Ni buts ni soumises » Le PSG prend date pour l’avenir

« 8e journée de D1 : Réveil et fatigue

La tournée du patron »

Le PSG prend date pour l’avenir

Le PSG bat Francfort mais est éliminé. Cela reste une très bonne performance contre les favorites de la compétition.

On ne saura jamais vraiment ce qui se serait passé si, dès la deuxième minute, Ana Maria Crnogorčević n’avait pas trompé Véronique Pons d’un tir croisé. Après la victoire 3-0 de Francfort au match aller, la mission devenait impossible pour les joueuses du PSG qui devaient marquer 5 fois pour se qualifier.

On pourrait imaginer qu’Alexandra Long aurait marqué de la même manière ses deux buts et que le PSG aurait poussé pour jouer la qualification en fin de match. Mais il est plus probable que les joueuses de Francfort auraient imprimé plus de rythme qu’elles ne l’ont fait. Peut-être même que ce but d’entrée aura finalement été la meilleure chose qui pouvait arriver pour permettre au PSG de remporter le match, une fois la question de la qualification définitivement réglée.

Pendant tout le reste du match, le PSG a dominé son adversaire allemand, même si cela s’est traduit par assez peu d’occasions, les buts venant surtout de cafouillages. Ce qui met en lumière la prestation de l’une des deux Américaines de Paris : Alexandra Long qui a beaucoup souffert de l’impact des joueuses de Francfort et qui a semblé un peu empruntée et pas au point physiquement (contrairement à sa compatriote Ella Masar). Mais elle a su être au bon endroit au bon moment pour faire le bon geste et marquer les buts qui manquaient au PSG dans sa série de matchs au somment contre Lyon, Francfort à l’aller et Juvisy.

Pas mal pour un début

Il y aura toujours des spécialistes des chiffres pour nous dire que le PSG a fait moins bien que Juvisy qui, l’an dernier, était allé jusqu’en quart. Mais les Essonniennes avaient simplement rencontré leur adversaire allemande un tour plus tard, et si elles avaient également perdu l’aller 3-0, elles ne s’étaient par contre pas vengé au retour, au contraire (défaite 6-2).

Il ne faut donc pas s’y tromper, la première campagne du PSG dans cette Ligue des Championnes est une vraie réussite avec trois victoires en quatre matchs et une prestation très solide contre Francfort, y compris à l’aller où les trois buts étaient surtout venus d’erreurs de jeunesse.

Cette première campagne est à mettre au même niveau que les débuts européens réussis de Toulouse (demi-finale contre Francfort, mais il s’agissait de la première édition, tout le monde débutait) et de Lyon (demi-finale contre Umea, mais avec d’autres moyens). Juvisy (élimination en tour préliminaire en 2003 contre Kolbotn et surtout en 2006 contre l’Espanyol Barcelone malgré la dream team juvisienne) et Montpellier (élimination en phase de poules en 2004 avec trois défaites dont un 6-0 contre Potsdam et un 2-0 contre Wroclaw) avaient connu des débuts nettement moins glorieux. L’avenir appartient peut-être au PSG.

Le seul regret est peut-être que cette compétition devait être l’occasion pour Bérangère Sapowicz d’engranger une expérience précieuse pour l’équipe de France, mais qu’elle n’aura pas eu l’occasion de jouer.

Le mystère Francfort

Francfort, son budget pharaonique (plus important encore que celui de l’OL), sa recrue star Fatmire Bajramaj et son effectif pléthorique sera en quarts de finales comme prévu. Mais son bilan n’est que de deux victoires et deux défaites. Chez les garçons, des qualifications 0-1 puis 4-1 et 3-0 puis 1-2 seraient considérées comme sans histoire. Mais chez les filles, on a l’habitude de résultats plus tranchés1.

