Ni buts ni soumises » Dans un an, la Coupe du monde

« Cinq pour une place

Au milieu du gué »

Dans un an, la Coupe du monde

Dans un an aura lieu la phase finale de la Coupe du monde en France. Le plateau est encore loin d’être complet mais on connaît déjà le nom de 10 des 24 participants. Car si l’Europe procède par des éliminatoires classiques, les équipes des autres confédérations jouent leur place à l’occasion de leur compétition continentale. La Coupe d’Asie et la Copa America ayant déjà eu lieu, les qualifiés asiatiques et sud-américains sont déjà connus. Les autres le seront en fin d’année.

Dans moins d’un an aura lieu la Coupe du monde. Mais d’ici là, il va déjà falloir désigner les 24 sélections invitées à parcourir la France. La répartition par confédération est plus équilibrée que pour la Coupe du monde masculine où l’Europe et l’Amérique du Sud dominent largement. Ici l’Amérique du Nord et l’Asie ont remporté quatre des sept éditions de l’épreuve.

Nombre de places par confédération
Confédération Places
UEFA 8
AFC 5
CONCACAF 3
CAF 3
CONMEBOL 2
OFC 1

Les deux places manquantes sont pour la France, pays hôte et le vainqueur d’un barrage américain entre le troisième de la zone CONMEBOL et le quatrième de la zone CONCACAF.

Hors d’Europe, le mode de qualification n’est pas une campagne au long cours comme chez les garçons mais c’est la compétition continentale qui sert aussi à attribuer les places pour la Coupe du monde.

Au mois d’avril dernier se sont disputées la Coupe d’Asie et la Copa America. La première qualifiait cinq équipes soit les quatre demi-finalistes et le vainqueur d’un barrage entre les troisième des deux poules.

Asie

Disputée en Jordanie, la compétition asiatique était composée de deux poules très déséquilibrées. Dans la première se trouvaient la Chine, la Thaïlande, les Philippines et le pays hôte. Les Chinoises remportaient aisément tous leurs matchs et la Thaïlande prenait aussi très facilement la deuxième place grâce à des victoires 6-1 sur la Jordanie et 3-1 sur les Philippines. Ces résultats envoyaient les deux équipes en demi-finales de la Coupe d’Asie et en Coupe du monde.

L’autre groupe comprenait les trois meilleures équipes asiatiques1 et le Viêt Nam comme victime expiatoire. L’Australie, le Japon et la Corée du Sud s’échangeaient des matchs nuls et battaient largement le Viêt Nam. L’Australie devançait le Japon et la Corée du Sud au nombre de buts marqués dans les confrontations directes puis à la différence de buts générale. Les deux premières étaient donc directement qualifiées et la troisième devait passer par un barrage contre les Philippines finalement largement remporté.

Sans conséquence pour la qualification à la Coupe du monde, le Japon remportait le titre asiatique devant l’Australie, la Chine et la Thaïlande qui seront donc accompagnés par la Corée du Sud en France. Malgré le déséquilibre de la compétition, les cinq représentants asiatiques seront cinq des six mieux classés par la Fifa.

Amérique du Sud

Au même moment, le Chili accueillait la Copa America. Les dix équipes de la confédération étaient réparties en deux groupes de cinq dont s’extrayaient d’une part la Colombie et le Chili et d’autre part le Brésil et l’Argentine. Là, pas de demi-finales mais une poule de quatre dont les deux premiers gagnaient leur place pour la France et le troisième un ticket pour un barrage contre une équipe de la zone Concacaf. Il y avait donc deux places et demi pour quatre.

Ou plutôt une place et demi pour trois tant le Brésil est supérieur à tout le monde dans sa zone. Après avoir remporté ses quatre matchs de la première phase avec 22 buts marqués et un seul encaissé, la sélection brésilienne enchaînait par trois victoires supplémentaires.

La qualification était donc un tournoi triangulaire où la Colombie, qualifiée en 2015 au Canada perdait d’abord toute chance en s’inclinant contre l’Argentine avant de concéder le nul face au Chili.

