Ni buts ni soumises » SheBelieves Cup 2018, crépuscule ou renouveau

« D1 2017-2018, mi-temps

Par tous les états »

SheBelieves Cup 2018, crépuscule ou renouveau

La SheBelives Cup va connaître sa troisième édition, probablement la dernière à laquelle participera la France. Compétition qui oppose quatre des meilleures sélections mondiales, elle présente cette année un plateau rajeuni par des équipes en reconstruction après des échecs plus ou moins marqués.

Les États-Unis accueillent à nouveau l’Allemagne, l’Angleterre et la France pour la troisième édition de la SheBelieves Cup. Version très élitiste des traditionnels tournois de fin d’hiver1, il regroupe donc les deux équipes qui se partagent les deux premières places du classement Fifa depuis 2003, le troisième de ce classement (la France les deux dernières saisons et maintenant l’Angleterre) et une dernière équipe n’est pas très loin (l’Angleterre 5e et cette saison la France 6e).

Sa création est due aux barrages pour les Jeux Olympiques de Rio programmés lors de la période internationale de fin de l’hiver 2016 et qui occupait une bonne partie des équipes européennes et asiatiques, laissant prévoir un affaiblissement conséquent du plateau à 12 équipes du tournoi de l’Algarve. Les meilleures équipes disponibles2 avaient donc fait sécession pour un tournoi à quatre avec un match de moins et entre adversaires de qualité.

Dès le début, le contrat portait sur trois éditions et il se pourrait bien que la prochaine soit la dernière, au moins sous cette forme. La sélectionneuse française Corinne Diacre a fait savoir son opposition à cette compétition qui l’oblige à traverser l’Atlantique pour rencontrer deux adversaires européens.

D’une manière générale, la situation a beaucoup évolué depuis la première édition. En 2016, les quatre équipes restaient sur une Coupe du monde réussie même si l’Allemagne et la France avaient pu concevoir une légère déception quant au résultat final. Mais les équipes se présentaient sûres de leur force et en favorites pour les compétitions à venir, Jeux Olympiques et Euro suivant les cas.

Deux ans plus tard, les échecs se sont succédé : la France a échoué en quart de finale aussi bien à Rio qu’à Deventer et surtout n’a jamais justifié son statut, l’Euro marquant une nette régression. Les États-Unis ont abandonné « leur » médaille d’or olympique dès les quarts de finales. L’Allemagne a remporté (sans vraiment convaincre d’ailleurs) le titre à Rio mais a cédé sa couronne européenne dès les quarts de finales également. Et l’Angleterre qui a été plus à son aise sur le terrain malgré la correction reçue des Pays-Bas en demi-finale de l’Euro a compensé par un psychodrame en dehors avec l’éviction du sélectionneur Mark Sampson pour des propos à caractère raciste tenus quelques années auparavant.

Reconstruction pour tout le monde

C’est d’ailleurs l’un des indicateurs qui montre que les équipes sont en reconstruction : Jill Ellis est la seule sélectionneuse restante de la première édition de la SheBelieves Cup. En Allemagne, Steffie Jones a comme c’était programmé pris la succession de Silvia Neid après les Jeux Olympiques. La France arrive avec une troisième sélectionneuse en trois édition.

Et en Angleterre, après un intérim de Maureen Marley, c’est Phil Neville qui est le nouveau patron, sans référence et visiblement choisi par défaut.

Par ailleurs le calendrier est évidemment favorable à des expérimentations puisque 2018 est l’année blanche de l’olympiade3 et qu’il reste plus d’une saison avant la prochaine échéance, celle de la Coupe du monde française.

Les quatre équipes présentent donc des effectifs sensiblement plus jeunes et moins expérimentés qu’en 2016. La France et l’Angleterre se renouvellent cette année alors que l’Allemagne l’avait plutôt fait l’an dernier, sous l’influence dans tous les cas des changements de sélectionneuses. Pour les Américaines de Jill Ellis, la situation est plus ambiguë avec un effectif de moins en moins expérimenté mais dont la moyenne d’âge ne diminue pas tellement.

