Ni buts ni soumises » Le trou est fait

« Juvisy revient dans la course

Dernière étape avant les chocolats »

Le trou est fait

La vérité d’une semaine chasse celle de la précédente. Le PSG remporte le derby contre Juvisy se replace comme favori pour la deuxième place en Ligue des Championnes.

La onzième journée s’est (pour le moment) jouée en trois temps, deux matchs restant à jouer à une date ultérieure où la neige permettra de jouer à Toulouse et à Arras.

Montpellier et Guingamp ont ouvert le bal samedi après-midi. Marie-Laure Delie a frappé la première en tout début de match avant de concéder un pénalty converti par Léa Le Garrec à la demi-heure de jeu. Montpellier a ensuite largement poussé sans parvenir à trouver la faille, même après l’expulsion de la Guingampaise Caroline La Villa, ancienne de la maison héraultaise.

Une semaine après la défaite contre Juvisy, Montpellier perd deux nouveaux points précieux dans la lutte pour la deuxième place alors qu’elle était jusque là la seule équipe du trio de poursuivantes de Lyon à ne pas avoir lâché de points en dehors du quatuor.

Guingamp passe la cinquième

Cependant, Guingamp se positionne de plus en plus comme un représentant d’un groupe qui n’existait plus vraiment en D1 : les équipes qui ne sont pas dans le carré de tête mais qui ne luttent pas directement pour le maintien.

Plus que son classement, ce sont ses prestations contre les meilleurs qui donnent cette impression, avec des nuls contre le PSG et Montpellier, et de courtes défaites contre Juvisy et Lyon (à l’échelle des défaites contre Lyon). Il ne reste plus qu’à mettre la même implication dans les autres matchs.

Le tarif habituel

Le match entre Issy, onzième, et Lyon, premier, en promettait pas un grand suspens. Après l’importante rotation du match contre Arras, les Lyonnaises revenaient à une composition plus classique, quoi que toujours en 4-2-4 avec Laetitia Tonazzi associée à Lotta Schelin en pointe.

Pauline Benoist, un bon match malgré le score.

Pauline Benoist, un bon match malgré le score.

Les Isséennes étaient bien organisées devant leur gardienne Pauline Benoist, auteuse d’un grand match. Mais comme souvent dans ce genre d’opposition, la supériorité technique et physique des Lyonnaises se convertit petit à petit en buts : une tête de Wendie Renard par ci, un coup franc de Camille Abily par là, quelques coups de boutoir d’Élodie Thomis ou d’Eugénie Le Sommer au milieu et le score enfle. Gwenaëlle Migot et Nora Coton-Pélagie auront tenté de peser sur la défense adverse mais partaient de trop loin, après un exploit, il leur restait encore une quarantaine de mètres à faire pour essayer d’inquiéter Sarah Bouhaddi qui a passé une après-midi très tranquille.

Ici c'est Issy

Ici c'est Issy

Yzeure repart

Pendant ce temps, Rodez recevait Yzeure pour un duel entre les deux équipes placées juste au dessus de la ligne de relégation. Les trajectoires étaient opposées : après une période difficile, Rodez restait sur trois matchs sans défaites (dont deux victoires) alors qu’Yzeure qui avait très bien commencé la saison ne gagnait plus depuis six matchs.

Deux fois Yzeure prenait l’avantage, mais deux fois Rodez revenait au score. La troisième, Laura Bouillot et Faustine Roux sur coup franc marquaient coup sur coup à un quart d’heure de la fin afin de ne pas permettre aux Ruthénoises de revenir.

Auteuse d’un doublé, Laura Bouillot compte désormais 8 buts cette saison, autant que Linda Bresonik, Lindsey Horan ou Élodie Thomis, un de plus que Kosovare Asllani ou Gaëtane Thiney. Elle confirme que son quadruplé de la troisième journée contre Vendenheim n’était pas un exploit isolé.

Juvisy sort de la course

Le match au sommet de la journée était celui qui opposait le PSG à Juvisy devant les caméras d’Eurosport. Les Parisiennes se présentaient avec toutes leurs forces, Kenza Dali étant préférée à Kheira Hamraoui pour animer le côté gauche. En face, Juvisy était toujours privé de Sandrine Dusang et surtout de Gaëtane Thiney.

Sous les yeux de Nasser Al-Khelaïfi, venu constater où passait son argent, le match était une opposition de style entre un collectif juvisien parfaitement en place et un ensemble parisien composé surtout de solistes.

Nasser Al-Khelaïfi n'était pas venu tout seul. Germain le lynx était là aussi.

Nasser Al-Khelaïfi n'était pas venu tout seul. Germain le lynx était là aussi.