Le Chili de Christiane Endler sera à la Coupe du monde

Le Chili de Christiane Endler sera à la Coupe du monde

En supposant que le Brésil remporterait bien ensuite son match contre la Colombie, l’Argentine abordait donc le dernier match avec l’assurance de disputer au moins un barrage et n’avait besoin que d’un nul pour se qualifier directement. En face, le Chili devait l’emporter pour se qualifier alors qu’un nul lui offrait une place en barrage et qu’une défaite risquait de l’éliminer.

Mais les Chiliennes profitaient de l’avantage du terrain pour l’emporter 4-0 sur les Argentines et se qualifier pour la France. L’Argentine devra attendre le résultat de la Gold Cup pour connaître son adversaire en barrage. Le Chili accompagnera le Brésil en France.

Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes

La phase finale de la Gold Cup, compétition de la zone Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes, aura lieu en octobre. Elle donne trois places pour le voyage en France et une place de barragiste contre l’Argentine. Cette zone est beaucoup plus importante que dans le football masculin parce que les États-Unis et dans une moindre mesure le Canada sont des places fortes de la disciplines.

Mallory Pugh et les États-Unis joueront leur qualification en octobre.

Mallory Pugh et les États-Unis joueront leur qualification en octobre.

La compétition aura lieu aux États-Unis, au Texas et en Caroline du Nord. Les trois meilleures nations, qui sont également les trois équipes de la zone Amérique du Nord sont qualifiées d’office pour la Gold Cup, et sont assez largement favorites pour les trois places en Coupe du monde.

Dans la zone Caraïbes, un premier tour a eu lieu en mai qui a vu la qualification de Cuba, de la Jamaïque, de Trinité-et-Tobago, d’Antigua-et-Barbuda et des Bermudes (et l’élimination de la Martinique et de la Guadeloupe qui ne concourraient de toute façon que pour la compétition continentale mais ne pouvaient se qualifier pour la Coupe du monde, n’étant membre de la Fifa que via la FFF). Ces cinq équipes disputeront un deuxième tour en août pour déterminer les trois qui iront à la Gold Cup.

En Amérique centrale, quatre équipes se disputent deux places : le Nicaragua, le Costa Rica, le Salvador et le Panama2. Un tournoi était prévu en mai au Nicaragua mais il a été annulé et devrait avoir lieu en août dans un lieu restant à déterminer.

La phase finale regroupera donc huit équipes, réparties en deux groupes de quatre. Les deux premiers de chaque poule se retrouveront en demi-finale et accéderont au pire au barrage contre l’Argentine.

Afrique

Dans la zone Afrique, la CAN se jouera en novembre au Ghana. Outre le pays organisateur, sept autres équipes se sont qualifiées à l’issue d’une phase éliminatoire disputée à élimination directe. Le Nigeria, le Cameroun l’Afrique du Sud étaient exemptées du premier tour et n’ont eu aucune difficulté à écarter respectivement la Gambie, le Congo et le Lesotho. La Guinée équatoriale a eu plus de difficultés face au Kenya. Les trois derniers qualifiés sont l’Algérie, vainqueure du Sénégal puis de l’Éthiopie, le Mali qui a profité du forfait de la Sierra Leone puis a battu la Côte d’Ivoire et la Zambie qui a écarté difficilement la Tanzanie et le Zimbabwe.

Le Nigéria de Desire Oparanozie sera favori pour la qualification

Le Nigéria de Desire Oparanozie sera favori pour la qualification

Trois places sont réservées aux sélections africaines qui reviendront donc aux deux finalistes et au vainqueur du match pour la troisième place de cette CAN. Toutefois, la Guinée équatoriale est suspendue de Coupe du monde par la Fifa. Si elle passe le premier tour, les trois autres demi-finalistes seront donc qualifiés pour la France.

Sur le papier, la qualification devrait se jouer entre le Nigeria, le Cameroun, l’Afrique du Sud et le Ghana.

