Ni buts ni soumises » Triple final

« Vingtième journée de D1 2016-2017 – La folle semaine de Bordeaux

Vingt-et-unième journée de D1 2016-2017 – Saint-Étienne sous pression »

Triple final

La première finale franco-française en Ligue des Championnes va être précédée par deux autres confrontations entre Lyon et le PSG. Il aurait pu s’agir de trois « finales » mais le match en D1 n’aura finalement pas d’autre enjeu que d’ouvrir cette série.

Sur le papier, l’effectif de Lyon semble nettement supérieur en qualité et surtout en quantité. Mais une fois sur le terrain, il n’y a plus que onze joueuses de chaque côté et les débats promettent d’être serrés comme l’a déjà montré la victoire parisienne au mois de décembre en D1.

L’OL et le PSG règnent sur le football français depuis près de cinq ans et vont se rencontrer pour la première fois en finale de Ligue des Championnes et pour la seconde seulement pendant cette période en finale de Coupe de France1. Ces deux finales seront précédées par le match retour entre les deux équipes pour l’avant dernière journée de D1. Mais malgré la victoire parisienne en décembre, il n’y aura pas d’enjeu à ce match de championnat. Non seulement le titre est déjà à Lyon, mais la seconde place européenne ira certainement à Montpellier même en cas de victoire parisienne à Décines.

Cette absence d’enjeu direct ne rend pas le premier match inintéressant pour autant. Les deux équipes le joueront avec les deux suivants en tête. Lyon ne voudra pas perdre deux fois en championnat contre le même adversaire mais aura sans doute la tentation de profiter de la richesse de son effectif pour réserver ses forces pour les échéances suivantes. Toutefois le calendrier ne propose qu’un match par semaine et une trop forte rotation pourrait faire perdre le rythme à l’équipe type.

Aurélie Kaci et Josephine Henning

Aurélie Kaci et Josephine Henning

Le PSG peut encore espérer une défaillance montpelliéraine pour accrocher la qualification européenne sans attendre le 1er juin. Il ne pourra sans doute pas totalement faire l’impasse sur le match de championnat.

Autre élément qui pourra compter : l’impact psychologique de cette première levée. Quel sera l’avantage mental pris par le vainqueur ? quel esprit de revanche animera le vaincu ?

Une semaine plus tard, la valeur du match montera d’un cran à Vannes avec la finale de la Coupe de France qui opposera deux invaincus. La dernière défaite de Lyon dans cette compétition remonte à la finale 2002 contre Toulouse dans une compétition nouvellement créée qui s’appelait encore le Challenge de France. Le club s’appelait alors le FC Lyon. Depuis, les Lyonnaises n’ont pas remporté toutes les éditions mais elles n’ont jamais été éliminées autrement qu’aux tirs aux buts. Elles sont donc invaincues sous le blason olympien et sont tenantes des cinq dernières éditions.

En face, c’est un autre spécialiste qui se présente. Patrice Lair mène sa septième campagne en Coupe de France pour son troisième club. Jusque là, il en a remporté cinq n’échouant qu’une seule fois en quart de finale en 2011 avec Lyon aux tirs aux buts face à Juvisy. Sinon il a remporté les éditions 2006 et 2007 avec Montpellier (à chaque fois aux tirs aux buts face à Lyon) puis celles de 2012 à 2014 avec Lyon contre Montpellier, Saint-Étienne puis le PSG.

En début de saison, la Coupe de France était clairement l’objectif parisien. Elle semblait naturellement la voie la plus probable pour remporter enfin un second titre, plus que le championnat qui nécessite de la régularité et la Coupe d’Europe où l’opposition est plus relevée.

Shirley Cruz

Shirley Cruz

Mais désormais, le PSG est à la même distance d’une victoire en Coupe de France qu’en Coupe d’Europe. Dans les deux cas, il ne reste qu’un match à remporter et face au même adversaire. Les déboires subis en championnat et le prestige supérieur de la compétition incitent sans doute le club parisien à privilégier désormais une victoire européenne qui serait qualificative pour la prochaine édition (et donnerait trois représentants à la France si la situation reste inchangée en D1).

