Posts tagged ‘Ravanelli’

Abasourdi par le départ de Bielsa, refroidi par les refus (même Pascal Dupraz a préféré signer au Canal Football Club !), Vincent Labrune a trouvé une idée de génie pour relancer son OM.

La Star Academy, que dis-je, le Koh Lanta des entraîneurs : ils sont 19 sur la ligne de départ et, sélectionnés selon des critères bien précis, ils ont un match, un seul, pour faire leurs preuves.

À l’issue de la phase aller du championnat, un jury composé d’Avy Assouli, Rolland Courbis et René Malleville choisira celui qui a été le plus convaincant et qu’ils estiment le plus à même de mener l’OM vers les sommets.

En exclusivité, voici les 19 noms retenus.

1ère journée : SM Caen. Marcelo Bielsa.

2nde journée : Stade de Reims. Sidney Govou, qui devait assurer ce déplacement, n’a pas résisté à la mise au verre. Et si le choix a été difficile entre lui et la glacière, c’est donc Franck Passi qui a pris la première tournée.

3ème journée : ES Troyes AC. Oubliez les Prandelli, Montella et autres Spalletti. Quitte à ne pas “renier ses gènes ou sa race”, autant prendre le meilleur. Et je veux bien sûr parler de Fabrizio Ravanelli, pas de Roberto Benigni.

4ème journée : En Avant Guingamp. Non José, on ne pourra pas les envoyer en Ligue 2 en les battant fin août, mais ça sera toujours ça de pris.

5ème journée : SC Bastia. Les propos de François Ciccollini ne pouvaient rester impunis. Et Lorik Cana s’y connait en punition.

6ème journée : Olympique Lyonnais. Il a longtemps tenu la corde, mais Volker Finke doit finalement s’incliner devant Michel, homme de la situation, même s’il trouve Sarr doux et que Koné marrave.

7ème journée : Toulouse FC. Pour un mec qui a joué à Francfort, la saucisse, c’est une question d’honneur. Jürgen Klopp se fait donc un plaisir de remettre les Toulousains à leur place.

8ème journée : Angers SCO. Il n’y a pas que José Anigo qui a des clauses particulières à l’OM. Il y a aussi Albert Emon. Et puis bon, personne d’autre ne voulait y aller.

9ème journée : Paris Saint-Germain. À court de challenges, Zlatan Ibrahimovic décide de se confronter au dernier adversaire à sa mesure : lui-même.

10ème journée : FC Lorient : Abedi Pelé ayant refusé le poste (c’est possible, des bons souvenirs à Lorient ?), c’est un Pascal Dupraz revanchard du 3-5 de l’année dernière qui prend ce match en charge. Et comme lui aussi peut se moquer du football, il ramène Kassim Abdallah et Saber Khalifa avec lui.

Et moi et moi et moi !

Et moi et moi et moi !

11ème journée : Lille OSC. S’ils avaient eu de l’humour à la Ligue, ils auraient fait jouer ce match pendant la CAN. Avec des effectifs au complet, la confrontation manquera de piquants, mais Claude Leroy ira malgré tout chercher le titre de meilleur entraîneur français d’Afrique.

12ème journée : FC Nantes. Comment ça, Charles Aznavour n’est pas entraîneur de foot ? Parce que vous croyez que Bernard Casoni, c’était quoi ? Et puis au moins, comme ça, nous saurons qui est l’Arménien préféré des Français.

13ème journée : OGC Nice. Au chômage depuis son licenciement, Grégoire Puel décide de régler son Oedipe avec un diplôme d’entraîneur.

14ème journée : AS Saint-Étienne. Ils me font rire les Américains avec leur Mayweather - Pacquiao. Il aura fallu 15 ans pour l’organiser, mais le voilà le vrai combat du siècle : le second round entre Marcelo Gallardo et Christophe Galtier, live from les couloirs de Geoffroy Guichard. Je peux vous l’avouer dès maintenant : le match (de foot) n’aura même pas lieu, les deux entraîneurs n’arrivant jamais jusqu’au terrain.

15ème journée : AS Monaco FC. Lassé de s’en prendre à Arsène Wenger, Rafael Benitez ou Eva Carneiro, José Mourinho décide de s’attaquer au seul entraîneur au monde qui a un président multimilliardaire et qui ne parvient qu’à se faire prêter El Shaarawy par le Milan AC.

16ème journée : Stade Rennais FC. D’accord ce n’est pas le même sport (mais peut-on encore considérer Rennes comme une équipe de foot ?), d’accord ce n’est pas une finale, mais qui mieux que Vern Cotter maîtrise la science de la lose ?

17ème journée : Montpellier HSC. Inquiet à l’idée que son fils croise la route de Romao, Christian Gourcuff accepte le poste juste pour mettre ce dernier sur le banc. C’est un peu oublier les probabilités (que l’un soit blessé et l’autre suspendu) mais toutes les raisons sont bonnes pour voir un serpent de mer entraîner l’OM.

18ème journée : Gazélec Ajaccio. Parce que seul un anaconda peut succéder à un serpent de mer : Claude Makelele.

19ème journée : Girondins de Bordeaux. Cette série dure depuis bien trop longtemps, et le Grand Patron m’en devait une. Il fait donc revenir Ivan Markovic.

Bob-Loulou.

Je ne vais pas vous mentir, je me suis un peu ennuyé durant la saison dernière. Non pas qu’il n’y ait pas eu matière à s’enflammer ou à rigoler (ou pleurer, c’est selon), mais parce que Robin Williams, il est très marrant au début, mais il n’y connaît rien au foot. Et moi, quand je suis mal entouré, je fais n’importe quoi.

Du coup, quand Labrune et compagnie ont ressorti sans raison apparente le Trophée Moi du placard, j’y ai vu un signe.

