Posts tagged ‘Gignac’

Après la guirlande de titres de 2010, j’ai immédiatement senti le bon filon. Pas seulement celui de votre audience, grandiose et fidèle malgré tout durant trois années et quelques 145 matches commentés, mais surtout celui du virage d’un club qui entrait dans une nouvelle phase. Un club sérieux et une équipe imprenable, lissés par la communication de Deschamps et Dassier, c’était bien trop beau : l’image imperméable n’a pas tenu longtemps dans ce club sans toit ni loi.

Changer d’ère

Je n’aurais jamais imaginé que l’avènement de Labrune signe le début d’une nouvelle ère. J’avais plutôt parié sur son enterrement en règle, en queue de liste des prétendants éconduits et frustrés du club, derrière Bouchet et Diouf. À voir la mutation physique de Labrune, devenu en quelques mois bouffi et hirsute, je n’aurais même pas été étonné de le voir rapidement me rejoindre. Mais il faut croire que, pour une fin de vie, bouffi et hirsute, c’est plus sain qu’amaigri et chauve. Margarita a dû changer sa recette…

Lorsque j’ai commencé à m’ouvrir à vous – enfin, “commencé”, cela faisait quinze années déjà que je vous ouvrais mon portefeuille -, j’ai béatement cru que le club allait se donner le temps de repenser ses fondations : rénovation de l’enrhumeur, chantier de la formation, virages technologiques (désigne aussi l’ambition d’avoir des ultras intelligents), départ des parasites (chauves ou velus), et surtout construction d’un vrai projet de jeu.

Une rue de l’OM à Barcelone, certes, mais à quand un peu de Barça à l’OM ?

Une rue de l’OM à Barcelone, certes, mais à quand un peu de Barça à l’OM ?

Mais, surtout sur ce dernier point, ces dernières saisons ont été dramatiques, à en décourager Raymond, d’autant plus que les effectifs successifs pouvaient malgré tout s’appuyer sur de très bons joueurs de ballons. Certes, il est impossible de faire la même chose avec un Raspentino qu’avec un Valbuena, mais l’histoire du club est autant faite d’Ingessons que de Luchos – du calme André-Pierre, cela ne se mange pas…

Le fond de jeu inexistant et l’envie perdue des joueurs m’ont atterré (un comble, vu du ciel !), abattu (encore !), et condamné (et encore !) : mon épuisement a été à la hauteur de leur fainéantise (puis de la mienne) ; leur désinvestissement proportionnel aux investissements de Margarita (qui n’a pas eu que l’amour en héritage).

toutes les ambitions ont un prix.

Plutôt que l’Europe en soldes, l’OM a soldé l’Europe : toutes les ambitions ont un prix.

Talkin’ bout a revolution

L’espoir, s’il en est, est la volonté de Labrune de faire sa révolution, de rentrer dans l’Histoire. Pompidou a eu son centre artistique, Giscard son Vulcania (avec Lady Di ?), Mitterrand son grand Louvre, Chirac le Quai Branly, Sarkozy a voulu le Grand Paris (il y a même fait rentrer le Qatar), Hollande a eu Julie Gayet… Labrune, lui, veut l’OM nouveau.

Labrune veut “remettre les Marseillais au travail”.

Et les éboueurs sont inquiets : Labrune veut “remettre les Marseillais au travail”.

Pour cela, il entend imposer une révolution, qui doit se concrétiser, après le recrutement ambitieux pour l’avenir de l’été dernier, avec l’arrivée d’un entraîneur de renom : Marcelo Bielsa.

Je ne sais trop qu’en penser. Comme il se dit à Marseille, «Après l’attaquant venu du Pérou, voici donc l’entraîneur passé par le Chili, con, carnet d’adresses à l’appui».

Ce carnet d’adresses devra sans doute pallier le départ de certains joueurs désormais historiques du club, là bien avant Labrune, qui ont connu l’ivresse de la passion de Gerets et des trophées de Deschamps avant la gueule de bois de Baup. Et non, je ne parle pas que de Diawara.