La position lyonnaise est sans doute assez similaire : rejoindre Francfort au nombre de victoires en Ligue des Championnes est sans doute plus important que d’augmenter encore le record du nombre de Coupes de France. Mais il est certain qu’aucune des deux équipes ne fera l’impasse sur la finale française.

La bête noire

Lors des cinq dernières saisons, l’OL n’a concédé que six défaites. Une contre Potsdam, deux contre Wolfsbourg et trois contre le PSG. L’équipe parisienne est donc celle qui arrive le plus à battre celle de Lyon. Mais pendant le même temps, elle a aussi concédé neuf défaites dont certaines assez lourdes. Bref, si le PSG est sans doute la bête noire de l’OL, c’est plus relatif aux standards lyonnais que dans l’absolu.

Jessica Houara

Les deux équipes ne se quittent plus en Coupe d’Europe : c’est la troisième saison consécutive qu’elles se rencontrent avec une qualification partout. Il faut dire qu’une fois sorti des équipes allemandes et françaises et éventuellement d’une suédoise les bonnes années, le reste du plateau n’est clairement pas au même niveau, ce qui multiplie les confrontations entre les mêmes quatre ou cinq équipes. En ajoutant la finale de la Coupe de France 2014, cela fera donc la quatrième saison consécutive que les deux clubs s’affrontent plus que deux fois. C’est beaucoup mais c’est finalement dans la logique de l’hétérogénéité des équipes dans les différentes compétition qui fait que les meilleures équipes finissent la plupart du temps par s’affronter, en finale à défaut de tirage au sort plus précoce. Ainsi cette saison sera seulement la première sans Montpellier-Lyon en Coupe de France depuis 2011. C’est plutôt le faible nombre de PSG-Lyon dans cette compétition qui est anormal.

Des joueuses en commun

L’histoire commune de l’OL et du PSG repose sur les matchs qui ont opposé les deux équipes mais également sur les nombreuses joueuses qui ont porté les couleurs des deux clubs. Onze joueuses des effectifs actuels ont ainsi porté les couleurs de l’équipe adverse2.

Joueuses ayant porté les couleurs de l’OL et du PSG
Joueuse Lyon PSG Total
Camille Abily 284 13 297
Shirley Cruz 172 123 295
Laura Georges 162 116 278
Amandine Henry 208 6 214
Jessica Houara 26 171 197
Aurélie Kaci 118 76 194
Sonia Bompastor 170 13 183
Élise Bussaglia 71 70 141
Kenza Dali 7 124 131
Delphine Blanc 96 20 116
Katia 89 22 111
Kheira Hamraoui 14 93 107
Laure Lepailleur 38 65 103
Gwenaëlle Pelé 45 47 92
Caroline Seger 24 61 85
Véronique Pons 37 44 81
Ève Perisset 28 32 60
Méline Gérard 34 16 50
Rosana 24 10 34
Inès Dhaou 7 25 32
Josephine Henning 8 23 31
Saïda Akherraze 6 11 17
Les statistiques ne prennent en compte les données que depuis la saison 2003-2004. Il manque ainsi Céline Deville, passée par le PSG au début des années 2000.

Le PSG dispose d’un bel effectif comprenant 14 internationales A3 pour 18 joueuses ayant participé au moins à l’équivalent de cinq matchs complets toutes compétitions confondues. Parmi elles, quatre ont déjà remporté la Ligue des Championnes4 : Shirley Cruz et Laura Georges avec Lyon, Verónica Boquete avec Francfort (contre le PSG) et Cristiane avec Potsdam il y a douze ans. On pourrait aussi ajouter Ève Périsset qui était restée sur le banc l’an dernier à Reggio d’Emilie. Quatre autres joueuses5 étaient de la finale perdue contre Francfort il y a deux ans. Patrice Lair dispose donc d’un effectif qui pourrait faire envie à presque n’importe quel adversaire.

Kenza Dali

Kenza Dali

Mais ça n’est pas le cas quand il s’agit de Lyon où 22 joueuses ont joué plus de 450 minutes. Toutes sont des internationales A en exercice sauf Corine Petit (89 sélections tout de même) et Mylaine Tarrieu. La richesse de l’effectif est telle que Kenza Dali et Aurélie Kaci, qui étaient titulaires lors de la finale du PSG contre Francfort et qui étaient régulièrement appelées en sélection les deux dernières saisons n’ont pas atteint la barre des 450 minutes après une saison certes gâchée par les blessures.