Océanie

L’Océanie sera la dernière zone à désigner son représentant pour la Coupe du monde mais on sait déjà que ça sera comme toujours la Nouvelle-Zélande. Le tournoi aura lieu en Nouvelle-Calédonie et rassemblera huit équipes dont sept sont déjà connues. La dernière place se jouera en août dans un tournoi aux Fidji qui opposera l’équipe locale aux Samoa américaines, aux Îles Salomon et au Vanuatu.

Ce n'est pas encore officiel mais Erin Nayler et la Nouvelle-Zélande seront à la Coupe du monde

Ce n'est pas encore officiel mais Erin Nayler et la Nouvelle-Zélande seront à la Coupe du monde

Depuis que l’Australie a quitté la zone Océanie en 2006, la Nouvelle-Zélande a remporté toutes ses rencontres avec une moyenne de 9 buts par match. Seule la Papouasie-Nouvelle-Guinée a réussi à limiter les dégâts en ne perdant que 3-0 et le dernier but encaissé par les Néo-Zélandaises dans la compétition date du 9 avril 2007 lors d’une victoire 6-1 contre les Tonga.

Europe

L’UEFA est la seule confédération qui n’utilise pas son tournoi continental comme phase éliminatoire pour la Coupe du monde. Si elle l’avait fait, c’est donc la participation aux quarts de finale du dernier Euro qui aurait qualifié les Pays-Bas, le Danemark, l’Angleterre, l’Autriche, la Suède, l’Allemagne et l’Espagne. Mais il aurait fallu trouver une solution pour la dernière place puisque la France est qualifiée d’office. Toutes ces équipes sont encore en lice mais toutes ne seront pas en France.

Très classiquement, les éliminatoires se déroulent en sept poules de cinq dont le premier est directement qualifié pour la Coupe du monde et les quatre meilleurs deuxièmes s’affrontent en barrage pour désigner le dernier qualifié.

Comme il y a plus de 35 nations affiliées à l’UEFA, les 16 équipes les moins bien classées ont disputé en avril 2017 des tournois en quatre poules de quatre pour désigner cinq qualifiés qui ont été le Kazakhstan, l’Albanie, Israël, les Îles Féroé et la Moldavie.

Laura Giuliani et l'Italie sont déjà qualifiées

Laura Giuliani et l'Italie sont déjà qualifiées

À deux journées de la fin, les débats sont plus serrés que d’habitude. Seules la Suisse, l’Espagne et l’Italie ont remporté tous leurs matchs jusque là alors que c’était souvent la norme dans ce type d’éliminatoires. Espagnoles et Italiennes sont déjà qualifiées alors que les Suissesses devront attendre leur match retour contre des Écossaises qui ont aussi remporté tous leurs matchs sauf l’aller à Schaffhausen.

Mais les places fortes traditionnelles que sont l’Allemagne, la Suède ou la Norvège ont déjà abandonné des points, tout comme les championnes d’Europe néerlandaises. Toutefois la plupart devraient être présentes en France, les absences de marque viendront sans doute des groupes où les favorites sont en concurrence comme les Pays-Bas et la Norvège dans le groupe 3 ou la Suède et le Danemark dans le groupe 4. Une au moins de ces quatre équipes regardera la Coupe du monde à la télévision puisqu’il n’y aura qu’un seul deuxième qui passera les barrages.

Groupe 1

Le groupe 1 se joue entre l’Angleterre et le Pays de Galles. Les Galloises ont tenu leurs voisines en échec à Southampton et possèdent un point d’avance. Mais elles ont aussi fait match nul en Russie et n’ont plus qu’un seul match à jouer, le retour contre l’Angleterre qui se déplacera ensuite au Kazakhstan. Les coéquipières de Jessica Fishlock doivent donc l’emporter dans le duel sororicide le 31 août pour espérer conserver leur avance sachant qu’une défaite leur serait sans doute fatale aussi pour espérer les barrages. Et l’Angleterre de Phil Neville devrait se qualifier sans trop de difficulté.

