Ni buts ni soumises » Rêve orange

« La dernière marche

Corinne Diacre à la relance »

Rêve orange

Les Pays-Bas remportent à domicile un Euro dont ils n’étaient pas favoris au départ mais dont ils le sont devenu au fil du tournoi. Et la manière dont les Néerlandaises se sont imposées est au moins autant une surprise que leur victoire elle-même.

La compétition aura été marquée par la faillite des favorites, joueuses ou équipes qui bouscule la hiérarchie à un point imprévisible. Signe que les « petites équipes » progressent mais sans doute pas seulement.

Premier titre pour l’équipe des Pays-Bas à l’issue d’un tournoi totalement réussi avec six victoires en six matchs et la meilleure attaque devant l’Angleterre. D’autant que si les joueuses de Mark Sampson avaient marqué six de leurs dix buts au premier match contre l’Écosse, celles de Sarina Wiedman ont fait l’inverse en marquant de plus en plus : quatre buts au premier tours et sept en phase finale.

Quand Nadia Nadim a ouvert le score sur pénalty dès la septième minute, le doute aurait pu s’insinuer chez les Néerlandaises à l’heure d’aller chercher leur premier titre à domicile. Mais soit que l’égalisation quasi immédiate de Vivianne Miedema leur ait permis de ne pas douter, soit à l’inverse que leur confiance ait permis de continuer à appliquer leur plan de jeu et d’égaliser rapidement, elles ont toujours semblé aller en ligne droite à la victoire. Pourtant, le Danemark avait fait le nécessaire en égalisant avant la mi-temps par Pernille Harder après que l’inévitable Lieke Martens avait donné l’avantage aux siennes, puis en se procurant plusieurs occasion d’égaliser ou de revenir dans le match en seconde période.

Les deux équipes ont ainsi proposé une finale échevelée qui permet de terminer sur une note positive un Euro qui sinon n’avait pas toujours brillé par ses envolées offensives. Cela tient peut-être à la faillite des équipes favorites qui ont laissé la place à des équipes moins bien outillées mais plus collectives et mieux organisées. La finale semble montrer qu’il ne s’agit pas de l’inverse : les Pays-Bas et le Danemark ont montré que du talent et de l’allant offensif étaient un ingrédient utile en sus d’une bonne organisation.

La victoire néerlandaise est une vraie surprise dans une discipline où les vainqueurs tournent assez peu et sont en général assez identifiés en amont des compétitions. Outre les éternels Allemagne et États-Unis qui trustent les titres, la Norvège était toujours parmi les favorites à la fin des années 90 quand elle a garni son palmarès et même le Japon, vainqueur surprise de la Coupe du monde 2011 arrivait avec le rang de quatrième mondial.

Cette fois, si en dehors de la Norvège et de l’Autriche, le premier tour avait à peu près respecté les rangs supposés, les quarts de finale ont totalement écarté les favoris, à l’exception de l’Angleterre qui ne pouvait pas sortir en même temps que la France et qui a attendu un tour de plus pour échouer. L’avenir dira s’il s’agira d’une tendance de fond ou d’un épiphénomène. Le classement mondial est ainsi fait qu’il va accompagner ces résultats. Les Pays-Bas seront dans les dix meilleures nations mondiales au prochain classement et devraient talonner l’Angleterre et la France pour la deuxième place européenne. La révolution sera peut-être circonscrite à cela. Sauf si les difficultés rencontrées par la France, l’Allemagne et la Suède se confirment.

