Ni buts ni soumises » Neuf mois

« Pas de finale pour les Bleuettes

La D1 dans la lumière »

Neuf mois

Les grandes lignes de la sélection française pour la prochaine Coupe du monde à domicile semblent désormais établies mais il reste quelques places à prendre. Le point à neuf mois de l’échéance avec le poste d’avant-centre qui a peut-être été chamboulé par la Coupe du monde M20 et celui d’arrière centrale dont les titulaires sont connues mais pas les remplaçantes.

Pendant que les autres équipes européennes se partageaient les derniers tickets pour la Coupe du monde (l’Allemagne, l’Angleterre, l’Écosse, la Norvège et la Suède ont rejoint l’Espagne et l’Italie alors que la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Suisse se disputeront en barrage la dernière place), les Bleues de Corinne Diacre reprenaient en douceur face au Mexique. La victoire 4-0 est dans les normes habituelles face à cet adversaire (d’habitude c’était 5-0) et la faiblesse de l’opposition ne permet pas de tirer d’énormes enseignements sur le jeu de l’équipe de France mais il dévoile quelques options envisagées par la sélectionneuse.

Eugénie Le Sommer

Eugénie Le Sommer

C’est l’occasion de commencer à suivre la probabilité de présence des internationales à la Coupe du monde (sauf blessure) calculée selon une méthode hygrodactylique.

Le match contre le Mexique n’a pas remis réellement en cause les tendances fortes constatées suite à la lourde défaite contre l’Angleterre lors de la SheBelieves Cup. L’équipe type est à peu près certaine au moins en défense et au milieu. Les places d’ailière droite et d’avant-centre sont les seules qui semblent encore ouvertes. De plus une quinzaine de places semblent déjà prises dans la liste des 23 (sauf blessures) ce qui laisse encore quelques ouvertures.

Kadidiatou Diani en pointe

En théorie, la place en pointe devrait revenir à Marie Katoto qui est avec Ada Hegerberg la meilleure joueuse à ce poste en D1. Mais elle a été réservée toute la saison dernière pour la Coupe du monde M20 pendant laquelle elle a été fantomatique. La solution au problème s’est donc à nouveau éloignée en attendant de voir comme l’attaquante du PSG se reprendra cette saison.

Sans elle et en l’absence de Valérie Gauvin blessée, Corinne Diacre a choisi de titulariser Kadidiatou Diani en pointe, poste qu’elle a occupé régulièrement chez les jeunes mais plus vraiment depuis. Sa prestation a été intéressante avec en particulier un très bon déplacement et une très bonne réalisation sur le premier but. Difficile de dire que c’est une solution d’avenir face à une aussi faible adversité mais elle a au moins démontré qu’elle pouvait rendre service ponctuellement dans l’axe.

Kadidiatou Diani

Kadidiatou Diani

Côté droit de l’attaque, Delphine Cascarino a enchaîné sa deuxième titularisation mais n’a pas montré toutes ses qualités, s’attirant les foudres de Corinne Diacre. Sur le papier, elle est largement favorite pour être titulaire mais il lui reste à le démontrer en équipe de France mais aussi à Lyon où la concurrence est forte.

Deux nouvelles joueuses offensives ont été appelées par la sélectionneuse : Clara Matéo qui n’est pas entrée en jeu mais qui pourrait être une solution comme doublure de Gaëtane Thiney bien qu’elle joue plutôt en pointe ou sur un côté au PFC (où la place de Gaëtane Thiney est occupée par Gaëtane Thiney) et Kenza Dali qui a fait son retour après deux ans d’absences.

Ces arrivées montrent que si les essais tous azimuts sont terminés, le groupe n’est pas encore fermé surtout en attaque. Cela peut laisser des espoirs à d’anciennes internationales comme Claire Lavogez ou Kheira Hamraoui en fonction de leur saison en club. Par contre au-delà du cas de Marie Katoto, la Coupe du monde M20 n’a sans doute pas fait avancer les candidatures des joueuses offensives.