Douze joueuses ont déjà remporté la Ligue des Championnes et cinq autres ont au moins joué la finale, sans compter des joueuses comme Méline Gérard, Claire Lavogez ou Kheira Hamraoui qui ont atteint une finale sans y prendre part. Outre les joueuses qui étaient déjà là l’an dernier, Josephine Henning a remporté trois titres européens avec Potsdam et Wolfsbourg (dont deux contre Lyon) et Dzsenifer Marozsán un avec Francfort (contre le PSG). Parmi les 24 joueuses susceptibles de participer cette année, les seules qui n’ont pas déjà mené une campagne européenne jusqu’en finale sont les deux recrues nord-américaines et pour causse : elles participent pour la première fois à la compétition.

Ève Périsset

Ève Périsset

Avantage quantitatif à Lyon

Dans la mesure où il n’est possible d’aligner que onze joueuses sur le terrain et qu’il ne peut pas y en avoir plus de quatorze qui participent à un match, l’avantage que possède Gérard Prêcheur sur Patrice Lair est nivelé sur un match. Les deux entraîneurs ont la possibilité d’aligner une équipe entièrement composée d’internationales A en exercice. La différence peut commencer à se faire sur les joueuses qui entrent. Et plus encore sur les choix possibles sur le banc.

Aurélie Kaci

Aurélie Kaci

Dans le contexte particulier d’une triple confrontation, il est évident que l’entraîneur lyonnais dispose d’un très grand avantage puisqu’il peut aligner quasiment deux équipes compétitives. Mais il est peu probable qu’il s’en serve. Il n’y a quasiment qu’un match par semaine et l’avancée de la dernière journée de championnat au jeudi 25 mai et celle de la finale de la Coupe de France au vendredi 19 permettent des récupérations quasiment optimales entre la journée de championnat du dimanche 14 et la finale de la Coupe d’Europe du jeudi 1er juin.

Du coup, il y a presque plus de risque à laisser au repos les joueuses au risque de leur faire perdre le rythme de la compétition qu’à leur faire jouer les matchs. Et si d’aventure Gérard Prêcheur décide de faire jouer son équipe bis, ce sera vraisemblablement contre Metz pour la dernière journée. Mais Patrice Lair pourrait en faire la même chose au même moment contre Bordeaux.

Des schémas équivalents

Gérard Prêcheur a régulièrement modifié son schéma tactique mais c’est surtout pour s’adapter à son effectif, aux joueuses qu’il laissait au repos et à des adversaires contre lesquels il pouvait expérimenter. Lors des matchs au somment en revanche il a régulièrement utilisé le même système en 3-5-2 qui optimise son effectif dans lequel il dispose de quatre défenseuses centrales6 de haut niveau mais d’aucune défenseuse latérale en dehors de Jessica Houara. Amel Majri et Pauline Bremer sont beaucoup plus utiles quand elles peuvent occuper haut leur couloir et que leur devoir défensif est limité. Le milieu a souvent été densifié dans les gros matchs avec la titularisation de Caroline Seger. Cela sera peut-être le cas en Coupe de France mais à Cardiff, on imagine mal voir Saki Kumagai, Camille Abily ou Dzsenifer Marozsán sur le banc. Reste qu’il faudra faire un choix devant entre Alex Morgan, Ada Hegerberg et Eugénie Le Sommer. Mais celle qui ne sera pas titulaire entrera à coup sûr en cours de partie.

Laura Georges

Laura Georges

Patrice Lair a aussi longtemps alterné entre une défense à trois et à quatre en fonction des joueuses dont il disposait et du niveau des adversaires. Contre Lyon à l’aller et plus récemment contre Barcelone, il a lui aussi opté pour la première solution. L’arrivée de la Canadienne Ashley Lawrence favorise aussi cette organisation. Malgré la blessure d’Erika, il dispose avec Laura Georges, Irene Paredes et Sabrina Delannoy de trois défenseuses centrales de haut niveau et quand il a fallu pallier une absence, Grace Geyoro est redescendue comme si elle avait dix ans d’expérience du poste.

