mais pour laquelle Ouleymata Sarr n’a peut-être pas perdu tout espoir.

La cote des Bleues pour la Coupe du monde

Beaucoup de joueuses ont une cote à 1% pour ne pas avoir l’air de trop se dédire mais on aurait presque pu avoir une liste avec 19 joueuses à 100% et sept autres qui se partagent les quatre places restantes.

Gardiennes
Nom Prénom Âge Club Nb. MEX AUS CAM BRE USA ALL URU P
Benameur Karima 29 Paris FC 5 0 0 0 49,00%
Bouhaddi Sarah 31 Lyon 137 90 90 90 90 90 90 90 100,00%
Chavas Mylène 20 Dijon 0 1,00%
Durand Solène 23 Guingamp 0 0 0 0 0 0 74,00%
Gérard Méline 28 Montpellier 14 1,00%
Peyraud-Magnin Pauline 26 Arsenal 0 0 0 0 0 0 74,00%
Philippe Laëtitia 27 Rodez 4 0 1,00%
Défenseuses
Nom Prénom Âge Club Nb. MEX AUS CAM BRE USA ALL URU P
Bacha Selma 17 Lyon 0 1,00%
Butel Annaig 26 Paris FC 10 90 4,00%
Cascarino Estelle 21 Paris FC 1 0 0 10,00%
Cissoko Hawa 22 Soyaux 2 0 0 4,00%
Debever Julie 30 Guingamp 2 0 74 0 1 0 0 0 80,00%
Karchaoui Sakina 22 Montpellier 22 0 0 90 0 0 90 0 100,00%
Lakrar Maëlle 17 Montpellier 0 1,00%
Lorgeré Charlotte 24 Guingamp 1 0 5,00%
Majri Amel 25 Lyon 44 90 90 0 90 90 0 90 100,00%
Mbock Bathy Nka Griedge 23 Lyon 47 90 90 90 90 100,00%
Périsset Ève 23 PSG 12 0 0 0 9 0 95,00%
Renard Wendie 28 Lyon 107 90 90 90 90 90 90 100,00%
Torrent Marion 26 Montpellier 18 90 16 90 81 90 90 90 100,00%
Tounkara Aïssatou 23 Atlético 10 0 0 89 90 90 90 100,00%
Milieux
Nom Prénom Âge Club Nb. MEX AUS CAM BRE USA ALL URU P
Bilbault Charlotte 28 Paris FC 13 19 90 15 25 0 23 90 70,00%
Bussaglia Élise 32 Dijon 184 82 75 90 90 67 0 95,00%
Clemaron Maéva 25 Fleury 3 0 15 0 0 19 25,00%
Corboz Daphne 25 Fleury 0 0 1,00%
Diallo Aminata 23 PSG 7 0 5,00%
Geyoro Grace 21 PSG 19 90 0 90 0 0 6 90 100,00%
Hamraoui Kheira 28 Barcelone 35 1,00%
Henry Amandine 28 Lyon 81 71 8 65 90 90 71 100,00%
Jaurena Inès 27 Paris FC 2 1,00%
Kaci Aurélie 28 Atlético 7 1,00%
Toletti Sandie 23 Montpellier 13 0 1,00%
Attaquantes
Nom Prénom Âge Club Nb. MEX AUS CAM BRE USA ALL URU P
Asseyi Viviane 24 Bordeaux 28 29 0 0 8 6 90 80,00%
Cascarino Delphine 21 Lyon 9 61 65 68 84 63 95,00%
Dali Kenza 27 Dijon 22 10 16 45 0 75,00%
Diani Kadidiatou 23 PSG 44 90 69 80 90 82 66 0 100,00%
Gauvin Valérie 22 Montpellier 15 90 90 88 0 24 90 95,00%
Laurent Émelyne 20 Lyon 2 21 10 5,00%
Lavogez Claire 24 Bordeaux 35 1,00%
Le Sommer Eugénie 29 Lyon 160 90 90 75 90 100,00%
Léger Marie-Charlotte 22 Fleury 9 1,00%
Matéo Clara 20 Paris FC 0 0 2,00%
Robert Faustine 24 Guingamp 2 1,00%
Sarr Ouleymata 22 Lille 10 0 0 0 50,00%
Thiney Gaëtane 32 Paris FC 152 80 74 45 2 90 84 0 100,00%
Katoto Marie 19 PSG 4 25 22 90 27 95,00%


Un commentaire pour “Trois mois”

  1. Delphine CASCARINO me rappelle Mbappé.

Répondre