Il faudra aussi réussir à mobiliser certains joueurs, afin qu’ils répondent aux espoirs qu’ils ont pu susciter. Je pense par exemple à Payet. Quand on me demande comment je l’ai trouvé lors du dernier match, je ne sais jamais répondre autre chose que : «Par hasard, derrière Romao».

Valbuena vers d'autres cieux ?

Valbuena vers d'autres cieux ?

Catharsis

Le clou du spectacle – prenez le comme mon ultime cadeau, à la fois inespéré et incomplet, un peu comme mon passage à l’OM – est le vrai-faux départ d’Anigo. Il n’a pas eu de chance le pauvre ; sans doute paie-t-il le vice d’avoir envoyé son fils me surveiller. Lors de la réunion du conseil d’administration chargée de déterminer la peine du petit José, j’ai beaucoup ri.

– José, pour l’ensemble de ton oeuvre, nous te condamnons au bagne dans les colonies.

– Aubagne ? Qui je vais superviser là-bas ? Il y a bien le fils de Denis le Dingo, mais bon…

– Non José, le bagne, dans les anciennes colonies, en Afrique.

– L’Algérie, la Tunisie, la Corse, tout ça ?

– Oui, tout ça.

– Et le Maroc aussi ?

– Aussi.

– Le pays du crachat de Barthez et du Trophée des Champions contre Lille ?

– Oui, c’est bien cela, le Maroc.

– Con, c’est un lieu historique du club ! Je vais avoir une augmentation ?

– Évidemment.

– Et une voiture avec chauffeur ?

– Avec climatiseur, oui.

Anigo, émir de Qatar VI.

Anigo, émir de Qatar VI.

Merci donc à tous ceux qui ont suivi ce blog, à ceux qui y ont contribué, et surtout à ceux qui m’ont donné envie de poursuivre une aventure qui ne devait durer qu’une saison. L’OM n’est peut-être pas toujours une formidable raison d’être heureux, mais il restera toujours une magnifique occasion de rire.

De mon côté, je vais profiter de mon temps libre pour dormir, enfin ! Je vais dormir ! Et pas forcément devant un match de l’OM !

Bob-Loulou.

PS : Pour patienter jusqu’à la Coupe du monde, je vais vous offrir en bouquet final deux bonus historiques exceptionnels, à venir ces prochaines semaines. Ensuite, vous retrouverez ce blog dans les “Archives” des Cahiers du football.

Salut les vivants,

Un match contre Bastia dans un stade en travaux la veille du 5 mai, c’est un coup à se retrouver avec une fournée de nouveaux.

Au passage, le match se joue à guichets fermés cet après-midi, mais j’ai l’impression qu’ils ont fermé les guichets avant d’avoir vendu tous les billets. Pour mettre le guichetier sur la feuille de match ?

Enfin, espérons que nous puissions nous accrocher jusqu’au bout à notre qualification directe pour la coupe d’Allemagne.

Sans transition, le match.

-3e La trappe ne s’ouvre pas. Ou c’est Gignac qui ne passe plus ?

-1e Bastia commence le match avec une attaque Modeste – Maoulida. Maintenant, même nos adversaires jouent le 1-0.

1e J’espère que le match sera aussi vite plié que la semaine dernière, que je puisse aller profiter du beau temps que nous accorde le patron.

5e Les ultras ont bien raison, quitte à écrire des conneries, autant les écrire en grec.

7e Ou alors il faut leur dire que c’est gentil de vouloir lui faire plaisir mais Alayxis, ça n’est pas grec du tout.

10e Thauvin s’écroule dans la surface marseillaise, Souley éclate de rire : il n’est jamais trop tôt selon lui.

11e Bon décallage de Valbuena pour Gignac qui montre à Landreau ce que c’est qu’une panenka. 1-0

12e Sablé rentre en jeu. Baup, lui, va bétonner.

16e Tête de Mendes sur la barre. Je ne comprends même pas pourquoi nos joueurs continuent à tenter leur chance.

19e Voulant rendre service, Landreau allume la bestiole sur la tête de Jordan. Gignac apprécie et lui rend la balle.

25e Valbuena lève trop sa balle sur un corner. Le patron m’assure qu’il n’y est pour rien.

26e Pour une fois que Gignac tente une passe, nous obtenons notre meilleure occasion du match, grâce à la déviation involontaire du défenseur. Après, je m’étonne qu’il tire dès qu’il voit le but.