Attaques
Pos. Équipe Buts
1 Pays-Bas 13
2 Angleterre 11
3 Danemark 6
4 Italie 5
Autriche 5
Allemagne 5
7 Suède 4
8 Suisse 3
Portugal 3
France 3
Belgique 3
12 Écosse 2
Russie 2
Espagne 2
15 Islande 1
16 Norvège 0
Défenses
Pos. Équipe Buts
1 Autriche 1
2 Allemagne 3
Belgique 3
Espagne 3
France 3
Pays-Bas 3
Suisse 3
8 Angleterre 4
Norvège 4
10 Portugal 5
Russie 5
Suède 5
13 Danemark 6
Islande 6
Italie 6
16 Écosse 8
Tirs
Pos. Équipe Tirs
1 Allemagne 88
2 Pays-Bas 75
3 Danemark 74
4 Espagne 73
5 Autriche 69
6 France 65
7 Angleterre 57
8 Suède 55
9 Norvège 36
10 Italie 33
Belgique 33
12 Écosse 30
13 Suisse 26
14 Islande 21
15 Russie 20
16 Portugal 18
% tirs cadrés
Pos. Équipe %
1 Italie 48.5
2 Pays-Bas 46.7
3 Danemark 39.2
4 Allemagne 38.6
5 Suisse 38.5
6 Autriche 37.7
7 Angleterre 36.8
8 Portugal 33.3
9 Espagne 31.5
10 Belgique 30.3
11 Russie 30.0
12 France 29.2
13 Norvège 27.8
14 Suède 27.3
15 Écosse 23.3
16 Islande 4.8
Tirs cadrés par but
Pos. Équipe Tirs
1 Espagne 11.5
2 Allemagne 6.8
3 France 6.3
4 Autriche 5.2
5 Danemark 4.8
6 Suède 3.8
7 Écosse 3.5
8 Suisse 3.3
Belgique 3.3
10 Italie 3.2
11 Russie 3.0
12 Pays-Bas 2.7
13 Portugal 2.0
14 Angleterre 1.9
15 Islande 1.0
16 Norvège
Possession
Pos. Équipe %
1 Espagne 71%
2 Allemagne 65%
3 France 62%
4 Suisse 53%
Pays-Bas 53%
6 Norvège 50%
Danemark 50%
8 Suède 49%
9 Italie 48%
10 Belgique 47%
Angleterre 47%
12 Portugal 42%
13 Islande 41%
14 Écosse 40%
Autriche 40%
16 Russie 35%
Taille
Pos. Équipe Taille (cm)
1 Suède 173
Autriche 173
3 Danemark 172
4 Pays-Bas 171
Norvège 171
6 Écosse 170
Islande 170
8 Suisse 169
Russie 169
Portugal 169
Italie 169
France 169
Espagne 169
Belgique 169
Allemagne 169
16 Angleterre 168
Âge
Pos. Équipe Âge
1 Suède 28.5
2 Angleterre 27.9
3 Écosse 27.7
4 Italie 27.5
5 France 27.1
6 Islande 26.9
Danemark 26.9
8 Norvège 26.7
9 Suisse 26.6
Allemagne 26.6
11 Belgique 26.0
12 Portugal 25.9
13 Pays-Bas 25.6
14 Russie 25.5
15 Espagne 25.3
16 Autriche 24.6

Lieke Martens, nouvelle star

Traditionnellement, il est facile de déterminer l’équipe type dans la sélection néerlandaise : il s’agit des joueuses numérotées de 1 à 11. Cette fois, seule la numéro 141 s’était immiscée alors que dans le courant de la compétition, la numéro 3 Stefanie van der Gragt a pris la place sur la numéro 4 et capitaine Mandy van den Berg. Une treizième joueuse a été titularisée une fois, la numéro 22 Liza van der Most contre la Belgique et elle n’est pas apparue sinon. En dehors de ces treize joueuses, aucune autre n’a passé quarante minutes sur le terrain, quatre n’entrant même pas du tout en jeu (dont les deux gardiennes remplaçantes). Le titre est donc celui d’une équipe très resserrée qui a pourtant réussi à finir encore plus fort qu’elle n’avait commencé.