Sa position naturelle est au milieu où les places son chères avec l’inamovible Shirley Cruz et Verónica Boquete. Entre les blessures et les suspensions, les trois ont rarement formé le milieu parisien ces derniers temps. Il faut dire qu’Amandine Henry pendant les quatre matchs où elle a pu jouer et Formiga ont apporté de la concurrence dans un secteur qui compte aussi Aminata Diallo.

En attaque, les solutions sont en revanche nettement moins nombreuses. Cristiane et Marie-Laure Delie sont incontournables tandis que Marie-Antoinette Katoto est blessée quasiment depuis le mois de novembre, que Nataša Andonova n’est pas qualifiée pour la Coupe d’Europe et que Sarah Palacin qui n’avait joué depuis novembre qu’une mi-temps en janvier lors de la victoire 19-0 contre Bourges s’est blessée gravement peu de temps après être réapparue dans l’équipe en demi-finale de Coupe de France. Pour la finale européenne, la seule option offensive sera donc Ouleymata Sarr.

Patrice Lair contre Gérard Prêcheur

Le dernier élément de la triple confrontation concerne le duel des entraîneurs. Gérard Prêcheur et Patrice Lair ont déjà réalisé le triplé avec Lyon. Le premier a jusque là remporté six des sept compétitions qu’il a disputé et il vise donc le huit sur neuf. Mais le second avait fait presque aussi bien dans les mêmes conditions avec neuf titres sur douze. Leur philosophie de jeu est assez différente. L’entraîneur parisien mise sur un jeu très vertical et sur des attaques très rapides, son homologue lyonnais cherche plus la possession pour déséquilibrer l’adversaire et surtout l’épuiser au fil du match. Sur les aspects techniques de l’entraînement et des mises en places tactiques, l’ancien membre de la DTN est sans doute supérieur. Ce n’est certainement pas un hasard si beaucoup des joueuses qu’il a formé à Clairefontaine en parlent comme du meilleur entraîneurs qu’elles ont eu. Mais Patrice Lair semble plus convaincant au moment d’aborder les quelques matchs importants, ceux sur lesquels on juge le résultat d’une saison, surtout dans un contexte aussi hétérogène où beaucoup de matchs sont vraiment des matchs faciles.

Patrice Lair

Patrice Lair

L’ancien entraîneur de Montpellier sera le second après Farid Benstiti à mener deux équipes différentes en finale de Ligue des Championnes et cherchera à être le premier à remporter la compétition avec deux clubs. Il est déjà le premier à avoir atteint les demi-finales avec trois7. De même, il sera le premier entraîneur à disputer la finale de la Coupe de France avec trois clubs différents.

Gérard Prêcheur n’a bien sûr pas ces références, sa seule expérience précédente en D1 remonte à plus de dix ans à l’époque où le CNFE8 de Clairefontaine alignait une équipe en D1. Elle ne disputait pas le Challenge de France (qui était le nom de la Coupe de France à l’époque) et ne pouvait pas être reléguée. Il disposait alors d’un effectif extrêmement talentueux : Sarah Bouhaddi, Laura Georges, Laure Boulleau, Sabrina Delannoy, Jessica Houara, Camille Abily, Élise Bussaglia, Amandine Henry, Louisa Necib ou Élodie Thomis ont ainsi évolué en D1 sous ses ordres. Mais il s’agissait de joueuses de moins de vingt ans et l’objectif étant d’abord de les former, les résultats étaient très irréguliers.

Gérard Prêcheur

Le fait que Patrice Lair et Farid Benstiti apparaissent souvent dans ces records de participation avec des clubs différents vient aussi du fait qu’ils sont à peu près les seuls (en Europe) à avoir pu entraîner plus d’une équipe de haut niveau. Contrairement au football masculin où les grands clubs s’échangent les Guardiola, Mourinho et Ancelotti, les entraîneurs sont peu recyclés dans les clubs de haut de tableau.