Bien sûr Francfort avait un tirage particulièrement difficile avec des équipes norvégiennes et françaises, là où d’autres favorites se contentaient d’Islandaises, d’Écossaises, de Roumaines ou de Tchèques. Bien sûr aussi, on a le sentiment que Francfort a toujours à peu près contrôlé la situation, même après une défaite au match aller contre Stabaek.

Mais cette équipe ne semble pas encore tout à fait au point et n’est sans doute pas encore l’épouvantail qu’on pouvait craindre à l’intersaison. Il lui reste jusqu’au mois de mars pour le devenir.

Lyon et Potsdam restent les patronnes

L’autre équipe française engagée n’a pas fait dans le détail en l’emportant 6-0 au retour comme à l’aller, malgré une première mi-temps brouillonne. L’entrée de Lotta Schelin a permis à l’OL de marquer cinq fois en deuxième mi-temps.

Les tenantes affirment leurs prétentions à la reconquête de leur titre, mais leurs adversaires des deux dernières finales impressionnent au moins autant : après une victoire 10-0 à l’aller, Potsdam a confirmé sa qualification au retour en l’emportant 7-0 avec une équipe légèrement remaniée. Visiblement, le départ de Fatmire Bajramaj a été parfaitement digéré.

Un plateau de rêve

Le plateau des quarts de finales sera représentatif des traditionnelles places fortes du football féminin : deux clubs allemands (Francfort et Potsdam), deux clubs suédois (Göteborg et Malmö2) et les anciens vainqueurs anglais et français et invités récurrents des derniers tours (Arsenal et Lyon). Arsenal s’est qualifié en éliminant le Rayo Vallecano qui espérait pourtant prendre sa revanche sur la cruelle élimination de l’an dernier au même stade de la compétition (0-2, 4-1 avec le buts vainqueurs dans les dernières minutes). Mais cette année, il n’y a pas eu photo (1-1 à l’aller, 5-1 au retour).

Les deux dernières places reviennent à deux équipes également habituées à participer à la Coupe d’Europe tous les ans, Rossiyanka et Brondby3.



3 commentaires pour “Le PSG prend date pour l’avenir”

  1. J’y étais ! J’ai commenté le match en direct pour mon site Jour de Sport (www.jour-de-sport.over-blog.com, podcast du match disponible via Ustream et la page Facebook “Jour de Sport”). Très bon match des Parisiennes qui, malgré une entame de match catastrophique avec le but encaissé dès la 2′ marqué par Crnogorcevic, ont su réagir et dominer. Une double confrontation où elles peuvent nourrir de gros regrets, tant le match retour a été excellent … Ce que nous a confirmé Camillo Vaz en interview après le match. Avec plus d’expérience l’an prochain, elles pourront prétendre à bien plus !
    (A noter la présence d’anciens abonnés du Parc, présents juste en dessous de la tribune de presse. Ils ont supporté les joueuses et ont chanté des choses devenues assez traditionnelles comme “rendez-nous nos abos” avant de craquer des fumigènes après le match)

  2. Il ne faut pas confondre les Galatic Panam ( les vrais supporters des filles qui sont des anciens abonnés ) et les autres qui profitent de match ” continental ” pour faire passer un message .

    Vous avez l’air de faire l’amalgame et c’est dangereux ! Les galatic panam font même les déplacement à l’extérieur et savent se tenir ( ne pas lâcher un fumigène qui ne sert à rien sur le coup ! )

    Je ne suis ni un ancien abonné ni un membre du galatic panam juste un amoureux de cette équipe !

    PS : Le 2e but ne provient pas d’un cafouillage mais d’un centre admirable de Boulleau sur une récup après un mauvais dégagement d’une arrière allemande, m’enfin on n’a peut être pas vu le même match ! Bonne continuation .

  3. Ce serait bien que le Qatar file un coup de main. Le sponsoring maillot c’est bien mais avec les pétrodollars le PSG peut s’offrir Marta, Sawa, Bajramaj, Solo.

    La mairie de Paris souhaite d’ailleurs que l’équipe féminine puisse jouer au Parc des Princes.