Ni buts ni soumises » Douzième journée de D1 2016-2017 – Le poids des recrues

« Tapis et billets verts

Treizième journée de D1 2016-2017 – Albi en profite »

Douzième journée de D1 2016-2017 – Le poids des recrues

Les Suédoises de Montpellier ont infligé au PSG sa première défaite de la saison et reviennent dans la course au titre qui devient donc une course à trois. L’issue en est incertaine d’autant plus que la décision concernant la pénalité infligée au PSG n’est pas encore définitive.

Le ventre mou reste très regroupé mais Marseille semble destiné à rejoindre Guingamp et Juvisy dans la lutte pour la quatrième place après sa nette victoire contre Rodez.

Enfin, Bordeaux et Albi ne se départagent pas encore vraiment pour accompagner Metz en D2.

Le PSG avait vu arriver la mi-saison avec un bilan parfait : onze victoires en onze matchs et aucun but encaissé. La trêve et la première journée ont tout remis en cause. Après avoir perdu sur tapis vert son match de la première journée contre Albi, l’équipe parisienne a perdu sur le rectangle vert son premier match de la saison contre Montpellier.

Pourtant Ève Périsset avait ouvert le score en première mi-temps d’un match largement perturbé par le vent soufflant sur le terrain Mama-Ouattara de Grammont. Mais à la pause, Jean-Louis Saez fasait entrer sa recrue suédoise Stina Blackstenius. Il y a une semaine, c’est l’autre recrue Janice Cayman qui avait donné in extremis la qualification à Montpellier contre Marseille en Coupe de France. Cette fois c’est la Suédoise qui a permis à Montpellier de l’emporter en marquant à la 88e minute. Entre temps, sa compatriote Sofia Jakobsson qui avait égalisé à l’heure de jeu.

Montpellier est donc revenu non seulement dans la course à l’Europe mais aussi dans la course au titre. En remportant tous leurs matchs d’ici la fin de la saison – et celui contre Lyon fin février par plus d’un but d’écart – les montpelliéraines seraient assurées de remporter le titre1.

Lyon version dream team

Cela faisait longtemps qu’à l’entame des matchs retour on ne pouvait plus échafauder d’hypothèses menant au titre d’une ou plusieurs autres équipes que Lyon. C’est donc le cas cette année de Montpellier et du PSG. Pourtant l’OL a sans doute sur le papier l’équipe la plus clinquante de son histoire. Le match contre Guingamp marquait les débuts de Kadeisha Buchanan et d’Alex Morgan qui forment avec Dszenifer Maroszan un trio de recrues parmi les plus cotées dans le monde.

Le match a été contrôlé par les joueuses de Gérard Prêcheur. La Canadienne a fait parler sa puissance malgré quelques imprécisions techniques et l’Américaines a été à l’origine des deux buts de la locale Eugénie Le Sommer en première mi-temps.

La difficulté pour Lyon vient sans doute de l’hétérogénéité de la D1. Les équipes de têtes courent très peu de risque de perdre des points en dehors des confrontations directes. Et le niveau requis pour être sûr de la victoire contre des équipes comme le PSG ou Montpellier semble au-delà des possibilités d’un club. Avec son effectif, Lyon est bien sûr le favori de ces confrontations et les remporte la majorité du temps mais il n’est pas à l’abri d’un échec comme contre le PSG2 cette saison. Paradoxalement, une D1 plus compétitive lui serait sans doute favorable parce qu’elle multiplierait les occasions pour les favoris de perdre des points, ce qu’il ferait sans doute moins que ses concurrents grâce à la richesse de son effectif.

Guingamp est un bon exemple de cette situation. L’équipe bretonne lutte pour la quatrième place cette saison. Elle dispose d’un effectif de qualité et rend des prestations cohérentes match après match. Pourtant, elle a encaissé douze buts en deux matchs contre Lyon, n’en rendant qu’un seul (à 7-0 à l’aller). Montpellier et le PSG l’ont battu respectivement 3-0 et 4-0 en attendant les matchs retours. S’il y a une différence entre les clubs de tête, elle se manifeste éventuellement au score3 mais assez peu au classement4.

²Une joueuse dans le match

Le match disputé au stade Fred-Aubert de Saint-Brieuc marquait les débuts très attendus d’Alex Morgan. Mais l’ancienne joueuse d’Orlando est sortie du terrain sans avoir réussi à marquer. La faute en revient à la gardienne Guingampaise Maryne Gignoux qui a repoussé toutes ses tentatives. Arrivée de Montpellier en 2014 à 18 ans, la jeune gardienne a eu la lourde tâche de succéder en cours de saison dernière à Emmeline Mainguy qui était l’une des pièces maîtresses de l’EAG. Les débuts ont été délicats dans une équipe en difficulté. Mais cette saison, Guingamp joue la première moitié de tableau et si elle a encaissé trois ou quatre buts contre le trio de tête (elle n’était pas de la défaite 9-1 contre Lyon), elle n’a encaissé sinon que deux buts des Bordelaises Naweal Ouinekh et Sarah Cambot lors des sept autres matchs qu’elle a disputé.

Et sa prestation face Alex Morgan a permis de limiter le score à un niveau largement sous la moyenne lyonnaise.