Groupe 1
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Pays de Galles 17 7 5 2 0 7 0 7
2 Angleterre 16 6 5 1 0 20 1 19
3 Russie 7 6 2 1 3 10 13 -3
4 Kazakhstan 3 6 1 0 5 2 12 -10
5 Bosnie-Herzégovine 3 7 1 0 6 3 16 -13

Restent à jouer3 : Pays de Galles-Angleterre et Kazakhstan-Angleterre.

Groupe 2

Dans le groupe 2, la Suisse a remporté ses six premiers matchs mais n’est pas encore qualifiée parce que l’Écosse en a aussi remporté cinq sur six. Cinq jours après le match retour le 30 août, la Suisse se déplacera en Pologne et l’Écosse en Albanie. Ce qui ne devrait donc pas changer les choses, le match entre les coéquipières de Kim Little et celles de Lara Dickenmann servira de finale du groupe. Si une victoire 1-0 ne serait sans doute pas suffisante pour les Écossaises, elle serait néanmoins précieuse pour assurer au moins la place de barragiste.

Groupe 2
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Suisse 18 6 6 0 0 20 3 17
2 Écosse 15 6 5 0 1 15 5 10
3 Pologne 7 6 2 1 3 12 11 1
4 Albanie 4 7 1 1 5 5 20 -15
5 Biélorussie 3 7 1 0 6 4 17 -13

Restent à jouer : Écosse-Suisse, Pologne-Suisse et Albanie-Écosse.

Groupe 3

Le groupe 3 est dominé par les Pays-Bas qui ont battu la Norvège grâce à un but de Vivanne Miedema dans les arrêts de jeu mais qui ont concédé le nul à l’Irlande. La Norvège est donc quatre points derrière mais avec un match en plus facile à jouer en Slovaquie avant de recevoir les Pays-Bas le 4 septembre pour la finale du groupe.

Groupe 3
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Pays-Bas 19 7 6 1 0 21 0 21
2 Norvège 15 6 5 0 1 16 3 13
3 Irlande 10 7 3 1 3 6 6 0
4 Irlande du Nord 3 6 1 0 5 4 22 -18
5 Slovaquie 0 6 0 0 6 3 19 -16

Restent à jouer : Slovaquie-Norvège et Norvège-Pays-Bas

Groupe 4

Le groupe 4 est le théâtre d’un incroyable scénario. Il comprend la Suède et le Danemark, deux habitués des phases finales. Les deux équipes sont actuellement à égalité avec cinq victoires et une défaite et si l’Ukraine n’est pas mathématiquement éliminée, elle ne peut plus atteindre la première place et la seconde sera très difficile à obtenir.

La Suède a perdu contre toute attente son match en Ukraine en juin alors qu’elle semblait se diriger tout droit vers la qualification avec trois points d’avance sur le Danemark. Pourtant les Danoises n’ont perdu aucun match sur le terrain. Quelques jours avant d’affronter la Suède en octobre 2017, les joueuses danoises se sont mises en grève pour obtenir de leur fédération un traitement équivalent à celui de leurs homologues masculins. Le match a été annulé et malgré la proposition des joueuses suédoises de le reporter, le forfait danois a été entériné sous la forme d’une défaite 3-0.

La défaite suédoise en Ukraine redonne la main aux Danoises qui peuvent se qualifier à coup sûr en remportant leurs deux derniers matchs dont celui du 4 septembre contre la Suède (encore une finale de groupe).

Groupe 4
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Suède 15 6 5 0 1 18 2 16
2 Danemark 15 6 5 0 1 21 6 15
3 Ukraine 10 6 3 1 2 7 7 0
4 Hongrie 4 7 1 1 5 8 24 -16
5 Croatie 2 7 0 2 5 4 19 -15

Restent à jouer : Suède-Ukraine, Danemark-Croatie, Danemark-Suède et Ukraine-Hongrie

Groupe 5

Le groupe 5 a vu un événement inédit : une défaite de l’Allemagne en match de qualification pour phase finale. La précédente datait de décembre 1997 face aux Pays-Bas. Cette fois c’est l’Islande qui a réussi l’exploit dans les formes en l’emportant à Wiesbaden et sur le score de 3-2. Les Allemandes avaient déjà senti le vent du boulet un mois plus tôt en ne l’emportant que 1-0 face à la République tchèque.

