Ni buts ni soumises » 11e journée de D1 : Un coup pour rien

« Juvisy et Lyon, des amis de 20 ans

C’est qui la meilleure ? »

11e journée de D1 : Un coup pour rien

Avec des résultats nuls 1-1 dans les deux matchs au sommet, la manche décisive pour le titre est reportée à plus tard1. Juvisy est champion d’automne tandis que les promues de Muret et de Soyaux sont en grande difficulté.

Les réactions au coup de sifflet final ne laissent aucun doute : les Lyonnaises qui filent au vestiaire le visage fermé pendant que les Juvisiennes se congratulent et restent pour saluer le public2. Bref, le match nul est une victoire pour Juvisy. Le maintien à la première place du classement est sans doute une explication. La position d’ultra favorite de l’OL en est une autre. Chaque équipe arrive dans ses petits souliers pour jouer à Lyon, qui plus est à Gerland. Il faut dire que les précédents adversaires de l’OL cette saison sont repartis avec entre 6 et 11 buts dans les valises, Coupe d’Europe comprise et que Juvisy en avait encaissé 6 et 7 pour ses deux dernières visites.

Mais contrairement à l’an dernier, Juvisy a semblé cette fois ci avoir un vrai plan de jeu pour utiliser le ballon. Ou alors Lyon a moins réussi à l’empêcher de jouer. Laetitia Tonazzi en pointe chargée de tenir le ballon et d’occuper la défense centrale, Inès Dhaou en soutien dans l’axe pour permettre à son équipe de remonter et Gaëtane Thiney occupant le côté gauche, il n’y a finalement qu’Amélie Coquet qui n’a pas réussi à mettre le doute dans la défense Lyonnaise.

En face, Patrice Lair alignait une équipe assez proche de son équipe type, si ce n’était la présence d’Aurélie Kaci arrière droite préférée à Corine Petit-Franco. Comme souvent dans les grands matchs, Sonia Bompastor, Camille Abily et surtout Amandine Henry ont été au rendez-vous, cette dernière finissant la partie arrière droite dans un duel épique avec Gaëtane Thiney. Mais la joueuse du match côté lyonnais restera sans doute Eugénie Le Sommer auteuse de l’égalisation.

Lyon a assez nettement dominé dans la conduite du jeu et au nombre d’occasions mais comme contre Paris et Montpellier, les barres et la gardienne n’ont pas permis aux Lyonnaises de remporter le match. Il est d’autant plus regrettable pour la gardienne de Juvisy Audrey Malet d’encaisser un but sur un légère faute de main qui ternit un peu une très bonne prestation, en particulier dans sa lecture du jeu pour venir intercepter les ballons en profondeur et compenser la relative lenteur de sa charnière centrale.

Juvisy a été beaucoup plus réaliste en obtenant un pénalty sur un contre de l’inévitable Laetitia Tonazzi, et aurait même pu l’emporter à l’issue d’un autre contre où l’entrante Stéphanie Léocadie a trouvé la barre.

Les autres matchs

Ce résultat donnait la possibilité à Montpellier de prendre la tête du championnat. Mais pour cela, il fallait l’emporter sur la pelouse du Camp des Loges face au PSG. Menées à la mi-temps sur un but d’Alexandra Long, les Montpelliéraines ont finalement décroché le nul grâce à la récente internationale Kelly Gadéa. Statu quo en tête donc.

Saint-Étienne en chasse-patate

11 points derrière le PSG, on retrouve Yzeure, Vendenheim, Guingamp et Rodez un point plus loin. Les deux premières ont fait match nul 2-2 pendant que Guingamp l’emportait à Soyaux 4-1 et que Rodez battait Hénin-Beaumont 3-1. Entre le groupe de tête et ce ventre mou, Saint-Étienne se trouve isolé au milieu après victoire 5-0 à Muret. Pour les Vertes d’Astrid Chazal (un doublé aujoud’hui), le quatuor de tête semble un peu trop haut, mais le reste du plateau semble nettement en dessous. Reste à consolider au moins cette cinquième place et continuer à faire des coups : Saint-Étienne reste la seule équipe à avoir battu Juvisy, si elle n’est plus seule à lui avoir pris des points.

Enfin, comme Hénin-Beaumont, Muret et Soyaux ont encore perdu, ces équipes décrochent un peu plus : il y a maintenant 9 points entre Soyaux et la 9e place de Rodez, la dernière avant la relégation.

La semaine prochaine, 12e journée, la première des matchs retours et la dernière avant une trêve d’un mois. Le match phare de la journée se jouera entre Muret et Soyaux : l’équipe vaincue – s’il y en a une – pourra sérieusement commencer à le retour à l’étage du dessous.



Un commentaire pour “11e journée de D1 : Un coup pour rien”

  1. Petite question : “auteuse” dans le 3e paragraphe, c’est une typo, ou c’est vraiment pour le plaisir d’utiliser la forme féminine la moins courante du mot ? ;D

    Sinon, bon article comme d’habitude ! Les lyonnaises, en tous cas, peuvent s’en vouloir de ne pas avoir gagné (vu leur domination dans le match) et n’auront plus guère droit à l’erreur… Mais les juvisiennes ont plus de risque de chuter face à des adversaires “faibles”.