Annaïg Butel plutôt que Julie Debever

Deux autres sujets ont été mis en exergue contre le Mexique par les forfaits de deux joueuses sélectionnées initialement. Karima Benameur a été remplacée par Laetitia Philippe qui ne compte certes que quatre sélections (dont deux pour moins de cinq minutes) mais dont la première apparition date de 2009. L’ancienne montpelliéraine devrait retrouver du temps de jeu à Rodez. Pour le moment rien ne permet de penser que cela perturbera la hiérarchie actuelle et on attendra plutôt le retour en D1 de Mylène Chavas à Dijon pour cela.

Wendie Renard a également déclaré forfait pour ce match contre le Mexique, ne laissant que deux défenseuses centrales dans la liste initiale : Griedge Mbock et Julie Debever. Elle a été remplacée dans la liste par Annaïg Butel, neuf sélections depuis 2013 sous trois sélectionneurs différents. Et comme si Corine Diacre voulait bien appeler Julie Debever mais pas pousser l’excentricité jusqu’à l’aligner, c’est l’appelée de dernière minute qui a joué à côté de Griedge Mbock et qui a livré une prestation tout à fait convaincante. Dans la mesure où derrière les deux titulaires, il y a une ou deux places à prendre et que la première est sans doute dévolue à Aïssatou Tounkara de retour de blessure, elle a pris date, prenant un peu d’avance sur les internationales M20 de la Coupe du monde bretonne, Julie Thibaud et Maëlle Lakrar.

La cote des Bleues pour la Coupe du monde

Gardiennes
Nom Prénom Âge Club Nb. Mexique P
Benameur Karima 29 Paris FC 5 80%
Bouhaddi Sarah 31 Lyon 131 90 100%
Chavas Mylène 20 Dijon 0 10%
Durand Solène 23 Guingamp 0 0 80%
Gérard Méline 28 Montpellier 14 10%
Peyraud-Magnin Pauline 26 Arsenal 0 10%
Philippe Laëtitia 27 Rodez 4 0 10%
Défenseuses
Nom Prénom Âge Club Nb. Mexique P
Bacha Selma 17 Lyon 0 9%
Butel Annaig 26 Paris FC 10 90 50%
Cascarino Estelle 21 Paris FC 1 10%
Debever Julie 30 Guingamp 0 0 1%
Karchaoui Sakina 22 Montpellier 20 0 90%
Lakrar Maëlle 17 Montpellier 0 10%
Majri Amel 25 Lyon 40 90 100%
Mbock Bathy Nka Griedge 23 Lyon 44 90 100%
Perisset Eve 23 PSG 11 0 80%
Renard Wendie 28 Lyon 101 100%
Thibaud Julie 20 Bordeaux 0 10%
Torrent Marion 26 Montpellier 12 90 100%
Tounkara Aïssatou 23 Atlético 6 90%
Milieux
Nom Prénom Âge Club Nb. Mexique P
Bilbault Charlotte 28 Paris FC 8 19 25%
Bussaglia Élisse 32 Barcelone 179 40%
Clemaron Maéva 25 Fleury 1 10%
Corboz Daphne 25 Fleury 0 9%
Diallo Aminata 23 PSG 7 0 80%
Geyoro Onema Grace 21 PSG 16 90 100%
Hamraoui Kheira 28 Barcelone 35 5%
Henry Amandine 28 Lyon 76 71 100%
Jaurena Inès 27 Paris FC 2 20%
Kaci Aurélie 28 Atlético 7 1%
Toletti Sandie 23 Montpellier 13 0 10%
Attaquantes
Nom Prénom Âge Club Nb. Mexique P
Asseyi Viviane 24 Bordeaux 25 29 90%
Cascarino Delphine 21 Lyon 5 61 80%
Dali Kenza 27 Dijon 20 10 30%
Diani Kadidiatou 23 PSG 39 90 100%
Gauvin Valérie 22 Montpellier 10 80%
Lavogez Claire 24 Bordeaux 35 5%
Le Sommer Eugénie 29 Lyon 154 90 100%
Léger Marie-Charlotte 22 Fleury 9 60%
Matéo Clara 20 Paris FC 0 0 30%
Robert Faustine 24 Guingamp 2 30%
Sarr Ouleymata 22 Lille 10 0 90%
Thiney Gaëtane 32 Paris FC 147 80 100%
Katoto Marie 19 PSG 0 55%