Mais quatre jours après cet exploit l’Islande n’a pas su battre les Tchèques et ne compte donc qu’un seul point d’avance à deux matchs de la fin. Elle finira par le match retour contre la République tchèque pendant que l’Allemagne se déplacera aux Îles Féroé. Donc, refrain connu, le match Islande-Allemagne du 1er septembre sera une sorte de finale même si l’enjeu exact ne sera pas complètement connu : une victoire des Islandaises les enverrait à coup sûr en France, une défaite qualifierait certainement l’Allemagne que l’on imagine pas perdre des points aux Féroé mais un nul qui serait sur le moment favorable à l’Islande demanderait d’être ensuite confirmé par une victoire contre la République tchèque au contraire des matchs aller.

Cependant les deux équipes étant maîtresses de leur destin, l’Allemagne est assez largement favorite pour la qualification.

Groupe 5
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Islande 16 6 5 1 0 21 3 18
2 Allemagne 15 6 5 0 1 28 3 25
3 République tchèque 10 6 3 1 2 17 7 10
4 Slovénie 6 7 2 0 5 9 18 -9
5 Îles Féroé 0 7 0 0 7 1 45 -44

Restent à jouer : République tchèque-Slovénie, Islande-Allemagne, Islande-République tchèque et Îles Féroé-Allemagne.

Groupe 6

Il n’y a aura pas de finale fin août dans le groupe 6. Pourtant le calendrier avait bien prévu un Belgique-Italie pour finir mais si les Italiennes ont remporté tous leurs matchs, les Belges ont non seulement perdu le match aller à Ferrare mais elles ont aussi concédé le nul à Louvain contre le Portugal. Tine De Caigny avait bien ouvert le score dans les arrêts de jeu mais les Portugaises étaient immédiatement revenues sur un pénalty de Dolores Silva.

L’Italie ayant joué et remporté sept de ses huit matchs, elle est qualifiée avant même de disputer le dernier. La Belgique est assurée de terminer deuxième mais le dernier match ne sera pas sans enjeu : les partenaires de Tessa Wullaert doivent impérativement l’emporter pour pouvoir espérer figurer parmi les meilleurs deuxièmes qui se disputeront la dernière place lors des barrages.

Groupe 6
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Italie 21 7 7 0 0 18 2 16
2 Belgique 13 6 4 1 1 25 5 20
3 Portugal 5 6 1 2 3 10 7 3
4 Roumanie 5 6 1 2 3 6 9 -3
5 Moldavie 1 7 0 1 6 2 38 -36

Restent à jouer : Roumanie-Belgique et Belgique-Italie.

Groupe 7

Pas de finale non plus pour le groupe 7 et les deux meilleures équipes du groupe se sont déjà affrontées deux fois. Ce groupe était le lieu de la revanche du quart de finale de l’Euro entre l’équipe surprise autrichienne et l’Espagne.

Cette fois, les Espagnoles ont fait respecter leur supposée supériorité en s’imposant deux fois contre leurs concurrentes, en remportant les six matchs qu’elles ont disputé et elles ont déjà leur billet pour la Coupe du monde en poche.

En concédant en outre le nul face à la Serbie, l’Autriche a non seulement laissé filer la première place mais elle est sous la menace de la Finlande qui peut la dépasser soit en la battant de plus de deux buts lors de la dernière journée, soit en l’emportant après avoir pris au moins un point face à l’Espagne. Mais de toute façon, l’Autriche n’a presque aucune chance de figurer parmi les meilleurs deuxièmes.

Groupe 7
Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 Espagne 18 6 6 0 0 17 1 16
2 Autriche 13 7 4 1 2 15 6 9
3 Finlande 10 6 3 1 2 7 4 3
4 Serbie 7 7 2 1 4 5 10 -5
5 Israël 1 8 0 1 7 0 23 -23

Restent à jouer : Espagne-Finlande et Autriche-Finlande.