Il y a cinq ans, je m’ouvrais à vous ici-même après la première édition du trophée à mon nom. Vous ne vous en souvenez sans doute pas, mais moi je n’oublierai jamais : un stade à moitié vide, Leyti N’Diaye et Jean-Philippe Sabo, un but d’Hatem Ben Arfa, Margarita sur la pelouse et Dassier qui pavoise. Demandez à Madonna.

Et je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison. Si tout le monde revient, même Son Fils, pourquoi pas moi.

Je suis de retour. Tant pis pour vous.

-2e Kyril donne le coup d’envoi. À moins que ce ne soit Maurice. Quand je pense à mes jumeaux, je vois les frères De Boer. Et quand je les vois, bizarrement, je pense à Cocu.

-1e Un stadier est obligé de venir chercher Maurice, qui refuse de sortir du terrain.

Coup d’envoi. Nos joueurs arborent un maillot avec l’inscription “#MerciRLD“. Pourtant, j’insiste : cette connerie là, je n’y suis pour rien !

3e En 20 secondes, Mandzukic, Pogba et Morata affolent la défense. Cela fait tout drôle de se faire secouer par 200 millions.

6e Le fil rouge de l’année pourrait être capillaire. Superbe duel de crêtes couleur jaune d’œuf entre Lemina et Pogba.

7e Mendy fait dans la sobriété, juste une grosse trace sur la gauche du crâne. À force de rogner la ligne, elle s’est imprimée sur lui.

8e En s’emmêlant les pinceaux, Barrada décale Alessandrini sur sa droite. À mi-chemin entre le centre et le tir, il trouve le poteau.

12e Barrada tente une frappe de 25 mètres. Bielsa soupire en voyant la balle mourir lentement à plusieurs mètres des cages : il lui avait pourtant bien signalé qu’il ne devait tirer qu’à partir de 23,68 mètres des buts.

19e Dja DjéDjé centre au point de penalty après avoir passé un petit pont à Évra. L’ovation est nationale.

19e Pourtant, passer entre les jambes d’une Vieille Dame, cela ne se fait pas trop.

20e Sur ce centre, la tête de Thauvin passe juste au-dessus de la barre de Buffon. Thauvin se rapproche lentement de Zidane.

25e Khedira se blesse tout seul. Il vient de poser le pied à l’endroit où Diaby se tenait debout durant sa présentation au public.

26e Donc ça y est, Diaby a refilé son mojo à un autre mec ? C’est bon, on est tranquille ? Ou c’est un peu plus compliqué que ça ?

35e Alessandrini tente de gâcher un nouveau centre. Sa frappe enveloppée lobe Buffon et meurt dans la lucarne opposée. Une faille volcano-sismique s’ouvre dans la Pacifique et libère un alpha de type Godzilla troisième génération. Sylvain Wiltord et David Trezeguet reprennent des moules. Deux fois. 1-0

Après leur but, les Marseillais font les Buffon.

Après leur but, les Marseillais font les Buffon.

44e Croyant croiser Florent Balmont, Lichtsteiner insulte Tony Chapron. Il est exclu.

45e Roulette syndicale de Lemina qui marque douze points au challenge Zinedine Zidane.

Mi-temps. J’étais déjà surpris que la Juve accepte ce match caritatif, mais qu’ils aceptent de le perdre… Margarita fait vraiment n’importe quoi de mon argent.

47e Pogba s’écrase sur Sparagna qui envoie discrètement un clin d’oeil à Doria, sur le banc. Ou dans les tribunes. Enfin à la cave, quoi.

49e Dans la surface, Batshuayi remet en retrait à Barrada qui passe en cloche à Mendy pour une reprise acrobatique du droit détournée par Buffon. Bielsa lève un sourcil, Mendy devait tenter une aile de pigeon du gauche.

59e À peine rentré, Sarr dynamise le jeu. Pogba sanctionne son petit pont par un waza-ari.

68e Sur coup-franc, Pogba trouve le poteau de Mandanda qui regarde sereinement le ballon lui passer devant, Elinton Andrade-style.

70e Ovation pour Pogba à sa sortie. Le Vélodrome a vraiment changé : à mon époque, si le joueur avait eu le maillot de l’OM, après un match où son seul fait d’arme est un poteau, le stade l’aurait sifflé en huant “Pogbakayoko !“.

73e Barrada profite d’une flopée de remplacements pour essayer de sortir du terrain, mais Bielsa lui postillonne d’aller se replacer.

75e Allegri s’inquiète de savoir Coman il va marquer.

77e Simone Zaza entre en jeu. C’est donc elle, la Vieille Dame…

"Quoi ?! Tu m'as traité de Vieille Dame ?!"

"Quoi ?! Tu m'as traité de Vieille Dame ?!"

84e Dja DjéDjé centre pour Isla qui remet de la tête sur Barrada. Sa reprise de volée fait but après deux rebonds. 2-0

85e Quand Barrada sourit, on dirait le petit Nasri. C’est gentil les enfants, mais n’est-ce pas un peu trop ?

87e Nkoudou remplace Batshuayi et Aloé remplace Dja DjéDjé. Bien sûr, El Loco n’esquisse pas un sourire. Allegri, lui, propose sa démission.

90e Je dirais bien que l’OM a fait manger le gazon à la Juventus, mais apparemment quelqu’un s’en était déjà chargé avant le match : il y a plus de trous dans cette pelouse qu’il n’y en avait dans notre défense l’an dernier.

Fin du match. Kyril descend sur la pelouse en chantant “Papaoutai” pendant que sa mère remet à Mandanda un gigantesque pog de cristal.

Bob-Loulou.

(Pour cette nouvelle saison, suivez-moi également sur Twitter @BobLoulou_CdF !)