Nombre moyen de sélections
Équipe 2016 2017 2018
France 54 65 38
Allemagne 41 30 34
Angleterre 52 52 37
États-Unis 64 52 49
Âge moyen de l’effectif
Équipe 2016 2017 2018
France 26,1 26,3 25,0
Allemagne 26,3 25,6 26,0
Angleterre 28,1 28,2 27,0
États-Unis 26,8 26,2 26,3

Quelques stars comme Camille Abily, Anja Mittag, Casey Stoney ou Ali Krieger sont absentes parce qu’elles ont pris leur retraite internationale4. D’autres sont blessées comme Wendie Renard, Steph Houghton, Jordan Nobbs, Karen Carney, Becky Sauerbrunn ou Tobin Heath.

Ces absences de joueuses dont la plupart ont dépassé les cent sélections ou pas loin accélèrent le renouvellement des deux équipes anglo-saxonnes. Les trois défections anglaises ont eu lieu après la parution de la liste initiale de Phil Neville et entraînent les arrivées de Rachel Daly, d’Abby McManus et de la très jeune Georgia Stanway qui rejoignent Gabrielle George et Hannah Blundell au rayon des nouveautés.

Côté américain, à défaut de Rose Lavelle, on observera avec attention Andi Sullivan et Tierna Davidson attendu qu’à 20 ans, Mallory Pugh fait déjà partie des cadres de l’USWNT.

Steffie Jones a pris un an d’avance sur le renouvellement de son équipe et les absences concernent plutôt des joueuses d’avenir comme Pauline Bremer ou Kristin Demann. Ce qui n’empêche pas la sélectionneuse d’emmener des novices comme Sharon Beck ou Carina Schlüter. Et le principal événement est le retour en sélection de Lena Goessling, fâchée avec Steffie Jones depuis l’automne.

Autre retour surprise, celui d’Anita Asante rappelée par Phil Neville après trois ans d’absences en sélection.

La France compte aussi son lot de revenantes. Le rappel d’Ève Périsset était assez attendu pour concurrencer Marion Torrent à un poste d’arrière droite où les essais effectués ont été assez peu concluants. Celui de Gaëtane Thiney était plus imprévu. L’expérimentée attaquante du PFC semblait faire partie de la génération que Corinne Diacre semblait pousser dehors en dehors de quelques relais triés sur le volet. Mais l’absence de solution au poste de meneuse ou à un poste équivalent permettant de fluidifier un minimum le jeu d’attaque a certainement plaidé pour son retour. Les Bleues sont arrivées en Amérique avec deux vraies novices, Maéva Clémaron et Solène Durand et deux presque novices, Estelle Cascarino et Faustine Robert qui ne comptent qu’une seule sélection.

La saison dernière, la France avait remporté la compétition après une victoire dans les arrêts de jeu contre l’Angleterre, un nul vierge contre l’Allemagne et une victoire de prestige contre les États-Unis construite avec deux buts dans les dix premières minutes. La saison précédente, elle avait fini en dernière position après deux défaites 1-0 en fin de match contre l’Allemagne et les États-Unis et un nul vierge contre l’Angleterre.

Au contraire, les Américaines ont emporté la première édition avec trois victoires et perdu la seconde malgré une victoire initiale contre l’Allemagne en perdant ensuite contre l’Angleterre et donc la France.

Allemandes et Anglaises ont conservé d’une année sur l’autre leurs positions respectives de deuxième et troisième.

En trois éditions, quatre matchs seulement sur douze ont fini avec plus d’un but marqué et la France est la seule équipe à avoir remporté un match par plus d’un but d’écart, mais elle a aussi participé aux deux seuls 0-0. Bref, la compétition a jusque là été très serrée et le calendrier très rapproché de trois matchs en une semaine ne favorise sans doute pas les initiatives.

Cette année, les Bleues commenceront à nouveau contre l’Angleterre mais affronteront ensuite les hôtesses américaines pour terminer contre les Allemandes.

Après avoir visité la Floride et le Tennessee en 2016, la Pennsylvanie, le New Jersey et Washington D.C. en 2017, les participantes découvriront cette année l’Ohio et retourneront dans le New Jersey et en Floride.