Barrages

Les barrages concerneront les quatre meilleurs seconds. Mais l’ordre des seconds de chaque groupe sera déterminé en enlevant les résultats contre le dernier du groupe. Ainsi non seulement seule la Belgique est pour l’instant assurée de finir deuxième, mais dans les quatre premiers groupes4, la place de lanterne rouge n’est pas encore définitivement acquise.

Cependant cette incertitude sur l’identité du cinquième ne devrait pas avoir une très grande influence : pour le moment, la Finlande est la seule équipe avec un espoir raisonnable d’accéder aux barrages qui a laissé des points contre le dernier de son groupe, Israël déjà assuré de sa dernière place. Cela pourrait par contre jouer sur la différence de buts de l’une ou l’autre des équipes.

En plus de l’Espagne et de l’Italie, quatorze équipes peuvent encore rêver de Coupe du monde, soit en terminant en tête soit en prenant l’une des quatre places de barragiste.

Pour faciliter la lecture de la situation et dans un contexte où les hiérarchies sont en général assez nettes, on peut utiliser une sorte de moyenne anglaise en considérant que tous les points pris par un deuxième contre un premier sont un bonus mais que tous les points perdus contre une autre équipe sont un malus. Si la hiérarchie est parfaitement respectée, les deuxièmes finissent donc à 0.

En dehors de l’Autriche, toutes les équipes ont encore à disputer un match contre leur principal concurrent. Mais dans la plupart des cas, ça ne changera pas la situation du deuxième du groupe puisque le vainqueur deviendra en général premier et ne sera plus concerné par ce calcul.

Seules la Belgique, la Finlande et la Norvège, voire l’Écosse en cas de victoire d’un but d’écart, pourraient remporter leur dernier match au sommet tout en restant deuxième.

Le calcul des moyennes anglaises montre donc que la Suisse est déjà quasiment assurée de disputer au moins les barrages, que l’Autriche semble déjà éliminée. La Belgique n’a pas d’autre choix que de battre l’Italie et le Pays de Galles ne sera à peu près sûrement pas barragiste : ce sera la qualification directe ou rien.

Le plus probable est donc une qualification directe de l’Angleterre, de la Suisse, des Pays-Bas, du Danemark et de l’Allemagne en plus de l’Italie et de l’Espagne, et le passage par les barrages pour l’Écosse, la Norvège, la Suède et l’Islande.

Barragistes potentiels
Rang Groupe Place Équipe Eng Pts J G N P Bp Bc Diff
1 2 1 Suisse 3 12 4 4 0 0 12 3 14
2 5 3 République tchèque 1 4 4 1 1 2 5 6 -1
3 4 3 Ukraine 1 6 4 2 0 2 3 6 -4
4 1 2 Angleterre 1 10 4 3 1 0 14 1 13
5 3 1 Pays-Bas 1 13 5 4 1 0 15 0 15
6 5 1 Islande 1 10 4 3 1 0 8 3 5
7 5 2 Allemagne 0 12 5 4 0 1 17 3 14
8 4 2 Danemark 0 12 5 4 0 1 17 6 11
9 3 2 Norvège 0 12 5 4 0 1 10 2 8
10 2 2 Écosse 0 9 4 3 0 1 11 3 8
11 4 1 Suède 0 9 4 3 0 1 12 2 10
12 1 1 Pays de Galles -1 11 5 3 2 0 5 0 5
13 7 2 Autriche -2 7 5 2 1 2 7 6 1
14 6 2 Belgique -2 7 4 2 1 1 6 5 1
15 7 3 Finlande -3 6 4 2 0 2 3 4 -1

République tchèque et Ukraine doivent gagner une place pour postuler aux barrages et leur moyenne anglaise dépend de l’équipe qui sera première dans leur groupe. S’il s’agit respectivement de l’Allemagne et du Danemark, cette moyenne sera alors de -1.



Répondre