30e Devant la recrudescence de ces actions dangereuses, Baup se renseigne pour ouvrir un compte épargne but.

31e En tout cas, pour le meilleur placement, il faut absolument qu’il demande à Nkoulou.

32e Cahuzac veut lui aussi donner quelques conseils, mais ça sent l’arnaque.

36e Les panneaux “Soldes jusqu’à moins 40%”, c’est Labrune qui annonce le mercato ?

37e Par contre, Castorama, c’est clairement un message caché pour Baup.

44e L’apathie de ses joueurs donne à Frédéric Hantz des fourmis dans les jambes.

45e+1 Mais quelle ouverture de Valbuena pour Gignac qui trouve la barre ! Sûrement la mienne.

45e+2 En parlant de barre, l’OM n’arrive décidément pas à dépasser celle du 1-0.

la cellule de recrutement de l'OM au travail

Exclusif : la cellule de recrutement de l'OM au travail

Mi-temps. Il parait que l’arbitre est en train de se renseigner pour savoir s’il est obligé de faire revenir les 22 acteurs dans quinze minutes.

46e Il est le premier de retour sur la pelouse, on ne peut pas taxer Cahuzac de fainéant.

47e Je crois que c’est la fin du monde. 1-1

48e Du coup je perds un peu mes repères. Il se passe quoi donc là ? Ce sont les tirs au but, c’est ça ?

50e Amalfitano se retrouve seul devant Landreau mais perd son duel. Cela fait maintenant 200 jours qu’il n’en a plus gagné un.

53e Un but, ça va, mais deux buts, en plus de Maoulida, et puis quoi encore ? L’arbitre est donc obligé de signaler le Bastiais hors jeu.

56e Marchal veut protéger sa balle devant Ayew mais ce dernier sort de sa juridiction et oblige Landreau à s’interposer.

63e Marchal, qui n’amplifiait peut être pas tant que ça, cède sa place sur blessure.

68e Christian Jeanpierre a inventé le “corner intéressant”, Valbuena le corner inutile.

78e Satisfait de tenir le score, Baup attend les prolongations pour optimiser ses remplacements.

79e Sortie de Cahuzac, complètement cramé. On sent qu’il a eu son compte.

81e Parti côté droit, Gignac mange Palmito et trompe Landreau. 2-1

82e Labrune demande le bonus offensif. Cela rapporte combien de points la victoire en marquant deux buts ?

85e Sombrero de Barton qui se termine par une faute de Sablé. Je pense qu’il va le lui faire manger.

90e+1 Mandanda entame un nouveau record d’invincibilité de 45 minutes.

90e+3 Tiens, un début de bagarre générale.

90e+4 Bonne intervention de Diawara qui calme le staff marseillais. Il faut dire qu’il a une belle expérience de videur.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Il y a des fois où je trouve vraiment que les matchs sont trop rapprochés les uns des autres. Je n’ai même pas eu le temps de me remettre du final bastiais qu’il me faut me coltiner un nouveau match. Et quand je regarde les derniers résultats des Toulousains, je suis inquiet : aucun but marqué, un match nul, deux défaites… C’est un coup à relancer leur saison !

-3e Casanova pose tout de suite les règles du jeu en titularisant Ninkov, un défenseur, ailier droit.

-1e Depuis le temps, je pensais que tout le monde avait compris que les compositions de Baup, ce n’était pas du chambrage mais des appels au secours.

1e Nous portons encore ce maillot rose. Le maillot réversible, nous ne le portons jamais parce que personne au club n’a su corriger la faute d’orthographe ou quoi ?

5e Quelques jours après Bastia, la pelouse semble une nouvelle fois pourrie… Si ça se trouve, nous avons une équipe de football, c’est juste qu’ils n’ont pas les moyens de s’exprimer.

8e Il prend du grade mais Capoue râle.

12e Gignac rejoint enfin le banc. Il est en retard car il a fait le tour de ses anciennes connaissances toulousaines. Et des charcuteries, il y en a un paquet par ici.

22e Pour se mettre au niveau de son équipe, Baup a échangé sa casquette contre un bonnet, la visière ne servait à rien.