Josephine Henning, Aurélie Kaci et Kenza Dali

Josephine Henning, Aurélie Kaci et Kenza Dali

Effectif du PSG
Nom Poste Nationalité Âge Matchs Temps Buts
1 Katarzyna Kiedrzynek G POL 26 25 2239 0
16 Loes Geurts G NLD 31 9 731 0
30 Romane Salvador G FRA 19 0 0 0
3 Laure Boulleau D FRA 31 1 45 0
4 Laura Georges D FRA 33 27 2276 1
5 Sabrina Delannoy D FRA 31 33 2816 3
6 Ngozi Ebere D NGA 26 0 0 0
8 Erika D BRA 29 12 923 3
13 Sandy Baltimore D FRA 17 2 53 0
14 Irene Paredes D ESP 26 25 2250 5
17 Ève Perisset D FRA 22 32 2396 3
20 Perle Morroni D FRA 20 17 805 2
23 Hawa Cissoko D FRA 20 3 120 0
7 Aminata Diallo M FRA 22 28 1626 1
11 Anissa Lahmari M FRA 20 11 407 3
12 Ashley Lawrence M CAN 22 17 1350 1
19 Lina Boussaha M FRA 18 4 67 0
22 Sana Daoudi M FRA 19 2 29 0
24 Formiga M BRA 39 12 899 1
26 Grace Geyoro M FRA 20 24 2042 0
28 Shirley Cruz Traña M CRI 32 28 2311 6
29 Amandine Henry M FRA 28 6 429 3
9 Sarah Palacin A FRA 29 10 370 3
10 Cristiane A BRA 32 29 2206 26
15 Nataša Andonova A MKD 23 8 435 2
18 Marie-Laure Delie A FRA 29 26 1832 27
21 Verónica Boquete A ESP 30 29 2244 12
25 Marie Antoinette Katoto A FRA 19 10 704 7
27 Ouleymata Sarr A FRA 22 25 1056 5
Nataša Andonova n’est pas qualifiée pour la finale de la Ligue des Championnes mais elle l’est pour celle de Coupe de France et pour le match de D1.

Kheira Hamraoui

Kheira Hamraoui

Effectif de Lyon
Nom Poste Nationalité Âge Matchs Temps Buts
1 Erin Nayler G NZL 25 0 0 0
16 Sarah Bouhaddi G FRA 31 23 2070 0
30 Méline Gérard G FRA 27 10 900 0
28 Loïs Ursella G FRA 18 0 0 0
3 Wendie Renard D FRA 27 24 2070 7
4 Julie Marichaud D FRA 19 0 0 0
5 Saki Kumagai D JPN 27 26 2159 10
7 Amel Majri D FRA 24 24 1976 7
8 Jessica Houara d’Hommeaux D FRA 30 26 1890 2
15 Aurélie Kaci D FRA 27 5 336 1
17 Corine Petit D FRA 34 15 977 5
21 Kadeisha Buchanan D CAN 22 13 1025 0
25 Julie Piga D FRA 19 3 163 0
26 Josephine Henning D DEU 28 8 550 0
29 Griedge Mbock Bathy Nka D FRA 22 22 1878 3
2 Kenza Dali M FRA 26 6 298 1
10 Dzsenifer Marozsán M DEU 25 28 1957 7
11 Kheira Hamraoui M FRA 27 14 897 3
18 Claire Lavogez M FRA 23 23 1294 16
20 Delphine Cascarino M FRA 20 9 557 3
23 Camille Abily M FRA 32 26 2002 15
27 Caroline Seger M SWE 32 24 1521 1
9 Eugénie Le Sommer A FRA 28 28 1965 28
12 Élodie Thomis A FRA 31 12 591 0
13 Andrea Norheim A NOR 18 1 18 1
14 Ada Hegerberg A NOR 22 29 2125 25
22 Pauline Bremer A DEU 21 26 1666 9
24 Mylaine Tarrieu A FRA 22 14 847 5
31 Alex Morgan A USA 28 14 892 11

Josephine Henning et Caroline Seger

Josephine Henning et Caroline Seger



Un commentaire pour “Triple final”

  1. Belle revue des forces en présence. Curieux de voir ce que les entraîneurs (les club?) vont choisir comme stratégie sur l’ensemble de la série et comment cela va se traduire match par match.

    Ah, et aussi bizarre que cela paraisse, Lyon a aussi perdu contre Manchester City.

Répondre