Édition 2016

Allemagne-France 1-0 : Maier 83’

États-Unis-Angleterre 1-0 : Dunn 72’

États-Unis-France 1-0 : Morgan 91’

Allemagne-Angleterre 2-1 : Flaherty 76’ csc, Peter 82’ pen. ; Duggan 9’

France-Angleterre 0-0

États-Unis-Allemagne 2-1 : Morgan 35’, Mewis 41’ ; Mittag 29’

Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 États-Unis 9 3 3 0 0 4 1 3
2 Allemagne 6 3 2 0 1 4 3 1
3 Angleterre 1 3 0 1 2 1 3 −2
4 France 1 3 0 1 2 0 2 −2

Édition 2017

Angleterre-France 1-2 : Nobbs 32’ ; Delie 80’, Renard 95’

États-Unis-Allemagne 1-0 : Williams 56’

France-Allemagne 0-0

États-Unis-Angleterre 0-1 : White 89’

Allemagne-Angleterre 1-0 : Mittag 44’

États-Unis-France 0-3 : Abily 8’ pen., 63’, Le Sommer 10’

Place Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff.
1 France 7 3 2 1 0 5 1 4
2 Allemagne 4 3 1 1 1 1 1 0
3 Angleterre 3 3 1 0 2 2 3 −1
4 États-Unis 3 3 1 0 2 1 4 −3

Édition 2018

1er mars 2018 : Angleterre-France et États-Unis-Allemagne à Columbus (Ohio)

4 mars 2018 : États-Unis-France et Allemagne-Angleterre à Harrison (New Jersey)

7 mars 2018 : France-Allemagne et États-Unis-Angleterre à Orlando (Floride)

Effectifs

Allemagne

Nom Prénom Sélections Âge
Beck Sharon 0 23
Benkarth Laura 8 25
Blässe Anna 24 31
Däbritz Sara 48 23
Dallmann Linda 11 23
Doorsoun Sara 11 26
Elsig Johanna 3 25
Faisst Verena 34 29
Goessling Lena 97 32
Hendrich Kathrin 21 26
Huth Svenja 32 27
Islacker Mandy 22 30
Kayikçi Hasret 7 26
Kemme Tabea 45 26
Klasen Jacqueline 2 24
Magull Lina 17 24
Maier Leonie 60 25
Marozsan Dzsenifer 81 26
Peter Babett 116 30
Popp Alexandra 83 27
Schlüter Carina 0 21
Schüller Lea 3 21
Schult Almuth 49 27

Angleterre

Nom Prénom Sélections Âge
Asante Anita 67 33
Bardsley Karen 71 33
Blundell Hannah 0 24
Bright Millie 18 25
Bronze Lucy 52 26
Chamberlain Siobhan 49 35
Christiansen Izzie 21 26
Daly Rachel 7 26
Duggan Toni 54 27
George Gabrielle 0 21
Greenwood Alex 26 24
Kirby Fran 26 25
Lawley Melissa 3 24
McManus Abbie 0 25
Parris Nikita 18 24
Scott Jill 126 31
Stanway Georgia 0 19
Stokes Demi 44 26
Taylor Jodie 24 32
Telford Carly 8 31
Walsh Keira 1 21
White Ellen 68 29
Williams Fara 167 34

États-Unis

Nom Prénom Sélections Âge
Brian Morgan 69 25
Campbell Jane 2 23
Dahlkemper Abby 14 25
Davidson Tierna 1 19
Dunn Crystal 58 26
Ertz Johnston Julie 58 26
Harris Ashlyn 14 32
Horan Lindsey 44 24
Huerta Sofia 3 25
Lloyd Carli 247 36
Long Allie 33 31
McCaskill Savannah 1 22
Morgan Alex 135 29
Naeher Alyssa 24 30
O’Hara Kelley 105 30
Press Christen 97 29
Pugh Mallory 30 20
Rapinoe Megan 130 33
Short Casey 19 28
Smith Taylor 8 24
Sonnett Emily 13 24
Sullivan Andi 8 22
Williams Lynn 16 25

France

Nom Prénom Sélections Âge
Asseyi Viviane 19 24
Benameur Karima 3 29
Bouhaddi Sarah 127 31
Cascarino Estelle 1 21
Clémaron Maéva 0 25
Diallo Aminata 5 23
Diani Kadidiatou 35 23
Durand Solène 0 23
Gauvin Valérie 5 22
Georges Laura 186 34
Geyoro Grace 13 21
Henry Amandine 70 28
Karchaoui Sakina 17 22
Le Sommer Eugénie 148 29
Léger Marie-Charlotte 7 22
Majri Amel 35 25
Mbock Bathy Nka Griedge 38 23
Perisset Ève 9 23
Robert Faustine 1 24
Sarr Ouleymata 7 22
Thiney Gaëtane 141 32
Torrent Marion 7 26
Tounkara Aïssatou 4 23


Répondre