7 commentaires pour “Neuf mois”

  1. Mais bon sang Kheira Hamraoui, c’est pas une attaquante !!!!

  2. Ton coup de sang a payé cher philippe !

  3. Par contre, le titre ne fleure-t-il pas le sexisme ???

  4. Je vois ça comme une oeillade lancée à dessin.

  5. Au vu des résultats obtenus et notamment pour Selma Bacha (9%), je m’interroge sur les paramètres que vous avez pris en compte pour estimer la probabilité qu’une joueuse “X” ou “Y” ou puisse être sélectionnée pour la prochaine Coupe du monde. Sur le poste de latéral gauche, elle est en concurrence avec Estelle Cascarino (10% % de chance d’y participer) et Sakina Karchaoui (90%), voire la polyvalente Amel Majri (100%). Je ne comprends pas comment Estelle Cascarino peut avoir plus de chance d’y prendre part, à cet instant “T”, que Selma Bacha alors que celle-ci est devenue titulaire indiscutable à ce poste à l’OL aussi bien en championnat qu’en ligue des Champions et en lieu et place d’Amel Majri qui est montée d’un cran. Dites-moi tout.

  6. Alors comme je passe et que je vois des commentaires, je réagis.
    Déjà il n’est dit nulle part que Kheira Hamraoui est attaquante (même si effectivement la mention des revenantes possible dont elle fait partie se situe à la fin du chapitre sur les attaquantes).

    Ensuite ma méthode de calcul totalement infaillible est détaillée de façon précise au deuxième paragraphe.
    Je pense qu’Estelle Cascarino a plus de chance d’être à la Coupe du monde que Selma Bacha parce que Corinne Diacre l’a appelée plusieurs fois (et qu’elle peut jouer dans l’axe) alors qu’elle a dit de la joueuse de l’OL qu’elle ne la prendrait pas parce qu’elle avait déjà ce qu’il faut à gauche. Et puis il me fallait un pourcent pour Julie Debever donc je l’ai pris là.

    Par ailleurs, Selma Bacha n’est pas “titulaire indiscutable” à Lyon. Elle a permis à Amel Majri de jouer au poste où elle voulait mais elle est cette saison en concurrence avec Carolin Simon qui a débuté les trois premiers matchs de D1 (même si ce n’est pas très significatif, surtout avec la Coupe du monde M20). Alors c’est déjà très fort à 17 ans mais elle n’est pas (encore) une pièce maîtresse de l’OL et surtout il ne semble pas que la sélectionneuse la considère comme telle, et c’est elle qui fera la sélection.

  7. J’ose avouer que je n’ai toujours pas saisi clairement les paramètres qui entrent en ligne de compte dans vos calculs afin d’évaluer la probabilité qu’une joueuse X ou Y puisse être sélectionnée pour la prochaine Coupe du monde à cet instant “T”.

    Pour expliquer la faible probabilité que Selma Bacha (9%) a d’y participer, j’en ai déduis que votre méthode s’appuyait sur les dernières listes de Corinne Diacre. Comme Selma Bacha n’a jamais été appelée en A et qu’Estelle Cascarino compte une sélection, il semble logique que cette dernière ait pour l’instant plus de chance d’y participer(10%). Parfait. Mais en y regardant de plus près, on se rend compte que ce paramètre ne tient pas : Marie-Antoinette Katoto qui n’a, elle aussi, jamais été appelée par Corinne Diacre a selon vos calculs 55% de chance d’y participer ! Déconcertant… Alors quel ou quels critères objectifs ou subjectifs avez pris en compte pour calculer vos probabilités ?

    J’entends bien que Marie-Antoinette Katoto n’avait, soi-disant et jusqu’à lors, pas été sélectionnée en équipe de France A parce qu’elle peaufinait ses automatismes avec les moins de 20 ans en vue de gagner la Coupe du monde U20 cet été.

    Mais ne peut-on pas invoquer les mêmes raisons pour expliquer l’absence de Selma Bacha dans les dernières listes de Corinne Diacre surtout si l’on sait que chacune des deux comptait 8 sélections en équipe de France U20 avant ce fameux Tournoi organisé en Bretagne?

Répondre