Maryne Gignoux

Maryne Gignoux

Juvisy en profite… un peu

La défaite Guingampaise fait les affaires de Juvisy qui profite de sa victoire 3-0 face à Albi pour reprendre la quatrième place avec un point d’avance sur l’équipe bretonne. Mais la semaine des Essonniennes est très loin d’être positive. La victoire contre les Albigeoise s’apparentait à une obligation contre un adversaire qui n’a battu que Metz sur le terrain. Et en milieu de semaine, Juvisy avait joué son match en retard contre Saint-Étienne qui s’était soldé par une victoire des Vertes grâce à des buts d’Audrey Chaumette et Maëlle Garbino. À la date initiale du match, l’équipe stéphanoise aurait été privée de Mylène Chavas et Maëlle Garbino, c’est peut-être cette rencontre qu’il aurait fallu jouer à la date prévue pour Juvisy plutôt que celle contre Marseille.

Cette défaite est la cinquième cette saison et en cas d’échec – probable – dans le dernier match en retard contre Lyon, Juvisy aura perdu la moitié de ses matchs aller, et quasiment autant que son record de sept en une saison depuis 25 ans.

Anaïs Arcambal et Kadidiatou Diani

Anaïs Arcambal et Kadidiatou Diani

Saint-Étienne en a profité pour revenir brièvement à la hauteur de son adversaire. Mais son match de la douzième journée contre Metz a été reporté en raison des conditions climatiques et l’ASSE n’a donc pas pris les points qui auraient dû lui permettre d’occuper la quatrième place.

C’est le deuxième match remis de suite pour Metz mais cela ne semble pas devoir changer grand chose. L’autre relégable Albi compte également deux matchs de retard. Cumulés avec les deux points seulement qui le séparent de Bordeaux et du maintien, ils lui donnent un semblant d’espoir. Mais il est sans doute légèrement en trompe-l’œil avec les points remportés contre le PSG qui ne sont ni définitivement acquis ni surtout un signe positif pour le jeu des Albigeoises qui n’ont pour l’instant marqué qu’un seul but en fin de match en contre face à Metz par Tatiana Solanet qui joue désormais à Dijon.

Soyaux et Marseille font le travail

Finalement, le principal espoir d’Albi, c’est que malgré des prestations courageuses et des points pris face à des adversaires mieux classés, Bordeaux ne compte que deux points d’avance. Une victoire albigeoise lors de la confrontation directe permettrait de combler cet écart.

Bordeaux se déplaçait ce dimanche à Soyaux qui l’avait battu au match aller à l’issue d’un match où les Girondines avaient pourtant mené deux fois au score. Cette fois les choses ont été plus nettes. Pamela Babinga en fin de première mi-temps et la revenante Lydia Belkacemi en fin de match ont concrétisé la domination de Soyaux. Les Charentaises restent au milieu du ventre mou et passent devant Rodez.

Les Ruthénoises ont décidément du mal à tenir le score face à Marseille. À l’aller, elles avaient été rejointes sur le fil de 2-0 à 2-2. Cette fois, elles ont également ouvert le score par Anne-Marie Banuta mais Nora Coton-Pélagie, Viviane Asseyi sur pénalty et Charlotte Lozé ont renversé la tendance.

Il s’agit de la quatrième victoire de suite pour Marseille et de la quatrième tout court après un début difficile. La suite pourrait s’avérer du même tonneau puisque lors des quatre prochains matchs, l’OM rencontrera deux fois Albi et se déplacera à Metz. Il y aura au milieu le déplacement à Lyon et ensuite la réception du PSG où les chances marseillaises restent faibles. C’est après, lors de la réception de Guingamp fin mars, qu’on pourra vérifier si les coéquipières de Caroline Pizzala sont bien aussi en compétition pour la quatrième place.

Résultats

7e journée

Saint-Étienne-Juvisy 2-0 : Chaumette 20′, Garbino 62′

12e journée

Guingamp-Lyon 0-3 : Le Sommer 21′, 26′, Hegerberg 72′

Juvisy-Albi 3-0 : Greboval 9′, Catala 28′, Matéo 76′

Marseille-Rodez 3-1 : Coton-Pelagie 35′, Asseyi 60′, Lozé 79′ ; Banuta 28′

Montpellier-PSG 2-1 : Jakobsson 61′, Blackstenius 88′ ; Perisset 21′

Saint-Étienne-Metz : reporté

Soyaux-Bordeaux 2-0 : Babinga 43′, Belkacemi 88′

Théa Gréboval face à Laurie Saulnier

Théa Gréboval face à Laurie Saulnier

Classement (en relief)

Rang Club [victoires / nuls / défaites / diff. de buts] Pts
1 Lyon [10/0/1/51] Montpellier [10/0/2/29] 30
    29
    28
    27
3 PSG [9/0/2/21] 26
    25
    24
    23
    22
    21
    20
    19
    18
    17
4 Juvisy [5/1/5/15] 16
5 Guingamp [4/3/4/-8] 15
6 Marseille [4/2/5/-8] 14
7 Saint-Étienne [3/4/3/3] Soyaux [3/4/4/-10] 13
9 Rodez [3/3/6/-20] 12
    11
    10
10 Bordeaux [2/3/7/-25] 9
    8
11 Albi [2/1/7/-19] 7
    6
    5
    4
    3
    2
12 Metz [0/1/9/-29] 1


Répondre