Si huit des douze joueuses les plus utilisées évoluaient la saison dernière dans l’un des quatre championnats européens principaux2, seule l’attaquante du Bayern3 Vivianne Miedema faisait vraiment partie des stars de ces équipes. Dans la liste des quarante joueuses nommées pour le titre de meilleure joueuse européenne4 en décembre dernier, elle était la seule néerlandaise tout comme Pernille Harder était la seule Danoise et Steph Houghton la seule Anglaise. Il n’y avait aucune autrichienne. Par contre, il y avait huit Allemandes, six Françaises, quatre Suédoises, trois Norvégiennes et trois Espagnoles.

La meilleure joueuse de l’Euro, et désignée comme telle par l’UEFA, est l’ailière gauche néerlandaise Lieke Martens qui avait signé à Barcelone avant le début du tournoi en provenance de Rosengård où elle a passé une saison et demi5 après deux saisons à Göteborg et deux à Duisbourg. En six ans, elle s’était fait une réputation de bonne joueuse mais sans arriver au niveau qu’elle a montré dans un rôle taillé pour elle.

Buteuses
Pos. Nom Buts
1 9-Jodie Taylor (ENG) 5
2 9-Vivianne Miedema (NLD) 4
3 11-Lieke Martens (NLD) 3
8-Sherida Spitse (NLD) 3
5 11-Stina Blackstenius (SWE) 2
10-Nina Burger (AUT) 2
18-Carolina Mendes (PRT) 2
19-Toni Duggan (ENG) 2
9-Ilaria Mauro (ITA) 2
9-Nadia Nadim (DNK) 2
5-Babett Peter (DEU) 2
18-Daniela Sabatino (ITA) 2
8-Lotta Schelin (SWE) 2
Tirs
Pos. Nom Tirs
1 9-Vivianne Miedema (NLD) 20
2 7-Sanne Troelsgaard (DNK) 19
3 9-Nadia Nadim (DNK) 18
4 10-Dzsenifer Marozsan (DEU) 16
11-Lieke Martens (NLD) 16
6 8-Sherida Spitse (NLD) 15
7 10-Nina Burger (AUT) 14
10-Pernille Harder (DNK) 14
9 15-Elena Danilova (RUS) 12
6-Amandine Henry (FRA) 12
15-Silvia Meseguer (ESP) 12
12 11-Stina Blackstenius (SWE) 10
9-Mari Paz Vilas (ESP) 10
9-Jodie Taylor (ENG) 10
15 10-Camille Abily (FRA) 9
10-Jenni Hermoso (ESP) 9
8-Lotta Schelin (SWE) 9
11-Katrine Veje (DNK) 9
19 15-Nicole Billa (AUT) 8
11-Barbara Bonansea (ITA) 8
Tirs cadrés
Pos. Nom Tirs
1 7-Sanne Troelsgaard (DNK) 14
2 11-Lieke Martens (NLD) 13
3 10-Dzsenifer Marozsan (DEU) 12
4 9-Vivianne Miedema (NLD) 11
5 9-Nadia Nadim (DNK) 10
6 10-Nina Burger (AUT) 9
10-Pernille Harder (DNK) 9
15-Silvia Meseguer (ESP) 9
8-Sherida Spitse (NLD) 9
9-Jodie Taylor (ENG) 9
11 11-Barbara Bonansea (ITA) 7
12 10-Camille Abily (FRA) 6
11-Stina Blackstenius (SWE) 6
15-Elena Danilova (RUS) 6
6-Amandine Henry (FRA) 6
10-Jenni Hermoso (ESP) 6
17 19-Verena Aschauer (AUT) 5
10-Ramona Bachmann (CHE) 5
15-Elise Bussaglia (FRA) 5
15-Sara Doorsoun-Khajeh (DEU) 5
Stine Larsen

Stine Larsen



Un commentaire pour “Rêve orange”

  1. Euh, 9 buts en phase finale, non?

    (2 contre la Suède, 3 contre l’Angleterre, 4 contre le Danemark).

Répondre