25e M’Bengue découpe Amalfitano. Ça me rassure un peu de voir qu’il n’y a pas que nos joueurs pour faire des fautes aussi grossières. En revanche, maintenant, j’ai peur de la prochaine intervention de Fanni.

26e Malgré l’expulsion, Casanova ne fait rentrer personne mais fait passer Tabanou arrière gauche. Je ne savais pas que Toulouse avait aussi des problèmes d’effectif.

27e José Anigo saute sur l’occasion et commence à leur faire un devis pour Morel.

38e Magnifique récupération de balle de Barton qui lance Jordan Ayew dans la profondeur. Ce dernier dépose Tabanou qui, pour empêcher l’essai, réalise un magnifique plaquage.

39e D’accord, c’était Jordan, mais c’était une occasion manifeste de but, non ? En plus, l’invincible Ahamada ne se laisse pas faire et repousse le tir d’André.

40e Quand je vois le niveau des arrières gauches toulousains, je relativise Morel.

41e José Anigo aussi, d’ailleurs. Il déchire son devis et l’augmente de 10 %.

44e Tabanou, mécontent d’avoir évité l’expulsion il y a cinq minutes, se paie la cheville de Fanni.

45e Morel, +20 %.

45e+1 Ahamada repousse des frappes de Barton et Mendes. Je sens qu’il va être pénible…

45e+2 En même temps, je le comprends : il a une place au classement des buteurs à défendre.

Ils ont fini cramé mais Casanova peut-être fier de ses joueurs de champ.

Ils ont fini cramés, mais Casanova peut être fier de ses joueurs de champ, seul Gignac a pu en venir à bout.

Mi-temps Encore un effort des Toulousains et ce match n’ira pas au bout des quatre-vingt dix minutes. S’il vous plait.

45e Amalfitano reste au vestiaire. Heureusement, cette fois, Baup a pensé à le remplacer. Entrée de Gignac.

47e Aurier est présent, mais c’est un joueur au conditionnel.

52e Déjà sept minutes en seconde période et pas de nouvel expulsé côté toulousain. J’ai peur que ce match aille à son terme, finalement.

54e Barton tente un sombrero de la poitrine dans la surface adverse. Morel va peut-être bien finir par tenter un contrôle.

55e Des passes décisives, un but sur corner direct, un sombrero de la poitrine… Et toujours aucune expulsion ! Je me demande si nous ne nous sommes pas fait avoir avec ce Barton.

58e Les Toulousains jouent à la passe à dix au milieu du terrain. Une belle performance.

61e Double parade d’Abdennour et d’Ahamada. Ils ont eu la main ferme.

64e Tirage de maillot sur Jordan Ayew, plaquage sur Fanni, Sissoko semble lui aussi vouloir partir plus tôt.

65e Je vais quand même me renseigner : Diawara qui ne joue pas, des Toulousains qui font tout pour se faire expulser, il doit y avoir une orgie dans la région ce soir…

68e Voyant Fanni insister sur les centres, Gignac veut l’imiter mais se loupe. Lucarne. 0-1

69e Cela me fait bien rire cette histoire de Zlatan-dépendance.

72e Effrayé, je me dis que Kaboré serait le cerveau de cette équipe toulousaine.

78e Il a pris son temps, mais c’était évident que Fanni voudrait participer à la fête. Carton jaune.

82e Loic Rémy passe un après-midi tranquille. Le fond de l’air est un peu frais mais les adversaires sont gentils.

84e Rémy se fait marcher dessus. Finalement, ils sont méchants.

90e Ahamada veut bien participer au retour de Gignac, mais se faire dépasser par Rémy, faut pas déconner.

90e+2 Surtout sur des caviars de Morel. Enfin, des œufs de Lump.

90e+3 Coup franc pour Toulouse au milieu du terrain, Ahamada monte. Pour rien, sûrement un hommage à Jambay.

90e+4 Rivière a un bon flow mais Mandanda fait barrage.

90e+5 Bon, une victoire sur tapis vert aurait fait du bien à notre goal average, mais ne boudons pas notre plaisir avec ce nouveau 1-0 sur le billard toulousain.

Bob-Loulou