Ni buts ni soumises » 22e journée : tout est joué, sauf le titre

« 22 voilà les Jeux Olympiques

Trois buts qui font un triplé »

22e journée : tout est joué, sauf le titre

Lyon et Juvisy ont remporté sans surprise leurs matchs contre Vendenheim et Soyaux. La « finale » du championnat aura donc bien lieu samedi prochain. En bas de tableau, Hénin-Beaumont n’est pas parvenu à battre Yzeure et jouera en D2 l’an prochain.

La 22e journée s’est jouée ce dimanche alors que la 21e n’aura lieu que la semaine prochaine. Ce week-end étant une date Fifa pour les matchs internationaux, les clubs pouvaient être privés de leurs internationales étrangères. La 22e journée comptant des matchs potentiellement décisifs pour le titre comme Juvisy-Lyon ou Montpellier-PSG, voire pour le maintien comme Guingamp-Soyaux, et concernant des équipes qui pouvaient avoir des absentes (la Belge Janice Cayman à Juvisy, la Suédoise Lotta Schelin et la Suissesse Lara Dickenmann à Lyon, la Camernounaise Michèle N’Gono Mani à Guingamp ou l’Irlandaiss Fiona O’Sullivan à Soyaux), la FFF a choisi d’inverser l’ordre des deux dernières journées en considérant que le résultat de Lyon-Vendenheim et de Soyaux-Juvisy dépendait moins de la présence de ces internationales. Et puis ça permettait d’avoir une belle finale lors de la dernière journée.

Un Lyon record mais pas (encore ?) titré

Pour que Juvisy-Lyon soit la finale du championnat, il fallait que le titre ne soit pas joué avant, Lyon ayant repris un point d’avance en battant le PSG 3-0 à l’issue de sa semaine folle qui l’avait déjà vue battre Montpellier en finale de Coupe de France et Francfort en finale de Coupe d’Europe.

Au bout d’une demi-heure, Camille Abily par deux fois et Wendie Renard avaient déjà assuré la victoire Lyonnaise sur Vendenheim, permettant à l’OL de dérouler pour finir à 10-0 comme à l’aller, Eugénie Le Sommer profitant de l’absence de sa coéquipière suédoise1 pour reprendre d’un doublé la tête du classement des buteuses. Lyon égale son record de 116 buts marqués en 2007 et reste encore un but devant son autre record de 4 buts encaissés en 2008.

Juvisy ne lâche pas

Les statistiques de Juvisy sont moins flatteuses (60 buts marqués pour 18 encaissés tout de même) mais les Essonniennes joueront bien le titre sur le terrain : avec la victoire Lyonnaise, il ne leur était pas possible de repasser devant, il leur suffisait donc de rester à 3 points ou moins2, donc de ne pas perdre contre Soyaux. Il a fallu pratiquement une mi-temps pour faire mieux. Une frappe de Gaëtane Thiney (qui avait manqué un pénalty un peu plus tôt) donnait de l’air à Juvisy, avant que Charlotte Fernandes ne confirme la victoire en fin de match.

La finale du championnat entre les deux meilleures équipes de ces 20 dernières années3 aura donc bien lieu.

Montpellier et Paris en roue libre

Montpellier et le PSG n’avaient plus rien à jouer, ni titre, ni place en Coupe d’Europe. Elles étaient confrontées à deux équipes qui visaient la cinquième place, 20 points derrières et pas si loin de la zone de relégation.

Face à Rodez, Montpellier a longtemps peiné, cru tenir la victoire quand l’inévitable Hoda Lattaf a marqué à la 83e minute, semblé renoncer quand Flavie Lemaître a égalisé une minute plus tard, puis l’a emporté grâce à Kelly Gadea dans les arrêts de jeu.

Le PSG recevait un Saint-Étienne loin des ambitions affichées en début de saison. Cindy Thomas ouvrait le score pour Paris en première mi-temps, avant que Camille Catala et Aude Moreau ne donnent l’avantage aux Vertes autour de l’heure de jeu puis qu’Ella Masar et Élise Bussaglia ne renversent le score pour les Parisiennes dans ce match à rebondissement. Le PSG se déplacera à Montpellier la semaine prochaine pour un match de gala sans enjeu avant la saison prochaine où il devrait avoir d’autres ambitions et d’autres moyens.

Hénin-Beaumont ne se sauve pas

Le véritable enjeu de cette avant-dernière journée était la place d’antépénultième et de relégable ; Soyaux et Muret ayant déjà pris place dans la charrette. Saint-Étienne, Vendenheim et Rodez étant déjà sauvés, il restait une place pour trois : Yzeure (41 points), Guingamp (40) et Hénin-Beaumont (38). Les Bretonnes se rendaient à Muret pendant que les deux autres s’affrontaient.

Face à des Haut-Garonnaises déjà relégués, Guingamp faisait la différence par sa meilleure joueuse Julie Morel auteuse d’un doublé puis par Michèle N’Gono Mani (qui n’était donc pas au match Ghana-Cameroun).

Sébastien Duret

Julie Morel permet à Guingamp de rester en D1. Photo : Sébastien Duret

Dans sa course au maintien après un début de saison totalement raté, Hénin-Beaumont ouvrait le score par Rachel Saïdi, ce qui lui permettait de revenir à la hauteur de son adversaire et à deux points de Guingamp, mais Anaïs Ribeyra égalisait à la 60e minute, envoyant les Nordistes en D2, sauf improbable miracle.

Yzeure compte en effet trois points d’avance sur Hénin-Beaumont, et les deux équipes ont fait match nul 1-1 à l’aller comme au retour. Même si Yzeure perd son prochain match à Vendenheim et Hénin-Beaumont bat Rodez, il faudra en plus rattraper une différence de 28 buts.

Guingamp ne poursuivra donc pas sa croissance sous son nouveau nom en D2 et Hénin-Beaumont ne jouera pas une dixième saison d’affilée en première division, après avoir souvent flirté avec la descente et régulièrement rattrapé des situation mal engagées, cette fois-ci était de trop.



Les commentaires sont fermés !