Les visiteuses frappaient les premières, un peu par surprise sur un centre anodin d’Émilie Trimoreau que Véronique Pons déviait dans son propre but. Les Parisiennes attendaient la seconde mi-temps pour réagir : Lindsey Horan devançait la sortie de Marion Mancion pour reprendre de la tête un coup franc d’Annike Krahn.

Lindsey Horan, buteuse pour l'égalisation parisienne.

Lindsey Horan, buteuse pour l'égalisation parisienne.

Le nul n’arrangeant personne, les deux équipes cherchaient alors à faire la décision. Juvisy n’était pas loin de reprendre le score à peu près de la même manière que la première fois : un centre de Julie Soyer était mal négocié par Véronique Pons qui laissait passer le ballon entre ses jambes, mais Jessica Houara dégageait sur la ligne. Trois minutes plus tard, Shirley Cruz récupérait le ballon dans les pieds d’Aissatou Tounkara à peine entrée en jeu et lançait Linda Bresonik. La meneuse allemande réussissait un lob parfait pour son quatrième but en deux matchs.

Linda Bresonik, la joueuse décisive du PSG

Linda Bresonik, la joueuse décisive du PSG

Une semaine après être remonté sur le podium à la faveur d’une victoire sur Montpellier, Juvisy en redescend de nouveau après cette défaite.

Les favorites déjà en place à la moitié du parcours

La mi-saison n’est pas tout à fait atteinte puisqu’il reste des matchs en retard qui concernent en particulier la lutte pour le maintien, mais un premier bilan peut être fait concernant le haut du tableau.

Lyon a remporté tous ses matchs et file vers un septième titre. Dans la lutte pour la deuxième place, les confrontations directes ont finalement été à l’avantage du PSG (un nul et une victoire), alors que Montpellier n’a obtenu qu’un nul. De même, les matchs contre les autres équipes sont plutôt à l’avantage des Parisiennes qui n’ont concédé qu’un nul face à Guingamp, tout comme Montpellier contre le même adversaire, alors que Juvisy a laissé des plumes dans les joutes européennes et a concédé un nul contre Rodez et une défaite à Yzeure. La dynamique est également en faveur du PSG puisque les points perdus (hors OL) l’ont été lors des trois premières journées.

La semaine prochaine, la phase retour prendra de l’avance sur l’année nouvelle.

Camille Abily, meilleure buteuse de la première demi saison.

Camille Abily, meilleure buteuse de la première demi saison.

11e journée

  • Montpellier-Guingamp 1-1 : Delie 4′ ; Le Garrec 28′
  • Rodez-Yzeure 2-4 : Farrugia 40′, Augis 67′ ; Bouillot 8′, 73′, Berger 57′, Roux 75′
  • Issy-Lyon 0-8 : Renard 11′, Tait 18′ (csc), Abily 38′, 45′, Schelin 60′, 95′, Thomis 83′, Le Sommer 94′
  • Arras-Vendenheim  : reporté
  • Toulouse-Saint-Etienne  : reporté
  • PSG-Juvisy 2-1 : Horan 58′, Bresonik 84′ ; Pons 12′ (csc)
Classement général
Place Nom Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Lyon 44 11 11 0 0 74 3 71
2 PSG 37 11 8 2 1 34 4 30
3 Montpellier 34 11 7 2 2 31 10 21
4 Juvisy 33 11 7 1 3 35 9 26
5 Guingamp 26 11 4 3 4 14 16 -2
6 Yzeure 25 11 4 2 5 14 23 -9
7 Saint-Etienne 22 10 3 3 4 6 16 -10
8 Rodez 22 11 3 2 6 13 25 -12
9 Arras 21 10 3 2 5 12 37 -25
10 Vendenheim 18 10 2 2 6 6 32 -26
11 Issy 15 11 1 1 9 10 42 -32
12 Toulouse 12 10 0 2 8 6 38 -32


3 commentaires pour “Le trou est fait”

  1. “issy c’est issy”… tout simplement énorme. ce CHR$ il m’épate, il m’épate, il m’épate!

  2. Sympa le titre, ca invite au clic quoique ça manque d’anale….
    Le trou béant aussi ca aurait pas été dégueu…
    La bise anale

  3. Déjà que le filtre parental d’Orange bloque “ni buts ni soumises”, pas la peine d’en rajouter.

    Et à propos de peine, le résumé d’OL-Issy rend un peu triste. Ca me rappelle un Juventus-PSG (6-1 je crois) avec le commentaire suivant d’un joueur : “On était bien en place, jusqu’à ce qu’on se prenne 4 buts sur coups de pieds arrêtés” (mais comme c’était le PSG c’était moins triste)

Répondre